lundi 24 juin 2024
AccueilCoursesSibayan à la manière des forts

Sibayan à la manière des forts

Bordeaux-Le Bouscat, samedi

168e Derby du Midi (L)

Sibayan à la manière des forts

Sibayan (Blame) a beaucoup d’atouts pour lui. Il est grand, beau, et bon ! Même si avant le départ, il a donné quelques difficultés pour se rendre derrière les stalles, obligeant le garçon de voyage de Jean-Claude Rouget à l’emmener en main, en course, l’élève et représentant de Son Altesse l’Aga Khan s’est montré bien plus appliqué.

De bout en bout

Associé à Cristian Demuro, Sibayan a rapidement pris les choses en main, menant à son rythme, sur une piste lourde, qu’il a semblé apprécier. Son jockey n’a pas attendu les attaques, demandant à son partenaire de prononcer son effort dans le dernier tournant, instant où le tandem a pris plusieurs longueurs à ses adversaires. Dans la ligne droite, Sibayan n’a jamais vraiment été menacé. Il s’impose de trois longueurs devant Charlus (Churchill), lequel enregistre son premier “échec” en compétition, après trois victoires. Trois longueurs et demie plus loin, Soldier’s Gold (Soldier’s Call) complète le podium à l’occasion de sa première sortie en France.

Encore un doute sur sa tenue

Samedi, Sibayan redescendait de catégorie et il était raccourci après sa cinquième place dans le Prix Noailles (Gr3), le 14 avril. Engagé dans le Qatar Prix du Jockey Club (Gr1), il a été déclaré forfait mais bénéficie également d’un engagement dans le prochain Grand Prix de Paris (Gr1). Cependant, cette épreuve ne devrait pas être son objectif, comme nous l’a indiqué Nemone Routh, racing manager des Aga Khan Studs : « C’est la première fois qu’il montre du caractère. J’avais pu le voir à Longchamp, lors du Prix Noailles où il n’avait pas fait la moindre difficulté. C’est un grand poulain, Cristian a souhaité le laisser aller dans son action et c’était la bonne tactique. Le terrain était très pénible mais cela ne semble pas l’avoir dérangé. Nous ne connaissons pas encore ses limites en termes de distance. La dernière fois, monsieur Rouget pensait que les 2.100m étaient un peu longs pour lui. Aujourd’hui, c’était 1.900m mais sa mère évoluait sur 2.400m et plus. En revanche, son père, Blame, étant un étalon américain, il est un peu plus difficile à situer. Mais je ne pense pas que le Grand Prix de Paris soit l’objectif de Sibayan. Nous devons détailler le programme afin de voir si nous allons courir un Gr3 sur 2.000m ou 2.400m. Nous pourrions également revoir le poulain cet été à Deauville. Son frère, Sirsar (Le Havre), est à l’entraînement chez Mikel Delzangles. C’est aussi un très grand poulain qui va avoir besoin de temps. Je ne pense pas que nous le verrons à 2ans. La mère est grande et elle produit des poulains à son image. Cette année, elle a donné naissance à un foal par Too Darn Hot. »

Direction Royal Ascot pour Soldier’s Gold

Après un début de carrière en Angleterre chez Hugo Palmer, où il a notamment évolué sur de courtes distances, ouvrant son palmarès à 2ans, sur 1.150m, Soldier’s Gold (Soldier’s Call) s’est envolé en fin de saison pour le Qatar, rejoignant les boxes d’Alban de Mieulle, pour lequel il a remporté trois courses. Samedi, il participait à sa première course en France. Alban de Mieulle nous a appris : « C’était une première pour lui sur la distance et aussi sur un terrain comme celui-là, vraiment très lourd. Son jockey trouve qu’il a vraiment fait un bon truc. Il n’a pas trop aimé la montée pour finir, mais cela est peut-être aussi dû à la distance. Il réalise une bonne performance. Il va être dirigé vers Royal Ascot pour courir l’un des handicaps du meeting. »

​​​​​​Une mère double gagnante de Listed

Élevé par les Aga Khan Studs, Sibayan est un fils de l’américain Blame (Arch), qui avait fait “pleurer” l’Amérique en battant la vedette Zenyatta (Street Cry) dans la Breeders’ Cup Classic (Gr1) et qui est stationné dans le Kentucky, à Claiborne Farm. La mère, Sirrin (Sea the Stars), était déjà entraînée par Jean-Claude Rouget. Elle avait débuté au mois de janvier de ses 3ans à Cagnes-sur-Mer et avait notamment remporté le Derby du Languedoc (L) avant de conclure sa carrière en septembre de ses 3ans par une victoire sur les 2.800m du Prix Joubert (L). Son premier produit, Sirana (Siyouni), a gagné deux courses à l’automne de ses 2ans, sur 1.600m à Mont-de-Marsan et Lyon-Parilly. La jument a un 2ans, Sirsar (Le Havre), à l’entraînement chez Mikel Delzangles, ainsi qu’un foal par Too Darn Hot (Dubawi).

La deuxième mère, Sindirana (Kalanisi), a remporté les Lingfield Oaks Trial (L). Il s’agit de l’aïeule de la rapide Sonaiyla (Dark Angel), gagnante des Ballyogan Stakes (Gr3) sur 1.200m. Cette dernière s’est également classée troisième des Flying Five Stakes (Gr1, 1.000m). Il s’agit de la souche du champion Sinndar (Grand Lodge).

Kris S

Arch

Aurora

Blame

Seeking the Gold

Liable

Bound

SIBAYAN (M3)

Cape Cross

Sea the Stars

Urban Sea

Sirrin

Kalanisi

Sindirana

Sinndiya

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires