lundi 17 juin 2024
AccueilCoursesDu "Kiff" pour le Grand Steeple

Du “Kiff” pour le Grand Steeple

Du “Kiff” pour le Grand Steeple

Par Christopher Galmiche

Mardi matin, Gabriel Leenders était sous le feu des projecteurs au cours d’une conférence de presse pré-Grand Steeple organisée par France Galop. L’entraîneur de Jarzé aura deux partants dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) : le héros international Gold Tweet (On est Bien), vainqueur du Prix du Mont-Dore (L) sur les haies de Compiègne comme l’avait fait un an plus tôt Rosario Baron (Zambezi Sun), et Amy du Kiff (Kapgarde), lauréat du Prix Maurice Gillois (Gr1) et deuxième du Prix Ingré (Gr2).

Les deux chevaux appartiennent à deux bandes de potes, dont Gabriel Leenders est le lien. Ambiance garantie ce week-end à Auteuil ! Gold Tweet a d’ailleurs été nommé via un concours sur Twitter… Lui comme Amy du Kiff représentent une véritable publicité pour les courses. Gabriel Leenders nous a rappelé : « J’aurai mes deux premiers partants cette année dans le Grand Steeple. En 2019, je devais seller Bob and Co (Dom Alco) pour David Maxwell, qui devait le monter. Mais ce dernier s’était blessé dans le Prix Maréchal Foch et Bob and Co avait été déclaré non partant. Gold Tweet a eu un parcours atypique puisqu’il a débuté en province, il est passé par Cagnes-sur-Mer puis nous sommes allés à Compiègne, où il a remporté son premier Groupe, le Prix Hopper (Gr3). L’année de 4ans a été difficile pour lui, il a beaucoup donné. Lorsqu’il est revenu à 5ans, il était très fatigué. Je ne retrouvais pas le cheval et sa joie de vivre. Nous l’avons donc remis en vacances au printemps. Lorsqu’il est revenu à l’automne, il était beaucoup plus motivé. Nous sommes repartis de zéro en haies avec l’idée d’aller à Cheltenham. Le pari a été concluant. Par la suite, il a pris trop dur dans la Stayer’s Hurdle (Gr1). Nous l’avons remis en vacances et, à l’automne, il a été parfait en gagnant le Prix Georges Courtois (Gr2). Tiendra-t-il les 6.000m ? Auteuil reste Auteuil et 6.000m, c’est toujours un kilomètre de plus que ce qu’il a fait en Angleterre. Instinctivement, je pense qu’il va tenir, mais ce n’est que la course qui va nous l’apprendre. Gold Tweet a des atouts pour tenir la distance : il est facile, à l’écoute, et possède un gros changement de vitesse. Il nous fait rêver et nous permet d’avoir de nombreux projets en tête [notamment la Cheltenham Gold Cup 2025, ndlr]. Nous n’attachons pas d’importance à l’aspect financier avec lui, privilégiant le côté sportif. C’est pour cela que nous nous permettons de rêver de tout… Le côté “gains en course” n’entre pas en ligne de compte pour ce que l’on projette avec Gold Tweet. »

La notion de plaisir

Au sujet d’Amy du Kiff, son entraîneur a ajouté : « Les débuts d’Amy du Kiff ont été moyens. Nous étions allés en province et même là il ne gagnait pas. Le cheval avait une valeur handicap intéressante, donc nous avons visé le Prix Fifrelet (L), dans lequel il est tombé alors qu’il aurait certainement gagné. Nous nous sommes dit que nous allions l’orienter vers les gros handicaps de 4ans et il en a remporté un lors du week-end du Grand Steeple. Une fois barré en haies, il est parti en steeple. Il a gagné sa Listed et nous avons couru le Prix Maurice Gillois (Gr1) avec surtout dans l’idée de nous faire plaisir. Le point commun entre Amy du Kiff et Gold Tweet, c’est que les copropriétaires sont des amis. Il y a juste la notion de plaisir et pas forcément d’argent qui entre en jeu. C’est génial car on fait tout pour les chevaux, sans pression, et par chance nous sommes récompensés en allant jusqu’au Grand Steeple. Durant l’automne et l’hiver, Amy du Kiff est devenu plus costaud et plus fort. Il fait quinze kilos de plus que l’année dernière. Pour sa rentrée en haies, il a bien couru. Dans le Prix Ingré (Gr2), la course n’a pas été idéale pour lui, mais cela lui a permis de reconnaître le parcours. Après son travail de mardi matin, j’ai compris que nous avions raison d’aller sur le Grand Steeple. Mardi matin, il a travaillé avec un leader, effectuant un galop facile. La cadence qu’il avait pour finir atteste que nous sommes dans le bon tempo. Gold Tweet et Amy du Kiff ont eu un travail très intense en fractionné samedi et mardi, ils avaient juste un leader à dépasser pour éveiller les sens. Le terrain ne sera pas un problème pour eux car ils ont gagné sur toutes les surfaces. »

Une excitation au sein de l’écurie

Avoir un ou plusieurs partants dans le Grand Steeple, cela fait vivre de grands moments à l’écurie et au personnel qui s’occupe au quotidien des chevaux : « Nous avons vraiment eu une préparation idyllique pour Gold Tweet et Amy du Kiff. J’ai une équipe qui me permet d’être très serein et j’ai confiance dans les jockeys qui seront en selle. Avoir nos deux premiers partants dans le Grand Steeple, c’est une étape pour nous. C’est un accomplissement de notre travail. Au café, mardi matin, tout le monde était très excité à l’idée de la course. Cela crée une dynamique dans une équipe. Pour autant, si nous sommes battus dimanche, je ne serai pas satisfait car il n’y a que la victoire qui m’intéresse. Je suis en train de regarder les vingt dernières éditions du Grand Steeple pour bien “imprimer” le parcours et regarder les bonnes trajectoires. J’ai écrit sur un papier ce que je vais demander à mes jockeys et je les rencontrerai dimanche midi pour leur rappeler les règles de base à Auteuil. Gabin Meunier [jockey de Gold Tweet, ndlr] et Léo-Paul Bréchet [partenaire d’Amy du Kiff, ndlr] sont les deux meilleurs jeunes jockeys d’obstacle à l’heure actuelle. Ils sont très différents dans leur manière de monter et, malgré leur jeunesse, ils montent sans aucune pression. »

Kador de Ciergues et Dazodream, autour du Grand Steeple

L’écurie de Gabriel Leenders va pouvoir également s’appuyer sur deux belles chances dans les Prix Ferdinand Dufaure et Alain du Breil (Grs1). Dans le Ferdinand Dufaure, elle aura Kador de Ciergues (Masterstroke), deuxième du Prix Jean Stern (Gr2), et dans le Alain du Breil elle présentera Dazodream (Doha Dream), quatrième du Prix de Marsan (L). « Kador de Ciergues a bien couru à Compiègne. Ce n’était pas forcément un hippodrome pour lui mais cela me permettait de l’aligner sur un steeple différent de celui d’Auteuil. J’ai dit à ses propriétaires qu’il fallait aller sur le Prix Ferdinand Dufaure et ils me font confiance. Le cheval a commis beaucoup d’erreurs dans ses sauts dans le Prix Jean Stern (Gr2) mais il a su terminer deuxième. Du Jean Stern à aujourd’hui, il a vraiment beaucoup progressé. Il est devenu plus serein grâce à sa dernière course. Dès lors, nous nous rendons sur le grand rendez-vous avec des convictions. L’an dernier, j’avais annoncé que Dazodream était un cheval de Gr1. Pour le moment, il n’a pas répété ce qu’il avait fait en 2023. J’ai l’impression d’avoir trouvé pourquoi. Nous avons effectué quelques petits réglages, et il va pouvoir bien courir. Nous sommes sur une génération exceptionnelle de 4ans. C’est un peu culotté de tenter ce défi mais mes propriétaires me suivent et je pense qu’à l’heure actuelle j’ai bon espoir de le voir conclure dans les quatre premiers. »

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires