dimanche 16 juin 2024
AccueilLe Mot de la FinLe bonus Siyouni

Le bonus Siyouni

Le bonus Siyouni

Très appréciée par les turfistes de l’ouest de l’Australie, la pouliche Amelia’s Jewel (Siyouni) n’a pas réellement réussi sa campagne automnale. Certes, elle a gagné deux Grs2 à Melbourne mais, alors qu’elle était grande favorite, elle a modestement couru dans le Toorak Handicap (Gr1) de Caulfield avant de conclure non placée dans le très riche Golden Eagle de Rosehill. Dès lors, son entourage a annoncé qu’elle changerait d’entraînement en avril après le Quokka – la course dotée de cinq millions de dollars (3,02 M€) qui est devenue le graal à l’ouest de l’Australie – avant de prendre le chemin de Sydney. Une semaine après cette info, son propriétaire et éleveur, Peter Walsh, a annoncé que la mère d’Amelia’s Jewel, la double placée de Listed en Irlande Bumbasina (Canford Cliffs), serait offerte dans l’une des grandes ventes d’élevage australiennes, pleine d’une saillie hémisphère sud de Siyouni (Pivotal). La poulinière, achetée 75.000 Gns (92.000 €) à Tattersalls July en 2018 par Louis Le Métayer, était passée au Haras de Bonneval pour y rencontrer Siyouni. Elle est arrivée en Australie en février 2019 alors qu’elle portait Amelia’s Jewel avant de donner naissance à un poulain par Merchant Navy (Fastnet Rock) vendu 160.000 AU$ (97.000 €) mais mort avant d’effectuer ses débuts ainsi qu’à un 2ans, Bosustow (Blue Point), adjugé 900.000 AU$ (544.500 €) et qui s’est classé sixième, samedi, lors de sa première sortie à Rosehill. Bumbasina est restée vide en 2022 et Peter Walsh a décidé de l’envoyer en France afin de rencontrer de nouveau Siyouni. De cette union est né, le 30 juillet 2023, un poulain qui prendra l’avion avec sa mère dans quelques semaines. L’éleveur a expliqué à ANZ Bloodstock : « C’est le moment de “passer à la caisse” avec la jument. Et j’ai sa fille comme possible poulinière… »

VOUS AIMEREZ AUSSI

M6

Lookbook

Les plus populaires