jeudi 29 février 2024
AccueilÉlevagePlongée dans la galaxie des Monceaux

Plongée dans la galaxie des Monceaux

Dans les cuisines des éleveurs français

Plongée dans la galaxie des Monceaux

L’année 2023 a été marquée par la réussite des élèves de l’écurie des Monceaux. De Paddington à Ancient Wisdom en passant par Feed the Flame, de l’Europe au Japon… Et avec des 2ans ayant déjà affiché leurs ambitions classiques pour 2024. Henri Bozo, directeur général du haras, nous détaille ses croisements 2024.

C’est le début de l’année, les engagements classiques français vont être validés le mercredi 14 février… C’est le temps des rêves. Et l’écurie des Monceaux a de quoi rêver ! L’année 2023 a été splendide, emmenée par les succès de Paddington (Siyouni) ou encore de Feed the Flame (K) (Kingman), lauréat du Grand Prix de Paris (Gr1). Elle a aussi révélé plusieurs superbes 2ans issus du haras dirigé par Henri Bozo. Il y a Beauvatier (K) (Lope de Vega) en France, troisième d’un Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1) couru façon toboggan ultra-rapide. Il y a Ancient Wisdom (Dubawi), pour Charlie Appleby et Godolphin, lauréat en fin d’année du Futurity Trophy (Gr1), mais également Arabian Crown (Dubawi), qui a remporté les Zetland Stakes (Gr3, 2.000m) de plus de cinq longueurs. Il y a l’irlandaise Vespertillio (Night of Thunder), deuxième du Fillies’ Mile (Gr1). Et, au Japon, un potentiel poulain de Derby – Tokyo Yushun (Gr1) avec Shin Emperor (Siyouni), deuxième à la toute fin du mois de décembre des Hopeful Stakes (Gr1, 2.000m) pour sa troisième sortie. « Nous attendons évidemment 2024 avec impatience. Pour tous les éleveurs, c’est le moment où nous rêvons. Finalement, 2023 a été une grande année assez typique de notre métier d’éleveur. Il y a eu de grandes joies, avec trois gagnants individuels de Gr1, et une fin d’année difficile, avec la disparition de notre Starlet’s Sister. Nous lui devons tant. Ce sont des moments difficiles et il faut réussir à se projeter, ne pas regarder en arrière, il y a les nouvelles juments. La disparition de Starlet’s Sister a réellement été un moment difficile pour ceux qui s’en occupaient, pour tout le monde au haras. Elle y avait une place à part. »

L’héritage de Starlet’s Sister

L’écurie des Monceaux n’a « qu’une » fille de Starlet’s Sister, mère de quatre gagnants de Groupe : Sottsass (Siyouni), Sistercharlie (Myboycharlie), My Sister Nat (K) (Acclamation) et donc Shin Emperor, lauréat de Gr3 au Japon pour sa deuxième sortie. Il s’agit de Snowpark (K) (Dubawi), gagnante pour ses débuts à 2ans du Prix d’Hotot-en-Auge (Inédites) et, pour sa seule sortie à 3ans, troisième du Prix Kizil Kourgan (Classe 2) à Saint-Cloud. Elle est promise à Siyouni. Un croisement qui fonctionne donc très bien avec la famille ! « Snowpark a fait preuve de talent lors de ses débuts. Après cela, elle est tombée malade et n’a pas remontré ce qu’elle nous avait dévoilé. Physiquement, elle a beaucoup changé, c’est une belle jument. L’idée de base était de l’envoyer aux États-Unis à la rencontre de Justify (Scat Daddy). Mais après la mort de Starlet’s Sister, nous avons changé nos plans et décidé de la conserver près de chez nous. Elle va donc aller à Siyouni. Le croisement avec cette famille nous a donné Sottsass et Shin Emperor, c’est donc un choix logique… »

Le cœur vers Paddington

Siyouni (Pivotal) a été l’un des porte-bonheur de l’écurie des Monceaux. Sottsass, bien sûr, mais aussi Paddington, lauréat l’an passé de quatre Grs1 de rang du 27 mai au 2 août (Irish 2,000 Guineas, St James’s Palace Stakes, Eclipse Stakes et Sussex Stakes). Une séquence assez exceptionnelle qui lui a valu d’être comparé à l’Iron Horse Giant’s Causeway. Rien que cela ! Paddington a intégré Coolmore et l’écurie des Monceaux lui envoie cinq juments en 2024. « Siyouni nous a tellement réussi. Évidemment, le cœur parle mais Paddington a beaucoup de choses pour plaire. Il a du cadre, marche incroyablement… Nous lui envoyons de belles juments, de jeunes juments ainsi que notre Prudenzia (Dansili) [la mère de Chicquita, Magic Wand et Philomène, ndlr]. » Prudenzia ou cette belle souche des « P » développée aux Monceaux en association avec Skymarc et remontant à l’achat de Platonic (Zafonic)… « Les croisements des juments que nous avions avec Lady O’Reilly sont réalisés avec Patricia [Boutin, ndlr]. Je tiens à redire à quel point Chris O’Reilly a été présente et importante pour nous… Elle a été notre premier supporter, nous avons vécu des moments uniques avec elle. »

L’écurie des Monceaux a un autre Siyouni de cœur basé à Coolmore. Il s’agit de Sottsass, dont les premiers 2ans sont attendus en 2024, et qui aura droit à une jument. « À Sottsass, nous envoyons Sesia (Sea the Stars), qui a besoin de rayon et cet étalon devrait lui convenir. Nous avons vu ses premiers yearlings l’an passé, très athlétiques et bons marcheurs, avec de la qualité. » Paddington et Sottsass, deux fils de Siyouni élevés et vendus par l’écurie des Monceaux. Un champion miler – capable de tenir les 2.000m – et un gagnant d’Arc et de Jockey Club… « Paddington est plus fait en miler, avec une grosse épaule. Sottsass est plus fait en cheval qui tient, avec du rayon. C’est la force de Siyouni, capable de donner aussi bien des milers que des chevaux de 2.000m et plus, de redonner de la vitesse à des familles de tenue. Ses résultats parlent pour lui. »

Wootton Bassett fois huit

En 2024, les premiers Wootton Bassett made in Ireland auront 2ans. L’an passé, le sire a brillé chez les 2ans avec Bucanero Fuerte et Unquestionable, et chez les 3ans avec King of Steel… Le meilleur est peut-être encore à venir puisque cette génération conçue à 100.000 € contient quantité comme qualité – il avait sailli des gagnantes de Gr1 comme Found, Fancy Blue, Alexandrova, Albigna, Peeping Fawn, Deirdre, Proviso ou encore The Fugue… Liste non exhaustive.

En 2024, Wootton Bassett est passé à 200.000 €. L’écurie des Monceaux lui envoie huit juments. « Il est certain que cela représente un coût. Les prix de saillie des étalons confirmés sont élevés. Mais je crois beaucoup à la stratégie – avec des sires comme Wootton Bassett ou Siyouni – d’envoyer un certain nombre de juments. Finalement, n’envoyer qu’une seule jument est un très gros risque : ces étalons produisent mieux que la moyenne, oui, mais la quantité va aider. On multiplie ainsi les chances de, peut-être, obtenir un très bon cheval. » Parmi les juments, on trouve Alzubra (Dansili), laquelle n’est pas une jeune jument – elle a déjà donné Arapaho (K) (Lope de Vega) – mais est une nouvelle venue aux Monceaux après avoir été achetée 360.000 € par Windfield Bloodstock, en décembre dernier, à Arqana, Hidden Angel (Dark Angel), « une sœur d’Emily Upjohn qui est pleine de Sea the Stars, pour reproduire le croisement d’Emily, et pour laquelle nous faisons donc l’effort d’aller à un sire confirmé », Bouffant (Galileo & Beauty Parlour), achetée 250.000 Gns en 2022, « une jument en laquelle nous croyons. Elle a un très beau mâle yearling par Wootton Bassett, est pleine de Siyouni, et nous la renvoyons donc à Wootton Bassett. »

Les juments envoyées à Wootton Bassett illustrent globalement très bien la stratégie des Monceaux. Sur les huit, deux ont leur premier produit âgé de 3ans en 2024 (Aviatress et Pollara), une a son premier produit âgé de 2ans (Paix), deux leur premier yearling (Hidden Angel et Bouffant)… Beaucoup de jeunes juments donc, qui ont donc toutes les chances de faire leurs preuves comme poulinières. Aux Monceaux, la sélection de la jumenterie se fait rapidement… Trop rapidement pourraient même dire certains : « Peut-être suis-je trop impatient avec la jumenterie… Mais c’est notre stratégie et elle est partagée avec nos associés. C’est assumé. Nous donnons leur chance aux jeunes juments avec des étalons confirmés. C’est ainsi que nous avons laissé partir, par exemple, la mère de Mangoustine. Peut-être n’avons-nous pas laissé assez de temps à certaines poulinières, peut-être que nous nous sommes trompés sur les croisements. C’est notre façon de faire. Et si, derrière, ces juments produisent bien pour leurs nouveaux propriétaires, alors j’en suis ravi ! »

Mangoustine promise à Siyouni

Mangoustine (K) (Dark Angel), gagnante de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1), est maman ! « Elle a pouliné tout récemment d’un magnifique mâle par Frankel et va désormais aller à la rencontre de Siyouni. » Siyouni va recevoir cinq juments de l’écurie des Monceaux en 2024. Parmi elles, en plus de Mangoustine et de Snowpark (évoquée plus haut), on note aussi le nom de Wildfeder (Galileo), passée sur le ring d’Arqana en décembre dernier dans le cadre de la dispersion Ammerland. Nicolas de Watrigant avait signé le bon à 450.000 €. « Elle a été achetée pour une association. C’est une grande famille allemande, elle est par Galileo, donc le choix de Siyouni est assez logique, le croisement marche. » Wildfeder, sœur de Waldgeist (Galileo) et Waldlied (New Approach), était d’ailleurs présentée pleine de Siyouni.

Golden Valentine retourne à Dubawi

Le grand Dubawi fête ses 22ans en 2024. Assez logiquement, il devient de plus en plus difficile d’obtenir des saillies. L’écurie des Monceaux envoie une jument au sire de Darley en 2024 : Golden Valentine (Dalakhani), dont le croisement a déjà donné Ancient Wisdom, espoir classique en 2024. « Cela devient plus difficile d’avoir accès à Dubawi et cela se comprend. Nous lui envoyons Golden Valentine, qui a eu deux gagnants avec lui dont Ancient Wisdom et a un magnifique yearling par lui. Il lui correspond parfaitement physiquement. »

Du côté des étalons confirmés, on trouve notamment six juments pour Lope de Vega. Parmi elles, Perotan (Churchill), achetée 675.000 $ à Keeneland. C’est une sœur de cinq gagnants black types (Matterhorn, The Foxes, Bangkok, Tactic, Yaazy) et elle est elle-même black type, sur longue distance puisqu’elle a remporté le Her Majesty’s Plate (L) à 3ans sur 2.800m. « Elle a un beau pedigree et c’est une belle jument. On l’envoie à Lope de Vega, qui devrait parfaitement lui convenir. Nous l’avons achetée pleine de Justify, auquel nous n’irons finalement pas cette année. Mais nous devrions y retourner dans le futur. Ce qu’il fait est assez extraordinaire, il donne des 2ans, des 3ans, des chevaux de gazon comme de dirt, il est facile à croiser… » Frankel (Galileo), père de onze gagnants de Gr1 en 2023 et désormais proposé à 350.000 £, va rencontrer trois juments de l’écurie des Monceaux : Angel Falls (Kingmambo), la mère de National Defense (Invincible Spirit), Enchanting Skies (Sea the Stars), la mère de Beauvatier, et la jeune poulinière Philomène (K) (Dubawi).

Parmi les étalons bien représentés en nombre dans les croisements, on retrouve aussi le confirmé Night of Thunder (cinq juments), ou encore Zarak (Dubawi). Sur ce dernier, Henri Bozo commente : « Nous allons de plus en plus à Zarak, qui se révèle. Ses yearlings et foals ont de la structure, de l’os, ils sont très solides. Parfois, nous pouvons passer à côté de certains étalons lors de leurs débuts. Ce fut notre cas, par exemple, avec Galiway. Nous faisons désormais appel à lui, tant il a prouvé être améliorateur et donner des chevaux durs. »

Du côté des (plus) jeunes étalons

On trouve plusieurs jeunes sires ou étalons débutants dans les plans de croisement des Monceaux. Par exemple, Blue Point (Shamardal) comme Too Darn Hot (Dubawi) apparaissent, eux qui ont séduit avec leurs premiers 2ans – et le terme est faible concernant Blue Point. À leurs 3ans de confirmer… Dans les profils « débutant », l’écurie des Monceaux envoie une jument à Modern Games, « un fils de Dubawi, dur, capable de gagner partout dans le monde », une à Mishriff (Make Believe), « ici aussi un cheval dur, physiquement très impressionnant », deux à Angel Bleu (Dark Angel), « lequel a le physique de ses performances, taillé précoce », une à Good Guess (Kodiac), « une peinture, tout simplement ! Il nous a aussitôt intéressés », une à Chaldean (Frankel), « un cheval superbe, qui possède les performances comme le pedigree », une à Erevann (Dubawi), « un très joli cheval, très bien né », ou encore Ace Impact (Cracksman), « qui va rencontrer une belle jument en Pacifique (Montjeu). Il a marqué le monde des courses par ses victoires dans le Jockey Club et l’Arc, et par son accélération. »

Quelques croisements évoqués dans cet article

Jument Étalon 2024
Bouffant Wootton Bassett
Enchanting Skies Lope de Vega
Everest Rose Frankel
Golden Valentine Dubawi
Hidden Angel Wootton Bassett
Mangoustine Siyouni
Pacifique Ace Impact
Paix Wootton Bassett
Perotan Lope de Vega
Philomène Frankel
Prudenzia Paddington
Sesia Sottsass
Snowpark Siyouni
Wildfeder Siyouni

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires