dimanche 19 mai 2024
AccueilA la uneENSEMBLE, ILS VONT PLUS LOIN

ENSEMBLE, ILS VONT PLUS LOIN

ENSEMBLE, ILS VONT PLUS LOIN

Par Christopher Galmiche

cg@jourdegalop.com

Associés depuis le début de l’année 2023 seulement, Noel George et Amanda Zetterholm vont seller leurs premiers partants dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). Il s’agit de Gallipoli (K) (Gleneagles), deuxième des Prix Robert de Clermont-Tonnerre, Troytown (Grs3) et Murat (Gr2), et de Général en Chef (K) (Martaline), brillant lauréat du Prix de Saumur, mais qui a refusé de prendre le départ du Prix Ingré (Gr2). Il Est Français (K) (Karaktar), la vedette de l’écurie, se repose au haras de Saint-Voir, mais ses deux “suppléants” sont aptes au combat…

Au cours de la conférence de presse organisée mercredi midi par France Galop, Noel George a indiqué : « Gallipoli et Général en Chef ont effectué leur dernier travail sur le plat mardi matin. Mercredi, ils ont travaillé sur les obstacles et tout s’est bien passé. Je suis très content de nos deux pensionnaires. Gallipoli est de mieux en mieux. Il progresse encore. Nous lui avons donné du temps après sa dernière sortie dans le Murat. Il est très bien et je suis impatient de le voir aux courses. Il est au top ! Ce n’est peut-être pas le cheval de classe de la course mais il est très régulier. Si les autres ne sont pas à 100 %, lui, il sera là ! Il est capable d’être allant le matin mais aux courses, sa façon prudente de sauter peut l’aider à tenir la distance. S’il ne consomme pas, il tiendra la distance. On le mettra derrière les leaders et il avancera après le second saut de la rivière des tribunes. »

Les humeurs de Général en Chef

Le cas Général en Chef est un peu différent… Le cheval s’est promené dans le Prix de Saumur, mais il a purement et simplement refusé de prendre le départ du Prix Ingré (Gr2) deux semaines plus tard ! Noel George a un plan en tête : « Je ne crois pas que Général en Chef va se comporter comme dans le Prix Ingré. Nous allons modifier certaines choses : l’accompagner au départ, ne pas l’envoyer seul, devant, au canter d’essai… Nous l’avons sûrement mis en mode un peu trop “cool” la dernière fois. Dimanche, il sera avec les autres au défilé et cela devrait aller. »

Général en Chef a débuté sa carrière chez David Cottin, pour qui il a couru trois fois le Grand Steeple. Noel George et Amanda Zetterholm sont encore en phase de découverte avec lui : le cheval a couru trois fois sous leur entraînement : « Le monter devant lors de sa course de rentrée n’était pas la bonne idée. Aller sur un hippodrome plus simple à appréhender comme Lignières et le monter de façon cool lui a donné beaucoup de moral. Ensuite, il a gagné à Auteuil très facilement. Nous voulions courir l’Ingré car il était au top. Mais comme le disait Nicolas de Lageneste, peut-être que le fait d’avoir couru à Auteuil pour l’Ingré sans avoir pris dur, cela lui a fait du bien au moral ! Depuis que nous l’avons récupéré, c’est lui qui nous dit lorsqu’il peut aller aux courses. Sa préparation a été parfaite. Nous sommes pleinement satisfaits de lui. Gallipoli sera monté par Kévin Nabet et Général en Chef sera associé à Benjamin Gelhay. »

Concernant l’opposition, Noel George analyse : « Dans le Grand Steeple, le cheval de classe, c’est Juntos Ganamos. Il aura aussi pour lui l’avantage au poids pour un 5ans. Mais il est susceptible de commettre des fautes dans le parcours. Gold Tweet s’est imposé plaisamment à Compiègne mais je ne suis pas certain à 100 % que ce soit un cheval de 6.000m. Je suis heureux d’avoir nos deux protégés au départ. »

Hooligan avec James Reveley dans la Grande Course de Haies

Plaisant lauréat du Prix Léon Rambaud (Gr2), Hooligan (Aizavoski) fera partie des favoris français de la Racing TV Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) avec Losange Bleu (K) (Martaline) et July Flower (K) (Pastorius). « Hooligan a très bien travaillé sur les obstacles mercredi. James [Reveley, ndlr] va récupérer la monte, malheureusement pour Felix [de Giles, ndlr]. Le cheval est très bien. Il avait besoin de sa course de rentrée à son âge. Il est monté en condition sur sa tentative du Prix Léon Rambaud (Gr2). Hooligan connaît bien Auteuil maintenant. Nous ne l’échangerions pas contre aucun des partants français ! Du côté des chevaux irlandais, ils sont très bons. Mais ils se présentent de façon rapprochée et ont eu des courses dures à Cheltenham et Punchestown. Qui plus est, ils ont le voyage à faire. Hooligan aura l’avantage de connaître la piste; contrairement aux étrangers. Une chose est sûre : nous ne pouvons l’avoir mieux. »

Le King George pour Il Est Français

Grand absent du Grand Steeple, Il Est Français (K) (Karaktar) est en vacances là où il est né, au haras de Saint-Voir. Noel George nous a confié : « Le grand objectif d’Il Est Français sera le King George VI Chase (Gr1) à Kempton, hippodrome où il a très bien fait. Nous verrons comment il est après ses vacances et nous déciderons s’il court le Prix La Haye Jousselin (Gr1). » Il Est Français avait brillamment remporté le Kauto Star Novices’ Chase (Gr1) sur le même parcours que le King George, le 26 décembre 2023. Depuis, le King George est un objectif logique pour lui. Le cheval jouit d’ailleurs d’une belle popularité en Angleterre comme nous l’a rappelé Noel George : « Il y a beaucoup d’Anglais qui ont pris leurs billets pour voir Il Est Français. Malheureusement, il ne sera pas là. Mais ils seront présents pour suivre nos autres chevaux ce week-end à Auteuil. »

Les propriétaires britanniques de plus en plus attirés par l’obstacle français

De plus en plus de propriétaires anglais et irlandais choisissent d’avoir des chevaux en France. Un phénomène bénéfique pour nos courses où tout n’est pas forcément sombre. Noel George nous a confirmé : « Il y a de plus en plus de propriétaires anglais qui veulent investir en France. Je pense que la réussite de l’élevage français aide grandement. Ces personnes sont vraiment intéressées pour acheter de jeunes chevaux français et les laisser à l’entraînement en France pour leur début de carrière. Une fois qu’ils investissent en France, ils perçoivent mieux les avantages d’avoir des chevaux ici. Au départ, c’est vraiment pour investir dans de jeunes chevaux. Et, lorsque cela se passe bien, ils vivent de belles expériences, ce qui est top ! Je sais que les courtiers anglais et irlandais s’arrachent un peu les cheveux car ils n’arrivent pas à acheter les jeunes chevaux qui débutent à Auteuil ou Compiègne. De plus en plus, les chevaux restent en France et c’est très important pour les courses françaises. »

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires