mardi 16 avril 2024
AccueilInstitutionLoïc Malivet : « La TVA, une (longue) lutte à poursuivre »

Loïc Malivet : « La TVA, une (longue) lutte à poursuivre »

Loïc Malivet : « La TVA, une (longue) lutte à poursuivre »

Président de la Fédération des éleveurs et ancien président de la Filière cheval, Loïc Malivet prend la parole alors que l’agitation sociale est grande dans le monde agricole.

« Olivier de Seyssel s’est exprimé vendredi soir dans les colonnes de Jour de Galop. Il a tout à fait raison de dire qu’il faut que notre univers soit plus structuré, comme le sont les autres filières agricoles et “que l’on tende vers une interprofession”. De même, il a également raison d’annoncer, concernant la TVA : “Le gouvernement est conscient que l’agriculture va mal : les robinets de Bercy vont devoir s’ouvrir. Il y a, selon moi, une vraie opportunité pour obtenir gain de cause.”

Comme chacun a pu le voir ce samedi matin dans les médias généralistes, malgré des finances publiques en berne, quelque chose est peut-être en train de bouger du côté du gouvernement, qui va devoir faire des efforts à destination du monde agricole. Si les courses parviennent finalement à bénéficier de cette fenêtre de tir, c’est aussi certainement lié au fait que, depuis longtemps, nous avons travaillé à notre insertion dans le tissu agricole. La Fédération des éleveurs du galop et la Filière cheval ont entretenu de longue date des liens très forts avec la FNC, c’est-à-dire la branche cheval de la FNSEA, premier syndicat agricole de France. Marianne Dutoit, présidente de la FNC, et Christiane Lambert, ancienne présidente de la FNSEA, ont constitué de précieux relais pour les demandes de la filière équine en général et celles des courses en particulier. Cela s’est matérialisé à de nombreuses reprises, à l’image du communiqué diffusé voici plusieurs semaines : “La FNC partage les actions et les revendications du réseau FNSEA !”

Ce document évoque trois points de revendications :

  • La dotation aux jeunes agricultrices et agriculteurs qui s’installent dans la filière cheval ;
  • La TVA pour plus de compétitivité, de simplification et la lutte contre la concurrence déloyale ;
  • Le sanitaire pour une politique sanitaire techniquement efficace et économiquement réaliste.

Pour retrouver ce communiqué en intégralité, cliquer ici

La branche de l’équitation a obtenu une TVA réduite au sens large. Celle des courses a eu gain de cause pour les sujets d’élevage, avec un taux à 5,5 % applicable depuis un an. La question de la TVA réduite pour l’ensemble des acteurs de la filière est une longue lutte. Et il faut absolument la poursuivre de manière collective, structurée et méthodique. »

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires