dimanche 16 juin 2024
AccueilInternationalShaquille le rodéo sprint

Shaquille le rodéo sprint

NEWMARKET (GB), SAMEDI

JULY CUP (Gr1)

Shaquille le rodéo sprint

Une facétie à chacune de ses sorties et pourtant, à la fin, c’est toujours – ou presque toujours – Shaquille (Charm Spirit) qui gagne ! Samedi, dans la July Cup (Gr1), il est sorti de sa stalle tel un cheval de rodéo… comme il l’avait d’ailleurs déjà fait dans la Commonwealth Cup (Gr1). Différence notable, au contraire de sa tentative à Royal Ascot, il n’a pas attendu. Et pour cause, puisque son jockey, Rossa Ryan, avait décidé de ne pas se battre avec sa “brute” de partenaire. Après 600m, avec 400m effectués en moins de 21’’, Shaquille a attaqué le véloce Art Power (Dark Angel) et l’a déposé sans autre forme de procès. Bien trop tôt, on a alors pu penser… Que nenni puisque Shaquille a continué sur sa lancée, sans jamais faiblir sur la montée, pour finalement s’imposer d’une longueur et demie sur l’outsider Run To Freedom (Muhaarar). Aucun regret à avoir pour Lanfranco Dettori. Il ne pourra définitivement jamais gagner la July Cup mais le cheval qu’il aurait dû monter, le régulier Kinross (Kingman) a dû se contenter de la troisième place. Little Big Bear (No Nay Never) avait finalement eu le feu vert de son entraîneur, Aidan O’Brien, pour courir mais il a déçu. Après un départ correct, il a suivi Art Power mais était déjà battu après 500m de course.

Huit courses et cinq jockeys

Malgré ses facéties, Shaquille n’a connu qu’une défaite en huit sorties alors qu’il a été associé à cinq jockeys différents. Rossa Ryan, son pilote samedi, avait choisi une tactique différente : « J’avais échangé avec Oisin Murphy et James Doyle, les deux derniers collègues qui l’ont monté. C’est un cheval assez incroyable… » Shaquille est le deuxième gagnant de Groupe en vingt ans de carrière pour Julie Camacho et son mari Steve Brown qui, pour la première fois, ont franchi le cap d’un million de livres de gains : « Je suis encore surprise. Nous avons une petite écurie dans le nord de l’Angleterre et quand on venait à Newmarket avec un cheval qui nous paraissait pourtant assez bon, ils nous ont toujours renvoyés au Nord avec un grand coup de pied dans les fesses… Pas cette fois ! »

Le Maurice de Gheest possible

Le programme est encore à décider comme a précisé Julie Camacho : « Mon mari avisera avec le copropriétaire Martin Hughes. Je ne suis qu’une petite partie de l’équipe, Steve pèse plus que moi. Le cheval devrait se rendre sur la Sprint Cup (Gr1) de Haydock mais il sera également engagé dans le Prix Maurice de Gheest (Gr1). Je pense que la performance de ce samedi est bien meilleure que celle de Royal Ascot puisqu’on a battu les chevaux d’âge. Shaquille n’est pas un cheval facile et on se pose toujours des questions avec lui… »

La vitesse de sa grand-mère, Danehurst

Shaquille, élevé par son copropriétaire Martin Hughes et Michael Kerr-Dineen, est le premier lauréat de Gr1 de son père Charm Spirit (Invincible Spirit) qui a fait la navette entre Tweenhills en Angleterre, le haras de Bonneval et la Nouvelle-Zélande où il a produit six de ses huit gagnants de Groupe. Depuis 2021, il officie au haras du Logis Saint-Germain et il est offert cette année à 5.000 €. La mère Magic (Galileo) n’a pas couru et Shaquille est son seul gagnant. C’est une sœur de Birch Grove, lauréate du Prix Luth Enchantée (L) et qui a produit cinq autres gagnants. La deuxième mère, Danehurst (Danehill), a bien mérité de rencontrer Galileo, elle qui a été une sprinteuse de top niveau, remportant quatre Groupes, dont le Flying Five, désormais Gr1. Le tout dans quatre pays différents. Danehurst s’est aussi classée deuxième de la première édition des Golden Jubilee Stakes (Gr1) à Royal Ascot. C’est une demi-sœur de Humouresque (Pivotal) qui a remporté le Prix Pénélope (Gr3), et de deux autres sujets black types.

Magic a un yearling par Cable Bay (Invincible Spirit) et un foal par Iffraaj (Zafonic).

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires