mercredi 28 février 2024
AccueilCoursesLe vrai visage de Dari River

Le vrai visage de Dari River

Cagnes-sur-Mer, mercredi

Prix des Issambres (Maiden)

Le vrai visage de Dari River

Elle a fait exploser – de joie – un bar PMU ! En remportant le Prix des Issambres (Maiden) à la côte de 32/1, Dari River (Dariyan) n’a pas uniquement rendu fière son éleveur et propriétaire, Rebecca Shepard. En effet, elle a nous a déclaré : « Pour la petite anecdote, nous avons regardé la course de Dari River dans un petit bar PMU de notre village normand. J’ai annoncé à toutes les personnes présentes de la jouer alors qu’elle affichait une belle cote. Quand la pouliche a passé le poteau en tête, le bar a explosé (rires) ! C’est avant tout pour cela que nous aimons les courses… »

Discrète dans le Prix de Caucade (Inédites) sur le gazon de Cagnes-sur-Mer, le 21 janvier, Dari River (Dariyan) a montré un tout autre visage sur la P.S.F. pour sa deuxième apparition publique, remportant avec autorité le Prix des Issambres (Maiden). Il s’agit d’un premier succès au cours du meeting pour Yann Barberot, lui qui entraîne également le deuxième, Noir Bleu (Dream Ahead). Patiente juste derrière l’animateur, Goluptious (De Treville), Dari River a pu bénéficier d’une bonne course. N’ayant toujours pas le passage au poteau des 300 derniers mètres, la pouliche a longtemps vécu un cauchemar. Ce n’est qu’à 250m du but qu’elle a enfin pu bénéficier d’une ouverture minime. Bien équilibrée par son partenaire, Alexis Pouchin, Dari River s’est ensuite bien allongée pour finalement l’emporter d’une franche longueur aux dépens de son compagnon d’entraînement Noir Bleu (Dream Ahead). Une courte tête plus loin, Black Gangster (City Light) est troisième. Quant au favori, Lucky Wine (Wootton Bassett), il n’a pas eu toutes ses aises aux abords du poteau. Les commissaires ont ouvert une enquête mais l’arrivée a été inchangée car Lucky Wine semblait déjà dominé lors de sa gêne…

Elle a fait exploser un bar PMU !

Trois heures après la course, son éleveur et propriétaire, Rebecca Shepard, était encore sous le coup de l’émotion lorsqu’elle nous a appris : « Elle avait l’air magnifique ! Cela a été une course fabuleuse. Honnêtement, j’ai beaucoup de mal à me rendre compte que Dari River a gagné. Je suis toujours sur mon nuage… En débutant, cela ne s’était pas passé comme nous l’avions imaginé. Sa course était trop mauvaise pour être exacte. Aujourd’hui, Dari River a su nous montrer son vrai visage. Son jockey, Alexis Pouchin, a monté une très belle course et je pense qu’il y est pour beaucoup dans cette victoire. La pouliche travaillait bien le matin. J’ai connu son entraîneur, Yann Barberot, car j’étais membre de l’écurie Arqana Racing Club. Je lui fais pleinement confiance, c’est un homme très sincère. Il explique remarquablement les choses. C’est important pour moi car j’ai commis beaucoup de bêtises lorsque j’étais encore novice. Dari River est née au haras d’Ombreville, où sa mère, River Plate (Kamsin), est stationnée. Elle va d’ailleurs bientôt nous donner un poulain par Wooded (Wootton Bassett). Au mois d’octobre, à Arqana, j’ai vendu sa sœur par Zarak (Dubawi) pour 70.000 €. L’histoire se poursuit, c’est formidable. Je suis américaine. Mon mari, lui, est anglais. Nous vivons depuis quelques années en Normandie. J’espère que Dari River pourra encore nous faire rêver… »

Le premier produit de sa mère

Élevée par sa propriétaire au haras d’Ombreville, Dari River est une fille de l’étalon du haras du Mont Goubert Dariyan (Shamardal) et de River Plate (Kamsin), lauréate d’un maiden sur 2.200m à Tours et d’un handicap sur les 2.400m de la P.S.F. paloise. Dari River est son premier produit. Elle a un 2ans, Rivera (Zarak), achetée 70.000 € en octobre chez Arqana, et désormais à l’entraînement chez Henk Grewe. En 2023, River Plate a rencontré Wooded (Wootton Bassett). La deuxième mère, Rue Ravignant (Bahri), n’a pas couru. Outre River Plate, elle a produit Rue Barbizon (Morandi), gagnante à deux reprises sur le steeple de Fontainebleau. Pour retrouver du black type, il faut remonter à la troisième mère, Poker Chip (Bluebird), qui s’est classée troisième des Cheveley Park Stakes (Gr1).

Giant’s Causeway

Shamardal

Helsinki

Dariyan

Selkirk

Daryakana

Daryaba

DARI RIVER (F3)

Samum

Kamsin

Kapitol

River Plate

Bahri

Rue Ravignan

Poker Chip

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires

Salon agriculture

1 Salon, 3 objectifs

Cheltenham betting