mercredi 19 juin 2024
AccueilÉlevagePlus de 400 juments en 2023 pour Justify

Plus de 400 juments en 2023 pour Justify

Plus de 400 juments en 2023 pour Justify

En 1990, l’arrivée de Danehill en Australie s’est inscrite dans l’histoire de l’élevage comme l’avènement des étalons effectuant la navette entre les deux hémisphères. L’Australia Stud Book vient de publier les statistiques des saillies de la saison et, sans surprise, nous avons appris que Justify a battu son record avec 410 poulinières saillies en douze mois.

Par Franco Raimondi

fr@jourdegalop.com

Le dernier lauréat de la Triple couronne a sailli 222 juments au Kentucky, au prix “cadeau” de 100.000 $ (92.100 €) et 188 en Australie où il a officié à 77.000 AU$ (46.800 €). Justify (Scat Daddy) est le seul étalon ayant franchi à deux reprises la barre des 400 juments saillies. Les étalons qui ont sailli plus de 400 juments au cours d’une même année sont au nombre de 7. Et tous ont officié sous le drapeau de Coolmore, ce qui est bien logique puisque John Magnier aurait mérité de recevoir le prix Nobel d’économie pour cette “invention”. Le record appartient toujours à High Chaparral (Sadler’s Wells) qui, en 2010, avait rencontré 218 poulinières en Europe au modeste tarif de 15.000 € et 235 en Australie – surfant sur la vague de son fils So you Think – au tarif de 88.000 AU$ (62.500 € à l’époque). Le seul étalon proche des 453 juments d’High Chaparral se nomme Zoffany (Dansili). En 2015, cet étalon a rencontré pas moins de 433 poulinières : 220 en Irlande à 12.500 € et 213 en Australie à 8.800 AU$ (5.500 €).

Wootton Basset sur le podium

En 2022, les éleveurs australiens n’ont pas raté l’opportunité d’acheter une saillie de Wootton Bassett (Iffraaj) pour l’équivalent de 47.000 € alors qu’il avait officié à 150.000 € à Coolmore. Deux-cent-quarante-neuf juments en Irlande et 169 en Australie ont été saillies par Wootton Bassett, soit un total de 418 juments, ce qui le hisse sur le podium. Justify, qui avait déjà eu 401 fiancées en 2019 lors de ses débuts, pointe en cinquième position avec son score de 2023, devancé par Uncle Mo (Indian Charlie) lors de ses quatre premières saisons. En 2015, l’année des débuts de ses premiers juniors, Uncle Mo a rencontré 221 juments au Kentucky à 25.000 $ (22.300 €) et la réussite précoce de son futur lauréat du Kentucky Derby (Gr1), Nyquist, lui a offert une belle publicité en Australie où il était offert à 16.500 AU$ (10.300 €). Il a sailli 194 juments portant son total à 415.

Les étalons ayant sailli le plus de juments

Étalon Année Saillies Saillies HN Tarif (€) Saillies HS Tarif (€)
High Chaparral 2010 453 218 15.000 235 62.500
Zoffany 2015 433 220 12.500 213 5.500
Wootton Bassett 2022 418 249 150.000 169 47.000
Uncle Mo 2015 415 221 22.300 194 10.300
Justify 2023 410 222 92.130 188 46.800
Fastnet Rock 2013 405 193 Privé 212 190.000
Lion Heart 2008 405 214 14.000 191 9.250
Justify 2019 401 252 138.200 149 Privé

Fastnet Rock, la navette… dans l’autre sens

Tous les étalons qui ont sailli plus de 400 juments au cours d’une seule année ont fait leurs débuts dans l’hémisphère Nord… exception faite de Fastnet Rock (Danehill) qui a fait le parcours dans l’autre sens. Lorsque, en 2010, il est arrivé en Irlande pour la première fois, il venait de saillir 273 poulinières en cinquième saison au tarif de 60.500 AU$ (37.000 € à l’époque) et à Coolmore, où il était arrivé un peu tard, il en a rencontré 81 à un tarif privé. Trois ans plus tard, Fastnet Rock a rencontré 193 juments dans l’hémisphère Nord et 212 en Australie à 275.000 AU$ (190.000 €). En 2012, l’étalon a remporté le premier de ses deux titres de champion sire en Australie et tout le monde le voulait. Le huitième étalon qui a sailli plus de 400 juments au cours d’une seule année n’a pas la même aura. Il s’agit de Lion Heart (Tale of the Cat), gagnant du Haskell Invitational et deuxième du Kentucky Derby (Grs1) pour l’entraînement de Patrick Biancone et qui a fait ses débuts dans les deux hémisphères en 2005. En 2008, quand sont apparus ses premiers juniors, il a sailli 214 juments au Kentucky à 20.000 $ (14.000 € à l’époque) et 191 en Australie à 16.500 AU$ (9.250 €). Deux ans plus tard, sans regret, il est parti pour la Turquie…

Les européens ont sailli plus de 1.500 juments en Australie

La saison 2023 pour les étalons européens qui ont fait la navette en Australie a été plus que correcte. Quatorze reproducteurs ont effectué le trajet de leur base en Europe et ils ont rencontré 1.509 poulinières, soit le troisième meilleur score des dix dernières années. Un chiffre toutefois en baisse sur 2022 lorsque 16 étalons avaient sailli 1.809 juments. Évidemment, nous sommes bien loin de 2006 lorsque figurait le grand Galileo (Sadler’s Wells) dans la liste des européens qui faisait la navette ( au nombre de 33) pour sa dernière saison australienne, à l’image d’Invincible Spirit (Green Desert), Dubawi (Dubai Millennium) et Shamardal (Giant’s Causeway) alors à leur première saison, ou que le futur champion sire Danehill Dancer (Danehill) sans oublier le français Anabaa (Danzig). Le nombre de poulinières australiennes croisées avec les européens avoisinait les 3.000 et la presse économique se posait des questions sur cette “invasion”.

Le score 2023 des étalons européens qui font la monte sur les deux hémisphères

Étalon Tarif hémisphère Nord (€) Saillies Tarif hémisphère Sud (€) Saillies Total saillies
Wootton Bassett 150.000 218 57.000 131 349
Starspangledbanner 50.000 197 20.000 116 313
Churchill 30.000 227 13.250 81 308
Blue Point 35.000 190 26.750 101 291
St Mark’s Basilica 65.000 172 26.750 116 288
Ghaiyyath 25.000 188 16.700 96 284
Harry Angel 11.500 161 20.000 119 280
Too Darn Hot 46.000 157 26.750 120 277
State of Rest 25.000 115 26.750 148 263
Pinatubo 40.500 129 33.500 130 259
Lucky Vega 15.000 147 10.000 91 238
Victor Ludorum 15.000 139 10.000 85 224
Earthlight 15.000 128 16.500 82 210
Wooded 12.000 71 13.250 93 164

State of Rest le plus convoité

En 2023, 22 étalons ont sailli 150 juments ou plus en Australie. Les deux seuls de cette liste qui ont effectué la navette sont l’américain Justify et le japonais Maurice (Screen Hero). Le plus convoité parmi les européens reste State of Rest (Starspangledbanner) qui, après 115 poulinières en Europe à 25.000 €, en a rencontré 148 en Australie où son tarif (26.750 €) est pourtant plus élevé. Il s’agit d’un cas à part puisque les saillies sont toujours meilleur marché dans l’hémisphère Sud, mais State of Rest, lauréat de quatre Grs1 dans quatre pays différents, a remporté le Cox Plate, c’est-à-dire la course la plus prestigieuse du calendrier australien où l’on tient compte du poids pour âge.

Dans le classement par saillies en Australie, Wootton Bassett, proposé à 57.000 €, pointe en deuxième place avec 131 juments mais il en avait rencontré 218 pour un tarif proche du triple en Irlande. Pinatubo (Shamardal) est troisième avec 130 poulinières. Les deux Darley, Blue Point (Shamardal) et Too Darn Hot (Dubawi), ont eu respectivement 101 et 120 juments et ils ont officié au même prix. Les éleveurs ont attendu les résultats de leurs premiers 2ans en Australie et ceux qui avaient choisi de faire confiance à Blue Point ont poussé un ouf de soulagement lorsque, fin février, le champion first season sire a enfin brisé la glace en Europe (sur 17 partants) avec son premier gagnant, Blue Rocket. Too Darn Hot, quant à lui, affiche quatre gagnants dont le placé de Gr3 Arabian Summer et la très prometteuse Too Darn Lizzy. Avec plus de 100 poulinières, on retrouve Starspangledbanner (Choisir), australien de naissance mais devenu européen vu sa réussite sur le vieux continent, St Mark’s Basilica (Siyouni) et Harry Angel (Dark Angel) qui, avec sa première génération australienne (les 3ans), a donné le gagnant de Gr1 Tom Kitten ainsi que cinq autres black types.

Victor Ludorum et Wooded en hausse

Les deux étalons français qui ont fait la navette en Australie en 2023 sont Victor Ludorum (Shamardal) et Wooded (Wootton Bassett). Le premier, stationné au haras du Logis, sera représenté en Europe par ses premiers yearlings cette année. Il a eu 85 juments lors de sa deuxième saison australienne. L’étalon du haras de Bouquetot, quant à lui, sera représenté par ses premiers juniors en Europe. L’an dernier, il a sailli 93 poulinières, plus qu’en France. Wooded peut prendre exemple sur Toronado (High Chaparral), qui a été l’étalon européen le plus convoité par les Australiens au cours de quatre dernières saisons avec un record de 210 juments en 2020. Son tarif est monté en flèche à 88.000 AU$ (52.500 €) et, depuis 2022, il est resté en Australie.

Et en Nouvelle-Zélande… 

Deux français ont fait la navette du haras d’Étreham à Cambridge Stud en Nouvelle-Zélande. Hello Youmzain (Kodiak), qui a cartonné à la vente de Karaka avec 34 vendus au prix moyen de 171.324 NZ$ (96.000 €), a reçu 105 poulinières lors de sa troisième saison, au tarif de 30.000 NZ$ (16.800 €). Son “ami” Almanzor (Wootton Bassett), offert à 50.000 NZ$ (28.000 €), a donné 17 chevaux de Groupe avec ses trois générations de 3ans et plus et il a sailli 76 juments.  

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires