jeudi 13 juin 2024
AccueilCoursesRetour Omnium

Retour Omnium

Saint-Cloud, samedi

Prix Omnium II (L)

Ramadan dans un canter

Avec deux non-partants, le Prix Omnium II (L) s’est disputé en tout petit comité, avec trois 3ans au départ. Tout le monde pouvait donc repartir avec du black type même si, parmi les restants, seul Ramadan (Le Havre) n’en avait pas encore. Il le décroche, version majuscule et dans un canter. La route vers les classiques est bien entamée.

Rock the Kasbah (City Light) a mené à un train régulier sans plus, suivi de Ramadan, avec Grey Man (Wootton Bassett) en dernière position. Dans la ligne droite, Ramadan est venu facilement sur la ligne de tête et le représentant de Nurlan Bizakov n’a pas eu à forcer pour s’imposer de cinq longueurs devant Grey Man, Rock the Kasbah concluant troisième à neuf longueurs et demie. Les conditions de terrain étaient vraiment extrêmes à Saint-Cloud (5,7), la faute à une météo orageuse, vendredi, sur la région parisienne et ayant arrosé (trop) généreusement le terrain : 8,5mm sur la journée.

1.600m ou 1.800m, options ouvertes

Il est difficile de tirer des enseignements d’une course à trois partants disputée sur une telle piste. Très plaisant au rond, Ramadan avait su gérer une piste pénible dans le Critérium de Saint-Cloud (Gr1, 2.000m) l’an passé, dont il avait conclu quatrième. Samedi, il avait été engagé dans le François Mathet (L, 2.100m) en plus de l’Omium II, et il est inscrit dans l’Emirates Poule d’Essai tout comme le Jockey Club (Gr1). Il y aura un choix de distance à faire dans la route vers les classiques et, à ce stade, il n’est pas arrêté. La Poule d’Essai, sur les 1.600m de Longchamp, demanderait plus de vitesse qu’un Omnium II en terrain estimé à 5,7 ! Christopher Head, son entraîneur, nous a dit : « Je pense que si nous nous retrouvions sur les 1.600m de Longchamp en bon terrain, il n’y aurait pas de problème. Ramadan nous montre beaucoup de vitesse le matin. Mais il pourrait aussi faire les 1.800m et il y a de belles épreuves qui vont arriver sur cette distance. Nous allons tous discuter ensemble avant d’arrêter la suite du programme et ce sera en fonction de ce qui fera le plus plaisir à son propriétaire. C’est là l’essentiel ! Il y a vraiment plusieurs options possibles et, à ce stade, nous ne connaissons pas ses limites. Nous l’avons toujours aimé, depuis l’an dernier, et nous avions d’ailleurs tenté l’aventure dans le Gr1 après qu’il eut ouvert son palmarès. Aujourd’hui, nous n’avions pas d’inquiétude sur le terrain, lequel est vraiment très particulier. Sa victoire va nous permettre de suivre sereinement le programme qui sera déterminé. »

Grey Man rassure

Nous avions laissé Grey Man, lauréat l’an passé du Prix François Boutin (Gr3), sur une lointaine dernière place dans le Critérium International (Gr1, 1.600m). Samedi, le représentant de Julien et Jean-Philippe Dubois n’a rien pu faire contre Ramadan tout en courant proprement, même s’il est difficile de tirer des conclusions d’une telle épreuve. Patrice Cottier, son entraîneur, nous a dit : « Dans le Critérium de Saint-Cloud l’année dernière, Grey Man avait beaucoup tiré. Aujourd’hui, le poulain a un petit peu tiré, mais beaucoup moins. Une fois détendu, il a tracé un bon bout pour finir, mais le gagnant l’emporte vraiment facilement. Il n’a pas pu l’inquiéter. Cette course va lui faire du bien, il va monter là-dessus. Il s’est assez bien adapté au terrain du jour. C’est encourageant pour la suite. »

Rock the Kasbah à revoir

Difficile aussi d’analyser la performance de Rock the Kasbah. Comme Grey Man, c’est la deuxième fois que le poulain se retrouve dans une course à trois partants puisque cela avait été le cas l’an passé dans le Prix des Chênes (Gr3), où Grey Man était deuxième et Rock the Kasbah dernier. Les Chênes, rappelons-le, s’étaient disputés en pleine canicule parisienne, dans un Longchamp transformé en fournaise sous bien plus de trente degrés. Fabrice Chappet, entraîneur de Rock the Kasbah, a dit sur le représentant de Jean-Louis Bouchard : « Il faudra le revoir dans un terrain plus convenable. Sa rentrée [troisième du Prix du Cœur des Princes, ndlr] était bonne mais, aujourd’hui, les conditions étaient particulières. Il est compliqué de tirer des enseignements dans un terrain comme celui du jour. »

Le fils d’une propre sœur de Chinese White

Élevé par Sumbe, Ramadan est un fils de Le Havre (Noverre) et de Raushan (Dalakhani), lauréate d’une épreuve à 3ans sur 2.000m en Angleterre. Elle a déjà donné naissance à Rasima (Iffraaj), lauréate de deux épreuves dont les Fleur de Lys Fillies’ Stakes (L). Elle s’est également classée deuxième des Hoppings Fillies’ Stakes (Gr3). Elle a une 2ans par Showcasing (Oasis Dream) ainsi qu’un yearling par Wootton Bassett (Iffraaj). Elle a rencontré Golden Horde (Lethal Force) en 2023. Christopher Head entraîne aussi son 4ans, Ramazan (Lope de Vega), battu de peu dans un maiden à Compiègne en juillet 2023 et pas revu depuis.

La deuxième mère, Chiang Mai (Sadler’s Wells), a remporté en Irlande les Blandford Stakes (Gr2) ainsi que les Eyrefield Stakes (L). En France, elle s’est classée deuxième du Prix Jean de Chaudenay (Gr2). Elle est la génitrice de Chinese White (Dalakhani) gagnante des Pretty Polly Stakes (Gr1), des Blandford Stakes (Gr2) et des Dance Design Stakes (Gr3). Elle s’est aussi classée troisième de la Gold Cup (Gr1). C’est également la souche de la gagnante du Prix de Diane Rafha (Kris) et mère, entre autres, d’Invincible Spirit (Green Desert) et aïeule de Mishriff (Make Believe). C’est aussi la souche à l’origine de Pinatubo (Shamardal).

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS 

Du départ à 1.000m : 45”98

De 1.000m à 600m : 29”10

De 600m à 400m : 13”45

De 400m à 200m : 12”77

De 200m à l’arrivée : 13”98

Temps total : 1’55”28

Rahy

Noverre

Danseur Fabuleux

Le Havre

Surako

Marie Rheinberg

Marie d’Argonne

RAMADAN (M3)

Darshaan

Dalakhani

Daltawa

Raushan

Sadler’s Wells

Chiang Mai

Eljazzi

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires