vendredi 14 juin 2024
AccueilInstitutionFabrice Vermeulen suspendu trois mois

Fabrice Vermeulen suspendu trois mois

Fabrice Vermeulen suspendu trois mois

Le dernier bulletin des instances disciplinaires de France Galop () fait état d’une suspension de trois mois infligée à l’entraîneur Fabrice Vermeulen, qui a toutefois la possibilité de faire appel dans les quatre jours.

Cette nouvelle sanction fait suite à un contrôle à l’entraînement effectué le 11 mars 2024, où le vétérinaire de la F.N.C.H. a constaté l’existence d’une ordonnance pour une infiltration intra-articulaire d’une substance biologique (l’acide hyaluronique) réalisée le 21 janvier 2024 sur le cheval Indyco. Le cheval a couru à Cagnes le 29 janvier 2024. Or les infiltrations intra-articulaire de substance biologique sont interdites dans les huits jours précédant une course.

Dans leur mémoire, les commissaires de France Galop rappellent les différentes sanctions prises à l’encontre de Fabrice Vermeulen, dont la dernière, en date du 7 février 2024, pour la positivité d’un cheval, prévoyait une amende de 10.000 € ainsi qu’une suspension de six mois, assortie d’un sursis total révocable sur les cinq prochaines années. L’infraction commise avec Indyco étant antérieure au 7 février 2024, les conditions de révocation du sursis (qui aurait de facto entraîné une suspension de six mois) ne sont pas réunies. En revanche, les commissaires ont jugé que la situation de récidive était manifeste, ce qui leur ouvre le droit de prendre une sanction plus sévère que celle prononcée en première infraction. C’est ainsi qu’ils justifient la décision de prononcer une suspension de trois mois des autorisations de faire courir et d’entraîner à l’encontre de Fabrice Vermeulen.

Dans ce même bulletin, on apprend le distancement du sprinter Lesslepasser de sa cinquième place acquise l’an dernier dans le Qatar Prix du Petit Couvert (Gr3). Le pensionnaire de Sofie Lanslots a été contrôlé positif au MSM (methylsulfonylmethane), substance contenue dans un complément alimentaire qui fait désormais partie des substances soumises à un seuil maximal au sens de l’article 198, III, du Code des courses au galop, de sorte qu’il convient de limiter la quantité ingérée par le cheval.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires