samedi 24 février 2024
AccueilInternationalPlus qu’une victoire, un sacre

Plus qu’une victoire, un sacre

Tokyo (JP), dimanche

Tenno Sho – Automne (Gr1)

Plus qu’une victoire, un sacre

Equinox (Kitasan Black), le meilleur cheval au monde si l’on s’en tient aux ratings internationaux, ne s’est pas contenté de conserver sa couronne dans le Tenno Sho – Automne (Gr1), sous les yeux de l’Empereur et de l’Impératrice du Japon et de plus de 76.000 spectateurs. En effet, le champion japonais a remporté la course de toute une classe, signant au passage le record de l’épreuve et du parcours : 2.000m en 1’55’’20. Il faut souligner la rapidité des pistes japonaises et le fait que le chrono, comme aux États-Unis, est lancé quelques foulées après la sortie des stalles. Le temps global reste spectaculaire et le style l’est tout autant.

Comme on pouvait s’y attendre, l’alezan Jack d’Or (Maurice) a pris les commandes, bien que désavantagé par le 10 dans les stalles avec un premier tournant venant vite. Il a mené à un rythme soutenu (les premiers 1.000m en 57’’70). Assez logiquement, il a payé cette débauche d’efforts pour finir. Equinox a suivi en troisième position, menant le peloton de chasse derrière Jack d’Or et Gaia Force (Kitasan Black). Il a été le seul de ceux ayant « avancé » à ne pas craquer. Décalé peu après l’entrée de la ligne droite, Equinox a placé une accélération et l’affaire était pliée. Derrière, Justin Palace (Deep Impact), longtemps vu en avant-dernière position, et Prognosis (Deep Impact), dernier durant le parcours, ont bien fini mais c’était trop tard. Equinox s’impose de deux longueurs et demie devant Justin Palace, avec Prognosis troisième à une longueur un quart.

Le cheval parfait

Que peut-on demander de plus à Equinox ? Il a gagné au Japon et à Dubaï où il détient désormais le record des 2.400m. Il est capable de mener, comme dans la Sheema Classic, d’attendre parmi les derniers ou en embuscade derrière les premiers. Christophe Lemaire a commenté : « Tout d’abord, je suis soulagé de montrer au monde entier qui, je le sais, a suivi la course, qu’Equinox mérite son titre de meilleur cheval au monde. Ce n’est pas réellement un poulain doté d’une vitesse de base incroyable mais il a été capable aujourd’hui de suivre le train soutenu et de réaccélérer dans la ligne droite. J’étais surpris en voyant que nous avions battu le record. Il est polyvalent, peut être placé n’importe où, reste calme et sait utiliser son accélération pour finir. Il est capable d’aller sur plus long, comme quand il a remporté l’Arima Kinen (Gr1) sur 2.500m et, même s’il y avait de la pression en arrivant sur une course aussi prestigieuse, j’avais confiance en mon poulain. » Christophe Lemaire a remporté huit courses durant le week-end et compte 137 victoires, soit cinq de plus que son poursuivant immédiat à la course à la Cravache d’or, Yuga Kawada. Les deux jockeys ne marqueront pas de point le week-end prochain, se rendant à Santa Anita pour la Breeders’ Cup.

Equinox reste sur une série de cinq victoires de Gr1, entamée en 2022 dans le Tenno Sho – Automne (Gr1). La suite devrait passer par la Japan Cup (Gr1), qu’il n’a pas courue l’an dernier. Il est entraîné par Tetsuya Kimura et porte les couleurs du « club » Silk Racing. Il y a 500 porteurs de part sur le poulain, pour un peu plus de 500 € la part.

Où l’on reparle d’Alec Head et de Roland de Chambure

Equinox est issu de la première génération de Kitasan Black (Black Tide), qui avait tiré sa révérence dans l’édition 2017 de l’Arima Kinen après deux places obtenues en 2016 et 2015. Il avait le profil parfait pour l’Arc mais son propriétaire, âgé, n’a pas souhaité effectuer ce long voyage, étant ravi de courir le cheval devant ses fans au Japon. À raison, car Kitasan Black était très aimé des turfistes. Il a gagné sept Grs1 et a fait ses débuts au tarif de cinq millions de yens (35.500 €). Sa première génération était composée de 83 foals, la deuxième de 82. En attente de ses premiers partants, il n’a eu que 55 et 72 produits lors de ses générations suivantes. Alors que son tarif a été baissé à trois millions, les bons résultats lui ont permis de remonter à cinq millions et il a sailli 178 juments en 2022. Shadai Stallion Station l’a proposé en 2023 à dix millions de yens (environ 63.700 €) et il a été leur étalon le plus sollicité, avec 242 juments.

La mère d’Equinox, Château Blanche (King Halo), a remporté les Mermaid Stakes (Gr3) et a donné un autre gagnant de Groupe, Weiss Meteor (King Kamehameha), sur quatre produits en âge de courir. La souche est arrivée au Japon en 1988 avec l’achat (410.000 $) de la quatrième mère, Blanche Reine (Nureyev), dénichée par Patrick Barbe à Keeneland Novembre. Sœur des gagnants de Groupe Bellypha (Lyphard) et Bellman (Riverman), Blanche Reine a été élevée par Alec Head et Roland de Chambure. Avant de partir pour le Japon, elle a donné l’étalon Balleroy (Kaldoun), lauréat du Prix de Guiche (Gr3) et deuxième du Prix Jean Prat (Gr1). Après Equinox, Château Blanche a donné un 3ans par Just a Way (Heart’s Cry), encore inédit, et une pouliche de 2ans par Kizuna (Deep Impact). Au repos en 2022, elle est aujourd’hui suitée d’une pouliche par Kitasan Black.

Article précédent
Article suivant
VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires