jeudi 20 juin 2024
AccueilInternationalSur la route de Cheltenham

Sur la route de Cheltenham

Sur la route de Cheltenham

Par notre envoyé spécial Christopher Galmiche

cg@jourdegalop.com

Arriver le lundi à Cheltenham permet de prendre ses repères avant le grand jour… comme le font les chevaux. Sur la route, nous avons fait un crochet par Lambourn, fameuse ville située à 70 kilomètres de Cheltenham et qui héberge un centre d’entraînement où sont situées les écuries de Nicky Henderson. Dans la ville, nous croisons de nombreux cavaliers facilement reconnaissables à leur brechees et chaussettes hautes. Ils se rendent au pub Arkell’s Ales, où nous avons eu la malchance de déjeuner (!). Côté cuisine, les pays latins restent les meilleurs. En repartant de Lambourn, nous passons devant l’immense écurie de Nicky Henderson. Elle est cernée par des pistes qui sont vraiment très vallonnées et correspondent réellement à l’idée que l’on peut s’en faire. Outre la courte visite de Lambourn, arriver le lundi pour le Festival permet de retirer son accréditation sans problème, sans la contrainte liée aux files d’attente. On peut dès lors en profiter pour effectuer un tour de l’hippodrome endormi. Enfin, pas tout à fait endormi car de nombreuses petites mains s’activent afin que le site soit fin prêt le lendemain, des pistes aux tribunes en passant par les écuries. On y croise Patrick Mullins et une petite armée de chevaux entraînés par son père qui vont, en “main non montés”, brouter quelques brins d’herbe au centre de l’hippodrome. Le ballet des hélicoptères se fait entendre au fond de l’hippodrome. Cette fois, nos amis anglais n’ont pas oublié mon bureau. Pour travailler, cela sera plus confortable qu’en 2023 où il fallait louvoyer de bureau en bureau… Car oui, chaque journaliste, dans la limite du possible, a un bureau attitré, de quoi travailler avec un certain confort. En quittant l’hippodrome, on s’aperçoit que ce dernier arbore les couleurs du centenaire de la Gold Cup. Comme dans la salle des balances à Auteuil, on retrouve les noms et couleurs des vainqueurs de ce Grand Steeple anglais. Le dernier en date est Galopin des Champs (K) (Timos), un pensionnaire de Willie Mullins. Cette année, l’entraîneur irlandais est bien parti pour écraser encore un peu plus la concurrence. La partie s’annonce très dure pour les locaux… Côté ville, Cheltenham est encore bien calme, même si les diverses promotions autour du Festival sont déjà affichées dans les restaurants et bars. Une grande partie de Cheltenham est associée à l’événement et en fait la publicité. Il faut dire que le Festival rapporte très gros à la ville et à la région, les retombées économiques se chiffrant… en dizaines de millions !

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires