mercredi 28 février 2024
AccueilA la uneVivaldi veut attirer les jeunes

Vivaldi veut attirer les jeunes

Vivaldi veut attirer les jeunes

L’écurie Vivaldi, écurie de groupe bien implantée chez nous depuis maintenant plusieurs années, lance « Vivaldi Junior », qui a vu le jour par l’intermédiaire de Quentin Caulfuty, jeune passionné âgé de 24 ans. Un programme aux multiples avantages, réservé aux étudiants et aux jeunes actifs, accessible moyennant un investissement de 2.500 €.

Didier Krainc : « Je pense qu’il faut aider les jeunes à investir dans la filière »

« Quentin est venu vers moi afin d’évoquer son projet d’écurie de groupe créé en association avec quelques amis. Chacun d’eux avait environ 3.000 € à investir. Quentin m’a alors demandé quelques conseils dans l’optique de structurer son projet. Dans un premier temps, j’étais ravi de voir des jeunes avec l’envie de se lancer et d’investir mais également flatté qu’ils fassent appel à nous. Je me suis cependant dit qu’ils auraient à peine le budget pour l’entretien d’un seul cheval, et qu’ils risquaient de ne plus avoir de trésorerie au bout de quelques mois. D’autant plus regrettable que 3.000 € représentent une grosse somme pour eux… Plutôt que le projet initial, j’ai donc proposé qu’ils intègrent Vivaldi dans des conditions privilégiées et en profitant d’une belle expérience. Chez Vivaldi, nous achetons des actions et répartissons les risques sur une vingtaine de chevaux. Les autres associés de Vivaldi étaient ravis lorsque je leur ai parlé du projet. Il a ensuite fallu aménager de nouveaux statuts.

Ainsi, nous permettons désormais aux étudiants et aux jeunes actifs de devenir actionnaires ultra-minoritaires, puisqu’ils achètent cinq actions pour 2.500 €. Ils bénéficient d’une période d’essai de deux ans, renouvelable jusqu’à leurs 30 ans, durant laquelle ils vont vivre exactement la même expérience que les autres porteurs de parts. À l’issue de leur période d’essai, ils feront ce qu’ils voudront. Ils pourront revendre leurs actions mais, dans le cas contraire, devront réinvestir jusqu’à 25.000 €, soit le minimum requis pour les autres actionnaires. Ainsi, ils ne vont pas tout perdre, voire peut-être être gagner un peu. Ils seront bientôt quatre à faire partie de Vivaldi Junior, en espérant augmenter ce chiffre au fil du temps. Ces novices vont d’ailleurs participer à la Route des Étalons ce week-end avec nous. Plus généralement, je pense que c’est excellent pour la filière de trouver des moyens d’aider les jeunes à investir… »

Quentin Caulfuty : « Nous pouvons rencontrer des personnes très intéressantes »

« J’ai connu les courses grâce à mon père. Dès mon plus jeune âge, j’ai toujours été intéressé. J’ai ensuite découvert l’application Eqwin, avec laquelle nous nous sommes bien amusés avec quelques amis. En parallèle, mon père a acheté la moitié d’un poulain, qui est à l’entraînement chez Lucie Pontoir à Maisons-Laffitte. Des gens autour de moi ont commencé à s’intéresser et à me poser des questions sur le milieu hippique. C’est donc comme cela que j’ai eu l’idée de créer une écurie de groupe, en sachant qu’avoir des chevaux représente un investissement conséquent, que peu de personnes peuvent se permettre et encore moins des jeunes. Je me suis dit qu’il était possible de procéder de la même façon que ce qui existe déjà du côté de l’Australie ou de l’Angleterre. Après diverses recherches et réflexions, je me suis rendu compte qu’il y existait toutefois beaucoup d’obstacles. Il faut trouver beaucoup de personnes intéressées et lever pas mal d’argent. Mais, si nous voulons attirer beaucoup de monde, il faut demander un investissement de base minime. Ce n’est pas chose aisée – ce que m’a confirmé Didier ensuite. Le projet risquait d’être déceptif, faute de moyens. J’ai trouvé le concept de l’écurie Vivaldi assez intéressant et « haut de gamme ». Il y a de nombreux avantages pour des jeunes comme moi à faire partie de ce programme. L’un des principaux est que nous n’avons pas à attendre avant d’aller aux courses voir évoluer un de nos partants. Sans ce système, il aurait fallu attendre d’avoir des agréments, puis les chevaux etc. Pour de jeunes actifs comme nous, faire partie de Vivaldi peut nous permettre de rencontrer très vite des personnes intéressantes. C’est peut-être le plus gros avantage. Enfin, grâce à mon activité professionnelle et mes études précédentes, je vais pouvoir fédérer autour de l’écurie, notamment grâce aux réseaux sociaux… »

VOUS AIMEREZ AUSSI

1 Salon, 3 objectifs

Lucie Pontoir

Les plus populaires

Salon agriculture

1 Salon, 3 objectifs

Cheltenham betting