dimanche 19 mai 2024
AccueilCoursesUne Ribot Cup au parfum d'Afasec

Une Ribot Cup au parfum d’Afasec

Une Ribot Cup au parfum d’Afasec

La Ribot Cup est le championnat d’Europe des jeunes jockeys. Pour juger le niveau de cette compétition, il suffit de citer le nom de quelques jockeys français qui y ont pris part… sans parvenir à s’imposer ! À l’image de Flavien Prat, Maxime Guyon ou Pierre-Charles Boudot. Les Italiens Cristian Demuro, Umberto Rispoli, Antonio Fresu et Andrea Atzeni, qui exercent leur profession à l’étranger, y ont également participé, et seul le dernier cité parvenant à s’imposer, à deux reprises. Ce tournoi programmé à San Rossore fêtera cette année sa seizième édition. En 2023, le jumelé gagnant était formé par l’Irlandais Jamie Powell et l’Anglais Billy Loughnane : en fin de saison, ces deux Britanniques ont décroché le titre de champion des apprentis dans leur pays respectif. Cette année, la bannière tricolore sera portée par Malone Favriaux, 17ans, apprenti de la maison Fabre. À noter que les quatre Italiens en lice sont tous passés par la France. Trois d’entre eux ont été formés à l’Afasec.

Les espoirs de jeunes italiens formés en France

Giovanni Sias, 19 ans, est le seul jockey participant à ce challenge travaillant encore en France, pays où il a débarqué suite à une opération de recrutement effectuée en Sardaigne et gérée par Fabio Carnevali, installé entraîneur à Chantilly. Giovanni Sias a remporté 8 courses en 2023 et il travaille chez Alessandro Botti. Davide Cirocca, 20 ans, n’a gagné qu’une course en France l’an dernier avant de reprendre le chemin de son pays d’origine où il s’est imposé à dix reprises en 2023, occupant aujourd’hui la troisième place du classement des jockeys transalpins avec 10 succès. Gioele Gungui, 17 ans, est arrivé plus tard en France. Après avoir fait ses classes à l’Afasec, il a remporté deux courses pour son patron, Cédric Boutin. Il a ensuite retrouvé sa Sardaigne natale où il a gagné 6 courses avant d’intégrer la puissante écurie de Stefano Botti. Le quatrième jeune jockey, Valerio D’Amico, 22 ans, possédait déjà une licence d’amateur en Italie mais il a choisi la France pour devenir apprenti. Sur notre sol, il a gagné une fois en 2023 avant de repartir pour l’Italie où il a décroché 6 succès.

L’école italienne a fermé ses portes en 2011

Les jeunes Italiens sont contraints de quitter le pays s’ils veulent devenir jockeys. En effet, l’école des jockeys de Pise a fermé en 2011 après avoir formé de nombreux et bons professionnels. Lors d’une formation en accéléré, en 2016, trois apprentis ont obtenu leur licence. Parmi eux, on retrouve Dario Di Tocco qui, l’an dernier, a remporté non seulement le Derby Italiano (Gr2) en selle sur Goldenas (Golden Horn), mais également une première Cravache d’or, fort de 186 victoires pour 914 montes. Dans les rêves des jeunes jockeys italiens formés par l’Afasec, le passage pour l’Italie n’est qu’une étape, un passage avant de retourner à l’étranger…

Article précédent
Article suivant
VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires