lundi 17 juin 2024
AccueilA la uneNicolas Perret surfe sur la vague Harry Way

Nicolas Perret surfe sur la vague Harry Way

Nicolas Perret surfe sur la vague Harry Way

Jeudi, il va présenter Harry Way au départ du Prix Hocquart (Gr2). L’ancien jockey, désormais entraîneur, espère remporter son premier Groupe.

Nicolas Perret est installé depuis deux ans et demi à Calas. Et il a déjà eu la chance de tomber sur Harry Way (Galiway), poulain qui lui a apporté sa première Listed en tant qu’entraîneur dans le Prix François Mathet (L). L’entraîneur nous confie : « J’avoue que j’ai un peu de mal à dormir en ce moment (rires) ! J’ai un peu de pression mais c’est de la bonne pression. Harry Way est un petit champion. S’il était resté entier, sans doute n’aurait-il pas eu la même carrière. Ce qui est assez particulier avec lui c’est que le matin, il ne se livre pas. C’est bien simple : même en travaillant avec un cheval en valeur 24, il est capable de terminer une demi-longueur derrière lui ! Avant qu’il ne débute, jamais nous n’aurions imaginé qu’il soit capable d’atteindre ce niveau. »

Une invitation au voyage 

Nicolas Perret a reçu Harry Way en provenance de chez Ludovic Rovisse, au printemps de ses 2ans. Le poulain appartenait alors à Robert Bonaventure, son éleveur. Après sa victoire de Listed, il a été acheté pour moitié par Gousserie Racing, l’entité de Kamel et Pauline Chehboub. Depuis, le poulain a terminé très proche deuxième du Prix Noailles et du Prix Greffulhe (Grs3) : « S’il passe le poteau en tête cette fois-ci dans le Prix Hocquart, cela sera une belle satisfaction ! Ce n’est pas difficile d’établir un programme avec un cheval comme lui. D’ailleurs, il voyage très bien et Gousserie Racing, qui a acquis la moitié d’Harry Way, souhaite le voir courir à l’international. Il pourrait être au départ d’une très bonne course à Belmont Park en septembre, sur 2.400m [certainement les Jockey Club Derby Invitational Stakes, un Gr3 doté d’1.000,000 $, ndlr]. Sur cette distance, nous pouvons rivaliser avec les Américains. Je pense qu’Harry Way sera bien meilleur à l’automne. Ce qui déboucherait sur une belle expérience, un beau voyage, surtout pour moi qui suis un jeune entraîneur. En tant que jockey, j’avais eu la chance d’aller au Qatar, à Hongkong et même à Dubai pour Jérôme Reynier et Pascal Bary. »

Près de soixante pensionnaires, dont un tiers de 2ans

Cette année, Nicolas Perret est à la tête d’un effectif de 57 pensionnaires appartenant à près d’une trentaine de propriétaires différents : « Il faut dire qu’Harry Way m’a donné un sacré coup de pouce. J’ai la chance d’accueillir de nouveaux propriétaires, comme David Salabi qui m’a confié Union Square (Cloth of Stars), une pouliche jusqu’à présent entraînée par Jean-Claude Rouget. Gérard Augustin-Normand a acheté une part de Préciosité (Dabirsim) l’année dernière. Il possède également Montigny (Dream Ahead) en pleine propriété. Prochainement, je vais aussi accueillir trois 2ans de l’écurie de la Verte Vallée. Je pense être bien équipé avec les jeunes chevaux. C’est important pour l’avenir. Certains d’entre eux pourront débuter en juillet ou en août. Mais je leur laisse le temps de bien venir… » Parmi les 2ans confié à Nicolas Perret, Harry Gold (Silverwave) n’est autre que le frère d’Harry Way : « Harry Gold est plaisant et se déplace bien. Il est un peu plus tardif qu’Harry Way. Physiquement, ils sont différents : l’un est alezan avec un physique plutôt féminin, tandis que l’autre est bai brun et très costaud. »

Assistant entraîneur avant de franchir le pas

Nicolas Perret a monté en obstacle puis sur le plat, notamment pour Jean-Paul Gallorini, Pascal Bary, Jean-Marc Capitte ou encore Jean-Claude Seroul. Il est ensuite devenu assistant de Jérôme Reynier pour l’écurie de Jean-Claude Seroul durant un peu plus d’un an : « J’ai beaucoup appris auprès de Jérôme Reynier et cela m’a énormément plu de gérer une écurie. C’est pour cela que j’ai décidé de passer la licence. À Calas, j’ai deux cours et je dispose de 63 boxes. Je travaille avec ma femme et nous avons une super équipe. Nous avons notre jockey maison, Sylvain Ruis, qui monte 80 % de notre effectif. J’essaye de travailler avec le top des jockeys français, à l’image de Stéphane Pasquier par exemple. Lorsqu’il a gagné la Listed avec Harry Way, l’émotion était encore plus forte car c’est mon ami depuis l’âge de 14 ans. »

Article précédent
Article suivant
VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires