mardi 27 février 2024
AccueilA la uneGAGARINS MOON

GAGARINS MOON

Jeudi soir à Longchamp

Gagarin’s Moon fait le spectacle

Les réseaux sociaux sont entrés en fusion dans la nuit de jeudi à vendredi suite à la victoire rocambolesque de Gagarin’s Moon (Sea the Moon) dans la dernière course à Longchamp, le Prix Mercedes-Benz Paris – Prix de la Glacière. Outre-Manche, c’est avec une certaine incrédulité que les turfistes et la presse ont suivi cette course. Un journaliste britannique de renom a d’ailleurs appelé vendredi matin la rédaction de Jour de Galop afin de savoir si les jockeys avaient été convoqués par les commissaires (ce ne fut pas le cas). Comme en atteste l’étude des chronos, Sylvain Ruis a laissé avancer son partenaire dans une allure sélective mais raisonnable pour un cheval en 37 de valeur. Les autres jockeys, de leur côté, n’ont pas avancé et Gagarin’s Moon n’a cessé de creuser l’écart. Au final, il gagne de 30 longueurs devant le placé de Groupe Brokeback Mountain (Le Havre), pris en 41,5. Bruno Barbereau a étudié les temps des autres vainqueurs des épreuves sur 2.800m programmées jeudi soir : Grazano (24,5 de valeur), Jardin Bleu (26,5 de valeur) et Chonburi (18 de valeur). L’analyse des chronos est formelle : ils auraient tous battu les adversaires de Gagarin’s Moon s’ils avaient pris part au Prix Mercedes-Benz Paris – Prix de la Glacière. Non pas grâce à leur classe respective mais du fait que ces derniers ne sont pas allés assez vite. Une telle situation n’est pas inédite. On se souvient qu’en 2015 à Longchamp, Be My Pleasure (25 de valeur) avait battu sur 2.000m des chevaux pris en 43 et 44 de valeur.

Fin de carrière de Brokeback Mountain

Melchior François Mathet, éleveur et propriétaire de Brokeback Mountain, a déclaré : « Dans une course au déroulement étonnant, notre cheval Brokeback Mountain termine deuxième. Avant cette épreuve, nous avions décidé avec Yann Barberot que cette sortie serait la dernière du cheval. Nous avions même envisagé de le déclarer non partant sur l’hippodrome, si nous jugions que le terrain était trop léger, car il a quatre vis dans un antérieur et cinq dans un postérieur. À 8ans, Brokeback Mountain a donc mis un terme à sa carrière de courses, à Longchamp, devant un public nombreux et sur une performance remarquable en battant un très bon cheval : 36 courses, 8 victoires et 23 places Cette retraite, je la lui dois. Yann Barberot m’a adressé ce SMS hier soir : « Merci de m’avoir confié ce gentil cheval. C’est comme s’il avait gagné. Il fait partie des chevaux qui ont marqué ma carrière. » » Melchior François Mathet conclut : « Il faut remercier tous ceux qui l’ont soigné au quotidien, comme ponctuellement, tout au long de ces années : les vétérinaires de la clinique Plainfossé, Nina Hubert et Philippe Leblanc chargé de ses convalescences, tous les jockeys qui l’ont monté en course, et surtout Yann et toute son équipe, mais plus particulièrement Laura Delage, l’un des collaborateurs principaux de l’écurie Barberot et qui était son cavalier de presque tous les jours. »

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires