vendredi 21 juin 2024
AccueilCoursesAurélie Vigreux, nouvel entraîneur dans le Sud-Ouest  

Aurélie Vigreux, nouvel entraîneur dans le Sud-Ouest  

Aurélie Vigreux, nouvel entraîneur dans le Sud-Ouest  

Le dernier stage pour l’obtention de la licence d’entraîneur public s’est tenu du 13 novembre au 14 décembre 2023. Pas moins de onze personnes ont obtenu le précieux sésame ! Chaque jour, nous publierons le portrait de l’un de ces nouveaux entraîneurs. Partons à la découverte d’Aurélie Vigreux.

D’un permis d’entraîner à entraîneur public

« Actuellement j’aide mon conjoint, Steve Haes, au sein de son écurie de débourrage et pré-entraînement situé sur le centre d’entraînement de Mont-de-Marsan. Depuis 2018, je possédais un permis d’entraîner mais les clients de mon conjoint souhaitaient nous laisser leurs chevaux. Voilà pourquoi j’ai décidé de passer ma licence d’entraîneur public. Nous allons avoir une structure qui proposera les trois pôles mais, personnellement, je ne m’occuperai que de la partie entraînement. L’écurie est composée de 36 boxes, d’un rond de longe, d’un marcheur et d’une carrière. Les démarches administratives sont faites et je n’attends plus que le feu vert. Je devrais commencer mon activité avec huit chevaux et je souhaite entraîner aussi bien en plat qu’en obstacle. Nous sommes implantés dans une région où la race des anglo est très développée et je pense que nous allons nous tourner vers eux, même si nous acceptons tous types de chevaux de course bien sûr. Je suis quelqu’un qui aime prendre son temps avec les chevaux et ma méthode d’entraînement sera à cette image. Pour l’instant, je souhaiterais un effectif qui avoisine les 20 pensionnaires afin de pouvoir faire du bon travail. Je devrais avoir mon premier partant le 1er mars à Chantilly [Wini Star (Tornibush), ndlr] et le 25, un autre, en cross. Je pense qu’il est important de rencontrer de nouvelles personnes, notamment aux ventes où nous pouvons alimenter notre réseau mais il est également essentiel de se rendre dans des entreprises afin de faire découvrir notre milieu.»

Le Sud-Ouest, terre de cœur

« Mes parents ne sont pas issus du sérail, mais l’oncle et la tante de ma mère étaient éleveurs de chevaux de course. C’est aussi grâce à Or Jack (Noir et Or) que j’ai voulu me lancer dans les courses. C’était un champion qui m’a donné de sacrés frissons. J’ai beaucoup monté en concours et, en 2001, je suis rentrée à l’Afasec de Mont-de-Marsan afin de passer un BEP agricole. J’ai été apprentie chez Bertrand de Watrigant et monsieur Manceau. Ensuite, j’ai travaillé quelques années à Pau puis j’ai passé un BPJEPS. J’ai déménagé à Mont-de-Marsan en 2016 où j’ai pu travailler chez Damien et Antoine de Watrigant. Puis, mon beau-père a acheté un cheval chez ce dernier et l’envie de passer mon permis d’entraîner est alors née… »

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires