mardi 16 avril 2024
AccueilÉlevageLong Champ, un petit haras dans la cour des grands

Long Champ, un petit haras dans la cour des grands

Dans les cuisines des éleveurs français

Long Champ, un petit haras dans la cour des grands

L’élevage de Barbara Moser a l’effectif d’une petite structure… mais les résultats d’un grand haras ! L’année 2023 fut celle de la consécration avec la victoire d’Ace Impact dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Le poulain a été élevé au haras du Long Champ pour le compte de Waltraut Spanner.

Par Adrien Cugnasse

ac@jourdegalop.com

Il existe une expression anglaise qui décrit parfaitement ce qu’il se passe au haras du Long Champ : “Punch above it’s weight“. On peut la traduire par “boxer au-dessus de sa catégorie.” Et c’est vrai qu’Ace Impact (Cracksman) n’est pas qu’un heureux hasard. Il faut aussi citer le très bon Light Infantry (Fast Company). Un sacré cheval de course qui est monté sur le podium du Prix Jean Prat, du Prix Jacques Le Marois (à deux reprises), du Prix d’Ispahan et des Queen Anne Stakes (Grs1). Il faut également se souvenir de Patascoy (Wootton Bassett), deuxième du Prix du Jockey Club (Gr1), ou encore de Testa Rossi (Dr Fong), deuxième du Breeders’ Cup Juvenile Fillies Turf (Gr1). Pour le compte de clients, Barbara Moser et son équipe ont aussi élevé Mythico (Adlerflug), vainqueur des 2.000 Guinées allemandes (Gr2).

Voir avant de choisir

Être un éleveur commercial est doublement difficile : il faut sortir des gagnants tout en donnant envie aux acheteurs de lever le doigt, ce qui n’est pas systématiquement la même chose. La tâche est encore plus ardue si on a un budget limité comme Barbara Moser. Elle explique : « D’une manière générale, j’essaye d’éviter les étalons en première ou deuxième année. J’essaye, autant que possible, de voir des foals avant de choisir, en espérant détecter des éléments sur le physique ou le mental de sa production. Je peux difficilement me permettre d’investir sans aucun recul… »

Galiway et Muhaarar inspirent confiance

L’étalon du haras de Colleville a notamment donné Senna (Galiway), troisième du Prix Wild Monarch (L), au haras du Long Champ. Barbara Moser explique : « Nous envoyons trois juments à Galiway en 2024. C’est un étalon que nous avons utilisé tôt dans sa carrière de reproducteur. Il fait de beaux chevaux, tous bien dans leur tête. Nous avons toujours été chanceux avec cet étalon. Cette année, il va notamment saillir Mangalore (Kingman), une jument bien née issue de l’élevage de Lady Bamford [pour le compte de Waltraut Spanner, ndlr]. Ainsi qu’une jeune jument placée de Groupe en Allemagne, Best Flying (Pedro the Great), également deuxième du Prix Eclipse (Gr3). La troisième n’est autre que Best Dreaming (Big Shuffle), mère de Best Flying et de Best Lightning (Sidestep), placé des Guinées allemandes (Gr2) et lauréat du Badener Meile (Gr3) [pour le compte d’Hermann Pfister, ndlr] » Au sujet de Baliyka (Cape Cross), issue d’une bonne origine Aga Khan, elle poursuit : « J’aime beaucoup Cape Cross en tant que père de mère. Elle est pleine d’Earthlight. Peut-être ira-t-elle à Galiway en 2023. » Cortado (Holy Roman Emperor) a bien gagné l’an dernier à 2ans : « Andreas Suborics l’aime beaucoup. Sa mère, Cove Beach (Harbour Watch), a donné un Masar l’année dernière. Elle va peut-être aller à Muhaarar (Oasis Dream). Je recherche un étalon confirmé. »

Elles vont à l’étranger

Très bien née, Madhyana (Monsun) a vu jour au célèbre Gestüt Schlenderhan. C’est la mère de trois black types dont le gagnant classique Mythico, pour le compte de Thomas Bretzger : « Madhyana a un très beau foal de Sea the Stars… et elle retourne à cet étalon ! » Barbara Moser poursuit : « Nous envoyons deux juments à Cracksman (Frankel). Un peu en songeant à Ace Impact bien sûr ! Mais c’est bien sûr avec des juments différentes. Le croisement fonctionne sur le papier et au niveau morphologique, si bien que ce n’est pas un choix si affectif que cela… J’essaye de trouver la meilleure complémentarité possible. La perfection n’existe pas mais nous essayons de faire au mieux. Autant que possible, je préfère éviter les inbreedings. Concernant les juments qui vont à Cracksman, il s’agit d’une maiden par Wootton Bassett. L’autre est Queen’s Grace (Wootton Bassett), actuellement pleine de son deuxième produit. À cause d’une blessure à l’entraînement, Queen’s Grace n’a malheureusement jamais pu courir. » Cette jument est la sœur de Zascandil (Motivator), gagnant du Grand Prix de Madrid. « Après avoir suivi leur production aux ventes publiques, j’envoie des juments à Lucky Vega (Lope de Vega) et Earthlight (Shamardal). J’ai vu de beaux foals, très plaisants. J’ai par exemple une sœur de Light Infranty, Bright Lights (Pour Moi). Et elle va à Lucky Vega. »

Les jeunes étalons français

« Certains de mes clients utilisent Wooded (Wootton Bassett). J’envoie trois juments personnelles à Persian King (Kingman). J’ai bien aimé ses yearlings. Il apporte de la taille. C’est aussi un cheval avec une certaine précocité et il avait montré de la vitesse. De la même génération que Persian King, nous allons à Hello Youmzain (Kodiac). Pietra della Luna (Lope de Vega) était une bonne pouliche dure, mais elle s’est accidentée dans une Listed en Allemagne lors de sa dernière sortie publique. Elle va à Persian King. City Light (Siyouni) s’est bien comporté avec sa première génération de 2ans en piste. Et nous lui envoyons également une jument. »

LES CROISEMENTS ÉVOQUÉS DANS CET ARTICLE

Jument Étalon 2024
Bernsteinkette Ace Impact
Queen’s Grace Cracksman
Absolutely Me Frankel
Mangalore Galiway
Best Flying Galiway
Best Dreaming Galiway
Baliyka Galiway
Bright Lights Lucky Vega
Cove Beach Muhaarar
Madhyana Sea the Stars

La mère d’Ace Impact va à Frankel

Poulinière phare de Waltraut Spanner Absolutly Me (Anabaa Blue) a déjà produit trois black types, dont le champion Ace Impact. Et peut-être bientôt quatre chevaux de stakes car le 3ans Arrow Eagle (Gleneagles) a débuté avec style à Cagnes-sur-Mer.

Absolutely Me va à Frankel en 2024. Barbara Moser explique : « Je suis déjà allé voir Ace Impact deux fois au haras ! C’est formidable qu’il soit resté en France, en espérant qu’il fasse aussi bien au haras en piste. Un des clients du haras va l’utiliser avec Bernsteinkette (Kandahar Run), mère de Bellano (Zelzal) et descendante de Borgia (Acatenango). »

VOUS AIMEREZ AUSSI

Les plus populaires