mardi 18 juin 2024
AccueilA la uneUne course à part… avec ou sans Triple Couronne à la clé

Une course à part… avec ou sans Triple Couronne à la clé

Une course à part… avec ou sans Triple Couronne à la clé

Belmont Park est en travaux. D’où le déplacement de l’édition 2024 des Belmont Stakes (Gr1), la troisième étape de la Triple Couronne américaine. En 2015 et en 2018, American Pharoah (Pioneerof the Nile) et Justify (Scat Daddy), en route vers le triptyque, avaient fait déplacer les foules. Et la NYRA avait rehaussé sa jauge à 90.000 spectateurs.

Le cap des 100.000 spectateurs a même été franchi à trois reprises depuis 2000. Mais lorsqu’aucun poulain ne semble en mesure de réaliser le triptyque, le public est moins nombreux. En général, l’épreuve attire entre 45.000 et 60.000 turfistes. C’est considérable même si Belmont est joignable en métro depuis Manhattan, contrairement à Saratoga qui se situe à trois bonnes heures de voiture ! La saison 2024 est une année sans espoir de Triple Couronne, même si la présence des lauréats du Kentucky Derby (Gr1) Mystik Dan (Goldencents) et des Preakness (Gr1) Seize The Grey (Arrogate), garantit le spectacle dans les Belmont. À noter que la distance des Belmont est raccourcie passant de 2.400 à 2.000m, pour s’adapter au profil très différent de Saratoga. Avant le retour en 2026 à Belmont, c’est ce qui rend encore plus spéciale l’édition 2024. Il ne manque plus que l’entrée en piste des Marx Brothers…

Par Franco Raimondi

fr@jourdegalop.com

Sierra Leone, pour une revanche avec Flavien Prat

Il existe une forte probabilité d’avoir trois vainqueurs différents dans les trois manches de la Triple Couronne. Ce fut le cas lors de quinze des vingt dernières années, et notamment lors des cinq saisons qui ont suivi l’exploit de Justify. Le favori des Belmont Stakes 2024 se nomme Sierra Leone (Gun Runner), deuxième battu d’un nez dans le Kentucky Derby (Gr1) après avoir dû longtemps “ferrailler” avec le japonais Forever Young (Real Steel). Chad Brown a décidé de changer non seulement le mors du cheval mais aussi son jockey, confiant le poulain à Flavien Prat. Le lot plus réduit (dix partants) sera un avantage pour Sierra Leone car il aime attendre. Son rival le plus dangereux – selon le morning line – est Mindframe (Constitution), invaincu en deux sorties et qui vient de se balader dans une course à conditions programmée le jour du Kentucky Derby. Les parieurs préfèrent la ligne des Preakness Stakes où Seize the Grey a battu sans discussion possible le lauréat du Derby, Mystik Dan. Todd Pletcher, en plus de Mindframe, pourra compter sur Antiquarian (Preservationist). Il vient de gagner les Peter Pan Stakes (Gr3), une préparatoire qui avait propulsé Arcangelo (Arrogate) vers un succès dans les Belmont Stakes l’an dernier.

Vingt-deux mille spectateurs pour un jour de semaine !

Le Belmont Stakes Festival est la réponse de la NYRA à la Breeders’ Cup qui s’est disputée à New York pour la dernière fois en 2005. Jeudi, lors la première des quatre réunions, la Belmont Gold Cup (Gr2) est revenue à l’ex-irlandais The Grey Wizard (Caravaggio). Vingt-deux mille turfistes étaient là pour l’applaudir. Les enjeux ont atteint 18,16 M$. Ils sont en hausse de 76 % sur le précédent record établi un jeudi lorsque les Belmont se déroulaient à New York. « L’ambiance aux courses était extraordinaire. Je n’avais jamais vu cela en milieu de semaine sauf, bien sûr, à Royal Ascot… » nous a confié un ami américain. Il a décidé cette année de faire l’impasse sur le Kentucky Derby pour s’offrir un ticket pour les Belmont de Saratoga. L’an dernier, la ville de New York était recouverte du brouillard orange venu des feux de forêts du Québec, et la réunion programmée le jeudi du Festival avait été annulée. En 2022, seules 2.822 entrées payantes avaient été recensées… Il faut noter que le Belmont Stakes Festival ne retrouvera Belmont Park qu’en 2026 car les travaux ont pris du retard.

Un Gr1 sur les claies

Cette année, le Belmont Stakes Festival se déroule donc sur quatre réunions : du jeudi au dimanche. Les allocations distribuées dans les vingt-quatre stakes de ces quatre jours dépassent les 10 M$. Et, dimanche, au cours de la dernière journée, on retrouvera également un Gr1 sur les claies… sans “FR” au départ. Parmi les huit chevaux en piste, on retrouve un fils de Curlin (Smart Strike) nommé Awakened qui a déjà remporté un Gr1 sur ce parcours, ainsi que Freddy Flintshire (Flintshire), placé de Gr1. Les éleveurs d’obstacle français ayant fait confiance à l’étalon du haras de Montaigu – qui a ses premiers yearlings européens -, peuvent espérer recevoir de bonnes nouvelles d’outre-Atlantique. Flintshire (Dansili) a d’ailleurs déjà produit Welshman, issu de sa première génération américaine. Il s’agit d’un vainqueur de Gr2 et un placé de Gr1 sur les claies aux États-Unis.

Cinq Grs1 le samedi

Samedi, la réunion de Saratoga proposera huit autres Groupes, dont cinq Grs1. L’élevage français sera représenté dans les Manhattan Stakes (Gr1), sur les 2.200m de la piste en gazon, par Kertez (Intello), qui a remporté les Pan American (Gr2) en Floride sous la férule de Christophe Clément. Il sera également présent avec Al Riffa (Wootton Bassett), quatrième du Prix Ganay (Gr1). Le favori des Manhattan se nomme Program Trading (Lope de Vega), un pensionnaire de Chad Brown, qui n’a connu qu’une défaite en six sorties sur le gazon, remportant trois Grs1. Il sera opposé aux deux Godolphin que sont Measured Time (Frankel), lauréat de Gr1 à Meydan avant de se classer quatrième de Facteur Cheval (Ribchester) dans le Dubai Turf (Gr1), et Nations Pride (Teofilo). Ces derniers seront respectivement associés à William Buick et Lanfranco Dettori.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires