samedi 25 mai 2024

Sévère

Sévère

Par Anne-Louise Échevin

ale@jourdegalop.com

Sévère, très sévère. C’est la première réaction en apprenant la rétrogradation du Prix Saint-Alary par l’European Pattern Committee (E.P.C.) via un vote à la majorité.

– Sévère, car le Saint-Alary a beau ne pas être classique – bien qu’étant symboliquement dans les engagements dits classiques –, on rétrograde ici une course pour seules pouliches de 3ans, et donc une course de sélection. C’est un signal fort, voire inquiétant pour l’avenir à l’échelle européenne.

– Sévère, car il est évidemment toujours plus difficile pour les Grs1 pour seul(e)s 3ans d’obtenir le fameux rating moyen demandé. Parce que cela se calcule sur le rating moyen des quatre premiers et, par essence, les classiques – ou un “semi-classique” si l’on veut prendre un terme venant du trot pour désigner le Saint-Alary –, voient s’affronter une génération, donc la sélection et le niveau de valeur ne sont pas bien établis comme dans un Groupe pour chevaux d’âge.

– Sévère car, de façon générale, la génération des pouliches de 3ans en Europe en 2023 s’est avérée plutôt faible sur la profondeur. Il n’y a qu’à consulter les ratings internationaux 2023 : Blue Rose Cen et Mawj étaient les meilleures 3ans européennes l’an passé, avec un rating de 118, ce qui est plutôt bas pour des leaders de génération. Prenons les trois courses “championnat” de l’automne. Nombre de pouliches de 3ans dans l’Arc ? Zéro. Nombre de pouliches de 3ans dans les Champion Stakes ? Zéro. Et dans les Irish Champion Stakes ? Zéro.

Mais peut-être allons-nous avoir une grande génération en 2024, peut-être le Saint-Alary aurait-il pu rebondir ? Peu importe désormais.

– Sévère, enfin, car l’E.P.C. n’a pas laissé sa chance au “produit”. Le Saint-Alary n’est pas rétrogradé sur sa mauvaise performance en 2024, cela faisait plusieurs années que la course n’obtenait pas le rating minimum requis. Mais France Galop a fait le choix l’an passé de déplacer le Saint-Alary au week-end des Poules d’Essai pour tenter de lui redonner un “coup de boost”, en laissant plus de temps avant le Prix de Diane (Gr1) – un premier essai satisfaisant côté nombre de partantes. Or, comme dit plus haut, la génération de pouliches de 3ans a sous-performé à l’échelle européenne. Ce n’est pas uniquement de la faute du pauvre Saint-Alary !

Sur le fond, soit le plan mathématique du jeu pur des ratings, la rétrogradation du Saint-Alary est certainement logique. Sur la forme, il ne méritait pas de devenir un Gr2 ainsi, sur un vote de l’E.P.C. sur un seul “coup d’essai” dans sa nouvelle configuration. Lui donner une chance de plus cette année ne paraissait pas inconcevable.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires