mercredi 28 février 2024
AccueilCoursesInspiral et une histoire d’inspiration

Inspiral et une histoire d’inspiration

Inspiral et une histoire d’inspiration

1re INSPIRAL

2e BIG ROCK

3e LIGHT INFANTRY

Frankie Dettori et John Gosden avaient fait le papier et le jockey a eu la bonne inspiration. Ce fut celle de venir côté corde en passant à l’attaque, alors qu’Inspiral (Frankel) avait l’as dans les stalles le long du rail extérieur dans les boîtes, pour placer la pouliche du côté où le rythme de la course allait venir. « Pour s’imposer, elle est passée de la stalle 1 à la stalle 12 ! », commente l’entraîneur. Comme on pouvait s’y attendre, Big Rock (Rock of Gibraltar) a imprimé du rythme en tête de l’épreuve et Inspiral a suivi facilement à l’arrière-garde, patientant, attendant son heure. À 350m, la représentante de Cheveley Park Stud est passée à l’attaque. À 150m, elle a pris l’avantage et n’a fait que se détacher pour s’imposer d’une longueur un quart devant Big Rock, lequel n’a rien lâché. Light Infantry (Fast Company), amoureux de la ligne droite de Deauville, est troisième à une longueur un quart. Onesto (K) (Frankel) réalise une excellente rentrée en se classant quatrième à une longueur, tandis que Triple Time (Frankel) est cinquième, craquant pour finir après avoir été vu à la hauteur de Big Rock.

Quatre à la suite

Il y a eu l’inspiration de Frankie Dettori mais aussi l’inspiration de John Gosden, co-entraîneur d’Inspiral avec son fils Thady. Comme le jockey, il remporte un quatrième Jacques Le Marois de suite, après les deux victoires de Palace Pier (Kingman) et celle d’Inspiral l’an dernier. Il fallait une certaine inspiration pour courir la pouliche dimanche, après sa cinquième et dernière place onze jours auparavant dans les Qatar Sussex Stakes (Gr1), dans le bourbier de Goodwood. Mais la pouliche n’est jamais meilleure qu’en ligne droite et elle a couru à Goodwood avec Deauville en tête.

L’entraîneur nous a dit : « C’est incroyable ! Nous avons eu raison de courir à Goodwood. Si nous étions non-partants, la course aurait été réduite à quatre partants et ce n’était pas possible pour le public et pour les courses. Nous avons tenté notre chance tout en sachant que si elle ne pouvait pas se sortir du terrain, Frankie la respecterait. Elle a finalement eu un bon galop là-bas… Elle est très bien revenue de la course. Normalement, nous ne courrons pas à douze jours mais elle était bien et avait de la fraicheur, étant donné qu’elle n’a couru que deux fois cette année. Frankie a monté une course magnifique. Nous avions l’as dans les stalles et nous doutions que le rythme viendrait de l’autre côté de la piste. Il a donc traversé la piste pour l’emmener là où il le fallait. Cela faisait un peu de chemin ! De facto, elle est passée de la stalle 1 à la stalle 12 pour s’imposer. Nous ne pourrions pas être plus heureux. Elle est fantastique. Je suppose que nous pourrions aller vers la Breeders’ Cup Mile avec elle, même si la piste sera peut-être un peu étroite à son goût. »

Une des courses de cœur de John Gosden

John Gosden aime Deauville et la France en général… et il adore le Jacques Le Marois. Une seule autre femelle a remporté à deux reprises le Jacques Le Marois : la grande Miesque (Nureyev) et, quand on évoque cela, l’émotion est bien présente : « Gagner cette course deux fois avec Palace Pier, deux fois avec elle, et une fois avec Kingman… C’est un grand honneur. C’est un meeting magnifique, avec une atmosphère merveilleuse. Tout d’abord, j’adore le mile en ligne droite et, de plus, j’adore le mile en ligne droite sur une piste plate. Je suis moins fan des lignes droites vallonées, avec un « dip ». Pour moi, c’est une piste extrêmement juste, où il n’y a généralement pas de malheureux. C’est ce que j’aime. Miesque était mon idole. Freddy Head en selle, François Boutin son entraîneur… Deux grands amis. François me manque beaucoup, je pense à lui aujourd’hui et je me souviens quand il venait pendant trois semaines avant la Breeders’ Cup aux États-Unis ; nous nous amusions énormément. Miesque était une machine, Inspiral est une excellente pouliche. Je suis ravi pour Frankie ! Je ne sais pas s’il va revenir à Deauville dans les prochains jours, j’ai cru comprendre qu’il n’avait pas de monte. Vous le reverrez en France plus tard. Mais le voir finir ainsi ce meeting… En France, dans un sens, vos quatre très grandes courses sont, je crois, l’Arc, le Jockey Club, le Diane et le Jacques Le Marois. Et il gagne le Marois à nouveau, lui qui adore Deauville… J’ai du mal à suivre le rythme (rires) ! »

Un rêve pour un futur retraité

Frankie Dettori avait la gorge nouée par l’émotion après l’accueil qui lui a été réservé. Le jockey remporte son huitième et dernier Jacques Le Marois. Récemment, pour cause de déménagement, il a vendu beaucoup de trophées mais on ne sait pas s’il gardera cette dernière petite coupe du Marois, laquelle ne devrait pas prendre trop de place ! « Je suis vraiment très heureux ! C’est un rêve éveillé. Vraiment, c’est beaucoup d’émotion, Yves Saint-Martin est présent, lui qui est une légende des courses françaises. J’adore le Jacques Le Marois et en remporter un quatrième de suite avec John est merveilleux. C’est une histoire de trente ans avec Deauville qui devrait normalement se conclure aujourd’hui, je ne pense pas avoir d’autres montes d’ici à la fin du meeting. J’adore Deauville, j’adore les courses ici… et aussi les soirées (rires) ! Ce qui se passe aujourd’hui ne peut arriver que dans les films normalement. »

Un deuxième Gr1 en 2023 pour Cheveley… après Cheltenham

Les couleurs de Cheveley Park Stud brillent pour la deuxième fois dans un Gr1 en 2023, le premier ayant été avec Envoi Allen (Muhtathir) dans le Ryanair Chase lors du Festival de Cheltenham. Directeur du haras, Chris Richardson nous a dit : « Tout d’abord, c’est un résultat magnifique pour toute l’équipe. C’est assez incroyable quand on pense qu’Inspiral marche dans les traces de la grande jument qu’a été Miesque. Nous avions choisi de courir à Goodwood, même si nous nous doutions que le terrain lourd ne serait pas à son avantage. Mais nous ne voulions pas prendre la fuite et souhaitions tenter notre chance face à Paddington. Nous l’avions laissée aux bons soins de Frankie, nous savions qu’il la respecterait si cela n’allait pas et que nous avions l’option de venir ici à Deauville, sur une piste qu’elle adore. Nous sommes ravis, Frankie l’a très bien montée et c’est fantastique de le voir accueilli ainsi. Nous allons discuter ensemble concernant la suite. Je suppose qu’elle pourrait rentrer au haras l’an prochain mais c’est une décision que Madame Thompson prendra. Par ailleurs, nous étions honorés d’avoir deux partants dans le Jacques Le Marois puisque Good Guess est aussi un élève de Cheveley. Il n’a pas pu s’illustrer aujourd’hui mais nous étions très fiers de sa victoire dans le Jean Prat. »

Article précédent
Article suivant
VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires

Salon agriculture

1 Salon, 3 objectifs

Cheltenham betting