mercredi 28 février 2024
AccueilCoursesLa Spezia, la pouliche des "premières"

La Spezia, la pouliche des « premières »

Auteuil, vendredi

Prix Magne (Gr3, Haies)

La Spezia, la pouliche des « premières »

1re LA SPEZIA

2e FUNNY BERRY (K)

3e LA PINSONNIÈRE

La Spezia (Cokoriko) restera dans le cœur de son entourage à tout jamais. En s’imposant dans le Prix Magne (Gr3), ultime préparatoire au Haras d’Étreham Prix Magalen Bryant – Prix Bournosienne (Gr2), elle a offert un premier Groupe à son propriétaire éleveur, le chef cuisinier, meilleur ouvrier de France, Manuel Martinez, à son entraîneur Jérôme Delaunay et à son jockey, l’ancien gentleman-rider, Christopher Riou. La Spezia est partie à 24/1. Certes, elle n’avait gagné qu’un prix de série à Compiègne, mais elle avait fait forte impression ce jour-là. Et, sans une faute en face dans le Prix de Chambly (Gr3), elle aurait certainement conclu sur le podium. Placée dans la seconde moitié du peloton, La Spezia a commis une erreur sur la haie du tournant d’Auteuil avant de bien se relancer. En face, elle s’est rapprochée pour aborder le tournant final en troisième position avant de progresser en dehors à l’entrée de la ligne droite. La Spezia s’est assuré le meilleur pour franchir l’avant-dernière haie et, malgré une faute sur l’ultime obstacle, elle est repartie sous les attaques pour l’emporter de sept longueurs. La rentrante Funny Berry (K) (Bathyrhon) a joué des coudes à l’entrée de la ligne droite avec La Pinsonnière (Beaumec de Houelle). Elle a effectué un bel effort final pour s’assurer la deuxième place d’une tête devant la protégée de François Nicolle. Maskaya (Masked Marvel) a fait un bon bout, terminant quatrième précédant Terra Bella (Seabhac). La favorite, Sissi du Mesnil (Kapgarde), a cédé en face et elle a été arrêtée sur une piste très souple qu’elle découvrait.

Une pouliche dure et courageuse

Après trois ans comme entraîneur, et beaucoup de pré-entraînement précédemment, Jérôme Delaunay, installé non loin d’Angers, a décroché un premier Groupe. Il était ému par la victoire de La Spezia et nous a déclaré : « Je ne pensais pas gagner aujourd’hui. Et je ne pensais pas remporter un Groupe avec cette pouliche. C’est une petite pouliche qui n’est pas très démonstrative le matin. Mais en fait, elle est très dure. Elle met son cœur sur la piste à chaque fois. Elle avait monté la côte de Compiègne en se donnant fortement. Elle se donne toujours à 300 % ! J’avais un peu peur du terrain, mais elle l’a fait de belle manière. C’est d’autant plus sympa que c’est mon premier Groupe ! C’est une satisfaction de gagner à ce niveau car nous avançons gentiment. J’ai fait beaucoup de pré-entraînement mais cela fait trois ans que je suis réellement entraîneur. Les 3ans ne sont pas tous capables de courir autant qu’elle. Elle n’a pas de physique mais elle est dure comme du bois. Entre les courses, on ne la travaille pas trop dur… De toute façon, on ne peut pas trop… Mais elle met toujours son cœur sur la piste. Elle va courir le Bournosienne où elle affrontera sûrement un lot homogène et pourquoi pas le remporter ? Si on arrive à la garder comme cela, il faut y aller ! » Jérôme Delaunay a permis à son jeune apprenti, Christopher Riou, d’enlever son premier Groupe. Il a eu ces mots pour son jeune pilote : « Cela fait plaisir de faire gagner son premier Groupe à Christopher [Riou, ndlr]. Il avait déjà gagné sa première course à Auteuil pour nous. C’est un jeune qui est cavalier, très travailleur et courageux. Il écoute et ne demande qu’à progresser. C’est un très bon pisteur. Il peut être très patient. Il doit prendre du métier, mais il faut lui donner confiance et le faire monter pour cela… »

La recette gagnante de Manuel Martinez

Manuel Martinez affichait lui aussi un large sourire après la victoire de La Spezia. Le chef du restaurant Le Relais Louis XIII a brillé en tant qu’éleveur et propriétaire. Il nous a dit : « J’ai déjà couru au niveau Groupe avec Bon Conseil qui s’était placé. C’était mon premier élève et là, avec ma deuxième élève, La Spezia, je remporte un premier Groupe ! C’est quand même pas mal pour un petit éleveur ! Pour un cuisinier, c’est sympathique ! J’ai fait le croisement car Cokoriko est un étalon qui fait 200 juments par an, il est améliorateur et la mère était bonne. Il faut de bonnes souches maternelles, mais il faut aussi que les étalons soient améliorateurs. J’ai acheté La Islaminima à mon ami Rémi Cottin. Tout le monde a fait du super travail avec elle, aussi bien Anthony Baudouin (haras du Hoguenet) que Philip Prévost Baratte, et bien sûr Jérôme Delaunay et Christopher Riou. La recette est au point ! À Compiègne, elle avait fait un truc en finissant fort dans la côte. C’est une bonne pouliche ! »

Funny Berry a de la marge

Funny Berry a confirmé sa grande régularité. C’est elle la plus régulière de la promotion. Elle a longuement patienté parmi les dernières, avant de tracer un dernier kilomètre prometteur. Son mentor Gabriel Leenders nous a confié : « Nous n’avons pas pu arroser la piste comme nous le voulions à la maison, donc j’ai été embêté dans la préparation de Funny Berry. Nous avons dû la travailler différemment. Il ne faut pas perdre le rythme avec les bons chevaux et là, nous en avons perdu un peu. Nous avons donc de la marge. L’objectif, c’est de courir le Bournosienne puis d’aller à Cheltenham le 27 janvier pour le Gr2 sur les claies pour les 4ans. Ce seront ses deux prochaines courses. »

La Pinsonnière, malgré son manque de métier

Avec deux sorties au compteur avant ce Gr3, et un passage en vente, La Pinsonnière a également attendu parmi les dernières dans une épreuve régulière. Elle a bien terminé, mais a vu la porte se refermer à l’entrée de la ligne droite, Funny Berry lui brûlant la politesse. Une enquête a été ouverte, mais elle est restée sans suite. La Pinsonnière a conservé la troisième place et elle est sans doute la meilleure maiden de France en obstacle. Son entraîneur François Nicolle nous a dit : « La pouliche est passée en vente [rachetée 150.000 € chez Auctav, ndlr] et elle a fait du « gauche-droite ». Nous l’avons préparée rapidement, mais c’est très bien ce qu’elle a fait. Elle n’a pas été heureuse à l’entrée de la ligne droite et cela nous coûte la deuxième place. Normalement, nous irons sur le Bournosienne. Quant à Lady Ardoon, je pense que c’est une question de terrain. Son jockey nous a dit qu’elle était tout de suite battue. C’est trop mauvais pour être exact. Le terrain va changer beaucoup de choses. »

​​​​​​Une mère lauréate sur les haies de Compiègne

Élevée par Manuel Martinez au haras du Hoguenet, La Spezia est une fille de Cokoriko (K) (Robin des Champs), étalon au haras de Cercy et de La Islaminima (Gentlewave), gagnante du Prix des Cadettes à Compiègne, sous les mêmes couleurs, et placée en steeple. La Spezia est le premier produit de sa mère qui a eu ensuite Invecto (Doctor Dino), un 2ans, Roquepine (Cloth of Stars), une yearling et Go On Boy (Ectot), un foal. La Islaminima est une sœur de Treize Treize (Dream Well), gagnante sur les haies de Bordeaux à 3ans, également pour Manuel Martinez. La troisième mère, Manson Island (Mansonnien), a enlevé le Prix Nivolet à Enghien. C’est une sœur d’Isle Enchantée (Trempolino), lauréate des Prix Magne et de Chambly (Listeds à l’époque), et mère de Latino des Isles (Martaline), triple gagnant de Groupe en steeple à Auteuil et notamment vainqueur du Prix Congress (Gr2).

Garde Royale

Robin des Champs

Relayeuse

Cokoriko

Nikos

Cardounika

Cardoudalle

LA SPEZIA (F3)

Monsun

Gentlewave

Saumareine

La Islaminima

Bonnet Rouge

Grenadines Island

Manson Island

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires

Salon agriculture

1 Salon, 3 objectifs

Cheltenham betting