mercredi 19 juin 2024
AccueilA la uneQUI FAIT QUOI ?

QUI FAIT QUOI ?

QUI FAIT QUOI ?

Les élections à venir vont déterminer la composition des différentes instances. Mais quelles sont ces instances ? Comment sont-elles composées et quelles sont leurs missions ?

France Galop est responsable de la filière des courses de galop en France. C’est une association régie par les dispositions de la loi du 1er juillet 1901. Sous administration d’une assemblée générale (Comité) et d’un conseil d’administration, France Galop est responsable de la filière des courses de galop en France (encourager l’élevage pour améliorer la race des chevaux de courses de galop, établir le programme et le calendrier, distribuer les allocations et les primes, délivrer les licences et définir et faire appliquer le Code des courses au galop).

Ses instances sont renouvelées par élection, tous les quatre ans, traditionnellement au mois de décembre (prochaines élections le 12 décembre 2023).

QVRecoletos.jpg

COMITÉ DE FRANCE GALOP

Le Comité est l’assemblée générale des membres de France Galop.

Il vote le budget et élit le président, les vice-présidents et les administrateurs de France Galop.

CONSEIL D’ADMINISTRATION DE FRANCE GALOP

France Galop est administré par un Conseil d’administration, composé de 12 membres (dont un président et 2 vice-présidents) élus parmi et par le Comité, dont son président. Il reflète les tendances élues au sein du Comité.

C’est lui qui mène la politique de France Galop au quotidien. Il s’appuie notamment sur trois conseils :

Le Conseil du plat (présidé par le vice-président “plat” de France Galop)

Le Conseil de l’obstacle (présidé par le vice-président “obstacle” de France Galop)

Le conseil du plat et le conseil de l’obstacle sont chargés de représenter chaque discipline et d’éclairer les décisions du Comité et du Conseil d’administration.

Le Conseil juridictionnel

DIRECTIONS OPÉRATIONNELLES DE FRANCE GALOP

La gestion quotidienne de France Galop est assurée par une Direction Générale, épaulée par une direction générale adjointe en charge des courses, ainsi que la Direction Commerciale et Marketing, de la Direction Administrative et la Direction des Ressources Humaines (voir organigramme).

France Galop, en partenariat avec son homologue du trot (LeTrot, SETF) et, dans certains cas, la Fédération nationale des courses hippiques, participe à la gouvernance de plusieurs organismes communs :

Le GIE PMU (collecte des paris)

L’Afasec (organisme de formation et social)

Le GTHP (Groupement technique des hippodromes parisiens, chargé de l’organisation opérationnelle des courses : juges, vétérinaires, médecins, starters, selliers…)

L’Orpesc (retraite et prévoyance)

FÉDÉRATIONS RÉGIONALES

Dans chaque région, les sociétés de courses et les représentants des professionnels constituent une fédération régionale des courses, chargée notamment de la bonne organisation des réunions de courses et de l’établissement du calendrier. En France, il y a dix fédérations régionales, placées sous la responsabilité de la Fédération nationale des courses françaises.

ARCADIA_demie_VteArqana.jpg

• Composition

Chaque fédération régionale est administrée par un conseil composé de 24 délégués :

6 représentants de sociétés de courses ayant une activité galop

6 représentants de sociétés de courses ayant une activité trot

6 représentants socioprofessionnels du galop issus du comité régional du galop

6 représentants socioprofessionnels du trot issus du comité régional du trot

Le conseil d’administration, en place pour quatre années, élit son président et son vice-président obligatoirement parmi les présidents des conseils régionaux de chaque spécialité. Les dernières élections ont eu lieu à la fin de l’année 2019.

• Missions

L’établissement du calendrier des réunions de courses

Donner son avis sur les aides du Fonds commun

Définir les positions régionales sur les sujets communs au trot et au galop

Harmoniser les propositions faites par les conseils régionaux

Saisir la Fédération nationale des courses françaises pour toute question touchant l’intérêt général de l’Institution

Assurer la bonne entente entre les sociétés de courses de leur ressort

Gérer le groupement technique quand il en existe un

CONSEILS RÉGIONAUX DU GALOP

C’est l’instance représentative du galop à la fédération régionale. Il est administré de manière paritaire par 6 représentants des acteurs issus du comité régional et 6 représentants des sociétés de courses. Les représentants des sociétés de courses sont élus au cours d’une assemblée générale de la fédération par les seules sociétés faisant courir dans au moins une des disciplines du galop – plat, haies, steeple-chase ou cross-country… – et représentent toutes les catégories d’hippodromes (2 représentants pôles nationaux et/ou des hippodromes de 1re catégorie, 2 représentants des hippodromes de 2e catégorie et 2 représentants des hippodromes de 3e catégorie). Le président du conseil du galop est statutairement élu parmi les représentants des sociétés de courses.

COMITÉS RÉGIONAUX DU GALOP

C’est l’instance représentative des professionnels du galop (plat et obstacle). Ses membres sont élus par l’ensemble des titulaires d’une licence ou d’une autorisation délivrée par France Galop et ayant leur adresse sur le territoire du comité régional (particularité dans le grand ouest de la France, le comité régional du galop couvre celui de deux fédérations distinctes : l’Ouest avec 49 hippodromes et l’Anjou-Maine avec 38 hippodromes… soit plus du tiers des champs de courses français sur seulement 13 départements !). Ainsi, tous les quatre ans, les propriétaires élisent 6 représentants, les éleveurs, 4 représentants, les entraîneurs, 3 représentants, et les jockeys, un représentant.

GIE “GROUPEMENT TECHNIQUE”

C’est le bras armé de la fédération régionale au service des sociétés de courses de son territoire. À ce titre, c’est une émanation directe de la fédération régionale. Il est dirigé par un conseil d’administration élu parmi ses membres.

Les sociétés de courses de la fédération sont adhérentes à ce groupement d’intérêt économique. Il a pour objet « l’assistance technique pour l’organisation et le contrôle de la régularité des courses hippiques, le développement des activités de ses membres ». En d’autres termes, le GIE a pour vocation le recrutement, la gestion des techniciens vacataires opérant sur les hippodromes lors du déroulement des réunions et il assure leur rémunération (starters, juges à l’arrivée, juges aux allures, commentateurs, photographes vidéo, pousseurs et animateurs).

Le GIE coordonne et développe également la communication pour l’ensemble des sociétés de courses de la fédération.

PERELLE_20231011_DEMI_H_VENTES_ARQANA2.jpg

La commission électorale

Président : Pierre-Yves Lefèvre (propriétaire, éleveur, membre associé – i.e. coopté – et commissaire de France Galop).

Membres : Amaury de Lencquesaing (commissaire de France Galop), Gérald Hovelacque (membre associé et commissaire de France Galop), Me Jean-Daniel Bretzner (avocat, conseiller de France Galop) et Me William Feugère (avocat, conseiller de France Galop).

Qui vote pour qui ?

L’élection est organisée en quatre collèges : les propriétaires élisent leurs représentants au niveau national et au niveau régional ; même chose pour les éleveurs, les entraîneurs et les jockeys. Ainsi, une personne qui élève, fait courir et réside par exemple en Loire-Atlantique pourra voter quatre fois : 1 fois pour participer à l’élection des 10 propriétaires siégeant au comité de France Galop ; 1 fois pour les 6 propriétaires siégeant au comité régional de la région Ouest/Anjou-Maine ; 1 fois pour les 8 éleveurs siégeant au comité de France Galop ; et 1 fois pour les 4 éleveurs siégeant au comité régional de la région Ouest/Anjou-Maine. À chaque fois, cette personne devra choisir une liste et une seule (sauf chez les jockeys, où le scrutin est uninominal).

Pour voter, il faut avoir 18 ans (propriétaires, éleveurs et jockeys) ou 21 ans (entraîneurs) le jour de l’élection et :

Avoir été propriétaire ou éleveur d’un cheval ayant couru entre le 1er janvier 2022 et le 1er octobre 2023.

Être titulaire d’une licence d’entraîneur ou de jockey à la date de publication des listes d’électeurs.

Depuis 2019, le vote est exclusivement électronique, à distance, via une interface internet.

DHASSOCPP.jpg

Comment sont choisis les cooptés

Les cooptés – dont le nom officiel est “membres associés” – sont vingt à siéger au comité de France Galop.

Comment sont-ils choisis ? Par un vote de l’ensemble des membres associés – y compris ceux qui ne siègent pas à France Galop (en particulier parce qu’ils sont atteints par la limite d’âge).

L’opération de cooptation est assez discrète. Officiellement, personne n’est candidat ; on est plutôt recommandé par un coopté. Ce système n’est pas très éloigné de celui qui prévaut à l’Académie française.

Une fois qu’on leur a proposé et qu’ils ont confirmé leur intérêt, les impétrants rencontrent des membres associés en place pour échanger, un peu comme s’ils passaient de petits examens oraux informels.

Enfin, les noms des “candidats” sont proposés au vote. En général, les nouveaux venus sont appelés à siéger à France Galop dès leur entrée dans les rangs des cooptés, mais ce n’est pas une obligation : ils pourraient tout à fait rejoindre le groupe des membres associés sans pour autant siéger à France Galop immédiatement.

TattsUK2023AutumnHITPurchasersJDG12ftJustFineRegional_.jpg

Ces vingt noms étaient historiquement déterminés en septembre de l’année de l’élection. Mais, en 2019, ils l’ont été le 9 juillet. Et cette année, ce fut même dès le 6 juin… Pâques approche dangereusement !

Dix-sept membres associés ont été renouvelés : Hervé d’Armaillé (associé depuis 1995), Renaud Baguenault de Puchesse (2019), Nathalie Bélinguier (2019), Louis de Bourgoing (1996), Charles-Hubert de Chaudenay (2011), Jacques Détré (2019), Louis Giscard d’Estaing (2004), Jean d’Indy (1995), Nicolas Landon (1995), Dominique Le Baron Dutacq (2011), Pierre-Yves Lefèvre (2006), Antoine-Audoin Maggiar (2019), Charles-Henri de Moussac (2008), Henri de Pracomtal (2000), Édouard de Rothschild (2000), Guillaume de Saint-Seine (2015) et Arnaud de Seyssel (2019). Et trois nouvelles personnes feront leur entrée le 12 décembre au Comité au titre des membres associés : Stéphanie Daburon, Géraldine Reille-Villedey et Antoine de Talhouët-Roy.

Ne siègeront plus au Comité au titre des membres associés : Zahra Aga Khan (associée depuis 2008), Philippe Augier (2015), Robert Fournier-Sarlovèze (1995) et Gérald Hovelacque (1998).

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires