vendredi 14 juin 2024
AccueilCoursesBlue Rose Cen dans le clan des légendes

Blue Rose Cen dans le clan des légendes

Chantilly, dimanche

Prix de Diane Longines (Gr1)

Blue Rose Cen dans le clan des légendes

1re BLUE ROSE CEN

2e NEVER ENDING STORY

3e TASMANIA (K)

« Je crois que notre rôle, en tant qu’entraîneur, est aussi de construire des légendes. Des chevaux dont tout le monde se souviendra. Pour nous, la consécration est de rencontrer ces chevaux presque touchés par la divinité… Tout le monde se souvient d’Allez France, Divine Proportions et Zarkava », nous a dit Christopher Head. À cette liste, il faut désormais ajouter Blue Rose Cen (Churchill), la petite pouliche au talent et cœur plus grands qu’elle, qui lui ont permis, comme les championnes précitées, de remporter le Qatar Prix Marcel Boussac, l’Emirates Poule d’Essai des Pouliches et le Prix de Diane Longines (Gr1). Blue Rose Cen est désormais dans le monde des légendes.

Le parcours parfait

Christopher Head aime faire des plans. Et dimanche, on peut imaginer que le plan s’est déroulé sans accroc. Blue Rose Cen avait l’as dans les stalles et elle a pu se caler dans le sillage de sa camarade d’entraînement Wise Girl (Recoletos). Cette dernière n’était pas étiquetée comme leader mais elle venait de gagner son maiden en s’imposant de bout en bout, sur 2.400m. Avec la stalle 5, on pouvait s’attendre à ce qu’elle prenne les commandes et ce fut le cas. Elle a mené à un rythme régulier et Aurélien Lemaitre a pu caler Blue Rose Cen dans son sillage, sans faire d’effort. Un plan parfait.

Il ne lui restait qu’à tenir. Blue Rose Cen découvrait les 2.100m dimanche. Elle a pris la tête à 400m du poteau et elle n’a rien lâché. À 20m du poteau, Aurélien Lemaitre était debout dans les étriers. L’affaire était pliée : Blue Rose Cen s’impose de quatre longueurs devant Never Ending Story (Dubawi), vue en embuscade à mi-peloton. Elle résiste d’une courte tête à la belle fin de course de Tasmania (K) (Australia), vue en seconde partie de peloton côté corde. Elle a pris quelques coups au début de la ligne droite et trace une très bonne fin de course. Wise Girl conserve une excellente quatrième place, à une demi-longueur. La cinquième place, à une longueur, revient à Elusive Princess (Martinborough). Avec le 14 sur 15, elle s’est retrouvée loin avant de finir en trombe en pleine piste.

Christopher Head, doublement classique

Il avait gagné son premier Gr1, le Marcel Boussac avec Blue Rose Cen, sans sourciller. Même réaction quand il a gagné la Poule et, dimanche, toujours ce flegme avec cette victoire dans le Diane. « Je me lâcherai en privé », nous dit-il en souriant, attendant sa pouliche. Christopher Head, à 36 ans et entraîneur depuis seulement 2018, est déjà doublement classique.

La pouliche sans défaut

Blue Rose Cen remporte la septième course de sa carrière, en neuf tentatives. Elle a été battue pour ses débuts, au mois de mai 2022, sur les 1.200m de Chantilly, et n’a trouvé que Victoria Road (Saxon Warrior), futur gagnant de Breeders’ Cup Juvenile Turf (Gr1), dans le Critérium du Fonds Européen de l’Élevage en août dernier. Blue Rose Cen est une demoiselle de fer et une pouliche de rêve : « C’est incroyable. Je n’ai jamais entraîné une pouliche de cette qualité. Je tiens à remercier toute l’équipe avec laquelle nous travaillons, du maréchal-ferrant au vétérinaire en passant par tout le personnel à l’écurie et ceux qui gèrent la communication. Je suis ravi de pouvoir travailler avec chacun d’entre eux et je ne les échangerai pour personne. Tout ceci me touche particulièrement. Blue Rose Cen est une pouliche sans défaut, nous n’avons jamais eu le moindre contretemps avec elle. Elle a le physique, le moteur, la volonté et la passion de courir. La pouliche a été une excellente 2ans et elle est capable d’être aussi forte à 3ans. Elle est arrivée sur cette course en ayant beaucoup d’expérience et elle n’a jamais pris dur. À chaque fois que nous l’avons courue, elle n’était pas marquée par une course précédente. Je vais me souvenir d’elle toute ma vie, j’ai eu tellement de chance de croiser son chemin. »

La suite n’est pas encore définie. On pense au Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) pour une telle pouliche, mais elle n’est pas engagée ! « Pour la suite du programme, nous allons d’abord voir comment elle rentre. Nous avions mis un plan en place jusqu’au Diane, où elle découvrait la distance. Nous discuterons pour la suite de la saison, sachant qu’elle devrait rester à l’entraînement l’an prochain. »

Au nom de la famille

Blue Rose Cen a fait son entrée dans le clan des pouliches de légendes… Les légendes, Christopher Head connaît. Son impassibilité se casse un peu quand il évoque son grand-père, Alec, et sa grand-mère, Ghislaine, qui nous a quittés juste avant le Jockey Club : « Mes grands-parents ont été des piliers de ma vie et le resteront pour toujours. J’ai une pensée pour eux. Gagner deux classiques représente beaucoup mais, par rapport à eux, à mon père ou encore à ma tante, j’ai encore beaucoup à prouver pour pouvoir leur être comparé. J’ai un respect infini envers eux. J’ai longtemps attendu pour parler de chevaux avec mon grand-père, attendu d’en savoir assez pour le faire… »

Surtout, Christopher Head veut garder la tête froide : « Je ne me rends pas compte de grand-chose ! Lorsque nous ferons le bilan, en fin d’année, peut-être que je vais pleinement réaliser. Quand on gagne une course, elle entre dans le passé et il faut se tourner vers l’avenir. Oui, je suis très heureux mais je sais que, dans l’avenir, il nous faudra confirmer encore et encore. J’ai beaucoup de chance, et notamment celle d’avoir croisé la route de Leopoldo Fernandez Pujals qui m’a confié tout d’abord Sibila Spain (K) (Frankel) et, depuis, Blue Rose Cen ou encore Big Rock. C’est grâce à lui que j’ai pu courir les classiques. Il faut le féliciter, il a mis en place autour de lui une équipe formidable et a fait confiance à des jeunes, dont je fais partie. Quelque part, il fallait oser me confier de tels chevaux, malgré mon inexpérience. Je ne peux que souhaiter à tous les jeunes entraîneurs de tomber sur un propriétaire comme lui, quasiment un mécène. »

Le cinquième Gr1 d’Aurélien Lemaitre

Aurélien Lemaitre remporte son cinquième Gr1, trois ayant eu lieu avec Blue Rose Cen et pour Christopher Head. Les deux autres ont été décrochés avec With You (K) (Dansili), dans le Rothschild, et avec Call the Wind (Frankel) dans le Cadran. C’était donc pour l’entraînement de Freddy Head. Entre Christopher Head et Aurélien Lemaitre, c’est donc une longue histoire ! Le jockey a commenté au micro d’Equidia : « C’est vraiment incroyable. Aujourd’hui, Blue Rose rentre dans l’Histoire. C’est une pouliche facile à monter. On a pu galoper avec de l’espace, ce qui m’a permis de pouvoir doser son effort à l’entrée de la dernière ligne droite. Et lorsque je lui ai demandé d’accélérer, Blue Rose Cen a vraiment bien répondu tout en regardant le public qui était au milieu de l’hippodrome. Je n’ai jamais vu une pouliche galoper avec autant de facilité. Elle a tout d’un ‘’crack’’, rien ne la perturbe… Avec Christopher Head, son entraîneur, nous travaillons main dans la main. Tout se passe bien, c’est vraiment super. »

La consécration de la Yeguada Centurion

La dynamique, lors de la conférence de presse, entre Leopoldo Fernandez Pujals, l’homme derrière la Yeguada Centurion, et Christopher Head, était très amusante à observer, avec respect et esprit plus taquin du propriétaire. Quarante ans les séparent. Les chevaux les rassemblent.

Pourquoi acheter un cheval… Quand on peut en acheter 80 ?

Leoplodo Fernandez Pujals a acheté ses premiers chevaux en 2018 mais c’est vraiment en 2019 qu’il fait une entrée fracassante dans l’univers des ventes d’élevage, à Keeneland, avant de poursuivre ses achats en Irlande, Grande-Bretagne et France. Leopoldo Fernandez Pujals aimait déjà les chevaux, lui qui élève des chevaux espagnols depuis trente ans. Les courses ont été une histoire de hasard : « J’ai découvert les courses en Espagne avec un ami qui avait un partant. Nous y sommes allés avec mon épouse. Sa pouliche a été battue mais nous avons accroché et ma femme m’a suggéré d’acheter un cheval de course. Mais je suis un homme d’affaires et je ne suis pas capable d’acheter un seul cheval… J’en ai donc acquis 80 ! Pour les poulinières, nous n’avons pas acheté de gagnantes de Gr1 mais beaucoup de juments avec de bonnes performances. Notre chance, c’est aussi que parmi nos achats, en particulier à Keeneland, certaines ont ensuite donné des chevaux qui ont gagné un Gr1 après leur acquisition. Désormais, nous souhaiterions avoir notre premier étalon… Et ce sera certainement Big Rock. »

Une rencontre à Deauville

Les chemins de Leopoldo Fernandez Pujals et Christopher Head se sont croisés à Deauville en 2020. L’entraîneur se souvient : « Nous nous sommes rencontrés à un déjeuner à Deauville, via mon cousin Alexis Morange. Leopoldo m’a alors promis de m’envoyer une pouliche. » Il a tenu parole. Il lui a envoyé une 2ans achetée 240.000 € yearling à Arqana. C’était Sibila Spain… La suite appartient déjà à l’histoire des courses. Elle se nomme Sibila Spain et ses montagnes russes émotionnelles, avec des victoires de Groupe mais aussi de la malchance, dans le Saint-Alary ou à Royal Ascot où elle a été déclarée non partante derrière les stalles. Elle se nomme Big Rock (Rock of Gibraltar), impressionnant en 2023 et deuxième du Jockey Club. Et elle se nomme surtout Blue Rose Cen, petite pouliche au cœur d’or.

Dans le clan des placées

Les entourages des placées nous ont livré leurs impressions après le Diane.

Never Ending Story en progrès sur la distance

Never Ending Story restait sur une honorable cinquième place dans l’Emirates Poule d’Essai des Pouliches. Elle se comportait comme une pouliche qui serait mieux sur plus long et elle le confirme dans le Diane avec sa deuxième place. Aidan O’Brien, son entraîneur, nous a dit : « C’est la première fois que Never Ending Story courait sur une distance aussi longue et elle a fait une superbe course. Elle est bonne deuxième derrière la gagnante qui est vraiment une très bonne pouliche. Je pense qu’elle peut progresser encore un peu. Nous sommes donc très contents. Pour la suite, elle pourrait participer à des épreuves comme les Irish Oaks (Gr1) ou d’autres compétitions car nous avons déjà Savethelastdance (Galileo) pour les Irish Oaks. Nous verrons plus tard pour la suite de son programme. »

Tasmania trace les 600 derniers mètres les plus rapides

Le tracking donne les 600 derniers mètres les plus rapides à Tasmania, en 34’’75. La pouliche a utilisé le Prix de la Chapelle-en-Serval (Classe 2) en tremplin, course que Francis-Henri Graffard avait aussi choisie pour Channel (Sea the Stars). La représentante du Gestüt Schlenderhan réalise une excellente performance et l’entraîneur nous a dit : « Son jockey, Tom Marquand, regrette que la pouliche ne soit pas sortie vite de sa stalle. Ce fait de course l’a contrainte de se retrouver parmi les dernières. Ensuite, dans le parcours, Tasmania a pris le sillage de Jannah Rose avant de plonger le long du rail intérieur pour finir. C’est incroyable la vitesse à laquelle la pouliche a bouclé son parcours ! Je ne pouvais pas l’avoir au mieux ce jour. Elle ne méritait pas d’être proposée à 45/1… Tasmania n’est pas engagée dans le Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), mais il y a d’autres belles courses sur 2.400m. Elle ne devrait pas avoir de mal à faire cette distance à l’avenir. Toutefois, je ne suis pas sûr qu’elle aura la même capacité d’accélération lorsque les pistes seront profondes. Ses propriétaires cherchaient à obtenir du black type dans une Listed, mais c’est finalement dans le Prix de Diane qu’ils l’ont obtenu ! »

Wise Girl, un pari réussi

Wise Girl restait sur une victoire dans le Prix de la Calèche des Impératrices (Maiden), le 19 mai. Passer d’un maiden à un Gr1 était un grand pari et la pouliche aurait pu aller sur le Prix du Lys (Gr3), dans lequel elle était engagée. La Yeguada Centurion et Christopher Head avaient finalement choisi le Diane et l’entraîneur a commenté : « Wise Girl n’était pas un leader. Elle court ainsi, un peu comme Big Rock. Je suis ravi de sa performance. Elle se présentait comme pouliche gagnante de maiden et elle est quatrième du Diane, c’est pas mal ! »

Elusive Princess, pénalisée par son numéro de corde

Le 14 sur 15 n’était pas un cadeau pour Elusive Princess, supplémentée dans le Diane. Avec Tasmania, elle est la seule à avoir tracé les 600 derniers mètres en moins de 35’’, étant flashée en 34’’77 (34’’75 pour Tasmania). Jean-Philippe Dubois, son entraîneur, nous a dit : « Le Diane est toujours une bonne course. Elle court bien. Nous allons voir comment elle revient. » Hubert Guy, qui a géré l’achat d’une partie de la pouliche pour LNJ Foxwoods, a ajouté : « Elle a refait le champ de course. Le numéro 14 nous a coûté très cher. Avec un bon numéro, elle aurait pu être deuxième. Le jour où elle ira aux États-Unis, elle sera redoutable. Elle a tout pour réussir là-bas. »

Et à la fin, c’est Coolmore qui gagne

Churchill, l’homme d’État, n’était pas très francophile. L’étalon de Coolmore, lui, adore le programme et l’entraînement français. Ses deux meilleurs produits – Vadeni et Blue Rose Cen – sont entraînés dans notre pays et ont gagné leurs classiques sur notre sol ! Il compte 8,1 % de black types par partants. Autre motif de satisfaction pour Coolmore, outre la deuxième place de Never Ending Story (Dubawi), la fille d’Australia (Galileo) Tasmania termine troisième.

La réussite avec les juments black types

La mère de Blue Rose Cen est Queen Blossom (Jeremy), lauréate au Curragh des Park Express Stakes (Gr3, 1.600m), à 3ans, et des Santa Barbara Stakes (Gr3, 2.400m) à Santa Anita, à 5ans. Elle a été achetée à l’amiable en Irlande par la Yeguada Centurion. Blue Rose Cen est le premier produit de sa mère et le seul enregistré à ce jour. Queen Blossom n’a pas forcément la plus grande page de catalogue… Mais comme cela se voit souvent à partir d’une bonne jument de course, c’est à partir d’elle que la souche commence à se construire. La réussite de la Yeguada Centurion – à l’exception de Big Rock (Rock of Gibraltar), dont la mère n’est pas black type – s’est en grande partie bâtie sur les juments ayant des performances ou ayant déjà produit des chevaux de stakes (d’où Mr Melbourne Cen, Ramatuelle, Missyouni, Sabio Cen, Crazyland…).

Blue Rose Cen est née et a grandi au haras de l’Hôtellerie, la structure de Jean-Pierre et Guillaume Garçon, tout comme Ramatuelle (K) (Justify), la lauréate du Prix du Bois Longines (Gr3), qui est aussi une élève de la Yeguada Centurion. Guillaume Garçon nous a dit : « C’est un grand plaisir. Blue Rose Cen est une crack ! Aujourd’hui, il y avait un vrai lot, il fallait le faire. C’est un moment extraordinaire ! Il n’y a rien à dire, elle est la meilleure sur 1.600 et 2.100m. Physiquement, elle n’a jamais été impressionnante mais elle a toujours montré de la classe. C’est une petite pouliche maniable, avec un cœur en or et un très gros moteur. »

Où l’on reparle de Jeremy

Blue Rose Cen fut le premier gagnant de Gr1 pour Jeremy (Danehill Dancer) en tant que père de mère. En début de carrière, Jeremy a été promu sur le marché du plat à l’Irish National Stud, lui qui avait remporté les Jersey Stakes (Gr3) à 3ans et le Betfred Mile (Gr2) l’année suivante. Mais il n’a pas percé dans la production de chevaux de plat. Cependant, comme un certain nombre de représentants de sa famille maternelle (il descend de la championne “royale” Highclere), c’est la tenue qui est ressortie. Et Jeremy s’est affirmé comme un reproducteur d’obstacle populaire en Irlande : neuf gagnants de Gr1 sur les haies… et celui du Grand National (Gr3) 2023 !

La deuxième mère, Mark of an Angel (Mark of Esteem), a fini troisième (à 2ans) des Silver Flash Stakes (Gr3, 1.400m) en Irlande. Outre Queen Blossom, on lui doit également Winged Spur (Motivator), gagnante de cinq handicaps entre 1.600m et 2.300m, en Angleterre.

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 1’04’’72

De 1.000m à 600m : 25’’25

De 600m à 400m : 11’’67

De 400m à 200m : 11’’47

De 200m à l’arrivée : 12’’03

Temps total : 2’05’’14

Sadler’s Wells

Galileo

Urban Sea

Churchill

Storm Cat

Meow

Airwave

BLUE ROSE CEN (F3)

Danehill Dancer

Jeremy

Glint in her Eye

Queen Blossom

Mark of Esteem

Mark of an Angel

Dream Time

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires