dimanche 16 juin 2024
AccueilCoursesPremier succès pour Ludwin Doulayram, jeune propriétaire de 22 ans

Premier succès pour Ludwin Doulayram, jeune propriétaire de 22 ans

Premier succès pour Ludwin Doulayram, jeune propriétaire de 22 ans

Jeudi à Chantilly, Rika de la Vis (Masterstoke) a prouvé son aptitude aux pistes extrêmes en remportant l’ultime course de la réunion, le Prix de l’Institut de France (Handicap). La pouliche qui est entraînée par Mario Baratti a signé pour l’occasion le premier succès de sa carrière, offrant également une première victoire à son propriétaire, Ludwin Doulayram, qui est âgé de 22 ans seulement ! Originaire de Guadeloupe, le jeune homme qui est mécanicien aéronautique chez Air France, nous a raconté son histoire… qui sort de l’ordinaire : « J’ai toujours aimé les chevaux. Depuis petit. Ayant un esprit de compétiteur et aimant beaucoup l’adrénaline et la vitesse, je me suis rapidement dirigé vers le monde des chevaux de course. Avant d’entreprendre des études dans l’aéronautique, j’avais un seul rêve en tête : devenir jockey ! Mais finalement, je suis venu en métropole pour mes études et ensuite pour travailler. Depuis mon arrivée en France, j’ai souvent monté à cheval. En même temps, j’avais également très envie de devenir propriétaire. Tout est allé très vite. Pour la petite histoire, lorsque je cherchais un appartement, j’ai visité celui d’un ancien jockey d’obstacle, Baptiste Regnard. J’ai acquis son bien et, par la même occasion, il m’a parlé d’un entraîneur, Mario Baratti, où est désormais entraînée Rika de la Vis. C’est une formidable histoire. »

Bientôt gentleman ?

Lorsque l’on a un esprit de compétiteur, la passion des courses, et un cheval en propriété, une envie vient souvent à l’esprit : devenir gentleman-rider : « Cela fait quelque temps que j’y songe. Actuellement, j’habite dans les Yvelines, ce qui me permet d’aller voir la pouliche le matin à l’entraînement. Mario Baratti m’a proposé de venir la monter afin de me perfectionner pour passer ma licence de gentleman. En Guadeloupe, je montais régulièrement à cheval. Lorsque j’étais adolescent, il n’était pas simple d’avoir un cheval de course. Mon père m’a donc suivi dans l’aventure. Et depuis, il aime ça ! »

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires