jeudi 22 février 2024
AccueilA la uneQui sont les nouveaux membres du Comité ?

Qui sont les nouveaux membres du Comité ?

Qui sont les nouveaux membres du Comité ?

Nous vous proposons de découvrir les 19 nouveaux membres du Comité, appelés mardi à voter pour le président de France Galop. Après les dix premiers – par ordre alphabétique – présentés dans notre précédente édition, voici les neuf autres.

Guy-Charles Fanneau de La Horie

64 ans

Vétérinaire de formation et diplômé de l’INSEAD, Guy-Charles Fanneau de La Horie a mené une longue et riche carrière dans les groupes pharmaceutiques et dans les biotechnologies, en France comme aux États-Unis. Il fut aussi gentleman-rider, et il est actuellement propriétaire et éleveur. Deuxième de la liste des AEPI dans le collège des éleveurs lors de la précédente élection, il était cette année tête de liste de l’AEPI dans le collège propriétaires, ses activités professionnelles lui laissant plus de temps à consacrer à son engagement associatif.

LANDS_STONES_20231208_1-8V.jpg

Philippe Germond

66 ans

Lorsque Philippe Germond a annoncé durant l’été qu’il serait candidat aux élections de France Galop, beaucoup en faisaient déjà un futur candidat également à la présidence de France Galop. Mais non ! Car même s’il a été élu au Comité dans le collège propriétaires (sur la liste AEPI), l’ancien PDG du PMU (2009-2014) a décidé de ne pas prendre part au combat du 12 décembre. C’est en tout cas l’un des faits marquants de cette élection : Philippe Germond, qui a dirigé de grands groupes comme SFR, ATOS ou Europcar et qui est associé depuis sept ans dans la banque d’affaires Barber Hauler, est de retour dans les courses.

Jean-Luc Guillochon

61 ans

Après avoir commencé comme jockey de plat en région parisienne chez Maurice Prod’Homme, Jean-Luc Guillochon a migré en province chez monsieur Paris (ça ne s’invente pas !), chez qui il est resté pendant de nombreuses années. Il montait aussi bien en plat qu’en obstacle et c’est avec 300 victoires toutes disciplines confondues qu’il a finalement tiré un trait sur le métier de jockey pour devenir entraîneur et s’installer définitivement en 1991 à Clefs (49). Investi depuis plus de quinze ans dans les instances régionales, il fait son entrée au Comité par le biais du comité régional Ouest-Anjou-Maine, dont il vient d’être élu président (sous l’étiquette AEPI). Jean-Luc Guillochon, qui a sellé son dernier partant en novembre 2021, est aujourd’hui à la retraite.

jdg_12page_081223.jpg

Géraldine Reille-Villedey

52 ans

Géraldine Reille-Villedey fait partie des trois membres qui ont été cooptés en juin dernier. Sa passion pour les courses, elle la doit à son grand-père, le marquis de Geoffre. Ce dernier fut président de la Société d’encouragement entre 1986 et 1991 et surtout l’un des artisans de la fusion des Steeples et de l’Encouragement, laquelle a donné naissance à France Galop. En plus d’être éleveuse et propriétaire (elle a obtenu ses couleurs en 2011), Géraldine Reille-Villedey est commissaire de courses à Dax et en région parisienne, mais aussi présidente depuis le mois d’octobre de la société des courses de Maisons-Laffitte. Dans le civil, elle dirige une entreprise de courtage en assurances.

Pierric Rouxel

69 ans

Animateur du haras de Maulepaire de longue date, Pierric Rouxel est très impliqué dans les associations socioprofessionnelles. Il est président de l’Asselco depuis 2016, vice-président pour l’obstacle de la Fédération des éleveurs, responsable de la commission internationale de l’association, et il a siégé durant trois mandatures au conseil de l’obstacle en tant que représentant de la Fédération des éleveurs. Il a notamment mis en place des bourses, en partenariat avec Coolmore, pour que des jeunes méritants de la région ouest puissent partir en stage à l’étranger.

Pour la première fois cette année, il était tête de liste de la Fédération des éleveurs, il succédait ainsi à Loïc Malivet, atteint par la limite d’âge.

CAMP_BENARD_20231002_DEMI_H.jpg

Céline Sirven-Gualde

52 ans

Vous connaissez forcément Céline Sirven-Gualde. S’il s’agit de son premier mandat au Comité de France Galop, cela fait bien longtemps qu’elle œuvre dans le monde des courses. Éleveuse (l’écurie Cap Orne, c’est elle), réalisatrice, journaliste ou encore auteure de livres (le livre sur les AQPS dont nous parlons plus loin dans le journal, c’est également elle). En quatrième position de la liste de la Fédération des éleveurs emmenée par Pierric Rouxel, c’est donc par le biais des élections professionnelles qu’elle fait son entrée au Comité.

Antoine de Talhouët-Roy

61 ans

Rendez-vous compte : après son arrière-grand-père (Georges) en 1914, son grand-père (Hervé) en 1942, son père (René) en 1970, Antoine de Talhouët-Roy est le quatrième membre de sa famille à intégrer le Comité. Pourtant l’histoire aurait pu s’écrire autrement et surtout loin des courses puisque c’est quasiment à 30 ans qu’il quitte Paris et un poste dans une radio libre (il était animateur sur Chic FM, une station aujourd’hui disparue du Groupe Hersant) pour succéder à son père à la tête du haras des Sablonnets. Cette structure, au fil des ans, il l’a développée et elle accueille aujourd’hui autour de 80 pensionnaires. Ses trois enfants élèvent avec lui. Antoine de Talhouët-Roy fait partie des trois membres qui ont été cooptés en juin dernier.

Francis Teboul

68 ans

Francis Teboul a pris sa carte au Syndicat national des propriétaires voilà deux ans et c’est par le biais des élections socioprofessionnelles qu’il fait son entrée au Comité de France Galop (il était en deuxième position sur la liste du syndicat). Dans le civil, il est toujours président de l’entreprise Assurance Formation Audit Accompagnement (AF2A, un centre de formation dédié à la banque et à l’assurance qu’il a lui-même créé en 2002) ; dans les courses, c’est l’homme qui se cache derrière l’entité Gemini Stud. Éleveur (il a 10 poulinières) et propriétaire (il aura une vingtaine de chevaux à l’entraînement l’an prochain), il a même gagné un Gr1 dans les deux disciplines. Le Berry en obstacle et Sweet Lady en plat : c’est lui.

JDG-192x126mm-12.09.2023-Shaquillev1.0.jpg

Bruno Vagne

59 ans

Bruno Vagne a l’élevage dans le sang, une passion que lui a léguée son père André, comme l’avait fait auparavant son grand-père à ses propres fils. Bruno Vagne élève des AQPS depuis le début des années 2000 et, comme beaucoup d’éleveurs du Centre-Est, il élève conjointement des bovins. L’histoire se répète et c’est désormais avec son fils Damien qu’il gère sa structure. Vous connaissez forcément son élevage : Les Allen, à Souvigny (03) – le village où reposent les reliques de saint Mayeul depuis 994. C’est là que sont nés de multiples gagnants de Gr1 sur les obstacles outre-Manche : Envoi Allen, Espoir d’Allen ou encore Hermès Allen, pour ne citer qu’eux. Après avoir fait campagne avec Alliance Galop, Bruno Vagne a été élu (en 3e position de cette liste) dans le collège éleveurs.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires