dimanche 19 mai 2024
AccueilA la uneL’édition du centenaire pour Galopin des Champs

L’édition du centenaire pour Galopin des Champs

L’édition du centenaire pour Galopin des Champs

Vendredi, le “FR” Galopin des Champs (Timos), formé par Arnaud Chaillé-Chaillé pour le “trotteur” Damien Bonne, a écrit l’histoire. Il remporte en effet pour la deuxième fois la Gold Cup (Gr1) de Cheltenham, certainement la plus grande course d’obstacles au monde. Galopin des Champs entre d’autant plus dans l’histoire qu’il s’offre l’édition du centenaire. Sur les six dernières Gold Cup, cinq ont été remportées par des “FR”. Lors de l’édition 2024 du Festival de Cheltenham, l’élevage irlandais avait un léger avantage sur son équivalent français dans les Groupes (sur les obstacles) : 136 partants contre 124. Les deux grands pays d’élevage remportent 10 Groupes chacun, avec un taux de victoires par partants un peu supérieur pour l’élevage français (8 % contre 7,3 %). La progression du nombre de “FR” est flagrante : en 2015, ils n’étaient “que” 90 ! Willie Mullins, l’entraîneur de Galopin des Champs, n’y est pas étranger tant il pousse ses clients à acheter en France…

Ces nuages noirs qui s’accumulent au-dessus de l’obstacle anglais

Les chevaux entraînés en Irlande ont remporté les deux tiers des épreuves de cette édition 2024. Et Willie Mullins, à lui seul, fait jeu égal avec l’ensemble des entraîneurs anglais (neuf victoires)… Il faut dire que le contexte n’est pas très favorable aux Britanniques, dont l’économie est en berne, avec en toile de fond un pouvoir d’achat très impacté. Aller à un festival comme Cheltenham est un petit luxe, et la fréquentation est en réelle baisse cette année. Ce qui n’a pas manqué d’animer de nombreux débats. Stuart Andrew, le ministre des Sports, du Tourisme et des Jeux d’argent, a fait le déplacement lors du festival, au moment où le gouvernement veut mettre en place des “affordability checks”. C’est-à-dire un contrôle des capacités financières des parieurs au-delà d’un certain montant de jeu par semaine (pour prévenir les conséquences d’une éventuelle addiction). La filière hippique et les bookmakers accusent le gouvernement de vouloir tuer les courses. Et quelques passes d’armes assez inhabituelles entre le ministre et les présentateurs des différentes chaînes hippiques britanniques ont été diffusées. Enfin, l’élevage britannique est lui aussi en berne avec une seule victoire de Groupe sur les quatre jours du meeting…

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires