testimg

Veuillez vous connecter pour pouvoir télécharger cette édition !

testimg

Veuillez vous connecter pour pouvoir télécharger cette édition !

testimg

Veuillez vous connecter pour pouvoir télécharger cette édition !

testimg

Veuillez vous connecter pour pouvoir télécharger cette édition !

La démonstration de force de A Shin Hikari

CHANTILLY, MARDI. PRIX D’ISPAHAN (GR1). Quelle impression ! Le japonais A Shin Hikari (Deep Impact) a survolé le Prix d’Ispahan (Gr1), reléguant son dauphin, Dariyan (Shamardal), récent lauréat du Prix Ganay (Gr1), à dix longueurs ! Il y avait un cheval et les autres. Les chevaux français et anglais n’ont pu observer le japonais que de loin, dans la ligne droite. Bien sûr, on rappellera que la majorité de ses adversaires effectuaient une rentrée ou n’étaient pas sur leur distance ou sur leur terrain de prédilection. Mais le lauréat ne disposait d'aucun avantage. Il n’avait aucune référence en terrain collant et rentrait lui aussi après avoir changé d’environnement, étant arrivé en France le 27 avril. A Shin Hikari était au-dessus du lot et sa démonstration de force est simplement le reflet de l’écart de classe qui existe entre ce lauréat du Hong Kong Cup (Gr1) et les autres. Ce qui peut nous inquiéter dans cette victoire venue d’ailleurs, c’est que A Shin Hikari n’est pas considéré comme le meilleur japonais dans son créneau et qu’il faisait face ici à une vraie opposition de niveau Gr1, dans laquelle il ne manquait que Solow (Singspiel). On regrettera d’ailleurs de ne pas avoir pu assister à ce match Solow/A Shin Hikari en raison de la blessure du premier nommé, actuellement au repos.

 


James Reveley, l’étoile montante de l’obstacle


Chez les jockeys, James Reveley a été le héros du week-end du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). Il a gagné cette épreuve pour la première fois avec le champion So French (Poliglote). Mais il s’est aussi imposé dans les Prix Stanley (L), avec On the Go (Kamsin), et d’Arles, avec Comas Sola (Lord du Sud). Ces succès lui ont aussi offert la première place du Challenge de l’extrême que France Galop organise pour récompenser les jockeys ayant eu la meilleure réussite lors du week-end. Nous l’avons contacté lundi après-midi, avant la réunion de Bordeaux, au cours de laquelle il se mettait en selle, pour revenir sur sa première victoire dans le "Grand Steeple" et sur sa carrière.


So French, héros d’une tragédie à ciel ouvert


GRAND STEEPLE-CHASE DE PARIS (GR1). AUTEUIL, DIMANCHE. L’édition 2016 du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) nous laissera un sentiment partagé. D’un côté, nous avons assisté au sacre d’un vrai champion, So French (Poliglote), qui a gagné la course en patron. Le sauteur qui défend les couleurs de Magalen Bryant a toujours évolué aux avant-postes, avant d’assurer seul la direction de l’épreuve à partir du deuxième saut de la rivière des tribunes. Sur une piste devenue très lourde au fil de l’après-midi, il a contrôlé la course et n’a jamais été mis en danger. Une grande performance réalisée à 5ans.


Un de Sceaux envoie un message fort à Blue Dragon


PRIX LA BARKA (GR2) – SAMEDI À AUTEUIL. Quelle impression ! Le champion Un de Sceaux (Denham Red) a signé une véritable balade dans le Prix La Barka (Gr2) pour son retour à Auteuil. Le pensionnaire de Willie Mullins a tout de suite été parmi les premiers, se montrant brillant. Ruby Walsh l’a laissé galoper et le cheval a pris l’avantage, creusant l’écart avec ses adversaires au passage devant les tribunes. Le jockey a ensuite réussi à le reprendre dans la ligne d’en face, tout en gardant l’avantage. Au saut de la dernière haie, Un de Sceaux était sous la menace de Le Grand Lucé (Dream Well), qui s’était rapproché en face après avoir patienté parmi les derniers. Mais, sur le plat, Un de Sceaux a placé une nouvelle accélération et a passé le poteau détaché de huit longueurs devant Le Grand Lucé. Willie Mullins en profite pour remporter les deux épreuves de Groupe de la journée, lui qui a aussi décroché le Prix Questarabad (Gr3) avec Footpad (Creachadoir).


Les dernières nouvelles de l’armada Macaire


Guillaume Macaire aura de nombreux partants tout au long du week-end du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) à Auteuil. Il sellera notamment trois chevaux dans le "Grand Steeple" : Storm of Saintly (Saint des Saints), As d’Estruval (Nickname) et So French (Poliglote). Ces trois sujets ont de solides arguments à faire valoir pour obtenir un bon résultat dans la plus grande épreuve du programme d’obstacle français. Storm of Saintly et As d’Estruval sont invaincus cette année et ils ont séduit à chacune de leurs sorties en 2016. So French a tracé des fins de courses remarquées dans les préparatoires. Leur entraîneur nous a dit : « Les dernières courses de Storm of Saintly sont bonnes. Nous avons tout fait pour qu’il arrive au top pour dimanche. Ce n’est pas un cheval qui s’énerve, ce qui est un avantage. Nous allons voir dimanche. As d’Estruval a de la classe, mais ce n’est pas toujours la classe qui fait le résultat, surtout sur 6.000m. À chaque fois que j’ai voulu tirer des plans sur la comète, cela n’a pas fontionné, c’est pourquoi je préfère avancer et courir So French. Les places sont bonnes à prendre et nous verrons comment cela se passe. Dans le Prix Ingré, il n’a pas pu courir car il a eu un abcès de pied. Il va lui manquer cette course-là, mais nous verrons bien. »


Paul Couderc, un homme passionné aux multiples casquettes


Vézelay (Dom Alco) sera le deuxième partant de Paul Couderc dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), dimanche à Auteuil, quatre ans après la championne Net Lovely (Network). À quelques jours de cette grande course, Paul Couderc nous a parlé du fils de Dom Alco, son association avec Patrick Joubert (dont Vézelay porte les couleurs), sa trajectoire politique et sa vision du monde des courses.


Grand Steeple-Chase de Paris : ils seront tous là !


France Galop n’a enregistré aucun forfait, ce mercredi matin, pour le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), qui aura lieu le dimanche 22 mai à Auteuil. Treize chevaux sont sur les rangs. Et ils devraient être treize au départ puisque aucune supplémentation ne devrait avoir lieu. Les deux derniers lauréats de la course, Milord Thomas (Kapgarde) et Storm of Saintly (Saint des Saints), devraient être présents. Le match entre ces deux champions n’avait pu avoir lieu dans le Prix Maurice Gillois (Gr1) 2013, le second nommé étant tombé à la dernière haie. Ce sera donc l’heure de vérité. Le nouveau venu à ce niveau, As d’Estruval (Nickname), vainqueur de trois des quatre préparatoires officielles, est aussi engagé et il s’annonce comme l’arbitre du duel entre Milord Thomas et Storm of Saintly. Arbitre, c’est un rôle que pourrait aussi endosser son compagnon d’entraînement So French (Poliglote), très plaisant lors des préparatoires. Respectivement deuxième et troisième du Prix La Haye Jousselin (Gr1) 2015, Saint Palois (Saint des Saints) et Vézelay (Dom Alco) sont également engagés. En plus de Saint Palois, la famille Papot comptera aussi sur Saint Pistol (Saint des Saints), troisième du dernier "Grand Steeple". Alary (Dream Well) et Ange d’Amour (Sageburg) ont convaincu en se classant respectivement deuxième et troisième du Prix William Head (L) derrière Storm of Saintly. Quatre fois deuxième de la course, Shannon Rock (Turgeon) sera encore là pour tenter d’améliorer enfin son classement, avec cette fois Ruby Walsh sur son dos.


Longchamp or not Longchamp? Vivons avec notre temps !


Le cadre de Longchamp vous a-t-il manqué dimanche ? C’est la première question que l’on peut poser suite à ce week-end classique délocalisé à Deauville. Les Poules d’Essai ont livré un verdict limpide, il y avait du monde aux courses et l’ambiance était festive. En 2017, les Poules d’Essai auront de nouveau lieu à Deauville. Mais ensuite ? Elles doivent, a priori, revenir à Longchamp. Toutefois, l’expérience de ce week-end prolongé de la Pentecôte a ouvert une voie qu’il faut travailler afin d’améliorer le produit hippique. Tant pour la sélectivité des Poules d’Essai que leur attractivité vis-à-vis du grand public. Longchamp étant en travaux, 2016 est une année expérimentale, comme le sera 2017. Et pour l’instant, on peut vraiment dire que l’on vit très bien sans Longchamp...


Abondance de biens ne nuit pas


DEAUVILLE, LUNDI. POUR MOI COOLMORE PRIX SAINT-ALARY (GR1). Après La Cressonnière (Le Havre) ce dimanche, Jean-Claude Rouget a sorti de son chapeau une autre pouliche pour le prochain Prix de Diane Longines (Gr1) : Jemayel (Lope de Vega), lauréate du Pour Moi Coolmore Prix Saint-Alary (Gr1). Inexistante pour sa rentrée dans le Prix Finlande (L), Jemayel a montré ici de tout autres dispositions, elle qui était munie d’œillères australiennes. Sur la côte normande, cette représentante d’Al Shaqab s’est offert l’invincibilité de Camprock (Myboycharlie). Cette dernière termine deuxième, après avoir attendu, et échoue de peu face à Jemayel qui est toujours repartie devant elle.


La ligne droite, il n’y a que ça de vrai !


Deux gagnants aux profils bien différents, deux déroulements de courses peu comparables, mais une certitude : les Poules d’Essai ont rendu des verdicts limpides, sans concurrent malheureux, et ont ainsi rempli leur objectif de sélection. Alors laissons les "Poules" en ligne droite à Deauville, même quand Longchamp aura repris du service !


Breeze up Arqana : la vente de tous les records


Le catalogue 2016 de la breeze up Arqana, organisée cette année à Deauville en prélude d’un long et beau week-end de courses, s’annonçait particulièrement fort. Les résultats ont largement confirmé cette prédiction. La vente a enregistré de nouveaux records. Celui du top price, qui s’est élevé à 800.000 euros pour une fille de Frankel, adjugée à Nicolas de Watrigant pour Al Shaqab Racing et présentée par Grove Stud, mais aussi celui du chiffre d’affaires, qui dépasse la barre des 10 millions d’euros (à 10.345.000 euros). C’est deux millions de plus que le niveau atteint l’an passé, et qui constituait déjà un record. Quant au top price, le plus haut prix atteint par cette vente s’élevait à 750.000 euros, en 2014, pour un fils d’Invincible Spirit, également vendu par Grove Stud et acheté par Nicolas de Watrigant !


Breeze-up Arqana : à chacun sa spécificité


Spécialité américaine, les breeze up ne sont arrivées en Europe qu’en 1977, et c’était de l’autre côté de la Manche. Il a fallu attendre le début des années 2000 pour qu’elles prennent un vrai essor. Elles restent toutefois un marché de niche dans l’univers des ventes de galopeurs : environ 700 poulains ont été vendus dans les principales breeze up européennes l’an dernier, comparativement aux quelque 3.500 yearlings qui passent en vente à cet âge.


Le Critérium de la Vente d’Octobre Arqana décrypté


Mercredi, Arqana a annoncé la création du Critérium de la Vente d’Octobre, une épreuve réservée aux yearlings issus de cette vente. Cette course sera dotée d’une allocation totale de 250.000 euros. Nous sommes revenus avec Éric Hoyeau, président-directeur général d’Arqana, sur la genèse de cette initiative, ainsi que sur plusieurs aspects techniques, comme la future distance de la course ou encore le cas des primes…


115 engagés dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, dont 11 japonais


Mercredi, France Galop a enregistré les engagements pour le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) 2016 qui se déroulera le dimanche 2 octobre à Chantilly. Cent quinze chevaux ont été engagés. Soixante-quinze d’entre eux sont étrangers, dont onze japonais, ce qui est un record.


Poules d’Essai : les forces en présence


Pour les Poules d’Essai, qui auront lieu dimanche prochain à Deauville, les premiers forfaits ont été enregistrés mardi matin par France Galop. Vingt-cinq pouliches et autant de poulains restent en lice pour les deux classiques. Parmi les têtes d’affiche françaises, pas de surprise.


De Volta à Volterra en quelques foulées


PRIX VOLTERRA (L), LUNDI À CHANTILLY. « Avant même qu’elle ne gagne son maiden, nous avions cette course en tête avec elle », nous a déclaré David Salabi, copropriétaire de Volta (Siyouni), après sa victoire dans le Prix Volterra (L). La pensionnaire de Francis-Henri Graffard s’est imposée très facilement dans cette Listed, offrant un premier succès black type à la casaque de David Salabi. Jamais loin, Volta allait au-dessous du lot à mi-ligne droite, et quand Pierre-Charles Boudot lui a demandé d’accélérer, elle a laissé ses adversaires sur place, signant d’excellents temps partiels : 11’’87 des quatre cents mètres aux deux cents mètres et 10’’96 des deux cents mètres au poteau.


Cloth of Stars éteint quelques ambitions et affirme les siennes


SAINT-CLOUD, DIMANCHE. PRIX GREFFULHE (Gr2). Manager de Godolphin, John Ferguson n’était pas venu à Saint-Cloud dimanche juste pour le plaisir de recevoir le trophée du Prix Greffulhe (Gr2). Sa présence indiquait que quelque chose pouvait se passer si Cloth of Stars (Sea the Stars) s’imposait avec de la marge. C’est bien le cas, puisque après le succès du poulain, John Ferguson a indiqué : « Cloth of Stars gagne grâce à une très belle accélération. Désormais, deux options s’offrent à lui. Soit il se dirige vers le Prix du Jockey Club ; soit nous le supplémentons dans le Derby d’Epsom. J’avais vraiment envie de venir le voir et je trouve que le cheval a grandi par rapport à l’an dernier ».


Al Johrah ouvre le compteur de Bated Breath


MAISONS-LAFFITTE, SAMEDI. PRIX ÉPINARD (F). Course prisée chez les 2ans, le Prix Épinard (F) est revenu à Al Johrah, une fille de l’étalon de Juddmonte Bated Breath. Très bon sprinter en son temps, Bated Breath ouvre son compteur en tant que père. Al Johrah était son premier partant en France et aucun de ses sept partants outre-Manche n’avait passé le poteau en tête. Al Johrah porte les couleurs d’Al Shaqab Racing et est entraînée par Henri-François Devin qui remporte sa première course pour cette casaque. Al Johrah a été élevée au haras de Bouquetot et est également la première gagnante d’Al Shaqab à 2ans élevée dans ce haras. Après ce succès, Henri Devin nous a raconté : « Il est difficile de la comparer à Sageville, ma seule autre partante chez les 2ans à ce jour cette année et qui a débuté par une deuxième place au Lion d’Angers, car elles avaient seulement travaillé sur la main. Al Johrah donnait toutefois l’impression d’avoir beaucoup de vitesse, c’est sa grande force. Je ne suis pas vraiment surpris de la voir s’imposer, car j’attendais une bonne prestation de sa part. Al Johrah a été élevée au haras de Bouquetot. Son père est un pur sprinter et bien que sa mère, Bea Remembered, soit par Doyen, elle possède vraiment de la vitesse. »


La génétique a parlé pour Galileo Gold… … c’est non pour le Derby d’Epsom


Lorsqu’un cheval remporte les 2.000 Guinées de Newmarket (Gr1 – 1.600m) se pose ensuite la question de savoir s’il pourra être rallongé en vue du Derby d’Epsom (Gr1 – 2.400m)… Parfois, la réponse est évidente : oui ou non. Galileo Gold est quant à lui un autre cas d’école, celui où le doute est de rigueur. Si la manière dont le pensionnaire d’Al Shaqab Racing s’est imposé sur les 1.600m du Rowley Mile laisse envisager qu’il pourrait aller sur plus long – et son entourage avait dit réfléchir à la possibilité d’aller à Epsom –, son pedigree est beaucoup moins clair.


Découvrez le making of de cette photo insolite


« J’ai dit à Donatien : "Si nous gagnons, nous sommes obligés de faire une photo de Brut Impérial devant Le Brandevin !" » Voilà le pari un peu fou que s’est lancé Denis Peltier, un des propriétaires de Brut Impérial – un fils de Le Fou ! – et propriétaire du restaurant Le Brandevin, avant le départ du Prix Ubu III, mercredi à Auteuil. Chose promise, chose due ! Les personnes déambulant dans le XVIe arrondissement de Paris ont ainsi eu la surprise de voir un cheval prendre fièrement la pose devant le restaurant de la rue du Dr Blanche… Le scénario est original et nous vous offrons ici le making of d’une photographie appelée à devenir culte…


Prix de Diane Longines 2016 : Sport, élégance et extravagance !


France Galop et son partenaire Longines ont officiellement dévoilé mardi soir, lors d’une soirée donnée dans le cadre féérique du Tir aux pigeons, toutes les animations qui seront mises en place pour la 167e édition du Prix de Diane Longines (Gr1), le 19 juin à Chantilly. C’était aussi l’occasion de rappeler que France Galop et la marque horlogère suisse avaient renouvelé leur partenariat pour quatre ans.


Breeze up Osarus : des motifs de satisfaction dans un marché très sélectif


La breeze up d’Osarus, qui s’est tenue ce mardi à La Teste-de-Buch, proposait un catalogue avec une trentaine de poulains en plus par rapport à l’an dernier. Cette augmentation de l’offre est fortement corrélée à l’évolution des indicateurs : le chiffre d’affaires a logiquement progressé, passant la barre du million d’euros (amiables incluses), mais le taux de vendus (à 63 % amiables incluses), le prix moyen, à 17.725 euros, et le prix médian, à 12.000 euros, ont reculé. La vente a enregistré deux top prices à 60.000 euros, chacun d'entre eux présenté par le haras du Saubouas, alors que de nouvelles têtes sont apparues du côté des acheteurs.


Dicton devrait être supplémenté dans la Poule d’Essai des Poulains


Dicton (Lawman), le lauréat du Prix de Fontainebleau (Gr3), devrait être supplémenté le jeudi 12 mai pour la Poule d’Essai des Poulains (Gr1), qui se dispute le 15 mai prochain à Deauville. C’est ce que nous a appris Rupert Pritchard-Gordon, le manager de Robert Ng, propriétaire du 3ans : « Si les derniers travaux du poulain satisfont Gianluca Bietolini, son entraîneur, Dicton sera supplémenté pour la "Poule". Il a gagné le Prix Omnium II (L), puis le "Fontainebleau", et il a donc le droit de tenter sa chance dans le Gr1. Il a battu ce qu’on lui avait donné à battre. C’est un poulain qui a gagné sur le sable et le gazon, en allant devant et en attendant. Il a du métier, il est dur, et je pense que la ligne droite ne le dérangera pas. »


Dariyan trouve son jour


SAINT-CLOUD, DIMANCHE - PRIX GANAY (Gr1). Très décevant dans le Dubai Sheema Classic (Gr1), fin mars, Dariyan (Shamardal) a remis les pendules à l’heure en s’imposant dans le Prix Ganay (Gr1), dimanche à Saint-Cloud. Le représentant de Son Altesse l’Aga Khan a été aidé dans son œuvre par son jockey, Christophe Soumillon, très bien inspiré. En effet, Dariyan s’élançait de la stalle la plus à l’extérieur, et sur un terrain roulant, la tâche n’était pas aisée. Christophe Soumillon a choisi l’option de reprendre son partenaire et de le placer en dernière position.


As d’Estruval, LE géant d’Auteuil


As d’Estruval (Nickname) a été impérial dans le Prix Ingré (Gr3), samedi à Auteuil. Le bijou de l’élevage de Bernard Le Gentil s’est imposé facilement, accélérant sur le plat comme si la course ne faisait que commencer. As d’Estruval est resté invaincu en trois sorties cette année, le rail ditch qu’il a découvert en 2016 ne lui a pas posé de problèmes… Tous les feux sont donc au vert avant le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) pour le pensionnaire de Guillaume Macaire. Même s’il devra avoir à l’œil les lauréats des deux dernières éditions de cette course, Milord Thomas (Kapgarde), son dauphin samedi, et son compagnon d’entraînement Storm of Saintly (Saint des Saints). L’édition 2016 du Grand Steeple s’annonce mémorable. Croisons les doigts pour que tous les candidats à cette épreuve restent en bonne forme. Car nous vivrons alors un grand moment de sport le 22 mai prochain.


Répétition générale pour les champions d’Auteuil


La réunion du samedi 30 avril à Auteuil est à l’image de celle des Arc Trials. En une après-midi, elle nous permet de voir la quasi-totalité des champions d’Auteuil qui participeront aux quatre Grs1 du printemps sur la Butte Mortemart. À trois semaines du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), le Prix Ingré (Gr3), dernière préparatoire au sommet de l’obstacle, sera l’épreuve la plus attendue de l’après-midi. As d’Estruval (Nickname) a été au-dessus du lot dans les Prix Robert de Clermont-Tonnerre (Gr3) et Murat (Gr2). On attend encore une grande performance de sa part, ainsi que des progrès de Milord Thomas (Kapgarde), qui a connu un jour "sans" dans le "Murat". So French (Poliglote) et Vézelay (Dom Alco) seront des rivaux dignes de ce nom pour As d’Estruval et Milord Thomas.


Un Gr3 n’est pas une limite pour Marypop


CHANTILLY, JEUDI. PRIX ALLEZ FRANCE (GR3). Lauréate avec la manière, et pour la première fois au niveau black type, du Prix Zarkava (L) pour sa rentrée à Saint-Cloud, Marypop (Layman) a confirmé avec talent dans le Prix Allez France (Gr3). Attentiste sur une troisième ligne, elle a accéléré franchement quand l’ouverture s’est produite et, une fois devant, elle n’a jamais été inquiétée. Attraction de cette course, la gagnante de Gr1 We Are XX (Dansili) a eu un bon parcours, à la corde, dans le sillage de l’animatrice, Amazona (Dubawi), mais quand il a fallu accélérer, elle est restée là.

Pour le clin d’œil, c’est Pia Brandt qui entraîne la lauréate du Prix Allez France, Marypop. Les chevaux de Pia Brandt sont à Chantilly dans l’ancienne cour Wildenstein.


Storm of Saintly, en patron


PRIX WILLIAM HEAD (L). AUTEUIL, MERCREDI. Avant dernière épreuve préparatoire au Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), le Prix William Head (L) a tenu toutes ses promesses, ce mercredi à Auteuil. Le champion Storm of Saintly (Saint des Saints) a répondu présent en s’imposant au prix d’un bel effort final dont il a le secret. Il a démontré qu’il entendait bien redevenir le patron d’Auteuil, après ses problèmes de santé, survenus à l’été 2014. Il est sur le bon chemin, car il n’a rien perdu de ses talents de sauteur et de finisseur.


Le champion Vautour n’a pas pu s’envoler


CHAMPION CHASE (GR1) – MARDI À PUNCHESTOWN (IE). On attendait une rédemption de Vautour (Robin des Champs) dans ce Champion Chase, lui qui restait sur une chute dans le Melling Chase (Gr1) d’Aintree. Mais l’élève du haras de Saint-Voir n’a pas pu s’envoler sur ses terres irlandaises. Il conclut deuxième du Champion Chase de Punchestown, remporté par God’s Own (Oscar), qui confirme son succès du Bowl Chase.


Excelebration plus rapide que Frankel


En s’imposant dans le Prix Mercier - La Vendée (G), lundi au Lion-d’Angers, Natalie Express a permis à son père, Excelebration – dont les premiers produits ont 2ans –, d’ouvrir son compteur comme étalon. Excelebration fait la monte en Irlande, à Coolmore, à un tarif de 15.000 euros en 2016, et Natalie Express était son premier partant en France. L’étalon avait eu trois partants individuels outre-Manche, dont Istan (Excelebration), qui a débuté par une troisième place le 21 avril dernier à Tipperary.


Une victoire qui ne doit rien à personne pour Magnanime


CHANTILLY, DIMANCHE. PRIX FINLANDE (L). Longtemps vue à la hanche de l’animatrice, Classe Vendôme (Kendargent), Magnanime (Elusive City) a su placer un démarrage décisif à trois cents mètres du poteau pour se mettre rapidement hors de portée de ses adversaires. Sa victoire, elle ne la doit qu’à son talent, n’ayant eu besoin de personne pour passer le poteau en tête, et elle montre également des progrès par rapport à ce qu’elle avait réalisé jusqu’à présent. Elle va désormais viser les courses de Groupes avec des ambitions légitimes et cette représentante du haras d’Etreham devrait être revue à l’occasion du "Saint-Alary" (Gr1), le 16 mai à Deauville.


Immortel Sprinter Sacré


SANDOWN (GB), SAMEDI – CELEBRATION CHASE (Gr1). Après son fantastique succès dans le Queen Mother Champion Chase (Gr1), à Cheltenham, Sprinter Sacré (Network) réalise la saison parfaite en remportant le Celebration Chase (Gr1). L’élève de Christophe Masle est l’un des chevaux les plus populaires d’Angleterre, et les problèmes cardiaques qu’il a connus n’ont fait que renforcer sa cote d’amour. Cette victoire est d’autant plus marquante que l’an dernier, quand le cheval avait conclu deuxième de cette course, certains avaient parlé de retraite. En novembre dernier, Sprinter Sacré est revenu encore plus fort, et il aligne ici son quatrième succès en autant de sorties cette saison.


À l’approche des Poules d’Essai - Une question de marge chez les poulains et de talent pur chez les pouliches


Cette année, les Poules d’Essai (Grs1) vont se disputer dans un contexte particulier, en ligne droite, à Deauville. Cette modification dans le tracé de ces deux classiques français – due aux travaux de Longchamp – a pu changer l’approche de ces rendez-vous pour certains entraîneurs. Rapidement, il a été clair que les courses B disputées en ligne droite le 19 avril à Maisons-Laffitte s’annonceraient décisives pour étayer des hypothèses en vue du 15 mai. Ce fut le cas pour des éléments que le palmarès à 2ans n’obligeait pas à courir dans un Gr3 pour une rentrée. Malgré tout, ces courses B ne peuvent pas apporter toute la lumière. En effet, nous avons vu à l’œuvre le lendemain, à Chantilly, sur un parcours avec tournant, dans les Prix de Fontainebleau et de la Grotte (Grs3), des chevaux qui peuvent réussir dans les Poules d’Essai.


Midweek vers les 1.000 Guinées


Les forfaits des "Guinées" de Newmarket ont été enregistrés mardi 19 avril. Il n’y a plus aucun français en lice dans les 2.000 Guinées. Dans les 1.000 Guinées, trois pouliches entraînées en France sont encore engagées : Antonoé (First Defence), Come Alive (Dansili) et Midweek (Motivator). Antonoé ne sera très certainement pas en piste à Newmarket : elle a fait sa rentrée mercredi, se classant troisième du Prix de la Grotte (Gr3), et elle devrait progresser sur cette sortie.


Le clair-obscur


CHANTILLY, MERCREDI. Comme la veille dans les courses B de Maisons-Laffitte, les préparatoires aux Poules d’Essai, ce mercredi à Chantilly, ont livré un verdict assez clair chez les femelles et plutôt flou chez les mâles. Les pouliches ont cet avantage à ce moment de la saison d’être déjà capables de tout montrer, tandis que les mâles commencent à peine à venir.


Les espoirs au rendez-vous


MAISONS-LAFFITTE, MARDI. Les français qui prétendent aux Poules d’Essai (Grs1) sont prévenus : les courses B de mardi à Maisons-Laffitte ont tenu leurs promesses avec les victoires de Come Alive (Dansili) chez les pouliches et de Zarak (Dubawi) chez les mâles. S’il ne sort pas quelque chose de fort, mercredi à Chantilly, dans les Prix de la Grotte et de Fontainebleau (Grs3), les lauréats de ce mardi seront les favoris français des classiques deauvillais du 15 mai.


Camprock continue sa marche en avant


Moins de trois mois après avoir débuté victorieusement (le 29 janvier) sur la P.S.F. de Chantilly, Camprock (Myboycharlie) est toujours invaincue et la voilà désormais gagnante de Gr3 à l’issue du Prix Pénélope. En trois sorties, Camprock a donc gagné son maiden, sa Listed (Prix Rose de Mai) et un Gr3. Au fur et à mesure que la saison avance, les lots qu’elle rencontre sont, a priori, plus relevés, mais Camprock répond toujours présente et continue sa marche en avant. Désormais, c’est dans la peau d’une candidate au prochain Prix de Diane-Longines (Gr1) qu’il faudra voir Camprock.


Kelthomas, vingt-sept ans après Rambranlt


Vainqueur du Prix Lutteur III (L), le 27 mars, Kelthomas (Keltos) a signé un doublé historique en remportant le Prix du Président de la République (Gr3), dimanche à Auteuil. Le dernier auteur d’une telle performance, Rambranlt, lauréat des deux courses en 1989, a un point commun avec Kelthomas : son entraîneur, Jean-Marc Baudrelle. Le professionnel de Savigné-l’Evêque a eu Kelthomas et Rambranlt sous sa responsabilité, « deux sauteurs qui n’avaient pas bonne presse », comme il nous l’avait confié dans notre précédente édition. Deux sauteurs qui ont progressé au fil de leurs sorties pour atteindre un très bon niveau.


Restiana s’offre un petit bout d’histoire


Le Prix de Suresnes (L) prenait cette année une allure singulière : pour commémorer le centenaire du Prix du Jockey-Club à Moulins, disputé sur l’hippodrome de l’Allier pendant la Première Guerre mondiale. La lauréate de l’édition 2016 de cette Listed a elle aussi un profil peu commun. Restiana (Kendargent) ne s’est révélée qu’à la fin du mois de mars, lorsqu’elle s’imposait dans un bon style dans un maiden de La Teste. De là à la voir remporter une course qui peut mener aux classiques, il y avait une marge… Mais Restiana est une pouliche en plein épanouissement, et elle a affiché de nouveaux progrès ce samedi.


Les racines bien françaises de Stormy Antarctic


Jeudi, à Newmarket, Stormy Antarctic (Stormy Atlantic) a surclassé l’opposition dans les Craven Stakes (Gr3), ce qui lui a ouvert en grand les portes des 2.000 Guinées (Gr1). Le poulain est issu d’un étalon américain, porte la casaque d’un propriétaire hongkongais, et il est entraîné par Ed Walker. Mais sa jeunesse, il l’a passée dans les herbages de Bretagne ! Stormy Antarctic a en effet été élevé par la SCEA des Prairies, chez la famille Jeffroy. Benoît Jeffroy nous a expliqué : « Un client anglais de mon frère, Thomas, avait acheté la mère de Stormy Antarctic à Keeneland, pleine de Stormy Atlantic. Il a ramené la jument en France et l’a mise en pension aux Prairies. »


Transformation, le leitmotiv du PMU


Le PMU vient de dévoiler son bilan 2015 ainsi que les résultats enregistrés lors du premier trimestre 2016. Comme un clin d’œil aux innovations technologiques qui ont marqué le PMU au cours de l’année écoulée, ce n’est pas un simple communiqué de presse qui a été envoyé aux journalistes, ni une traditionnelle conférence de presse qui a été organisé : le PMU a développé un site internet dédié à cette communication, avec notamment une vidéo d’une interview donnée par Xavier Hürstel, pdg du PMU, à Jérôme Lenfant, à l’intérieur de l’un des cafés PMU rénovés. Plus que les chiffres, le PMU a souhaité mettre l’accent sur l’avancée des grands chantiers stratégiques du plan PMU 2020. Ainsi, il est rappelé au cours de l’entretien qu’un quart des 12.800 points de vente du réseau PMU ont été renouvelés et segmentés en fonction des différentes typologies de clients. Le PMU a aussi doublé son parc de PMU City dans les grands centres urbains. Ils sont désormais au nombre de 17. La modernisation a aussi touché les hippodromes, puisqu’en septembre, suite à la fin du P.M.H., l’entreprise a mis en place sur l’ensemble des hippodromes parisiens un nouveau service pour accompagner les parieurs.


Pas le “Lascar” qu’on attendait


MAISONS-LAFFITTE, MERCREDI - PRIX COMRADE (B). Avec seulement quatre partants, le Prix Comrade (B) s’annonçait comme une course tactique. Et nous n’avons pas été déçus ! Le grand favori, Mekhtaal (Sea the Stars), a été battu par un représentant Godolphin qui venait de débuter en se classant deuxième dans un maiden disputé au Croisé-Laroche. Muni d’œillères comme lors de ses débuts, Lascar, lui aussi issu de Sea the Stars, s’est imposé de bout en bout, après avoir mené benoîtement.


Mekhtaal , l’attraction de mercredi


MAISONS-LAFFITTE, MERCREDI. PRIX COMRADE (B). L’attraction de ce mercredi est Mekhtaal (Sea the Stars), candidat au Prix Comrade (B). Pour ses débuts, dans le Prix de Frauenfeld (F), il a fait quelque chose de peu ordinaire, venant s’imposer en quelques foulées alors qu’il était encore loin du poulain de tête, à deux cent cinquante mètres du but. Il s’annonce donc comme le cheval à battre dans ce Prix Comrade, qui doit lui servir de tremplin avant d’aller sur une vraie préparatoire classique, puis un Gr1 (oui mais lequel, car on parle d’un très grand objectif pour Mekhtaal ?). Mekhtaal est un poulain de talent qui est en droit d’avoir de grandes ambitions cette année (même s’il n’a pas couru à 2ans) et il ne doit pas passer à côté dans ce Prix Comrade. Ce pensionnaire de Jean-Claude Rouget est plus qu’une doublure de son compagnon de couleurs et d’entraînement Zelzal (Sea the Stars).


Record battu pour la soirée de l’Apgo


Jamais la soirée des Casaques et Cravaches d’or de l’Ouest n’avait réuni autant de monde. Samedi soir, à Craon, plus de 290 convives avaient répondu présent à l’invitation de l’Apgo (Association des propriétaires de galopeurs de l’Ouest), qui a inventé cette soirée en 1974.


Garlingari, le successeur désigné


CHANTILLY, DIMANCHE - PRIX D’HARCOURT (Gr2). « C’est le nouveau Cirrus des Aigles ! » lance un turfiste à Corine Barande-Barbe, alors que Garlingari (Linngari) vient de rentrer aux balances. Son pensionnaire, déjà lauréat du Prix Exbury (Gr3) il y a trois semaines, vient de se promener dans le Prix d’Harcourt (Gr2). La comparaison avec le hongre le plus célèbre des courses, qui vient de prendre sa retraite, est en effet tentante…


La septième merveille de Douvan


AINTREE (GB), SAMEDI – MAGHULL NOVICE’S CHASE (Gr1). Le champion français Douvan (Walk in the Park) a remporté son septième Gr1 à l’occasion du Maghull Novices’Chase (Gr1), samedi à Aintree. Le tout en seulement un an, ce qui situe sa classe. Une nouvelle fois, le sauteur de Rich Ricci a été très agréable à voir évoluer. Impeccable dans ses sauts, il a pisté Alisier d’Irlande (Kapgarde), dans une action très déliée qui lui permet d’accélérer sans faire d’efforts superflus. Il est simplement parti de loin à l’open ditch qui précède les tribunes. Cela a été la seule petite frayeur qu’il nous a donnée. Le reste du parcours a été une simple formalité pour Douvan. Dans le tournant final, profitant d’une faute d’Alisier d’Irlande, il a pris seul l’avantage. Entre les deux derniers fences, il s’est détaché de lui-même. Son jockey, Paul Townend, qui remplaçait Ruby Walsh, ne lui a jamais rien demandé. Une fois le dernier obstacle passé, il s’est envolé pour laisser The Game Changer (Arcadio) deuxième, à quatorze longueurs. La troisième place est revenue à un autre "FR", Fox Norton (Lando).


As d’Estruval, l’extraterrestre


PRIX MURAT (GR2). AUTEUIL, VENDREDI. As d’Estruval (Nickname) est grand par la taille et le talent. Depuis ses débuts en compétition, il a le profil d’un cheval de Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). En 2016, il confirme de course en course son immense potentiel. Le champion de Bernard le Gentil a enlevé le Prix Robert de Clermont-Tonnerre (Gr3) pour sa rentrée, puis le Prix Murat (Gr2), ce vendredi à Auteuil. Dans cette épreuve très relevée, As d’Estruval passait un examen. Pas pour savoir s’il avait la pointure de ses rivaux, mais plutôt pour s’assurer qu’il n’avait pas de problèmes avec la piste extérieure. Il a passé son test avec brio. Son bond au rail ditch a été magnifique. Pourtant, il n’arrivait pas dans la bonne foulée et il est parti de loin sur cette difficulté. Mais son talent sur l’obstacle a compensé. As d’Estruval a toujours donné l’impression d’être en balade lors de ce Prix Murat. Entre les deux derniers obstacles, ses rivaux ont essayé de l’inquiéter, mais il est reparti de plus belle pour laisser So French (Poliglote) à six longueurs. Saint Pistol (Saint des Saints) a conclu troisième devant Milord Thomas (Kapgarde), décevant quatrième sous 72 kilos. Vézelay (Dom Alco) a dû décliner la lutte dans ce Prix Murat du fait d’une infection au niveau d’un boulet.


Pas plus avancés...


MAISONS-LAFFITTE, JEUDI. PRIX DJEBEL ET IMPRUDENCE (GRS3). En repartant de Maisons-Laffitte ce jeudi, nous ne sommes pas plus avancés qu’en y arrivant concernant les futures Poules d’Essai. En effet, que ce soit par leur verdict ou leur déroulement, les Prix Djebel et Imprudence (Grs3) n’ont pas donné de réponse claire en vue des rendez-vous de Deauville du 15 mai. La piste collante imposée aux compétiteurs n’était pas l’alliée de tout le monde et son rôle dans les résultats – et aussi dans les engagements pour ces Grs3 – a forcément été très important.


« J’ai ramé pour en arriver là, alors je ne suis pas près de m’arrêter »


6.000e victoire de Jean-Claude Rouget
Ce mercredi 6 avril, Jean-Claude Rouget a décroché sa 6.000e victoire en tant qu’entraîneur avec Zelzal (Sea the Stars) dans le Prix du Pavillon Egler (B). Dans l’histoire des courses, aucun professionnel en France n’a atteint ce score. Nous avons profité de ce cap important pour parler avec l’entraîneur palois de ses débuts, du présent et de l’avenir...


EpiqE : on a connu pire…



L’éditorial de Mayeul Caire, directeur de Jour de Galop
Annoncé lundi comme le sauveur des courses, ce qu’il deviendra peut-être dans quelques années, le plan EpiqE ne fait pas encore rêver, mais il a au moins un mérite : il rehausse l’ambition de notre sport en termes de marketing et de communication. C’est déjà ça. Objectivement, on a connu pire.
L’Institution des courses a annoncé lundi son plan baptisé « EpiqE ». EpiqE Series est la première promesse concrète de cette marque. Elle rassemble quatorze Gr1 en plat et au trot, menant au Qatar Prix de l’Arc de Triomphe et au Prix d’Amérique Opodo. L’objectif des EpiqE Series est de faire comprendre et rendre accessible au plus grand nombre l’univers des courses, valoriser les défis sportifs et mieux identifier les grands événements hippiques.


EpiqE, la nouvelle promesse de l’Institution


La filière des courses de chevaux a désormais un nom et une identité : EpiqE. Cette nouvelle marque s’inscrit dans un projet ambitieux, celui d’unir les forces d’une filière pour replacer les courses de chevaux dans le cœur des Français. Imaginé par le groupe du Marketing commun des courses, EpiqE est censé plonger le grand public dans l’imaginaire des courses de chevaux. Cette nouvelle marque part à la reconquête du public et l’invite à participer à une aventure héroïque des temps modernes, alliant l’homme et le cheval. Une nouvelle épopée hippique où tous les sens seront en action pour vivre des émotions augmentées grâce à une expérience qui ira au-delà des courses. Pour vivre des émotions épiques et uniques…


La classe avant la forme


SAINT-CLOUD, DIMANCHE. PRIX LA FORCE - FIGAROSCOPE (Gr3). Comme on pouvait s’y attendre, il y a peu d’enseignements à tirer de ce Prix La Force (Gr3) avec seulement quatre partants. C’est le rentrant de la course, Cloth of Stars (Sea the Stars) qui s’est imposé, assez facilement.
Placé en dernière position d’une course rythmée sous l’impulsion de Viserano (Rock of Gibraltar), Cloth of Stars s’est montré brillant. Ce Prix La Force s’est résumé à un travail du matin, le poulain traçant une bonne ligne droite, uniquement monté aux bras. Il s’impose d’une longueur un quart devant Viserano, lequel n’a pas cédé. Ghaaly (Tamayuz) est troisième, sans faire illusion pour un meilleur classement. Quant à Magari (Denon), il a mené le petit peloton de chasse et a passé le poteau quasiment arrêté, à distance de ses trois concurrents.


Blue Dragon. Tout feu tout flamme


AUTEUIL, SAMEDI. PRIX HYPOTHÈSE (GR3). Blue Dragon (Califet) est un crack, un surdoué, et c’est en crack qu’il s’est imposé ce samedi dans le Prix Hypothèse (Gr3). Il n’y a pas eu de course pour lui : le représentant de Magalen Bryant a caracolé seul en tête, dans un canter, ne passant que la première vitesse. Ses premiers sauts n’ont pas été des plus académiques, mais, au fur et à mesure du déroulement du parcours, Blue Dragon a mieux franchi les différentes difficultés. Il s’impose finalement de trente longueurs, sans jamais avoir eu à forcer.


Marcel Chaouat et ses chaouateries


Propriétaire, gérant d’une écurie de groupe, organisateur de soirées et désormais élu au conseil d’administration de France Galop : Marcel Chaouat est un visage bien connu du monde des courses. Mais que sait-on vraiment ce personnage atypique ? Pour Jour de Galop, il a accepté de se dévoiler.


Nouveau Longchamp : ce sera corde à gauche !


Le 14 mars était posée la première pierre du nouveau Longchamp, devant un parterre nourri de personnalités des courses et de journalistes. Deux semaines plus tard, le chantier prend une tournure un peu inquiétante. Selon nos sources, les courses se disputeront désormais corde à gauche dans le temple du galop. La raison ? Une erreur dans les calculs de l’architecte quant à l’endroit de l’implantation des nouvelles tribunes. L’erreur a été décelée trop tardivement pour être corrigée. Il faudra donc s’y faire, l'"Arc" 2017 se courra corde à gauche, finalement comme les autres grandes épreuves internationales que sont le Derby d’Epsom, le Breeders’ Cup et le Dubai World Cup.


Dan Skelton : « J’espère être le bienvenu en France »


Entraîneur anglais installé depuis trois ans et à la tête d’un effectif de 120 chevaux, Dan Skelton connaît un grand succès. Il a remporté sa première course lors d’un Festival de Cheltenham cette année, avec Superb Story. Et depuis quelques semaines, il est presque un habitué d’Enghien ! C’est d’ailleurs sur l’hippodrome du plateau de Soisy que nous l’avons rencontré.  


Cirrus des Aigles. Le self-made horse


Self-made man est le terme utilisé pour désigner une personne ne devant sa réussite sociale qu’à elle-même, en étant partie de rien ou de si peu. Cirrus des Aigles est ce que l’on pourrait appeler un "self-made horse". Rien ne le prédestinait à avoir une telle carrière, à battre quelques-uns des meilleurs chevaux de sa génération ou à les approcher. "Fighting Cirrus", tel qu’il est à juste titre surnommé, ne sera plus revu en compétition. Retour sur sa carrière et son ascension.


La nouvelle vie de Rupert Pritchard-Gordon


En l’espace de quatre jours, Toliman (Hat Trick) et Dicton (Lawman) ont offert deux succès de Listed à leur propriétaire, Robert Ng. Les deux chevaux ont été achetés par Rupert Pritchard-Gordon, qui manage les intérêts européens du propriétaire hongkongais. Depuis deux ans et demi, l’homme a changé de casquette, passant des rangs des entraîneurs à ceux de courtier et racing manager. Un choix qui s’est imposé naturellement, comme il nous l’a expliqué.


Park Light, toujours plus haut


PRIX HUBERT D’AILLIÈRES (L). AUTEUIL, DIMANCHE. Park Light (Walk in the Park) avait fait "un truc" pour remporter le Prix Rohan (L) lors de ses débuts en obstacle. Le cheval de Patrick Boiteau et Carlos Pappi a de nouveau réalisé une grande performance pour enlever le Prix Hubert d’Aillières (L), dimanche à Auteuil. Park Light était le concurrent qui possédait le moins d’expérience dans cette course, et à ce niveau, cela peut coûter cher. Mais il s’est imposé courageusement devant l’anglais Maximiser (Helissio). Il l’a fait sur sa classe et on peut attendre encore de gros progrès de sa part.


Un vent de renouveau à Dubaï


Jamais la réunion du Dubai World Cup n’a aussi bien porté son nom que cette année. Japon, États-Unis, Australie, Grande-Bretagne, France et Émirats Arabes Unis : les lauréats des neuf courses de la soirée à Meydan proviennent d’horizons très différents. Côté français, l’édition 2016 n’a pas été à la hauteur de la précédente : seul Vazirabad (Manduro) s’est distingué en remportant le Dubai Gold Cup (Gr2). Dans le World Cup et le Dubai Sheema Classic – présenté par Longines (Grs1), la tâche s’est avérée trop dure pour nos représentants. Et chez les pur-sang arabes, dans le Dubai Kahayla Classic (Gr1 PA), le favori Handassa (Madjani), après avoir raté son départ, a subi la course… et le dirt.


Le show à l’américaine


Meydan organise ce samedi la plus riche réunion de courses de la planète (30 millions de dollars d’allocations au total), celle du Dubai World Cup (Gr1). Cette année, les chevaux américains sont capables de marquer de leur empreinte la journée. En toute logique, les favoris du Dubai World Cup (Gr1), disputé sur le dirt, sont américains. Deuxième l’an dernier, California Chrome (Lucky Pulpit) s’annonce comme le cheval à battre et il peut être suppléé, en cas de défaillance, par ses compatriotes Frosted (Tapit), Mshawish (Medaglia d’Oro) ou encore Keen Ice (Curlin). Dans les autres épreuves pour chevaux d’âge sur le dirt, le Godolphin Mile (Gr2) et le Dubai Golden Shaheen (Gr1), ce sont aussi des chevaux américains qui sont installés en position de favoris.


Black Sea se sort du piège


SAINT-CLOUD, JEUDI. PRIX FRANÇOIS MATHET (L). Pour ses débuts sous l’entraînement de Nicolas Caullery, Black Sea (Dubai Destination) a rempli sa mission en remportant le Prix François Mathet (L), sa première Listed mais aussi la première de son entraîneur.


Olivier Delloye : « Avec bon sens et sans tabous »


Il a pris ses fonctions le 1er mars. Trois semaines après son arrivée, c’est dans JDG que le nouveau directeur général de France Galop – Olivier Delloye – a choisi de délivrer ses premiers messages.


Ventes breeze up : gagner, durer… et le faire savoir


Lundi 21 mars, la Breeze up Consignors Association s’est réunie l’Osborne Studio Gallery de Londres, suivi d’un déjeuner. Cette réunion se tient à quelques jours de l’Ascot Breeze up Sale de Tattersalls Ireland, qui donnera le coup d’envoi de la saison des breeze up européennes, le 6 avril prochain. L’idée de cette réunion était de lever plusieurs préjugés sur les breeze up, via des statistiques. Et ainsi d’affirmer que les 2ans achetés en breeze up sont tout aussi performants que les poulains passés en vente yearlings, et tout autant capables de durer.


Que penser des nouveaux Conseils ?


Lundi matin, le Comité de France Galop s’est réuni à Boulogne, en particulier pour élire les vingt membres du Conseil du plat et du Conseil de l’obstacle. Ou plutôt : pour valider les deux listes de vingt noms qui étaient présentés. En effet, contrairement à ce qui se passe par exemple pour le Conseil d’administration, le scrutin n’est pas ouvert aux candidats libres. Ainsi, même si un des "candidats" ne réunit qu’une voix, il entre tout de même au Conseil…
Le président Rothschild avait dit vouloir du sang neuf et de l’expertise autour de la table. Est-ce le cas ? Pour le savoir, nous avons analysé la composition des deux Conseils issus de l’élection 2015 avec les deux mêmes assemblées issues des élections de 2007 et de 2011. Nous avons retenu cinq angles d’analyse : la couleur politique, la profession, la nouveauté, l’âge et l’appartenance régionale.

 


La Cressonnière toujours présente sur le chemin classique


SAINT-CLOUD, DIMANCHE - PRIX LA CAMARGO (L). Déjà double gagnante de Listed à 2ans, La Cressonnière (Le Havre) a montré qu’elle n’avait rien perdu à 3ans, s’imposant de bout en bout dans le Prix La Camargo (L). Elle reste invaincue en cinq sorties. En plus de sa classe, la maniabilité de La Cressonnière fait des merveilles. Elle est capable d’être montée n’importe où dans un parcours et cette aptitude peut faire la différence dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) qui sera disputée cette année en ligne droite à Deauville. Ce sera d’ailleurs, a priori, le prochain objectif de la pouliche, sans autre sortie d’ici là.


Jemy Baie retrouve la bonne carburation


PRIX TROYTOWN (GR3). AUTEUIL, SAMEDI. Avec seulement sept partants et un rythme pas très sélectif, le Prix Troytown (Gr3) 2016 ne restera pas comme la meilleure des préparatoires au Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). La victoire est revenue à Jemy Baie (Crillon) qui a signé son premier succès de Groupe, après deux victoires de Listed dans les Prix Richard et Robert Hennessy et la Grande Course de Haies de Pau 2015.


L’Irlande met Cheltenham à ses pieds


CHELTENHAM (GB), VENDREDI – GOLD CUP (GR1). Il aura fallu attendre le dernier Gr1 de cette réunion de Cheltenham pour voir la casaque de Gigginstown Hourse Stud s’imposer dans un Gr1… Don Cossack (Sholokhov) a offert un premier succès à l’écurie de Michael O’Leary lors ce Festival de Cheltenham 2016 en enlevant avec la manière le Gold Cup (Gr1) dans une arrivée 100 % irlandaise. Le pensionnaire de Gordon Elliott était le favori de ce Gr1 et a rempli son contrat avec la manière. Monté près de la tête, il avait course gagnée dans le dernier tournant, Djakadam (Saint des Saints) étant déjà sollicité. Il a aussi perdu l’un de ces principaux challengers lorsque Cue Card (King’s Theatre), qui venait facilement, ne s’est pas enlevé au saut d’un fence et n’a pu éviter la chute. Don Cossack rallie le poteau détaché de quatre longueurs et demie, devant deux pensionnaires de Willie Mullins : Djakadam, deuxième, et Don Poli (Poliglote), troisième à dix longueurs.


Impitoyable Vautour !


CHELTENHAM (GB), JEUDI. RYANAIR CHASE (Gr1). Le champion Vautour (Robin des Champs) était l’une des attractions de la réunion de jeudi à Cheltenham. Il n’y avait qu’à entendre la foule réagir au moment où il a pris la tête de la course, très facilement, à l’entrée de la ligne droite, pour s’en convaincre. Une clameur a jailli des tribunes lorsque Vautour a franchi sans encombre le dernier fence. Sur le plat, il est reparti de plus belle pour laisser son compatriote et compagnon d’entraînement, Valseur Lido (Anzillero), à six longueurs. L’élève du haras de Saint-Voir et Patrick Joubert a signé son cinquième succès de Gr1. Et pour la troisième année consécutive, il a remporté un Gr1 lors du Festival de Cheltenham, après ses victoires dans le Supreme Novices’ Hurdle et le JLT Novices’ Chase. L’élevage tricolore a triomphé dans ce Ryanair Chase puisque l’élève de la famille Contignon, Valseur Lido, a terminé fort pour prendre la deuxième place, devant l’irlandais Road to Riches (Gamut) et Al Ferof (Dom Alco), élevé par l’association "Rauch-Chenu". Trois French bred ont donc fini dans les quatre premiers.


Sprinter Sacré, cœur de champion


Queen Mother Champion Chase (Gr1). Cheltenham (GB), mercredi. Tout l’hippodrome de Cheltenham était acquis à la cause du champion français Sprinter Sacré (Network). Les tribunes ont vibré lorsqu’il a franchi en tête, tout en faisant une faute, le dernier fence du Queen Mother Champion Chase (Gr1). Les applaudissements ont fusé alors qu’il parcourait les derniers mètres avant le poteau. L’élève de Christophe Masle est une star en Angleterre et sa popularité est immense. Car après être devenu un champion en remportant l’Arkle Chase (Gr1) 2012 puis le Queen Mother Champion Chase 2013, Sprinter Sacré a connu de graves problèmes de santé, au niveau du cœur. Toute l’Angleterre a suivi l’évolution de son état de santé. Cet hiver, il a retrouvé de bonnes sensations en gagnant deux Grs2. Et mercredi à Cheltenham, il a définitivement prouvé qu’il était redevenu au niveau qui était le sien il y a trois ans. Il a retrouvé son cœur de champion pour s’offrir le doublé dans ce Gr1.


Époustouflant Douvan


Arkle Challenge Trophy Chase (Gr1). Cheltenham (GB), Mardi. Un an après sa démonstration dans le Supreme Novices’ Hurdle (Gr1), le French bred Douvan (Walk in the Park) a remporté brillamment l'Arkle Challenge Trophy Chase (Gr1). L’élève du haras de la Faisanderie est une véritable machine et sa grande histoire ne fait que commencer. De par son comportement, il pourrait être rallongé et peut même devenir un cheval de Gold Cup (Gr1) selon son entraîneur, Willie Mullins. Ce mardi, il a pris les devants de la course rapidement. L’autre français, Vaniteux (Voix du Nord), a essayé de lui mettre la pression dans le tournant final, mais il est tombé peu après la réception de l’avant-dernier fence. Douvan s’est alors retrouvé nettement détaché et a filé vers le poteau, bien qu’il soit parti de loin sur les deux derniers obstacles. Sept longueurs ont sanctionné sa supériorité.


Nouveau Longchamp : la première pierre est posée


Ce lundi, Édouard de Rothschild, président de France Galop, Dominique Perrault, architecte du projet, et Bernard Mounier, président de Bouygues Bâtiment Île-de-France, ont posé ensemble la première pierre du nouveau Longchamp. Stéphane Pasquier était également présent, et a signé un tapis de selle qui, symboliquement, a été scellé dans le béton.


Buddy Banks frappe à son tour


Auteuil, dimanche. Prix Duc d’Anjou (Gr3). Chez les steeple-chasers nés en 2012, une seule chose est sûre : c’est Guillaume Macaire qui a les clés de la promotion. L’entraîneur royannais a signé le jumelé du Prix Congress (Gr2) 2015 avec Punch Nantais (Puit d’Or) et Buddy Banks (Saint des Saints). Quatre mois plus tard, c’est Buddy Banks qui a remporté le Prix Duc d’Anjou (Gr3). Guillaume Macaire a donc gagné les deux premiers Groupes pour steeple-chasers de 4ans grâce à Punch Nantais et Buddy Banks. Le poulain de Jacques Détré a effectué une véritable démonstration pour sa réapparition ce dimanche. Pendant l’avant-course, il est apparu plus calme qu’il ne l’était l’automne dernier. Buddy Banks a évolué dans le bon sens. Dans le parcours, le futur lauréat a été irréprochable.


L’élu du cheikh


Fin 2015, Godolphin et Darley ont fusionné. L’ensemble est maintenant dirigé par le célèbre John Ferguson – conseiller du cheikh Mohammed Al Maktoum depuis un quart de siècle. L’homme le plus puissant de la planète hippique s’est confié à Jour de Galop.

 


Paul "la terreur" Makin est de retour


En 2013, l’Australien Paul Makin créait la stupéfaction en vendant la majorité de ses effectifs lors de la vente de novembre de Goffs, dont une certaine Chicquita, adjugée 6 millions d’euros à Coolmore. Tout aussi fantasque dans la vie que pouvait l’être Chicquita en course, Paul Makin a décidé de revenir aux affaires – hippiques – en ce début d’année 2016… Et même fin 2015, mais ça, il nous l’avait bien caché !


Golden Slipper : la course qui rajeunit la nation


Lorsqu’on aborde la soixantaine, on peut encore être frais comme un jeunot. On peut pantoufler, sans s’encroûter… à condition de porter des pantoufles en or ! C’est ce que propose depuis six décennies l’Australie, une nation hippique pas comme les autres. Samedi 19 mars, à vingt-cinq kilomètres du centre ville de Sydney, l’hippodrome de Rosehill Gardens va accueillir la course la plus folle du calendrier mondial. Seize poulains et pouliches de 2ans vont s’affronter dans le Longines Golden Slipper. Si le Melbourne Cup est la course qui arrête la nation, le Longines Golden Slipper est celle qui symbolise la vitesse et la précocité. C’est l’épreuve qui a rajeuni la nation ! Par Franco Raimondi


KASBAH BLISS DÉFILERA EN OUVERTURE DU FESTIVAL DE CHELTENHAM


La parade d’ouverture du Festival de Cheltenham est toujours un moment attendu du célèbre meeting anglais. De grands champions, qui ont marqué cet événement planétaire, reviennent sur le site de leurs exploits pour défiler devant le public. La plupart de ces champions sont désormais reconvertis dans les sports équestres (dressage, saut d’obstacle, concours complet ou encore hunter). Pour la parade 2016, voici les chevaux qui défileront : Denman, vainqueur du Cheltenham Gold Cup (Gr1), Punjabi, lauréat du Champion Hurdle (Gr1), Comply or Die, Cappa Bleu, Forpadydeplasterer, Mikaël d’Haguenet, Oh Crick, Sizing Europe, Tranquil Sea et…le français Kasbah Bliss. C’est un fait très rare pour être souligné. En effet, peu de champions ayant été entraînés en France ont eu les honneurs du défilé de Cheltenham.


Quinté annulé, réunion retardée : récit d’une journée pas comme les autres


Il est 10 h 15 quand nous arrivons sur l’hippodrome d’Enghien ce lundi. Le parking principal du site est bien rempli, plus que lors d’une réunion de semaine habituelle. À l’entrée de l’hippodrome, les drapeaux des organisations syndicales sont déjà bien visibles. Un groupe d’une cinquantaine de personnes fait le pied de grue devant les entrées. La sécurité laisse passer quelques personnes, dont les journalistes, mais pas les manifestants. Depuis la salle de presse, nous voyons progressivement s’installer plusieurs groupes de syndicalistes, dont certains, une trentaine, bloquent l’accès aux écuries et aux parkings. Les vans se retrouvent immobilisés aux alentours des parkings. Au total, les chevaux vont passer un peu plus de deux heures dans les camions…


UNE PISTE COMME SCÈNE DE THÉÂTRE


Si les Anglais avaient dû utiliser un mot pour décrire cette réunion d’ouverture d’Auteuil, ils auraient certainement utilisé ce mot : "dramatic". Ce mot n’a pas de réel équivalent en français : il veut tout aussi bien dire dramatique que spectaculaire ou impressionnant… Et il définit très bien ce dimanche sur la butte Mortemart. Il y a eu du drame, avec la chute de Blue Dragon  (Califet) à la dernière haie du Prix Juigné (Gr3). L’histoire se finit bien car le crack et David Cottin se sont tout de suite relevés, alors que Bosseur (Coastal Path) décrochait une victoire de Groupe méritée.


RÉUNION DE GALA POUR LA RÉOUVERTURE D’AUTEUIL


Enfin ! Auteuil, le "Temple de l’obstacle", rouvre ses portes. C’est le moment tant attendu par tous les passionnés que nous sommes, entraîneurs, propriétaires, éleveurs, jockeys, personnels d’écurie et, bien sûr, journalistes. L’hiver est moins "plat" en obstacle que chez les galopeurs, c’est certain. Nous avons assisté à de belles épreuves à Pau, à Cagnes et surtout outre-Manche. Mais la réouverture d’Auteuil, c’est sacré ! Et le terme n’est pas galvaudé, surtout en 2016. En effet, cette réunion du 6 mars a des airs de Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1, 22/05) et de Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1, 12/06). Depuis l’an dernier, nous avons trouvé le candidat idéal pour cette Grande Course de Haies, le crack Blue Dragon (Califet). Invaincu en six sorties en haies et lauréat des Prix Alain du Breil (Gr1) et Renaud du Vivier (Gr1), il sera de retour à Auteuil dans le Prix Juigné (Gr3). Ce sera la grande attraction de l’après-midi au milieu d’une réunion peuplée de champions.


MOUVEMENT SOCIAL AU PMU : VERS UNE PERTURBATION DES COURSES LA SEMAINE PROCHAINE ?


Dans un contexte difficile pour les paris hippiques, le PMU a annoncé la semaine dernière la mise en place de mesures d’économie. L’objectif est de trouver les sommes nécessaires au développement de l’entreprise, tout en pérennisant les prélèvements nécessaires à la filière hippique. À la suite de ces annonces, un mouvement social a été lancé et il existe un risque de perturbation des courses, en particulier jeudi prochain.


SOLOW, AVEC UNE POINTE DE SUSPENSE


CHANTILLY, JEUDI - PRIX MONTJEU (A). Grand favori du Prix Montjeu (A), Solow (Singspiel) ne s’est pas contenté de gagner sans émotion. Il y a eu un léger suspense lorsqu’il s’est retrouvé enfermé à la corde par son principal rival, Vadamos (Monsun). Arrêté un instant, Solow a dû changer de ligne, puis être relancé à l’extérieur de Vadamos. Preuve qu’il existe bien une classe d’écart entre lui et les autres, Solow a rapidement plié l’affaire, une fois franchement lancé. Cette course a donc pleinement joué son rôle pour le champion miler de l’écurie Wertheimer & Frère. Elle représente une rampe de lancement idéale pour lui avant son voyage à Meydan, où il remet en jeu son titre dans le Dubai Turf (Gr1).


C’EST LA REPRISE !


Cette réunion de début mars à Chantilly, celle des Meydan trials, est aujourd’hui le rendez-vous de la reprise du plat en région parisienne. On ne va pas se mentir : l’hiver est long quand on aime le galop. Même si le meeting de Cagnes-sur-Mer permet de voir quelques bons éléments à l’œuvre, et même si les réunions de Deauville, Chantilly ou d’ailleurs ont le mérite d’occuper le terrain face à l’actualité trotteuse.
Créées en 2012, ces courses A de Chantilly ont rapidement été adoptées par les professionnels et elles sont devenues un très bon tremplin pour les chevaux qui préparent une épreuve de la grande réunion du Dubai World Cup. En cinq ans, nous avons pu y voir à l’œuvre des vrais chevaux de Gr1 qui, auparavant, n’avaient aucune raison de se produire aussi tôt dans la saison. On pense bien sûr à Cirrus des Aigles (Even Top), Flintshire (Dansili), Dolniya (Azamour) et Solow (Singspiel)...


PROGRAMME 2016 : CE QUI CHANGE EN PLAT ET EN OBSTACLE


Ce mardi, François Boulard, Stephan Kalley, Dominique de Wenden et Luc Kronus ont présenté les modifications des programmes de plat et d’obstacle de l’année 2016. Ils étaient entourés de Jean d’Indy, Jean-Pierre Colombu, Dominique de Wenden, Olivier Delloye – qui prenait ses fonctions de directeur général de France Galop ce 1er mars –, Jean-Christophe Giletta, Henri Pouret et Thierry Delègue. Les principales modifications touchent les courses plates qui quittent Longchamp, actuellement en travaux.


ARQANA DÉVOILE SA NOUVELLE ORGANISATION


Ce mardi 1er mars, Olivier Delloye prend ses nouvelles fonctions en tant que directeur général de France Galop. Suite à ce départ, Arqana a dévoilé lundi sa toute nouvelle organisation.
Éric Hoyeau continue d’assumer la présidence du groupe qui, outre la branche dédiée aux pur-sang, comprend aussi Artcurial Deauville (consacré aux objets d’art) et Arqana Trot. En ce qui concerne Artcurial Deauville et Arqana Trot, il n’y aura pas de changement dans l’organisation. Il y a cependant quelques évolutions du côté de la branche pur-sang d’Arqana et Éric Hoyeau pourra désormais s’appuyer sur quatre directions opérationnelles aux attributions renforcées.

1 - Le pôle bloodstock, dirigé par Freddy Powell. Depuis plusieurs années détaché en Grande-Bretagne, Freddy Powell reviendra à Deauville au début de l’été, tout en conservant une forte présence outre-Manche. Au sein de cette équipe, Ludovic Cornuel sera plus particulièrement en charge de l’innovation et du marché japonais, ainsi que de la clientèle australienne en ce qui concerne les chevaux à l’entraînement. Son portefeuille de clients vendeurs français sera aussi élargi, de même que celui de Guillaume Cousin et Dominique Boulard, qui se verront confier des responsabilités accrues dans l’organisation et la logistique des ventes.


TRIPLE COURONNE : UN EXPLOIT RARE QU’IL NE FAUT PAS DÉNATURER


Dimanche, Bold Eagle (Ready Cash) tentait l’exploit de remporter la "Triple couronne" des trotteurs : Prix d’Amérique Opodo, Grand Prix de France et Grand Prix de Paris (Grs1). Il n’a pas réussi son pari, battu à la fin par Lionel (Look de Star).  Cette Triple couronne pour trotteurs n’est pas "classique", au sens "galopeur" du terme. Elle est difficilement comparable avec celles que l’on connaît en plat, même si la finalité reste la même : elle oblige ses candidats à se produire dans trois contextes différents, en trois courses. La décrocher est donc le fait d’un cheval complet, qui est forcément exceptionnel.


THE BLUE EYE, MAÎTRE SUR SA TERRE D’ADOPTION


L’Emir’s Trophy (Gr1 local), la meilleure course qatarie réservée aux pur-sang anglais, est revenu à un cheval entraîné sur place, The Blue Eye (Dubawi). Il a offert à Jassim-Mohammed Ghazali un triplé dans cette épreuve, puisqu’il avait aussi gagné les deux dernières éditions avec Dudbay (Dubawi), pour les couleurs d’Al Shaqab Racing. Jassim-Mohammed Ghazali, qui domine régulièrement les courses de pur-sang anglais à Doha, a même réalisé un coup de cinq lors de cette réunion de gala !
The Blue Eye a entamé sa carrière en France, chez Christophe Ferland, sous les couleurs de son éleveur, Aleyrion Bloodstock, et il s’était placé de course "B" à deux reprises. C’est Gérard Larrieu qui l’avait acheté aux ventes de l’"Arc" Arqana pour 400.000 euros. Le courtier nous a dit : « J’avais essayé de l’acheter à l’amiable, sans succès, donc je l’ai acheté à la vente de l’"Arc" en 2014. Le cheval s’est très bien adapté à son nouvel environnement, et il restait sur un succès dans une bonne course ici. Le Qatar me réussit bien, car j’avais aussi acheté Dubday, gagnant en 2015 et 2014, et Marinous, lauréat en 2010. »


LES CHAMPIONS AU RENDEZ-VOUS DE LA "PREMIÈRE"


Réouverture d’Auteuil. France Galop a enregistré les engagements pour la première réunion de l’année à Auteuil, qui aura lieu le dimanche 6 mars. Pour tous les passionnés d’obstacle, cette date est marquée d’une croix rouge dans leur agenda depuis plusieurs semaines. Revoir les chevaux sauter les obstacles d’Auteuil est toujours un grand plaisir. Mais cette année, encore plus que les précédentes, il ne faudra rater la grande première d’Auteuil sous aucun prétexte ! En effet, quelques champions devraient être en piste, avec déjà les grandes échéances en toile de fond. Blue Dragon (Califet), Storm of Saintly (Saint des Saints), As d’Estruval (Nickname), So French (Poliglote), Saint Palois (Saint des Saints), Rhialco (Dom Alco), Vézelay(Dom Alco) ou encore Triana du Berlais (Presenting) sont quelques-uns des engagés pour une ou plusieurs des courses programmées le 6 mars. On en salive déjà !


PLAIDOYER POUR LA TENUE


Les deux meilleurs étalons du monde sont, sans discussion, Galileo (Sadler’s Wells) et Deep Impact (Sunday Silence). Et ce sont des chevaux qui ont de la tenue. Le champion japonais l’a même démontré en piste lorsqu’il a survolé des épreuves de longue distance. Il s’est imposé sur 3.000m dans le Kikuka-shō (Gr1), le St. Leger local, soit la dernière épreuve d’une triple couronne qu’il avait dominée de toute une classe. Deep Impact avait également remporté le Tennō Shō Spring (Gr1), avec à la clé le record du monde sur 3.200m : 3’13’’40, soit une réduction kilométrique de 1’00’’40. Galileo, lui, aurait gagné le St. Leger même face à un cheval de premier plan comme Milan (Sadler’s Wells). À l’inverse, il fut battu par Fantastic Light (Rahy) sur 2.000m, dans les Irish Champion Stakes (Gr1), avant de se classer sixième du Breeders’ Cup Classic (Gr1) sur le dirt. Par Franco Raimondi


PATRICK FELLOUS : « JE PARS REMPLI DE SENTIMENTS TRÈS POSITIFS »


Patrick Fellous quittera la présidence du Syndicat national des propriétaires dans quelques semaines, un poste qu’il occupait depuis 2013. Il confie à Jour de Galop les raisons de son départ, et parle de l’avenir.


LE DÉFI DU GALOP : UN INCONTOURNABLE DU PAYSAGE HIPPIQUE


Samedi, c’est le départ de la onzième édition du Défi du Galop avec le Grand Prix du Conseil Général des Alpes-Maritimes (L). François Forcioli-Conti, président du Défi du Galop mais également de la Scca (Société des courses de la Côte d’Azur) nous parle de ce challenge qui est devenu, au fil des ans, incontournable dans le paysage hippique français.


ON NE CHANGE PAS LES ÉQUIPES QUI GAGNENT


LE BILAN DU MEETING DE PAU SUR LES OBSTACLES. Le meeting d’obstacle de Pau 2015/2016 a pris fin le dimanche 21 février. Les lauréats des différents classements sont quasiment les mêmes que lors des précédents meetings. En effet, la famille Papot domine chez les propriétaires, Guy Cherel chez les entraîneurs et l’écurie Mirande chez les éleveurs. En revanche, chez les jockeys, petit changement, c’est David Cottin qui termine tête de liste de ce meeting palois avec vingt-quatre victoires !


DANIEL-YVES TRÈVES : LA PASSION RAISONNÉE


Wekeela, Gonna Run, Morandi, Never on Sunday, Rashbag… Tous ces lauréats au meilleur niveau ont un dénominateur commun : la casaque de Daniel-Yves Trèves. Récemment, Hurricane a encore mis à l’honneur les couleurs jaune chevron vert et toque rouge du propriétaire. Ce personnage discret, qui a occupé et occupe toujours des postes à hautes responsabilités au sein de grandes sociétés suisses, n’hésite pas à citer le travail de Jean-Claude Rouget comme un élément clé de sa réussite. Mais c’est avant tout un passionné, qui perpétue une longue tradition familiale, qui s’est confié à Jour de Galop…


FRANÇOIS NICOLLE : « C’EST LA PÉRIODE OÙ L’ON PEUT ENCORE RÊVER ! »


Troisième du palmarès des entraîneurs d’obstacle l’an dernier, François Nicolle commence bien l’année 2016, avec notamment un succès dans une Listed grâce à Optimus Prime (Deportivo). À une dizaine de jours de la réouverture d’Enghien et d’Auteuil et moins d’un mois avant le festival de Cheltenham, il nous a donné des nouvelles de quelques-uns de ses meilleurs pensionnaires.


SOLOW & QUEEN JEWEL ANNONCÉS À CHANTILLY LE 3 MARS


Candidats aux Grs1 de Meydan du 26 mars, Solow (Singspiel) et Queen’s Jewel (Pivotal) devraient être présents lors de la réunion française de préparation du jeudi 3 mars à Chantilly. En lice pour sa propre succession dans le Dubai Turf (Gr1), Solow sera donc au départ du Prix Montjeu (A - 1.600m - P.S.F.) qu’il a déjà remporté l’an dernier. Queen’s Jewel, qui vise, elle, le Dubai Sheema Classic (Gr1), sera candidate au Prix Darshaan (A - 1.900m - P.S.F.). Queen’s Jewel va donc découvrir la P.S.F. à cette occasion.
Entraîneur de ces deux représentants de Wertheimer & Frère, Freddy Head nous avait indiqué qu’il hésitait à courir ces courses "A", puisque les conditions de course obligent les gagnants de Gr1 depuis le 1er mars 2015 à porter une surcharge de quatre kilos. Rencontré vendredi à Chantilly, il nous a dit : « Solow et Queen’s Jewel vont courir tous les deux le 3 mars à Chantilly. Je les présente, malgré les conditions de courses qui les obligent à rendre du poids. Solow est venu travailler à Chantilly dernièrement et je suis très satisfait de sa préparation. »


OÙ EST L’ARGENT QUI PERMETTRA DE RELANCER FRANCE GALOP ?


« J’ai été, pendant quatre ans, administrateur de France Galop. Dans ce cadre, j’ai voté contre le projet de nouveau Longchamp et je voudrais expliquer pourquoi.

Pour beaucoup, à l’époque, il en allait de la survie du galop. Soutenir le nouveau Longchamp, c’était montrer sa confiance et parier sur l’avenir des courses. Longchamp nous était présenté comme un levier pour redynamiser la filière et son modèle économique. Ce serait, enfin, la vitrine internationale du galop français.

Voter pour, c’était donc le signe d’un optimisme qui mobiliserait tous les acteurs de France Galop, les professionnels et les propriétaires. Ceux qui en doutaient – dont je fais partie – furent taxés de pessimisme et, chose pire, de vils calculs électoraux. Par Philippe Jeanneret, Président de la Fédération Nord/Île-de-France/Haute-Normandie/Basse-Normandie


ENGAGEMENTS CLASSIQUES, EN HAUSSE DE 9 % PAR RAPPORT À 2015


Ce mercredi 17 février, les engagements dits "classiques" ont été clos par France Galop. Ce qu’il faut avant tout retenir, c’est que le nombre total de souscriptions pour les six épreuves se porte à 1.104, soit une hausse de 9 % par rapport à l’année 2015. Seulement deux épreuves sont en léger recul par rapport à l’an dernier : ce sont les deux Poules d’Essai qui vont, cette année, se courir à Deauville et en ligne droite. Chez les poulains, il y a deux bulletins de moins et, chez les pouliches, neuf. En revanche, le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1) qui va, lui, se courir à Saint-Cloud corde à gauche, au lieu de Longchamp et sa corde à droite, a attiré 188 candidatures, soit 30 de plus qu’en 2015 (+ 19 %). Le Pour Moi Coolmore Prix Saint-Alary (Gr1), qui aura lieu à Deauville le 16 mai, progresse également avec 171 engagements, soit 21 de plus que l’an dernier. Le Prix du Jockey Club et le Prix de Diane Longines (Grs1) sont également en progression, respectivement de 7 % et de 19 %, signe de l’attractivité des classiques français de Chantilly. Par ailleurs, aucune femelle n’a été engagée dans le Prix du Jockey Club. En revanche, il y en a une dans le Grand Prix de Paris : Tierra Del Fuego (Champs Élysées), entraînée par Georges Mikhalidès.


CHER MONSIEUR LE MINISTRE…


Les présidents du Trot (Dominique de Bellaigue), de France Galop (Édouard de Rothschild), de la Fédération française d’équitation (Serge Lecomte), de la Société française des équidés de travail (Éric Rousseaux) et de la Société hippique française (Yves Chauvin) ont entrepris une démarche collective en adressant une note à Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique.
Cette présentation économique des entreprises équines avait pour but d’attirer l’attention du ministre sur leurs difficultés qui inquiètent les acteurs : baisse des emplois et du cheptel équin, baisse de la clientèle et des investisseurs, entreprises fragilisées (fiscalité), législation sociale contraignante et souvent inadaptée au secteur équin.

Une délégation formée de Dominique de Bellaigue, Serge Lecomte et Daniel Augereau (pour France Galop) a été reçue vendredi 12 février par les conseillers ministériels de plusieurs ministères (Économie, Sport, Commerce/artisanat, Économie sociale et solidaire et Agriculture).


NOUVEAU LONGCHAMP, JACQUES DEVAUX : « C’EST UN TERME D’ENJEUX POUR LA FILIÈRE QUE CE CHANTIER EST EXCEPTIONNEL »


Il y a un peu plus de quatre mois, France Galop remettait les clés de l’hippodrome de Longchamp aux équipes de Bouygues Bâtiment Île-de-France Ouvrages Publics, chargées de réaliser le projet architectural de Dominique Perrault. Jacques Devaux, directeur des grands projets chez Bouygues Bâtiment Île-de-France Ouvrages Publics, fait un premier point alors que la phase de déconstruction touche à sa fin.


UN OURAGAN FRAPPE CAGNES


Ce Prix de la Californie (L) a permis de voir à l’œuvre un cheval qui le potentiel pour briller au niveau des Groupes : Hurricane (Hurricane Cat). Pour le dire clairement, dimanche, dans cette première Listed cagnoise, il y a eu lui et les autres. Ce cheval, qui n’en était qu’à sa troisième sortie et est toujours invaincu, n’évoluait pas au même étage que ses adversaires.
Dans la "boîte" dans le tournant final, Hurricane a réussi à changer de ligne sans aucune difficulté, puis à venir prendre l’avantage sur l’animateur, Viserano (Rock of Gibraltar). Comme il l’avait fait lors de ses deux premières sorties, Hurricane s’est ensuite détaché, s’imposant en cheval déclassé.


« LA PRIORITÉ DU PMU, C’EST LE PARI HIPPIQUE ! »


Fidélisation du client régulier, conquête d’un nouveau public, premières actions concrètes du marketing commun des courses, Euro de football… L’année 2016 sera riche pour le PMU. Samuel Loiseau, qui a pris la tête de la direction du marketing du PMU il y a un peu moins d’un an, détaille les grands enjeux à venir pour l’opérateur de paris.


FRANCIS-HENRI GRAFFARD : « CETTE ANNÉE, J’AI DES CHEVAUX POUR TOUTES LES CATÉGORIES »


En 2015, Francis Henri-Graffard a réalisé sa meilleure saison. Pour sa quatrième année pleine, il a terminé à la septième place des entraîneurs français par les gains et a remporté son premier Gr1 avec Erupt (Dubawi), dans le Juddmonte Grand Prix de Paris.

À quelques semaines de la reprise des courses parisiennes, nous sommes allés à sa rencontre. L’entraîneur décortique ses succès passés, sa méthode, ses relations avec ses clients… et donne les dernières nouvelles de ses meilleurs représentants.


ELLE QUITTE LE CORPS DES COMMISSAIRES : MICHELINE LEURSON, LA PIONNIÈRE


Ce mercredi, France Galop a rendu hommage à Micheline Leurson, qui prend sa retraite du corps des commissaires. Cette vraie pionnière s’est racontée à Jour de Galop. Les courses de cavalières, la féminisation de l’Institution, la montée en puissance des femmes jockeys : c’est notamment à elle qu’on le doit…


LA COUR DES COMPTES ÉTRILLE L’IFCE


Comme chaque année, la Cour des comptes distribue ses bons et mauvais points lors de son rapport annuel, publié ce mercredi. Parmi les cibles des récriminations et recommandations de cette juridiction, on trouve les finances publiques, les centrales nucléaires, la lutte contre le tabagisme, la fraude fiscale… et l’Ifce. L'Institut français du cheval et de l'équitation, produit de la fusion des Haras nationaux et de l'École nationale d'équitation, est généreusement étrillé tout au long d’un rapport particulièrement critique. Dès le titre du rapport, le ton est donné : « L’Institut français du cheval et de l’équitation : une réforme mal conduite, une extinction à programmer ».


L’ACCÈS GRATUIT AUX VIDÉOS EST EFFECTIF POUR LES PROFESSIONNELS


Dans l’édition de Jour de Galop datée du 17 janvier, nous vous avions annoncé le fait que tous les membres de France Galop bénéficieraient d’un accès gratuit et permanent à toutes les vidéos de courses au galop françaises. Cet accès gratuit est effectif depuis la fin de la semaine dernière. Il s’adresse aux personnes agréées, c’est-à-dire les éleveurs, entraîneurs, propriétaires et jockeys qui disposent d’un compte et d’un code d’accès pour le site de France Galop. Ce système permet de visionner les épreuves courues à partir de 2015.


LA VENTE REMPLIT SON OFFICE


Resserrée cette année sur une seule journée, la vente mixte de février Arqana, qui s’est tenue ce lundi à Deauville, s’est achevée sur un taux de vendus très satisfaisant pour ce type de vente, à plus de 80 %. Les prix moyen et médian sont très comparables à ceux de l’an passé. Avec une cinquantaine de chevaux présentés en moins, le chiffre d’affaires est logiquement moins élevé, s’établissant à 1.764.900 euros. La grande diversité d’acheteurs a permis une bonne activité. Le catalogue manquait un peu de densité au niveau des chevaux à l’entraînement, si bien que ceux qui avaient affiché une certaine qualité se sont très bien valorisés, voire même à des prix supérieurs aux projections. Cette session a donc parfaitement rempli son office de rotation des effectifs.


DU SERVICE ET QUELQUES PARIS AMUSANTS !


Arqana lance sa saison 2016, qui marque le dixième anniversaire de l’agence deauvillaise, avec la vente mixte de février. Plus de 300 chevaux seront proposés ce lundi à partir de 11 heures. Cette vente se caractérise par sa diversité, puisque l’on peut aussi bien y acheter des poulinières, des juments maiden, des chevaux à l’entraînement, des jeunes yearlings, des 2ans et même un cheval de dressage ! Il s’agit de la vente de service par excellence : elle permet aux éleveurs de procéder au renouvellement de leur jumenterie, et aux propriétaires et entraîneurs d’assurer la rotation de leurs effectifs avant la reprise des courses sur gazon. Cette vente se positionne quatre jours après celle de Tattersalls, et deux jours avant celle de Goffs, ce qui permet aux acteurs de réaliser un vrai circuit européen de ce type de ventes.


DEEP IMPACT À LA CONQUÊTE DE L’EUROPE


Deep Impact (Sunday Silence) règne en maître au Japon. L’étalon de Shadai s’est de nouveau classé tête de liste des étalons japonais en 2015, devant King Kamehameha (Kingmambo). Mais, dès 2016, sa présence en Europe devrait s’intensifier. Pas uniquement via ses produits japonais venant courir les Groupes 1 sur le vieux continent, mais aussi avec des chevaux élevés par des Européens ou importés du Japon.


OPTIMUS PRIME… AU MILLIMÈTRE !


PAU, VENDREDI – PRIX CAMILLE DUBOSQ (L). Le poteau est arrivé à point nommé pour Optimus Prime (Deportivo) dans le Prix Camille Dubosq, Listed disputée sur les haies de Pau. Le représentant de Gérard Augustin-Normand et Jean-Claude Rouget a conservé de justesse une petite encolure d’avance sur Politikar (Poliglote) et Maquisard (Creachadoir). Optimus Prime est en effet un poulain allant. Il court en obstacle comme il le faisait en plat, en allant devant et en prenant plusieurs longueurs d’avance sur ses adversaires. Il finit parfois par payer sa débauche d’énergie en fin de course et c’est ce qui a failli se passer ce vendredi. Vite en tête, il a abordé la dernière haie nettement détaché de son poursuivant immédiat, Politikar. Ses foulées se sont raccourcies sur le plat, mais le pensionnaire de François Nicolle a pu vivre sur son avance et conserver, de peu, la victoire.


SELF-MADE STALLIONS : LA RÉUSSITE AU HARAS, ENVERS ET CONTRE TOUT !


Samedi dernier, dans un laps de temps de 55 minutes, Smad Place (Smadoun) s’imposait à Cheltenham dans le Gr2 préparatoire au Gold Cup, alors que Smart Call (Ideal World) remportait de toute une classe le J&B Met (Gr1), l’épreuve la plus importante du Cap (Afrique du Sud). Au-delà des latitudes, des disciplines et du contexte local, un lien unit ces deux gagnants que tout semble séparer. Ils sont en effet issus de pères, Smadoun et Ideal World, qui sont devenus des étalons reconnus, envers et contre tous ! Voici un tour du monde de ces sires que personne n’attendait et qui se sont bâti une carrière au haras par la seule force de leur production. Par Franco Raimondi


VINGT-SIX "FR" ENGAGÉS ET PEUT-ÊTRE JACQUES RICOU DANS LE GRAND NATIONAL DE LIVERPOOL


Les engagements pour le Grand National de Liverpool (Gr3, 9/04) 2016 ont eu lieu ce mercredi matin. Un chiffre record de cent vingt-six chevaux a été enregistré dans cette épreuve où quarante partants maximum sont autorisés. Parmi eux, vingt-six chevaux d’origine française sont sur la liste, soit 18 % des engagés. Long de 7.200m, avec trente obstacles à franchir et un million de livres d’allocations, le Grand National a longtemps résisté aux "FR". L’élevage français a dû patienter cent ans entre 1909 (Lutteur III) et 2009 (Mon Môme) pour briller de nouveau dans ce handicap mythique. Mais depuis 2009, la tendance s’est inversée et les French bred ont retrouvé la cote du côté d’Aintree. Neptune Collonges (2012) et Pineau de Ré (2014) se sont distingués, prenant la suite de Mon Môme.


LA GRANDE FAMILLE DES COURSES SERA RÉUNIE LE 10 MAI À CHANTILLY


Comme l’an dernier, le Gala des courses aura lieu à Chantilly, aux Grandes Écuries. Cette 67e édition est prévue pour le 10 mai, au soir du Prix de Guiche (Gr3), qui se court également à Chantilly.
Depuis l’an dernier, l’Association des jockeys a "repris en main" cet événement, après avoir laissé France Galop en avoir la charge pendant trois ans. Son but est d’organiser une soirée festive, où le monde des courses se réunit, s’amuse, récompense les meilleurs et se mobilise en faveur des jockeys blessés et des anciens du métier.


LA ROUTE DES ÉTALONS : LE DEBRIEF


Quarante-huit heures, vingt-trois haras, près d’une centaine d’étalons, des kilomètres de route avalés, et aussi pas mal de brushing ruinés : ça, c’est pour le bilan en chiffres de la septième édition de la Route des Étalons. Et du côté des participants, ça donne quoi ?


ON S’INCLINE TOUS DEVANT BOLD EAGLE


Un trotteur à la Une de Jour de Galop ? Oui, mais quel trotteur ! Immense favori du Prix d’Amérique Opodo, Bold Eagle (Ready Cash) a offert un magnifique moment de sport à tous les amoureux des courses. Le 5ans portant les couleurs de Pierre Pilarski s’est imposé à la manière des forts, prenant la tête tôt pour ne jamais la lâcher. À son sulky, Franck Nivard a su gérer le cheval, tendu quelques minutes avant le départ, et Sébastien Guarato, son entraîneur, a honoré la mémoire de son père, disparu mercredi dernier, en remportant son premier Prix d’Amérique. Ce succès n’a pas laissé indifférents les professionnels du galop, dont certains s’étaient même déplacés à Vincennes. Voici les réactions de ces hommes de chevaux, séduits par le champion.


J’AIME LE GALOP… PLUTÔT 3.000 FOIS QU’UNE !


Je me souviens d’un très grand cavalier de "complet" qui disait : « Quand je suis dans mon lit, au petit matin, un peu fainéant, qu’il fait froid dehors, et si chaud là où je suis, je pense à lui. Et instantanément, je suis content de me lever pour aller le retrouver. » Lui, c’était son champion de l’époque, un certain Godelureau.

Notre godelureau à nous, notre joli cœur, c’est le galop. C’est grâce à lui que nous sommes heureux, chaque matin, de réfléchir à ce que nous allons écrire le soir, pour que vous, amoureux comme nous, preniez du plaisir à nous lire.

3.000 numéros de Jour de Galop aujourd’hui… et toujours autant de plaisir à le faire, ce journal. Parce qu’aucun jour ne ressemble au précédent. Il y a trois mille façons de décrire les courses au galop, il y a trois mille raisons de les aimer. Nous vous avons demandé de choisir quelques mots pour résumer votre amour des courses. Vous avez été nombreux à nous faire ce cadeau. Voici vos réponses.


RÉUNION DU DUBAI WORLD CUP : LA FRANCE A UN RANG À TENIR


Meydan, le 28 mars dernier, 20e édition de la réunion du Dubai World Cup. Solow (Sinsgpiel) est impérial dans le Dubai Turf (Gr1). Dolniya (Azamour) et Flintshire (Dansili) dominent le Dubai Sheema Classic – Présenté par Longines (Gr1). La France est la grande gagnante de la soirée. Qu’en sera-t-il dans moins de deux mois ?

Nous avons interrogé quatre professionnels qui feront le déplacement aux Émirats, en commençant par Alain de Royer Dupré, celui qui connaît le mieux ce meeting pas vraiment comme les autres. Ses expériences passées lui ont permis d’affiner sa stratégie pour arriver avec un cheval au "top" le jour J. Et cette année, ses deux partants probables du 26 mars emprunteront des chemins différents.


L’AFRIQUE DU SUD, UN MODÈLE À PART SUR LA SCÈNE HIPPIQUE INTERNATIONALE


La semaine dernière, au Cap, en Afrique du Sud, plusieurs grands acteurs du marché international du pur-sang ont âprement lutté autour du ring. Les enchères se déroulaient dans le Convention Centre, un complexe proche de Waterfront, la promenade touristique locale. Concurrence internationale oblige, les records sont tombés : 226 yearlings ont été vendus pour un chiffre d’affaires de 135.650 millions de rands, soit une augmentation de 13 % par rapport à l’année précédente. Cela correspond à 12,82 millions d’euros, soit beaucoup moins que la session d’octobre de l’agence Arqana (15,99 millions d’euros). Lors de cette vente "africaine", la moyenne a atteint l’équivalent de 32.634 euros et le prix médian 20.396 euros. Par Franco Raimondi


LES VÉRITÉS DE LA PRINCESSE ZAHRA AGA KHAN


La princesse Zahra Aga Khan s’est exprimée au cours de la 36e édition de la conférence asiatique des courses, en Inde. Nous vous proposons l’intégralité de son intervention du 25 janvier 2016. Les intertitres et les illustrations ont été ajoutés par la rédaction de Jour de Galop.
« Au cours du XIXe siècle, les chevaux de mon arrière-arrière-arrière-grand-père participaient à des courses à travers toute l’Inde indivisée. Il les avait amenés depuis la Perse, où sa famille élevait des chevaux depuis de nombreuses générations. À la fin du XIXe siècle se trouvaient parmi ces chevaux Shere Ali, gagnant du Derby Arabe en 1869, Khusroo, vainqueur du Winner’s Handicap en 1870, et Maharaj, qui gagna de nombreuses courses, dont la Governor’s Cup et le Derby en 1872. Au cours du XXe siècle, mon grand-père et mon arrière-grand-père eurent eux aussi des chevaux de course en Inde et remportèrent des courses telles que les Oaks Indiennes avec Ferial en 1945, quatre Viceroy’s Cup entre 1928 et 1940, sept Eclipse Stakes d’Inde entre 1926 et 1956… et en 1922, mon arrière-grand-père acheta ses juments fondatrices avec le Colonel Hall à Newmarket. Parmi ces chevaux se trouvait Mumtaz Mahal, la "pouliche volante", et son sang coule encore dans les veines de nos familles aujourd’hui, et de juments telles que Zafayra et To the Manor Born, qui font partie du Studbook indien.


ROUTE DES ÉTALONS 2016, DEMANDEZ LE GUIDE !


Vingt-trois haras normands vous ouvrent leurs portes les samedi 30 et dimanche 31 janvier : c’est la Route des Étalons, un rendez-vous désormais incontournable pour tous les amoureux des courses. Pas moins de 87 étalons vous seront présentés : à l’heure du choix des croisements, c’est l’occasion rêvée d’évaluer en chair et en os les futurs pères de vos produits !
La Route des Étalons fête cette année son septième anniversaire. L’âge de raison d’un événement né de l’union de ces haras, avec le support de l’Institution et d’une Région consciente que le pur-sang joue un rôle d'une importance capitale dans son économie.


TRACKING SYSTEM, MAIS QU’EST-CE QU’ON ATTEND ?


Aujourd’hui, en France, seulement quatre hippodromes disposent des temps partiels et cette mesure n’est pas assez pertinente. Le tracking system est le seul outil qui permet d’obtenir des résultats justes pour comparer les chevaux par le temps. Qu’attend-on en France pour, enfin, se doter de cet outil qui est déjà présent dans tous les grands pays de courses ?
Par Bruno Barbereau, éditorialiste à Jour de Galop et animateur de Horse Racing Chrono


WINNEYEV COMME RUBI BALL


Remporter le Grand Prix de Pau (Gr3) à 5ans n’est pas une tâche facile. Cette épreuve, la première qui mène au Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), se déroule en tout début d’année, alors que les 4ans viennent juste de prendre un an de plus. Leur manque d’expérience peut souvent être un handicap. Sauf si vous avez un 5ans de classe. Et Winneyev (Goldneyev), vainqueur du Grand Prix 2016, en est un. Tout comme l’était le champion Rubi Ball, dernier lauréat de ce Gr3 à l’âge de 5ans. C’était en 2010. Il est encore trop tôt pour dire si Winneyev aura la carrière de Rubi Ball. Mais il a gagné le droit de prendre part aux Groupes d’Auteuil préparatoires au Grand Steeple.


UN DE SCEAUX TROP FORT !


SODEXO CLARENCE HOUSE CHASE (GR1). ASCOT (GB), SAMEDI. Le champion AQPS Un de Sceaux (Denham Red) a remis les pendules à l’heure après sa chute survenue pour sa rentrée dans le Paddy Power Chase (Gr1), en décembre, à Leopardstown. Il s’est imposé brillamment dans le Sodexo Clarence House Chase (Gr1), ce samedi à Ascot. Cinq longueurs ont sanctionné sa supériorité, alors qu’il n’a vraiment accéléré qu’entre les deux derniers fences. Tous les feux sont donc au vert pour le voir gagner le Queen Mother Champion Chase (Gr1), à Cheltenham. Mais il devra avoir l’œil sur Sire de Grugy (My Risk) et Traffic Fluide (Astarabad), qui ont pris les deuxième et troisième places de la course. Ces deux french bred montent en puissance, surtout le second nommé. Côté élevage, ce Clarence House Chase a été "cannibalisé" par les français. Ils étaient quatre (sur cinq partants) au départ et ils ont pris les quatre premières places.


RATINGS : UN "PETIT JEU" QUI N’EST PAS SANS CONSÉQUENCES


Mardi, la Fédération internationale des Autorités hippiques (IFHA) a dévoilé les Longines ratings des meilleurs chevaux du monde. C’est toujours une journée attendue, avec plus ou moins de ferveur, et riche en débats. Chez Jour de Galop, nous nous étonnons assez régulièrement de certains ratings. Mardi n’a pas échappé à la règle : « 123 pour Muhaarar, c’est bien trop peu ! », « Pourquoi une triple gagnante de Gr1 comme Ervedya n’a-t-elle que 115 ? », « Order of St George avec 124, c’est beaucoup ! »

Dans son Raimondissimo, Franco Raimondi écrivait à propos des ratings : « On peut discuter la valeur d’un tel ou d’un autre, mais on reste là dans le domaine du vieux garçon à la recherche d’un passe-temps. » C’est vrai : est-ce si important de chipoter pour deux ou trois livres de plus ou de moins ? Sur le moment, non. On exprime son désaccord – ce qui ne veut pas dire que nous ayons plus raison que les handicapeurs internationaux – et on passe à autre chose. Par Anne-Louise Echevin, journaliste à Jour de Galop.


LE PRIX CONTESSINA REJOINT LES PRIX POLICEMAN ET GEORGES TRABAUD… LE QATAR PRIX DU CADRAN MENACÉ


L'European Pattern Committee (E.P.C.) s’est réuni le 18 janvier et a validé les changements et nouveautés dans le programme des courses black types en Europe en 2016. La British Horseracing Authority a publié au nom de l’European Pattern un communiqué expliquant les différentes évolutions pour 2016. La France gagne un Gr3 mais perd trois Listeds. Le pays qui souffre le plus est l’Italie.


QUAND LES QUATRIÈMES SERONT LES PREMIERS


Federico Tesio n’avait rien compris. Le "pezzo di legno" (morceau de bois), c’est-à-dire le poteau d’arrivée du Derby d’Epsom, n’est pas la seule vérité, le bout extrême de la sélection du pur-sang. D’après le classement des cent meilleurs Grs1 révélé par la Fédération internationale des autorités hippiques en association avec Longines, le Derby arrive en 37e position, intercalé entre les Canterbury Stakes – 1.300m en Australie, dernière gagnante : Cosmic Endeavour (Northern Meteor –  et le Tenno Sho – automne. Notre Prix du Jockey Club n’est que 63e, à égalité parfaite avec le Tokyo Yushun - Derby japonais, alors que le Derby d’Irlande n’est même pas dans la liste.


AMERICAN PHAROAH, LA JUSTE RÉCOMPENSE À 36 ANNÉES D’ATTENTE


Sans surprise, c’est l’américain American Pharoah (Pioneerof the Nile) qui a reçu le titre de meilleur cheval du monde mardi, lors de la remise de prix organisée à l’hôtel Claridge’s de Londres par la Fiah (Fédération internationale des autorités hippiques), en association avec Longines. C’est une juste récompense pour le héros que l’Amérique attendait depuis 36 ans. American Pharoah a réussi à décrocher la Triple couronne américaine (Kentucky Derby, Preakness Stakes & Belmont Stakes) sur laquelle tous les 3ans avaient buté depuis Affirmed en 1978. American Pharoah est crédité d’un rating (valeur handicap) de 134.


J'aime le galop


C’est un peu tout cela, les courses au galop, et bien plus encore…
Et vous ? Si vous ne deviez choisir qu’un mot ou qu’une phrase pour parler de votre amour des courses, lesquels choisiriez-vous ? Pour fêter le numéro 3000 de Jour de Galop (eh oui, le temps passe), faites-nous ce cadeau : ENVOYEZ-NOUS VOTRE MOT OU VOTRE PHRASE POUR DIRE TOUT VOTRE AMOUR DU GALOP. Nous les publierons tous, avec ou sans votre nom (en fonction de ce que vous nous indiquerez), dans le 3000e JDG, daté du dimanche 31 janvier 2015.


LE GRAND OUEST TRANSFORME L’ESSAI


Ce samedi, l’hippodrome du Lion-d’Angers accueillait le Salon des étalons pur-sang. Pour la deuxième année consécutive, la manifestation ne se déroulait plus dans les murs du Haras national du Lion-d’Angers, mais sur l’hippodrome de l'Isle-Briand. La manifestation a encore progressé, en passant la barre des quarante étalons présentés, avec quarante-trois sires cette année contre 38 en 2015. Les organisateurs annonçaient d’ailleurs qu’il s’agissait du « plus grand rassemblement d’étalons galopeurs du monde ». Avec 75 % des prix de saillie à 2.000 euros ou moins, ce salon rassemble l’offre d’étalonnage de proximité dans la région. Ces étalons remplissent pleinement la fonction qu’occupaient par le passé les Haras nationaux dans le grand Ouest.


TOUTES LES VIDÉOS ENFIN GRATUITES POUR TOUS LES SOCIOPROS


Voilà une information exclusive que nous nous réjouissons de vous annoncer ! Désormais, tous les membres de France Galop bénéficieront d’un accès gratuit et permanent à toutes les vidéos de courses au galop françaises. Que vous soyez propriétaire, éleveur, entraîneur ou jockey, vous n’aurez plus ni à payer, ni à posséder un compte spécifique, ni à vous rendre sur un site Internet différent pour consulter une vidéo de course au galop.


MICHEL HENOCHSBERG 1946-2016


Michel Henochsberg s’est éteint vendredi, suite à un combat de plusieurs années contre la maladie. Il avait 69 ans.
Comment résumer la vie de cet homme aux multiples passions, parmi lesquelles deux dominaient : sa famille et les courses… À sa famille, nous voulons dire notre peine profonde et notre fidèle amitié : à sa femme Géraldine, qu’il avait épousée en 1993, et à ses trois jeunes et brillants enfants : Rachel, Simon et Milena.


CRAVACHE D’OR 2015 : DEAD-HEAT CONFIRMÉ ENTRE CHRISTOPHE SOUMILLON ET PIERRE-CHARLES BOUDOT


Le dead-heat entre Christophe Soumillon et Pierre-Charles Boudot pour l’obtention de la Cravache d’or s’est confirmé ce jeudi après-midi dans les bureaux de France Galop… Retour en arrière.

Le 28 décembre dernier à Deauville, Pierre-Charles Boudot s’était imposé dans le Prix du Mont Lion (D) en selle sur Oratory Davis (Oratorio). Mais, jugé responsable d’une gêne, il avait été rétrogradé à la cinquième place. Rock of Romance (Rock of Gibraltar), qui avait passé le poteau en deuxième position, avait donc hérité de la victoire, et Christophe Soumillon, partenaire du cheval, avait marqué un point précieux dans la course à la Cravache d’or.


CRAVACHE D’OR 2015 : DEAD-HEAT CONFIRMÉ ENTRE CHRISTOPHE SOUMILLON ET PIERRE-CHARLES BOUDOT


Le dead-heat entre Christophe Soumillon et Pierre-Charles Boudot pour l’obtention de la Cravache d’or s’est confirmé ce jeudi après-midi dans les bureaux de France Galop… Retour en arrière.

Le 28 décembre dernier à Deauville, Pierre-Charles Boudot s’était imposé dans le Prix du Mont Lion (D) en selle sur Oratory Davis (Oratorio). Mais, jugé responsable d’une gêne, il avait été rétrogradé à la cinquième place. Rock of Romance (Rock of Gibraltar), qui avait passé le poteau en deuxième position, avait donc hérité de la victoire, et Christophe Soumillon, partenaire du cheval, avait marqué un point précieux dans la course à la Cravache d’or.


LE RECUL DU PARI HIPPIQUE ATTENUÉ PAR LA CROISSANCE DE L’INTERNATIONAL


LE PMU TIENT SES ENGAGEMENTS EN 2015. Le PMU a dévoilé ce mercredi ses résultats pour l’année 2015. Après un premier trimestre difficile, les chiffres se sont améliorés tout au long de l’année du côté des enjeux, tout en affichant une légère baisse par rapport à 2014. Les enjeux sur les paris hippiques sont en baisse de 1,8 % en 2015, contre moins 5 % en 2014. Le produit brut des jeux (PBJ) présente aussi une baisse contenue, de 1,9 % en 2015 contre 2,6 % en 2014. Xavier Hürstel, président directeur général du PMU, a déclaré : « Malgré un environnement très perturbé, le recul de l’activité a été freiné en 2015 grâce à une mobilisation très forte de l’entreprise pour mettre en œuvre de nombreux chantiers stratégiques du plan PMU 2020. Après un début d’année très difficile, l’activité s’est améliorée au fur et à mesure de la mise en œuvre opérationnelle d’importants chantiers de back office, sans oublier les nouvelles offres et tout en développant la qualité de service au client. Au final, nous avons cette année encore tenu nos objectifs sur le niveau des enjeux et du produit brut des jeux. Cela, combiné à une stricte maîtrise des charges, nous permettra de délivrer un résultat net conforme à nos engagements, au bénéfice de la filière hippique française. »


FRANCE GALOP : DES P.P. À G.G.


On disait la société-mère sous l’influence des P.P. (Province-Paris pour le galop français) ; la nomination d’Olivier Delloye à la tête de France Galop place au premier plan une autre association à double consonne : G.G. (Génération Galop).
L’élection du président de France Galop est un scrutin à bulletins secrets. Cela signifie que, théoriquement, personne ne sait qui a voté pour qui. Toutefois, dans les mois, les semaines ou les jours qui précèdent l’élection, chaque candidat fait le tour des votants pour tenter de remporter l’élection. C’est une démarche le plus souvent individuelle – le candidat voit les électeurs un par un – mais parfois aussi collective – le candidat rencontre les têtes de liste d’un groupe ou d’un parti, pour essayer de gagner l’ensemble des votants de ce groupe ou de ce parti.

Avant le scrutin, les rumeurs vont bon train. Toutes ne sont pas fondées, puisque certains électeurs promettent leur voix à plusieurs candidats. Mais elles peuvent aussi coller à la réalité, surtout lorsqu’une formation politique annonce qu’elle a choisi de soutenir un candidat en particulier (à condition bien entendu que les membres de la formation suivent la consigne de vote imposée par sa tête).


OLIVIER DELLOYE SUCCÈDE À THIERRY DELÈGUE A LA TÊTE DE FRANCE GALOP


L’année 2016 commence sur un rythme élevé pour Édouard de Rothschild et son équipe : France Galop et Thierry Delègue se séparent ; Olivier Delloye, actuel directeur d’Arqana, lui succède. Il prendra ses fonctions en février et sera accompagné dans sa nouvelle mission par Thierry Delègue jusqu’au Comité du 21 mars 2016.
Diplômé d’HEC, Olivier Delloye a œuvré dans des postes de direction, essentiellement marketing et communication, au sein des groupes Pinault-Printemps-Redoute et Procter&Gamble, avant de prendre la direction générale d’Arqana en 2006.
« Trois dimensions m’ont intéressé dans son profil, nous a confié le président de France Galop. Olivier Delloye a fait ses preuves au sein de l’Entreprise, dans l’ère de la révolution numérique ; c’est un développeur ; et enfin, c’est un fin connaisseur et un vrai amoureux des courses et de l’élevage. »

Une fois sa nomination approuvée par le Conseil d’administration de France Galop, Olivier Delloyer nous a déclaré : « Je suis particulièrement heureux de rejoindre les équipes de France Galop et de pouvoir œuvrer, dans mes nouvelles fonctions, au développement des courses françaises. Les défis sont nombreux mais nos atouts ne manquent pas ; j’aborde donc cette mission avec beaucoup de confiance et d’enthousiasme. J’y mettrai autant de passion et d’énergie que lors des dix années passées chez Arqana que je quitte avec tristesse, bien sûr, mais en ayant le sentiment que l’entreprise est parfaitement armée pour poursuivre son  propre développement dans les années qui viennent. »


FLAVIN OFFRE UN PREMIER GROUPE À PATRICIA BUTEL


Proposé à 21/1, Flavin (Pomellato) a causé une surprise en remportant le Grand Prix de la Ville de Nice (Gr3), dimanche à Cagnes-sur-Mer. À cette occasion, il s’est offert un premier Groupe, ainsi qu’à son entraîneur, Patricia Butel, le tout sur son hippodrome fétiche. En effet, en six sorties sur les obstacles de Cagnes-sur-Mer, Flavin n’a jamais fini plus loin que cinquième. À Auteuil, il avait montré ses limites, et à seulement 5ans, il affrontait ses aînés pour la première fois. Mais Flavin a démontré qu’il en avait "sous la pédale". Il a patienté juste derrière les animateurs, tout en sautant très bien tout au long des 4.600m du parcours. Il a fait mouvement dans le dernier tournant à la corde. Au saut de la double barrière, avant-dernier obstacle du parcours, il a été serré le long du rail par Buck’s Bank (Trempolino).


Après Vautour et Douvan : MIN, LE NOUVEAU "FR" VOLANT DE WILLIE MULLINS


Moscow Flyer Novice Hurdle (Gr2) – Samedi, à Punchestown. Le "FR" Min (Walk in the Park) était attendu au tournant dans ce Moscow Flyer Novice Hurdle (Gr2). Le représentant de Susannah Ricci possède une réputation très flatteuse. Il a impressionné pour ses débuts en Irlande, début décembre à Punchestown, où il a survolé un maiden hurdle. Ce samedi, Min se devait de marcher dans les traces de Vautour (Robin des Champs) et de Douvan (Walk in the Park), les deux derniers gagnants du Moscow Flyer Novice Hurdle. Min a confirmé qu’il était bien de leur trempe, posant ses jalons en vue du Supreme Novices Hurdle (Gr1) de Cheltenham.

 


UNE NOUVELLE ÈRE DANS LES RELATIONS ENTRE L’ÉTAT ET LES COURSES


Le 26 juin dernier, les deux sociétés mères avaient envoyé à Christian Eckert et à Stéphane Le Foll un rapport circonstancié sur la situation des courses. Les ministres du Budget et de l’Agriculture viennent d’y répondre.


CE DONT ON VA PARLER À L’INTERNATIONAL EN 2016


Quels sont les sujets qui vont animer la planète courses cette année ? De l’Europe au Japon, en passant par les États-Unis et l’Australie, voici un tour du monde de quelques-uns des grands événements de 2016.


LE TOUR DU MONDE DES OUTSIDERS DE L’IMPOSSIBLE


Les chevaux peuvent être bons ou mauvais. Mais parfois ils deviennent inutiles, et cela, sans rapport avec leur valeur intrinsèque. Ils s’alignent au départ de courses sans aucune espèce de chance et parfois ce n’est pas entièrement de leur faute…

Jet Set Dragon, le tocard de Hongkong
Cette idée m’est venue en regardant les résultats de la dernière réunion de la saison 2015 à Sha Tin. Au paradis des jeux, le Hong Kong Jockey Club prend soin du plus modeste des parieurs et de sa mise à dix centimes de dollars. Ce soir-là, onze courses étaient au programme, d’où 148 partants. Quarante-sept d’entre eux – soit 31,75 % – étaient proposés à plus de 50 contre 1. Trente-deux concurrents se présentaient avec une cote à plus de 99 contre 1. Un seul de ces "tocards" est entré dans la combinaison gagnante.


DIX SAUTEURS DONT ON VA PARLER EN 2016


Quels sont les sauteurs à suivre en 2016 ? Pour attaquer la nouvelle année, nous vous proposons une liste non exhaustive de chevaux d’obstacle qui vont faire parler d’eux cette saison. 

 


DIX CHEVAUX DE PLAT DONT ON VA PARLER EN 2016



Qui sera un acteur de l’actualité en 2016 ? Avant que la saison ne reprenne vraiment son envol d’ici quelques semaines, voici une liste de galopeurs dont nous nous attendons à ce qu’ils écrivent quelques pages de l’année hippique 2016. Notre sélection contient un étalon, deux chevaux d’âge et sept 3ans.


REDONNER DES COULEURS AUX COURSES


– L’éditorial de Mayeul Caire, directeur de Jour de Galop
J’ai une grande admiration pour Michel Pastoureau, l’un des plus grands intellectuels français vivants. Mais je vous avoue que je me suis senti un peu malheureux en lisant pendant les fêtes de Noël son dernier ouvrage, Les couleurs de nos souvenirs, paru en 2010 aux éditions du Seuil. Je ne parle pas du livre lui-même qui est à la fois érudit, passionnant et drôle – comme tous les opus de cet historien qui chasse loin des sentiers battus (je vous recommande en particulier trois de ses œuvres : Le Petit Livre des couleurs, Traité d’héraldique et L’Ours, Histoire d’un roi déchu). Non, ce qui m’a attristé, c’est le chapitre qu’il consacre aux courses sous l’angle de la couleur de la robe des chevaux. Pastoureau aurait pu se contenter d’analyser la pilosité équine… las ! il introduit son chapitre par des lignes désobligeantes à l’égard de notre univers : « Les chevaux ne m’ont jamais attiré, les courses hippiques encore moins. Quant aux paris du type tiercé, quarté, quinté, ils me mettent mal à l’aise et, comme tous les jeux d’argent, je les trouve immoraux. Vers l’âge de 20 ans, cependant, l’un de mes amis proches découvrit les joies et espérances du tiercé. Pendant plusieurs semaines, le dimanche matin, je fis la queue avec lui dans un bureau de tabac du XVIIe arrondissement de Paris où l’on pouvait parier sur les courses de l’après-midi. (…) Quelque temps plus tard, mon ami franchit le pas et commença à fréquenter l’hippodrome de Vincennes. Une fois, une seule, je l’ai accompagné. Je me souviens qu’il faisait  froid, qu’il y avait de la brume et que le spectateur ordinaire ne voyait pratiquement rien des différentes courses. »


TRÊVE, DES ADIEUX EN BEAUTÉ


À 26,5 %, vous avez décerné le JDG Award du cheval de l’année en plat à Trêve (Motivator), qui réalisait sa dernière saison de courses. L’an dernier, la championne avait recueilli 70 % des suffrages. La lutte a été plus serrée en 2015, mais Trêve garde sa couronne. Certes, elle n’a pas réussi le triplé dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, mais la jument n’a pas démérité en prenant la quatrième place, sur une piste rapide, et sans avoir eu le meilleur des parcours. On retiendra son itinéraire parfait pour arriver à son objectif, avec des succès dans le Prix Corrida (Gr2), le Grand Prix de Saint-Cloud et le Qatar Prix Vermeille (Grs1), où elle s’était montrée plus impressionnante que jamais. Trêve a désormais rejoint les herbages de Bouquetot où elle se prépare à devenir poulinière. Dubawi sera son premier fiancé. On a déjà hâte de voir débuter son premier produit !


LES COURSES DE GROUPE EN FRANCe VUES PAR LES CHIFFRES


113 courses de Groupe se sont disputées cette année en France. Quel propriétaire a largement dominé les autres ? Qui sont les 3 jockeys qui se sont partagé plus du tiers du gâteau ? Quels entraîneurs ont été les plus efficaces ? Quel étalon domine à la fois sur le ring et sur la piste ? Notre grande étude statistique répond à ces questions…


TRIPLE COURONNE ET BREEDERS’ CUP CLASSIC : LES EXPLOITS AMÉRICAINS D’AMERICAN PHAROAH VOUS ONT MARQUÉS


American Pharoah (Pioneerof the Nile) est entré dans le Panthéon des courses américaines. Le cheval a remporté la Triple Couronne, un exploit qui n’avait pas été réalisé depuis 1978 et les succès d’Affirmed. Mais il est allé plus loin, en remportant début novembre le Breeders’ Cup Classic dans un style dévastateur. Il est ainsi devenu le seul cheval à remporter ces quatre Groupes 1, et pour cause : le Breeders’ Cup n’existait pas du temps d’Affirmed…
À la manière de Trêve en Europe, mais en version XXL, American Pharoah a généré un incroyable engouement du public qui est allé bien au-delà des États-Unis. Et pour vous, lecteurs de Jour de Galop, ses accomplissements sont bel et bien l’événement de l’année en plat. Sa victoire dans la Triple Couronne et dans le Breeders’ Cup Classic a recueilli 31,3 % des voix.


LE PRIX DE SURESNES 2016 AURA LIEU… À MOULINS !


François Boulard, responsable du programme à France Galop, nous a confirmé que le Prix de Suresnes, une Listed pouvant mener au Prix du Jockey Club, sera disputée à Moulins l’an prochain. Les raisons d’un tel changement ? En 1916, pendant la première guerre mondiale, l’hippodrome de l’Allier accueillait une édition du Prix du Jockey Club. Pour commémorer ce centième anniversaire, la Société des courses de Moulins souhaitait marquer les esprits avec une course de prestige. Et c’est donc l’une des préparatoires à notre Derby qui a été choisie. François Boulard nous a expliqué : « Le Prix de Suresnes se disputait depuis deux ans à Maisons-Laffitte, sur les 1.800m de la ligne droite, et a essuyé beaucoup de critiques des professionnels. Son déplacement était donc possible, et cette course avait une signification par rapport au centième anniversaire du Prix du Jockey Club à Moulins. Roger Winkel, président de la Société des courses, a interrogé de nombreux professionnels, dont les associations d’entraîneurs, qui n’ont pas vu d’inconvénient à ce changement. Le Conseil du plat a donc proposé cette modification temporaire du programme au Conseil d’administration, qui l’a validée. Le Prix de Suresnes aura lieu le samedi 16 avril, une journée où il n’y a pas de courses en région parisienne. Il aura lieu sur 2.000m, corde à droite. La ligne droite de 600m de l’hippodrome devrait garantir la sélectivité de l’épreuve. »


LES COURSES ANGLAISES PLUS POPULAIRES QUE JAMAIS EN 2015


C’est un nouveau record du genre qu’ont signé cette saison les courses britanniques. La dernière livraison de l’étude annuelle de Deloitte Sports Business Group, qui scrute le marché du sport au Royaume-Uni et y comptabilise les audiences et fréquentations par branche, chiffre en effet à 6,2 millions les personnes qui se sont rendues sur un hippodrome en 2015 (ou lors de la saison 2014/2015 pour ce qui concerne l’obstacle). Jamais, depuis que cette étude existe, un tel score n’avait été enregistré.
Néanmoins, malgré ce record, les courses perdent la deuxième place qui était la leur l’an dernier. Le rugby, boosté par la Coupe du monde organisée en Grande-Bretagne cette année, réalise une saison spectaculaire avec un nombre de spectateurs estimé à 7,5 millions, contre "seulement" 4,9 millions en 2014. Si on crée une famille cheval, englobant les courses hippiques et les manifestations équestres, le cheval réintègre la deuxième place, de peu, affichant une audience cumulée de 7,6 millions de personnes présentes à ses événements.


ÉDOUARD DE ROTHSCHILD EST LE NOUVEAU PRÉSIDENT DE FRANCE GALOP


Le Comité de France Galop s’est réuni mardi 15 décembre pour élire le président, les deux vice-présidents ainsi que le Conseil d’administration.
Il n’y a eu besoin que d’un tour pour que le nouveau président soit élu. Édouard de Rothschild a en effet obtenu 31 voix, contre 12 à Philippe Augier, 13 à Loïc Malivet. Édouard de Rothschild a ensuite proposé ses deux vice-présidents : Jean d’Indy pour l’obstacle, lequel occupait déjà ce poste lors de la précédente mandature, et Jean-Pierre Colombu pour le plat. Jean d’Indy a obtenu 43 voix, Jean-Pierre Colombu 35.


L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE COMME SI VOUS Y ÉTIEZ


Mardi, le Comité de France Galop va élire son nouveau président. Un instant mystérieux, peu connu, fermé au public. Philippe Bouchara, qui a participé à quatre élections présidentielles, nous raconte avec précision cette journée si particulière.
Ascenseur pour l’élection

« Lorsque nous arrivons, il nous faut retirer des badges dans le hall de France Galop. Il y a toujours un peu de monde car nous avons tendance à arriver en même temps. Une fois le badge pris, nous prenons l’ascenseur pour aller au septième étage. Les discussions commencent souvent à ce moment-là : qui à notre avis va être élu, comment va se passer l’élection ? Une fois arrivés au septième étage, nous allons sur notre droite où il y a ce que nous pouvons appeler une "pré-salle", une sorte d’antichambre avec des livres anciens, beaucoup de tableaux. Un petit déjeuner est prévu : café, croissant. Dans cette salle, des petits groupes se forment déjà, de cinq ou six personnes, qui discutent : "Tu penses à quoi ? À qui ? ..." Les nouveaux élus vont voir les anciens, pour savoir comment cela va se passer par exemple. »


PHILIPPE AUGIER : « METTRE EN ŒUVRE DES RÉFORMES PARTAGÉES »


Maire de Deauville, Philippe Augier a annoncé sa candidature à la présidence de France Galop vendredi. Il explique à Jour de Galop les motivations de son engagement.
Jour de Galop. – Vous avez officiellement déclaré votre candidature vendredi. Quelles sont les raisons qui vous ont décidé à vous lancer dans ce combat ?
Philippe Augier. –
France Galop porte une filière économique et sociale à laquelle j’ai consacré vingt-cinq ans de ma vie et à laquelle je reste très attaché. Cette filière est à la croisée des chemins. Elle a des atouts extraordinaires et une valeur ajoutée considérable par rapport au reste de l’Europe. Mais elle connaît aujourd’hui des difficultés organisationnelles et financières ; elle doit faire face à des enjeux majeurs qu’il faut maîtriser et tout cela dans un monde qui change extraordinairement vite, du fait du développement des nouvelles technologies et de la mondialisation. Il s’agit donc d’assurer sa modernisation ou ce sera le déclin. Personnellement, je n’ai pas senti une offre de candidatures consciente de l’importance de ces enjeux et j’ai donc songé à m’engager.