samedi 24 février 2024
AccueilCoursesDouble Major en démonstration

Double Major en démonstration

Longchamp, dimanche

Prix Royal-Oak (Gr1)

Double Major en démonstration

1er DOUBLE MAJOR

2e SKAZINO

3e TASHKHAN

Sur le « papier », pouvait-on imaginer qu’un poulain provenant du croisement entre le champion miler japonais Daiwa Major (Sunday Silence) et Dancequest, par Dansili, allait remporter le Prix Royal-Oak (Gr1) en terrain lourd par plus de sept longueurs ? Pierre-Yves Bureau, manager de l’écurie Wertheimer & Frère, répond : « Si on regarde son pedigree, la famille maternelle ne manque pas de tenue avec Balladeuse (Singpsiel) ou encore Plumania (Anabaa), de vraies juments de 2.400m. Il y a un fond de tenue qui n’est pas négligeable dans la souche mais il est certain qu’en croisant Daiwa Major à une fille de Dansili, on ne se dit pas que le produit est théoriquement taillé pour les 3.100m en terrain lourd ! »

Double Major (Daiwa Major) a transformé le Royal-Oak en procession. Vite en tête, il a mené dans son rythme. À la sortie du tournant final, Maxime Guyon n’avait pas bougé et, dans la ligne droite, le 3ans – le seul au départ du Royal-Oak – n’a fait que se détacher. Il a un peu penché mais a survolé les débats, s’imposant par sept longueurs et demie devant le vaillant Skazino (Kendargent), vu en embuscade et venu prendre trois quarts de longueur à Tashkhan (Born to Sea), vu à l’extérieur de Double Major.

Sept sur 13 pour les 3ans

Les 3ans ont une belle réussite dans le Royal-Oak. Double Major devient le 7e représentant de la génération classique à remporter le Gr1 depuis 2010. Le poulain de l’écurie Wertheimer & Frère arrivait sur ce dernier Gr1 de l’année, en plat, sur notre sol, fort de son succès dans le Qatar Prix Chaudenay (Gr2). Dans le Gr2, il avait mené tranquillement avant de repartir de plus belle sur une piste rapide. Dimanche, il confirme qu’il n’avait vraiment pas volé ce succès. Inscrit à la vente de l’Arc quelques heures plus tard, Double Major avait été retiré dans la foulée de cette victoire. Pierre-Yves Bureau nous a dit : « La décision de ne pas le passer en vente fut facile à prendre. Le poulain n’a fait que progresser cette année et Christophe Ferland a parfaitement géré sa carrière, bravo à lui. C’est devenu un vrai lutteur et Maxime Guyon le connaît par cœur désormais. Nous avons certainement un excellent stayer entre les mains pour les années à venir, en plus de Sober (Camelot), c’est super. Rien n’est arrêté sur le programme mais nous aimons voyager, donc pourquoi pas ? Aujourd’hui, avec le terrain, les chevaux d’âge, nous avions plus d’interrogations que de certitudes. Nous sommes ravis. »

Un poulain en constants progrès

La dernière victoire de Gr1 de Christopher Ferland remontait à octobre 2013, quand Indonésienne, déjà pour l’écurie Wertheimer & Frère, remportait le Boussac. L’entraîneur, installé à Chantilly depuis cette année, était très ému et nous a dit : « Il fait un truc ! Il a eu une course de rêve, à sa main devant. Dans la fausse ligne droite, je voyais que tout le monde commençait à pousser et Maxime n’avait pas bougé. À ce moment, on baisse les jumelles et on se demande ce qu’il va se passer dans la ligne droite ! Il le fait avec classe, c’est un crack. Double Major n’a fait que progresser toute l’année. C’est un petit cheval assez efféminé. À 2ans, il était inapte à la compétition : pas encore fait, pas encore venu physiquement. Nous avons pris notre temps. Comme j’étais encore entraîneur de province, je l’ai formé à l’école de la province. Et, physiquement comme mentalement, il n’a fait que progresser. Je n’ai pas beaucoup de mots pour l’instant ! C’est génial. Il nous avait déjà tellement fait plaisir le week-end de l’Arc et je dois dire que je n’avais pas très envie qu’il soit présenté à la vente ensuite. Il a finalement été retiré et nous avons un bon poulain entre nos mains. Nous allons réfléchir pour l’an prochain. Il va avoir droit à des vacances et nous aviserons sur le programme, si nous commençons du côté de Meydan par exemple. »

Le deuxième Gr1 de l’année de Maxime Guyon

Maxime Guyon a laissé éclater sa joie au passage du poteau, ou plutôt 50m avant ! Le jockey, de nouveau sacré Cravache d’or en 2023, avait attendu le dimanche 1er octobre pour remporter son premier Gr1 de l’année, avec Kelina (K) (Frankel) – qu’il va retrouver dans le Breeders’ Cup Mile (Gr1), samedi prochain à Santa Anita. Dimanche, il remporte le dernier Gr1 de plat de la saison française. Le jockey a commenté au micro d’Equidia : « Il n’avait jamais couru sur un terrain aussi extrême mais il avait un avantage au poids et il est assez léger physiquement, avec de gros pieds. Quand je me suis retourné à mi-ligne droite pour regarder l’écran géant, je ne m’attendais pas à être aussi détaché. Je n’ai pas l’impression d’avoir été vite dans le parcours. Il fait le minimum durant la course. En partant, je n’ai pas voulu forcer mais cela a repris devant moi, j’ai pu prendre facilement la tête et il a pointé les oreilles. Je me suis baladé ! »

Skazino permet à Gousserie Racing de virer en tête

Le Prix Royal-Oak entraîne quelques bouleversements au classement provisoire des propriétaires 2023. En prenant la deuxième place, Skazino permet à Gousserie Racing (avec aussi la quatrième place de Tigrr dans la première épreuve du programme), de virer en tête d’une courte tête (environ 50.000 €), devant l’écurie Wertheimer & Frère, qui passe de la troisième place à la deuxième place grâce à la victoire de Double Major. Serge Stempniak, leader jusqu’à dimanche soir, est proche troisième au classement et, d’ici à la fin de l’année, tout est encore possible !

Le vétéran réalise en tout cas sa meilleure performance de l’année et Pauline Chehboub nous a dit : « Skazino est bien dans sa routine, il est possible qu’on le retrouve l’année prochaine. Il montre qu’il est encore au plus haut niveau. Il était deuxième de cette course il y a deux ans, et c’était la meilleure saison de sa vie. Skazino retrouvait aujourd’hui une piste assouplie, qui l’aide bien. Nous lui avons également enlevé le bonnet pour la première fois de la saison. Nous sommes très contents de sa performance, car les 3ans font très bien cette course avec leur avantage au poids. Il a 7ans et nous sommes très heureux de le revoir à ce niveau. Nous allons laisser Skazino rentrer et réfléchir à la saison prochaine. Il y aura des opportunités en France et à l’étranger. Il va passer l’hiver tranquille et nous allons savourer cette belle deuxième place de Gr1. »

Tashkhan peut-être un peu émoussé

Tashkhan, troisième du Qatar Prix du Cadran (Gr1) l’an passé, ne démérite pas. Le pensionnaire de Brian Ellison a eu des combats cette année, que ce soit au niveau Groupe comme dans la Goodwood Cup (Gr1), mais aussi dans les gros handicaps que sont l’Ebor Handicap (22 partants) ou, plus récemment le Cesarewitch Handicap (31 partants) dont il s’est classé troisième. Brian Ellison nous a appris : « Je pense qu’il a beaucoup donné pour se classer troisième du Cesarewitch, lors de sa dernière sortie, à Newmarket. Cet effort et le transport lui ont certainement un peu coûté aujourd’hui. Pas pour la victoire, bien sûr, car le gagnant était très au-dessus du lot, mais nous aurions pu terminer deuxième. C’est un super cheval. Une très belle histoire car il n’a pas coûté très cher. Désormais, le cheval part en vacances. »

Le premier Gr1 européen de Daiwa Major

Élevé par ses propriétaires, Double Major est un fils de l’étalon japonais Daiwa Major (Sunday Silence) qui fait la monte à Shadai. C’est le premier lauréat de Gr1 de l’étalon en Europe et son huitième gagnant individuel de Gr1. Daiwa Major avait été un champion dans son pays, principalement sur 1.600m : il a réussi le doublé dans les deux grands miles japonais du printemps (Yasuda Kinen) et de l’automne (Mile Championship), mais il a aussi montré assez de tenue pour remporter le Tenno Sho – Automne (Gr1, 2.000m) et, à 3ans, les 2.000 Guinées japonaises (Gr1), lesquelles sont sur 2.000m. Daiwa Major s’est aussi classé troisième de l’Arima Kiken (Gr1) sur 2.500m.

Au haras, au Japon, il s’illustre surtout avec les milers, comme les lauréats de Gr1 Admire Mars (trois Grs1 dont le Hong Kong Mile), Major Emblem ou Curren Black Hill, et a aussi donné un lauréat de Gr1 sur 1.200m (Copano Richard, Takamatsunomiya Kinen).

Un frère de Flop Shot

La mère, Dancequest (Dansili), s’est adjugé une épreuve sur les 1.900m de la P.S.F. de Deauville avant de terminer troisième du Prix de Liancourt (L). Double Major est son quatrième produit, le troisième à atteindre le poteau en tête après Flop Shot (New Approach), lauréat de deux épreuves en France, dont le Prix de Guiche (Gr3), avant de s’envoler pour les États-Unis, où il a remporté une autre épreuve. Dancequest est également la mère de Veritas (Camelot), lequel a remporté deux épreuves en France avant d’être exporté en Arabie saoudite. Il s’était notamment classé troisième du Grand Prix de Clairefontaine (L). Au haras, la poulinière à une 2ans nommée Tyra (Lope de Vega), à l’entraînement chez André Fabre, ainsi que Rooba (Dubawi), une yearling.

La deuxième mère, Featherquest (Rainbow Quest), a donné Plumania (K) (Anabaa), gagnante du Grand Prix de Saint-Cloud, deuxième du Prix Vermeille et troisième du Prix de Diane (Grs1) et mère de quatre black types en dix produits en âge de courir. Featherquest a aussi produit Balladeuse (Singspiel), gagnante du Prix de Royallieu (Gr2), puis mère de Left Hand (Dubawi), gagnante du Prix Vermeille (Gr1), entre autres. Left Hand a notamment donné Left Sea (K) (Frankel), lauréate cette année du Prix Mélisande (L).

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 2’29’’31

De 1.000m à 600m : 27’’59

De 600m à 400m : 12’’89

De 400m à 200m : 12’’38

De 200m à l’arrivée : 13’’72

Temps total : 3’35’’89

Halo

Sunday Silence

Wishing Well

Daiwa Major

Northern Taste

Scarlet Bouquet

Scarlet Ink

DOUBLE MAJOR (H3)

Danehill

Dansili

Hasili

Dancequest

Rainbow Quest

Featherquest

Featherhill

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires