testimg

Veuillez vous connecter pour pouvoir télécharger cette édition !

testimg

Veuillez vous connecter pour pouvoir télécharger cette édition !

testimg

Veuillez vous connecter pour pouvoir télécharger cette édition !

testimg

Veuillez vous connecter pour pouvoir télécharger cette édition !

La barre des 7 millions d’euros de chiffre d’affaires franchie pour la première fois

VENTE D’ÉTÉ ARQANA JOUR 2. La vente d’été Arqana s’est conclue ce vendredi avec une journée consacrée aux chevaux à l’entraînement et aux pouliches et juments pleines, nouvelle catégorie pour cette vente. Pour ce segment, aucune comparaison n’est donc possible, mais cette première édition a donné satisfaction, avec un pourcentage de vendus de 80 % et un prix moyen de 23.670 euros. Trois juments ont même dépassé la barre des 100.000 euros, avec un top price à 275.000 euros pour une nièce de Tamayuz, qui prendra la direction des États-Unis. C’est Robert Nataf qui a signé le bon, et c’est aussi lui qui a acheté le top price de la catégorie des chevaux à l’entraînement. Dance of Life (Mastercraftsman), l’une des nombreuses wild cards de cette vacation, a fait grimper les enchères à 400.000 euros et va partir en Australie, chez Mike Moroney. Le reste du marché a été dominé par les chevaux d’obstacle, et Hubert Barbe (Horse Racing Advisory) s’est montré le plus actif des courtiers spécialisés dans cette discipline, achetant sur cette seule journée six lots pour un total de 930.000 euros. Cinq d’entre eux sont destinés à être entraînés par David Pipe. Cette demande pour les chevaux d’obstacle de qualité s’était déjà manifestée jeudi sur le segment des stores.


Les stores tirent le marché vers le haut


VENTE D’ÉTÉ ARQANA, JOUR 1. La première journée de la vente d’été Arqana était consacrée aux 2ans de plat et aux stores de 2 et 3ans (jeunes chevaux inédits à vocation obstacle). Sur le premier segment, celui des 2ans de plat, qui représente une session de rattrapage pour les poulains n’ayant pu être présentés au mois de mai, les indicateurs sont en repli par rapport à 2015, une année marquée par un top price à 160.000 euros. Le prix moyen recule à 15.014 euros (contre 21.356 euros en 2015), et logiquement, le prix médian souffre moins (passant de 14.000 euros à 11.000 euros). Le top price s’élève à 69.000 euros, pour un poulain de Rajsaman acheté pour le compte de Gérard Augustin-Normand.


Damila, nouvelle gagnante de Groupe sur le sprint pour Henri-Alex Pantall


L’Angleterre dispose de son "King of Sprint" avec Dandy Nicholls et la France pourrait actuellement décerner cette appellation à Henri-Alex Pantall. Dans ce Prix de Ris-Orangis (Gr3), l’entraîneur de l’Ouest a vu un autre de ses pensionnaires devenir gagnant de Groupe sur courte distance : la 3ans Damila (Milanais). Cette dernière rejoint donc les Son Cesio (Zafeen - Prix du Gros-Chêne) et Cheikeljack (Myboycharlie - Prix Djebel), lauréats de Groupe sur le créneau de la vitesse pour le même entraînement cette année.


Vente d’été : Arqana mise sur la diversification de l’offre


La vente d’été Arqana débute ce mercredi avec les canters des 2ans et des stores de 3ans. La vente en elle-même aura lieu les jeudi et vendredi suivants, avec une première journée consacrée aux 2ans de plat et aux stores, et une seconde journée dédiée aux chevaux à l’entraînement, à quelques prospects étalons et à la nouvelle section introduite cette année, celle des pouliches sortant de l’entraînement et des juments pleines.


La vraie Corscia décroche un deuxième Groupe


PRIX CHRISTIAN DE TREDERN (Gr3). AUTEUIL, LUNDI. Au second semestre 2015, Corscia (Nickname) nous avait enthousiasmés. La jument de Suzanne Tessier avait aligné quatre victoires consécutives, dont le Prix Sytaj (Gr3). En 2016, elle nous avait laissés sur notre faim à trois reprises, face à une opposition à sa portée. Corscia n’était plus elle-même. Mais ce lundi à Auteuil, elle a remis les pendules à l’heure dans le Prix Christian de Tredern (Gr3). Revenue à son meilleur niveau, elle a gagné à la lutte le deuxième Gr3 de sa carrière. L’allure régulière imprimée par Comas Sola (Lord du Sud) à partir du passage devant les tribunes l’a avantagée. Corscia a patienté en quatrième position. Elle s’est rapprochée en dehors à l’entrée de la ligne droite. Toujours dans le groupe de tête, Fracafigura Has (Artiste Royal) et L’Espiguette (Policy Maker) lui ont longtemps tenu tête. Dans les cent derniers mètres, Corscia a dominé Fracafigura Has plus facilement que ne l’indique l’écart à l’arrivée. L’Espiguette a conservé la troisième place, précédant Casablanca Mix (Shirocco). Encore tendre, cette dernière a sauté le passage de route en début de course. Fautive à la dernière haie, elle a fini honorablement. Avec plus de métier, elle sera dangereuse dans cette catégorie.


Minding surclasse désormais ses aînées


SEA THE STARS PRETTY POLLY STAKES (GR1) - DIMANCHE AU CURRAGH (IE). Gagnante des 1.000 Guinées de Newmarket et des Oaks d’Epsom (Grs1), Minding (Galileo) a démoli l’opposition dans les Sea the Stars Pretty Polly Stakes (Gr1). Elle affrontait ses aînées pour la première fois ce dimanche et s’est imposée très facilement, comme dans un travail du matin. Patiente, en troisième position, dans une course emmenée par Bocca Baciata (Big Bad Bob), qui a cherché le salut dans la fuite, Minding a placé une nette accélération dans la ligne droite. Elle a passé Bocca Bacciata et a poursuivi son effort avant d’être ralentie en fin de course, s’imposant par quatre longueurs et demie sans avoir à forcer son talent. Bocca Baciata conserve la deuxième place, cinq longueurs devant Lucida (Shamardal).


Star Victory, cinquième lauréat en cinq étapes du "Défi"


COMPIÈGNE, SAMEDI. GRAND PRIX DE COMPIÈGNE (L). Après cette cinquième étape de Compiègne, le Défi du Galop 2016 reste vraiment très ouvert. Star Victory (Tôt ou Tard), lauréat en force de cette manche, est en effet le cinquième gagnant différent pour autant d’étapes courues. Ce succès le place comme un candidat possible au bonus de 150.000 €, au même titre que Storm River (Stormy River), Shutterbug (Soldier of Fortune), Best Fouad (King’s Best) et Launched (Galileo). Pour décrocher le bonus, il faut avoir gagné trois étapes au cours du "Défi", dont au moins une à partir de la 10e qui aura lieu à Craon, en septembre.


Et soudain surgit Memento Mori...


DEAUVILLE, VENDREDI – PRIX CASTERARI (D). La grosse impression de la journée et même de la semaine est à mettre à l’actif de Memento Mori (Street Cry). Ce représentant Godolphin a littéralement transpercé ses rivaux dans le Prix Casterari (D), ce vendredi à Deauville, ouvrant par la même occasion son palmarès. Longtemps dernier, pendant que sa compagne d’entraînement et de couleurs, Joyeria (Medaglia d’Oro) – future deuxième – menait bon train devant, Memento Mori a passé en revue dans la ligne droite des adversaires plus expérimentés que lui et de bonne valeur. Sur l’impression visuelle qu’il laisse ici, Memento Mori doit être capable de frapper à la porte des Groupes avec des ambitions, dans un avenir très proche.


Une première ébauche de l’"Arc" à J-100


À l’exception du Derby d’Irlande et des Oaks d’Irlande (Grs1), les principaux classiques européens ont été courus. Nous avons donc une bonne vue d’ensemble du niveau des 3ans et des principaux protagonistes que l’on peut attendre dans le prochain Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), qui se disputera le 2 octobre, soit dans 101 jours.


Le finish de Taareef fait la différence


Comme l’on pouvait s’y attendre, les deux pensionnaires de Jean-Claude Rouget ont pris les deux premières places du Prix Daphnis (Gr3). Dans l’ordre inverse de celui des cotes, puisque Taareef (Kitten’s Joy) a réussi à dominer le favori des turfistes, George Patton (War Front), muni d’œillères australiennes pour la première fois. Attentiste, et même à la "poussette" dans le tournant final, Taareef a battu George Patton, animateur de l’épreuve, au finish. Taareef apporte un premier Groupe en France, cette année, à la casaque du cheikh Hamdan Al Maktoum, et Jean-Claude Rouget a expliqué concernant ses deux pensionnaires : « Sur cette course, Taareef donne l’impression de pouvoir aller sur plus long, tandis que George Patton va sûrement revenir sur 1.600m. Taareef est un bon cheval, qui a toujours bien couru. Il méritait tout autant que George Patton de remporter son Groupe. Nous verrons en fonction de sa récupération, mais il pourrait courir le Prix Eugène Adam, ou bien attendre le Prix Guillaume d’Ornano, dans lequel nous aurons certainement Almanzor. Pour George Patton, nous allons réfléchir à un engagement sur 1.600m. »
 


Et en plus elle tient la distance !


En remportant le Prix de Diane (Gr1), La Cressonnière (Le Havre) a conservé son invincibilité et remporté la septième course de sa carrière. La pouliche a déjà "validé" de nombreuses aptitudes, allant du terrain bon à lourd, de la corde à gauche à la droite en passant par les parcours en ligne droite, et cela sur cinq hippodromes différents. Dimanche à Chantilly, La Cressonnière a dévoilé une nouvelle facette de son talent : elle tient la distance. Sa maniabilité lui permet d’adopter n’importe quelle tactique pendant un parcours. Elle réalise la meilleure valeur de sa carrière en remportant ce classique (TF118). Comme Avenir Certain, lauréate du doublé "Poule d’Essai - Diane" en 2014, elle est issue de Le Havre (Noverre).


Comment Demurino est devenu DemurOne


Début 2013, quand son frère aîné Mirco s’est installé en France, on n’avait pas un seul doute. DemurOne (le grand Demuro et aussi le number one pour la presse italienne, Mirco) allait tout gagner au bout de quelques saisons, alors que Demurino (le petit, Cristian donc) allait devoir encore manger beaucoup de soupe pour devenir grand. Le garçon était pourtant prometteur. Il avait battu en 2012 le record des victoires en Italie (264) établi trois ans avant par Umberto Rispoli (245), qui avait lui-même amélioré, après 27 ans, celui de Gianfranco Dettori (229). Mais il restait le petit frère du grand Mirco.


La cerise sur le gâteau


CHANTILLY, DIMANCHE. PRIX DE DIANE LONGINES (Gr1). Il fallait être une grande championne pour gagner ce Prix de Diane Longines (Gr1) en étant encore parmi les trois dernières à l’entrée de la ligne droite. Malgré la distance à refaire et les coups, La Cressonnière (Le Havre) s’est bien montrée la plus forte. Elle entre dans le panthéon du "Diane", puisqu’elle s’y impose en étant toujours invaincue et en ayant réussi le doublé "Poule d’Essai & Diane" (Grs1).


Une édition relevée dans laquelle Jean-Claude Rouget possède la clé


PRIX DE DIANE LONGINES (Gr1) – Aux courses, il est important d’avoir des repères afin de ne pas perdre le Nord. En cette année 2016, l’étoile Polaire, c’est l’année 2009. Cette saison-là, Jean-Claude Rouget a réalisé un quasi-sans-faute dans les Grs1 printaniers pour 3ans, remportant la Poule d’Essai des Pouliches (Elusive Wave), le "Saint-Alary" (Stacelita), le "Jockey Club" (Le Havre) et le "Diane" (Stacelita).


Qemah, la championne annoncée


ROYAL ASCOT (GB), VENDREDI. CORONATION STAKES (Gr1). Un an après la victoire de justesse d’Ervedya (Siyouni) dans les Coronation Stakes (Gr1), Jean-Claude Rouget a conservé son bien grâce à Qemah (Danehill Dancer). Cette victoire, sans lui prêter des allures de "sorcier", il l’avait annoncée. Depuis le Prix de la Grotte (Gr3), l’entraîneur avait défini cette course comme un objectif pour Qemah. Il l’avait réaffirmé après la troisième place de sa pensionnaire dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) à Deauville le 15 mai. Et le jour J, Qemah a répondu présent, éclaboussant de sa classe Royal Ascot en s’imposant en pouliche de grand talent dans cette finale du mile pour les femelles. Gregory Benoist a fait preuve d’un grand sang-froid dans la phase finale. Qemah avait du "gaz" et il a longtemps attendu pour la sortir du sillage de Now or Never (Bushranger). Une fois déboîtée et équilibrée, Qemah n’a regardé personne et a filé vers un net succès. Pour gagner à Royal Ascot, il faut que tout soit parfait. Cela a été le cas et Qemah était d’ailleurs beaucoup moins tendue durant l’avant-course ici qu’à Deauville, où l’ambiance était tout de même plus calme qu’à Royal Ascot.


Order of St George est un grand, Mille et Mille fait vibrer la France


ROYAL ASCOT (GB), JEUDI. GOLD CUP (Gr1). On y a cru quelques secondes à l’entrée de la ligne droite, quand Mille et Mille (Muhtathir) s’est relancé ! Malgré un courage exemplaire, le pensionnaire de la famille Lerner a finalement dû abandonner la victoire, puis les trois premières places. Il se classe quatrième, après avoir fait vibrer beaucoup de Français dans ce Gold Cup d’Ascot (Gr1) qui rendait hommage au 90e anniversaire de Sa Majesté la reine d’Angleterre.
Mille et Mille a apporté son lot d’émotion, mais l’histoire retiendra que c’est Order of St George (Galileo) qui a gagné ce Gold Cup. En la remportant à l’âge de 4ans, alors qu’il découvrait une distance aussi longue, ce représentant de Coolmore entre dans la cour des grands. Il était le grand favori (10/11) de ce Gr1 et il n’a pas failli. S’il continue sa carrière encore quelques années, Order of St George pourrait devenir le nouveau Yeats.


Stupéfaction à Ascot ! My Dream Boat toutes voiles dehors ; A Shin Hikari prend l’eau


ROYAL ASCOT (GB), MARDI. PRINCE OF WALES’S STAKES (GR1). Grand favori des Prince of Wales’s Stakes (Gr1) et considéré actuellement comme le meilleur cheval du monde, A Shin Hikari (Deep Impact) n’a été que l’ombre de lui-même, comme cela lui arrive parfois. Animateur, avec Western Hymn (High Chaparral) qui le pressait, il s’est retrouvé rapidement battu peu après l’entrée de la ligne droite. Found (Galileo) et My Dream Boat (Lord Shanakill) ont alors pris le relais. La femelle, côté corde, et le mâle, en penchant en pleine piste. Malgré son grand courage, Found a dû concéder une encolure au passage du poteau sur son rival qui remporte son premier Gr1.


Galileo Gold, incontestable patron du mile en Europe


ROYAL ASCOT (GB), MARDI. ST JAMES’S PALACE STAKES (Gr1). Véritable guerre des étoiles entre le gagnant des 2.000 Guinées de Newmarket (Gr1), Galileo Gold (Paco Boy), de la Poule d’Essai des Poulains (Gr1), The Gurkha (Galileo), et des 2.000 Guinées d’Irlande (Gr1), Awtaad (Cape Cross), les St James’s Palace Stakes (Gr1) ont montré que Galileo Gold était aujourd’hui le maître de l’Europe sur 1.600m. Le représentant d’Al Shaqab Racing a pris tôt ses responsabilités dans la ligne droite, attaquant le premier. Jamais ses deux rivaux, un peu loin au moment du démarrage il est vrai, n’ont pu revenir sur lui. Galileo Gold gagne de la tête et des épaules dans cette finale du mile pour 3ans. Il prend sans contestation le leadership sur ses contemporains européens à l’issue de ces St James’s Palace Stakes d’un très, très haut niveau.


Le monde des courses a rendez-vous à Ascot


MEETING DE ROYAL ASCOT (GB) - DU 14 AU 18 JUIN. Année après année, Royal Ascot repousse ses frontières et, pendant cinq jours, ce meeting sera le centre du monde hippique. En 2016 encore, Ascot ne sera pas le théâtre de grands rendez-vous, voire de finales, simplement européennes. Elles seront à l’échelle du monde. Des stars américaines et japonaises ont effectué le déplacement, n’hésitant pas pour certaines à découvrir quelque chose de totalement nouveau à Ascot dans le seul but de relever un challenge qui passionne tous ceux qui aiment les courses. Cette année, on retrouve notamment la meilleure américaine sur le mile (turf), Tepin (Bernstein), l’un des meilleurs sprinters américains, Mongolian Saturday (Any Given Saturday) et A Shin Hikari (Deep Impact), le japonais qui a pulvérisé l’opposition dans le Prix d’Ispahan (Gr1), sans oublier les désormais habituels pensionnaires de Wesley Ward. Les américains ou japonais n’attentent plus que les européens se déplacent chez eux. Ils viennent désormais les concurrencer à domicile.


Ptit Zig, le conquérant franco-anglais


GRANDE COURSE DE HAIES D’AUTEUIL (GR1). AUTEUIL, DIMANCHE. La Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) 2016 a rendu un verdict limpide. Même si, comme on le prévoyait, les champions AQPS Blue Dragon  (Califet) et Un de Sceaux (Denham Red) se sont mutuellement contrariés devant, il n’y a rien à redire sur l’arrivée de la course. Ce dimanche, le meilleur était Ptit Zig (Great Pretender). Il a laissé Blue Dragon et Un de Sceaux se battre avant de les dominer nettement sur le plat. Ptit Zig n’est pas n’importe qui : à 4ans, il avait gagné le Prix Renaud du Vivier (Gr1) et il avait terminé deuxième du Prix Alain du Breil (Gr1). Ce cheval avait donc le droit de gagner, et il l’a fait en surprenant les parieurs (20/1). Une nouvelle fois, il a conquis Auteuil, pour le plus grand plaisir de son entraîneur, le maître anglais, Paul Nicholls. Mais en obstacle, si l’entraînement français perd, l’élevage tricolore compense. En effet, Ptit Zig est français de naissance, puisqu’il a été élevé par Jean-François Vermand en Mayenne.


Zelzal décoiffe


CHANTILLY, SAMEDI. PRIX PAUL DE MOUSSAC (Gr3). Zelzal (Sea the Stars) a réalisé quelque chose de peu commun pour s’imposer dans le Prix Paul de Moussac (Gr3). Dans une course menée grand train par Moon Trouble (Lope de Vega), qui a pris jusqu’à une dizaine de longueurs d’avance, Zelzal a patienté en queue de peloton. Dans la ligne droite, il a suivi la progression de Golden Nino, alors que Moon Trouble ne mollissait pas. À 300m du poteau, Grégory Benoist l’a déboîté, et le poulain a eu le passage des bons chevaux. Il a brusquement changé de vitesse et a fondu sur l’animateur. Il s’impose finalement avec plus de deux longueurs d’avance sur Moon Trouble. Derrière, l’allemand Degas (Exceed and Excel), récent deuxième des Guinées germaniques (Gr2), est venu subtiliser la troisième place à Hurricane (Hurricane Cat). Ce dernier, très nerveux avant la course, a mené le peloton de chasse derrière l’animateur, ce qui n’est jamais la position idéale.


Adieu Bonito du Berlais


Bonito du Berlais (Trempolino) s’est mortellement accidenté ce vendredi matin, alors qu’il était au repos au haras du Berlais. Bertrand Le Métayer, manager de son propriétaire, James-Douglas Gordon, nous a expliqué : « Le cheval a dû être euthanasié ce matin. Il bénéficiait d’un petit break au haras du Berlais, et il est sorti au paddock, comme tous les jours. Malheureusement, il s’est fracturé un genou. La fracture était si importante qu’on a dû mettre fin à ses jours. Je l’avais vu il y a une semaine. Le cheval était magnifique et Jean-Marc Lucas s’en occupait aux petits oignons. C’est dur, mais il faut se dire que le cheval est mort là où il a vu le jour, sans souffrir. Maintenant, il faut regarder devant. Nous avons son frère, Chikito du Berlais, et deux de ses neveux, Boss du Berlais et Shark du Berlais, tous les trois âgés de 2ans. Nous allons essayer de fabriquer un nouveau champion. »


Les recettes gagnantes de Guillaume Macaire


Lauréat de 282 courses en 2015, Guillaume Macaire détient le record du nombre de victoires en obstacle sur une année pour un entraîneur français. Le dimanche 22 mai, il a signé un autre exploit en prenant les deux premières places du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) avec So French (Poliglote) et Storm of Saintly (Saint des Saints).
Dix jours plus tard, il nous a accueillis dans son écurie, sur l’hippodrome de La Palmyre, qui abrite 106 de ses pensionnaires. Il nous a accordé une longue interview, abordant aussi bien le programme de ses meilleurs chevaux que sa passion pour la peinture.

Découvrez aujourd’hui la première partie de cette interview, consacrée aux chevaux. La seconde, à lire demain, prendra des chemins de traverse.


Julien Leparoux présente Tepin, la favorite américaine des Queen Anne Stakes


Dès le premier jour de Royal Ascot, il y aura une attraction. C’est la jument américaine de 5ans, Tepin (Bernstein), qui doit se présenter dans les Queen Anne Stakes (Gr1).
C’est la meilleure américaine sur le gazon – et de loin – sur le créneau du mile et elle avait devancé plusieurs européens à l’occasion du dernier Breeders’ Cup Mile (Gr1). Cette fois, c’est elle qui se déplace sur les terres européennes et elle sera associée à Julien Leparoux qui nous la présente.


Pourquoi Almanzor a-t-il gagné le Prix du Jockey Club 2016 ?


Disputé depuis 2005 sur 2.100m à Chantilly, le French Derby s’est pour la première fois couru en terrain très souple (pénétromètre 3,7) sur cette distance. Alors que la génération de mâles de 3ans se cherche un leader, Almanzor (Wootton Bassett) remporte l’édition 2016 à l’issue d’une course parfaite.
La corde pour se pendre. Dans une génération des mâles de 3ans qui n’a pas encore clairement identifié un leader, les prétendants au sacre sont nombreux. Le tirage des numéros à la corde dans une course est toujours une épreuve traumatisante. Elle l’est encore plus dans une course de Groupe où vous hypothéquez une partie de vos chances à cause du hasard. Il faut de la "marge" et de l’inspiration pour limiter la casse ou se sortir d’une situation désespérée. L’idéal étant d’avoir le meilleur rapport : valeur/corde/parcours.


Trois hommes, trois chevaux, trois classiques…


Ces trois-là devraient remplir un grille de Loto… ensemble ! Antonio Caro, Gérard Augustin-Nomand et Jean-Claude Rouget, le trait d’union entre les deux propriétaires, ont ajouté un nouveau classique à leur collection, avec le succès d’Almanzor (Wootton Bassett), dimanche, dans le Prix du Jockey Club. C’est le troisième, avec trois chevaux différents : Avenir Certain (Le Havre), celle par qui tout a commencé, La Cressonnière (Le Havre) et enfin Almanzor.


La magie a encore opéré


CHANTILLY, DIMANCHE. PRIX DU JOCKEY CLUB (Gr1). La forme est importante aux courses et elle permet de renverser les montagnes. Démonstration en a été faite avec Almanzor (Wootton Bassett), brillant vainqueur du 176e Prix du Jockey Club (Gr1), lui qui appartient à une équipe qui marche sur l’eau actuellement. Trois semaines après la victoire de La Cressonnière (Le Havre) dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1), les propriétaires Antonio Caro et Gérard Augustin-Normand remportent un nouveau classique.


Harzand, le cheval de fer


INVESTEC DERBY (GR1) – SAMEDI À EPSOM (GB). Cela faisait seize ans que la casaque de Son Altesse le Prince Aga Khan n’avait pas remporté le Derby d’Epsom, depuis le succès du champion Sinndar. Harzand (Sea the Stars) s’est montré lutteur pour remporter le Derby d’Epsom (Gr1). Le poulain s’est imposé d’une longueur et demie après avoir été vu à mi-peloton, parfois en épaisseur, le nez au vent, avant de se placer dans le sillage d’Idaho (Galileo). Ce dernier a pu l’emmener dans son effort dans la ligne droite et Harzand a facilement pris le meilleur. Il a ensuite résisté au retour de US Army Ranger (Galileo), qui a "fait un truc" pour prendre la deuxième place : encore dernier à l’entrée de la ligne droite, il a fini fort, avant de se heurter à la résistance de son adversaire, coinçant peut-être à la fin. Idaho conserve la troisième place à une longueur un quart. Wings of Desire (Pivotal), vu à l’arrière-garde, est quatrième à cinq longueurs devant Humphrey Bogart (Tagula), cinquième à trois longueurs. Il y a eu trois poulains et les autres ce samedi.


Ahurissante


INVESTEC OAKS – VENDREDI, À EPSOM (GB). Minding (Galileo) s’est imposée de toute une classe dans les Investec Oaks (Gr1), ce vendredi à Epsom. La pouliche a dû faire face à de nombreux obstacles, avant et pendant la course, mais cela ne l’a pas empêchée de démolir l’opposition. Minding fut mind-boggling ou mind-blowing… Comprenez : ahurissante.


La vraie concurrence du "Jockey Club", ce sont les St James’s Palace Stakes


Sur 2.400m, le "Jockey Club" subissait la loi du Derby… Aujourd’hui, sur 2.100m, il perd ses meilleurs éléments au profit des St James’s Palace Stakes. Comment sortir de ces impasses ?  Par Pierre Laperdrix


Foundation face à Mekhtaal, ou Harry face à Herbert


Foundation (Zoffany) et Mekhtaal (Sea the Stars), deux des probables favoris du Prix du Jockey Club, ont un point commun, ou plutôt un homme en commun : Harry Herbert. Foundation défend les intérêts de Highclere Racing, syndicat créé et dirigé par l’Anglais, alors que Mekhtaal porte la casaque d’Al Shaqab Racing, dont Harry Herbert est devenu le racing advisor en novembre 2013. Avant ce week-end crucial, l’homme nous a livré ses espoirs.


Encore 27 engagés et seulement 10 français


Mardi matin, les premiers forfaits pour le Prix du Jockey Club (Gr1) ont été enregistrés. Des 221 engagés initiaux, il reste désormais 27 chevaux potentiels pour courir, sachant qu’il faut attendre au moins une supplémentation, celle de Dicton (Lawman), qui va intervenir jeudi matin.
Un coup d’œil sur la liste des restants montre une relative absence des chevaux entraînés en France.


Zarak sera l'atout de Son Altesse l’Aga Khan au départ du Prix du Jockey Club


Pour le 176e Prix du Jockey Club, la casaque de S.A. l'Aga Khan n’aura potentiellement qu’un seul représentant au départ. Et s’il y en a un, ce sera Zarak (Dubawi), puisque Canessar (Kendargent) sera orienté sur un autre objectif.  Lundi, à Maisons-Laffitte, Georges Rimaud nous a appris : « Nous n’aurons qu’un seul partant a priori dans le Prix du Jockey Club et ce sera Zarak. La décision définitive concernant sa participation sera prise mardi matin à l’issue de son dernier travail. »


Speedy Boarding décolle au bon moment


SAINT-CLOUD, DIMANCHE. PRIX CORRIDA (Gr2). Il n’y avait pas grand chose au poteau de ce Prix Corrida (Gr2) entre la britannique Speedy Boarding (Shamardal) et la française Siljan’s Saga (Sagamix). Et, sans enlever de mérite à la lauréate, on peut penser à chaud que si Siljan’s Saga avait pu attaquer plus tôt, elle aurait été capable de revenir chercher Speedy Boarding. Mais, lancée à quatre cents mètres du poteau par Frederik Tylicki, cette pouliche de 4ans a fait nettement la différence sur le reste du peloton sur une simple accélération. Ensuite, Siljan’s Saga est revenue sur elle mais elle n’a pu que la "pousser" dans les cent derniers mètres. En retrait des deux premières, l’attentiste Candarliya (Dalakhani) est venue prendre facilement la troisième place devant Contribution (Champs Élysées).


Chantilly plutôt qu’Ascot pour Dicton


Gagnant du Prix de Fontainebleau (Gr3) puis troisième malheureux de la Poule d’Essai des Poulains (Gr1), Dicton (Lawman) devrait être supplémenté dans le Prix du Jockey Club (Gr1), comme nous l’a confirmé Rupert Pritchard-Gordon, qui manage les intérêts de Robert Ng : « Normalement, Dicton sera supplémenté dans le Prix du Jockey Club, si tout va bien d’ici à jeudi prochain. Le poulain a travaillé samedi matin à Maisons-Laffitte. Gianluca Bietolini et Aude, sa cavalière, étaient très contents de lui. Il avait belle action. »


Les chevaux ne sont pas des cochons !


On a échappé au pire… La commission européenne a lancé il y a plusieurs années un chantier d’harmonisation du règlement européen zootechnique. Ce projet avait l’ambition d’aboutir à l’application des mêmes règles à l’ensemble des animaux de rente. L’élevage des chevaux était donc susceptible de s’aligner sur celui des porcins ou des bovins, ce qui aurait notamment libéralisé l’insémination artificielle. Une réaction concertée de lobbying des différentes familles de la filière cheval a permis de faire entendre la voix du monde des courses et d’éviter le pire.


Jean-Claude Rouget et le Sud-Ouest nettement dominateurs


Depuis plusieurs semaines, les entraîneurs cantiliens expliquent leurs résultats en dents de scie par le virus qui touche le centre d’entraînement de l’Oise. On en voit l’impact sur le classement des entraîneurs de plat, puisque André Fabre, Alain de Royer Dupré, Pia Brandt et Nicolas Caullery sont les seuls entraîneurs cantiliens, à ce stade de la saison, qui figurent dans le top 10 des entraîneurs de plat. Le Sud-Ouest, qui n’est pas touché – a priori –, obtient de bons résultats et quatre entraîneurs de cette région, Jean-Claude Rouget, Christophe Ferland, Philippe Sogorb et François Rohaut, se retrouvent dans le top 10.


La mesure de l’exploit


Dix longueurs ! C’est l’écart entre A Shin Hikari (Deep Impact) et son dauphin, Dariyan (Shamardal), dans le Prix d’Ispahan (Gr1), ce mardi à Chantilly. Le cheval japonais a affolé le compteur des longueurs en survolant le Gr1, cette année disputé sur 1.800m au lieu des traditionnels 1.850m, délocalisation oblige. Remporter un Gr1 avec une telle marge est un exploit rare, qui a déjà été réalisé dans d’autres pays, à d’autres époques, mais aussi récemment… En voici quelques exemples.


La démonstration de force de A Shin Hikari


CHANTILLY, MARDI. PRIX D’ISPAHAN (GR1). Quelle impression ! Le japonais A Shin Hikari (Deep Impact) a survolé le Prix d’Ispahan (Gr1), reléguant son dauphin, Dariyan (Shamardal), récent lauréat du Prix Ganay (Gr1), à dix longueurs ! Il y avait un cheval et les autres. Les chevaux français et anglais n’ont pu observer le japonais que de loin, dans la ligne droite. Bien sûr, on rappellera que la majorité de ses adversaires effectuaient une rentrée ou n’étaient pas sur leur distance ou sur leur terrain de prédilection. Mais le lauréat ne disposait d'aucun avantage. Il n’avait aucune référence en terrain collant et rentrait lui aussi après avoir changé d’environnement, étant arrivé en France le 27 avril. A Shin Hikari était au-dessus du lot et sa démonstration de force est simplement le reflet de l’écart de classe qui existe entre ce lauréat du Hong Kong Cup (Gr1) et les autres. Ce qui peut nous inquiéter dans cette victoire venue d’ailleurs, c’est que A Shin Hikari n’est pas considéré comme le meilleur japonais dans son créneau et qu’il faisait face ici à une vraie opposition de niveau Gr1, dans laquelle il ne manquait que Solow (Singspiel). On regrettera d’ailleurs de ne pas avoir pu assister à ce match Solow/A Shin Hikari en raison de la blessure du premier nommé, actuellement au repos.

 


James Reveley, l’étoile montante de l’obstacle


Chez les jockeys, James Reveley a été le héros du week-end du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). Il a gagné cette épreuve pour la première fois avec le champion So French (Poliglote). Mais il s’est aussi imposé dans les Prix Stanley (L), avec On the Go (Kamsin), et d’Arles, avec Comas Sola (Lord du Sud). Ces succès lui ont aussi offert la première place du Challenge de l’extrême que France Galop organise pour récompenser les jockeys ayant eu la meilleure réussite lors du week-end. Nous l’avons contacté lundi après-midi, avant la réunion de Bordeaux, au cours de laquelle il se mettait en selle, pour revenir sur sa première victoire dans le "Grand Steeple" et sur sa carrière.


So French, héros d’une tragédie à ciel ouvert


GRAND STEEPLE-CHASE DE PARIS (GR1). AUTEUIL, DIMANCHE. L’édition 2016 du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) nous laissera un sentiment partagé. D’un côté, nous avons assisté au sacre d’un vrai champion, So French (Poliglote), qui a gagné la course en patron. Le sauteur qui défend les couleurs de Magalen Bryant a toujours évolué aux avant-postes, avant d’assurer seul la direction de l’épreuve à partir du deuxième saut de la rivière des tribunes. Sur une piste devenue très lourde au fil de l’après-midi, il a contrôlé la course et n’a jamais été mis en danger. Une grande performance réalisée à 5ans.


Un de Sceaux envoie un message fort à Blue Dragon


PRIX LA BARKA (GR2) – SAMEDI À AUTEUIL. Quelle impression ! Le champion Un de Sceaux (Denham Red) a signé une véritable balade dans le Prix La Barka (Gr2) pour son retour à Auteuil. Le pensionnaire de Willie Mullins a tout de suite été parmi les premiers, se montrant brillant. Ruby Walsh l’a laissé galoper et le cheval a pris l’avantage, creusant l’écart avec ses adversaires au passage devant les tribunes. Le jockey a ensuite réussi à le reprendre dans la ligne d’en face, tout en gardant l’avantage. Au saut de la dernière haie, Un de Sceaux était sous la menace de Le Grand Lucé (Dream Well), qui s’était rapproché en face après avoir patienté parmi les derniers. Mais, sur le plat, Un de Sceaux a placé une nouvelle accélération et a passé le poteau détaché de huit longueurs devant Le Grand Lucé. Willie Mullins en profite pour remporter les deux épreuves de Groupe de la journée, lui qui a aussi décroché le Prix Questarabad (Gr3) avec Footpad (Creachadoir).


Les dernières nouvelles de l’armada Macaire


Guillaume Macaire aura de nombreux partants tout au long du week-end du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) à Auteuil. Il sellera notamment trois chevaux dans le "Grand Steeple" : Storm of Saintly (Saint des Saints), As d’Estruval (Nickname) et So French (Poliglote). Ces trois sujets ont de solides arguments à faire valoir pour obtenir un bon résultat dans la plus grande épreuve du programme d’obstacle français. Storm of Saintly et As d’Estruval sont invaincus cette année et ils ont séduit à chacune de leurs sorties en 2016. So French a tracé des fins de courses remarquées dans les préparatoires. Leur entraîneur nous a dit : « Les dernières courses de Storm of Saintly sont bonnes. Nous avons tout fait pour qu’il arrive au top pour dimanche. Ce n’est pas un cheval qui s’énerve, ce qui est un avantage. Nous allons voir dimanche. As d’Estruval a de la classe, mais ce n’est pas toujours la classe qui fait le résultat, surtout sur 6.000m. À chaque fois que j’ai voulu tirer des plans sur la comète, cela n’a pas fontionné, c’est pourquoi je préfère avancer et courir So French. Les places sont bonnes à prendre et nous verrons comment cela se passe. Dans le Prix Ingré, il n’a pas pu courir car il a eu un abcès de pied. Il va lui manquer cette course-là, mais nous verrons bien. »


Paul Couderc, un homme passionné aux multiples casquettes


Vézelay (Dom Alco) sera le deuxième partant de Paul Couderc dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), dimanche à Auteuil, quatre ans après la championne Net Lovely (Network). À quelques jours de cette grande course, Paul Couderc nous a parlé du fils de Dom Alco, son association avec Patrick Joubert (dont Vézelay porte les couleurs), sa trajectoire politique et sa vision du monde des courses.


Grand Steeple-Chase de Paris : ils seront tous là !


France Galop n’a enregistré aucun forfait, ce mercredi matin, pour le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), qui aura lieu le dimanche 22 mai à Auteuil. Treize chevaux sont sur les rangs. Et ils devraient être treize au départ puisque aucune supplémentation ne devrait avoir lieu. Les deux derniers lauréats de la course, Milord Thomas (Kapgarde) et Storm of Saintly (Saint des Saints), devraient être présents. Le match entre ces deux champions n’avait pu avoir lieu dans le Prix Maurice Gillois (Gr1) 2013, le second nommé étant tombé à la dernière haie. Ce sera donc l’heure de vérité. Le nouveau venu à ce niveau, As d’Estruval (Nickname), vainqueur de trois des quatre préparatoires officielles, est aussi engagé et il s’annonce comme l’arbitre du duel entre Milord Thomas et Storm of Saintly. Arbitre, c’est un rôle que pourrait aussi endosser son compagnon d’entraînement So French (Poliglote), très plaisant lors des préparatoires. Respectivement deuxième et troisième du Prix La Haye Jousselin (Gr1) 2015, Saint Palois (Saint des Saints) et Vézelay (Dom Alco) sont également engagés. En plus de Saint Palois, la famille Papot comptera aussi sur Saint Pistol (Saint des Saints), troisième du dernier "Grand Steeple". Alary (Dream Well) et Ange d’Amour (Sageburg) ont convaincu en se classant respectivement deuxième et troisième du Prix William Head (L) derrière Storm of Saintly. Quatre fois deuxième de la course, Shannon Rock (Turgeon) sera encore là pour tenter d’améliorer enfin son classement, avec cette fois Ruby Walsh sur son dos.


Longchamp or not Longchamp? Vivons avec notre temps !


Le cadre de Longchamp vous a-t-il manqué dimanche ? C’est la première question que l’on peut poser suite à ce week-end classique délocalisé à Deauville. Les Poules d’Essai ont livré un verdict limpide, il y avait du monde aux courses et l’ambiance était festive. En 2017, les Poules d’Essai auront de nouveau lieu à Deauville. Mais ensuite ? Elles doivent, a priori, revenir à Longchamp. Toutefois, l’expérience de ce week-end prolongé de la Pentecôte a ouvert une voie qu’il faut travailler afin d’améliorer le produit hippique. Tant pour la sélectivité des Poules d’Essai que leur attractivité vis-à-vis du grand public. Longchamp étant en travaux, 2016 est une année expérimentale, comme le sera 2017. Et pour l’instant, on peut vraiment dire que l’on vit très bien sans Longchamp...


Abondance de biens ne nuit pas


DEAUVILLE, LUNDI. POUR MOI COOLMORE PRIX SAINT-ALARY (GR1). Après La Cressonnière (Le Havre) ce dimanche, Jean-Claude Rouget a sorti de son chapeau une autre pouliche pour le prochain Prix de Diane Longines (Gr1) : Jemayel (Lope de Vega), lauréate du Pour Moi Coolmore Prix Saint-Alary (Gr1). Inexistante pour sa rentrée dans le Prix Finlande (L), Jemayel a montré ici de tout autres dispositions, elle qui était munie d’œillères australiennes. Sur la côte normande, cette représentante d’Al Shaqab s’est offert l’invincibilité de Camprock (Myboycharlie). Cette dernière termine deuxième, après avoir attendu, et échoue de peu face à Jemayel qui est toujours repartie devant elle.


La ligne droite, il n’y a que ça de vrai !


Deux gagnants aux profils bien différents, deux déroulements de courses peu comparables, mais une certitude : les Poules d’Essai ont rendu des verdicts limpides, sans concurrent malheureux, et ont ainsi rempli leur objectif de sélection. Alors laissons les "Poules" en ligne droite à Deauville, même quand Longchamp aura repris du service !


Breeze up Arqana : la vente de tous les records


Le catalogue 2016 de la breeze up Arqana, organisée cette année à Deauville en prélude d’un long et beau week-end de courses, s’annonçait particulièrement fort. Les résultats ont largement confirmé cette prédiction. La vente a enregistré de nouveaux records. Celui du top price, qui s’est élevé à 800.000 euros pour une fille de Frankel, adjugée à Nicolas de Watrigant pour Al Shaqab Racing et présentée par Grove Stud, mais aussi celui du chiffre d’affaires, qui dépasse la barre des 10 millions d’euros (à 10.345.000 euros). C’est deux millions de plus que le niveau atteint l’an passé, et qui constituait déjà un record. Quant au top price, le plus haut prix atteint par cette vente s’élevait à 750.000 euros, en 2014, pour un fils d’Invincible Spirit, également vendu par Grove Stud et acheté par Nicolas de Watrigant !


Breeze-up Arqana : à chacun sa spécificité


Spécialité américaine, les breeze up ne sont arrivées en Europe qu’en 1977, et c’était de l’autre côté de la Manche. Il a fallu attendre le début des années 2000 pour qu’elles prennent un vrai essor. Elles restent toutefois un marché de niche dans l’univers des ventes de galopeurs : environ 700 poulains ont été vendus dans les principales breeze up européennes l’an dernier, comparativement aux quelque 3.500 yearlings qui passent en vente à cet âge.


Le Critérium de la Vente d’Octobre Arqana décrypté


Mercredi, Arqana a annoncé la création du Critérium de la Vente d’Octobre, une épreuve réservée aux yearlings issus de cette vente. Cette course sera dotée d’une allocation totale de 250.000 euros. Nous sommes revenus avec Éric Hoyeau, président-directeur général d’Arqana, sur la genèse de cette initiative, ainsi que sur plusieurs aspects techniques, comme la future distance de la course ou encore le cas des primes…


115 engagés dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, dont 11 japonais


Mercredi, France Galop a enregistré les engagements pour le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) 2016 qui se déroulera le dimanche 2 octobre à Chantilly. Cent quinze chevaux ont été engagés. Soixante-quinze d’entre eux sont étrangers, dont onze japonais, ce qui est un record.


Poules d’Essai : les forces en présence


Pour les Poules d’Essai, qui auront lieu dimanche prochain à Deauville, les premiers forfaits ont été enregistrés mardi matin par France Galop. Vingt-cinq pouliches et autant de poulains restent en lice pour les deux classiques. Parmi les têtes d’affiche françaises, pas de surprise.


De Volta à Volterra en quelques foulées


PRIX VOLTERRA (L), LUNDI À CHANTILLY. « Avant même qu’elle ne gagne son maiden, nous avions cette course en tête avec elle », nous a déclaré David Salabi, copropriétaire de Volta (Siyouni), après sa victoire dans le Prix Volterra (L). La pensionnaire de Francis-Henri Graffard s’est imposée très facilement dans cette Listed, offrant un premier succès black type à la casaque de David Salabi. Jamais loin, Volta allait au-dessous du lot à mi-ligne droite, et quand Pierre-Charles Boudot lui a demandé d’accélérer, elle a laissé ses adversaires sur place, signant d’excellents temps partiels : 11’’87 des quatre cents mètres aux deux cents mètres et 10’’96 des deux cents mètres au poteau.


Cloth of Stars éteint quelques ambitions et affirme les siennes


SAINT-CLOUD, DIMANCHE. PRIX GREFFULHE (Gr2). Manager de Godolphin, John Ferguson n’était pas venu à Saint-Cloud dimanche juste pour le plaisir de recevoir le trophée du Prix Greffulhe (Gr2). Sa présence indiquait que quelque chose pouvait se passer si Cloth of Stars (Sea the Stars) s’imposait avec de la marge. C’est bien le cas, puisque après le succès du poulain, John Ferguson a indiqué : « Cloth of Stars gagne grâce à une très belle accélération. Désormais, deux options s’offrent à lui. Soit il se dirige vers le Prix du Jockey Club ; soit nous le supplémentons dans le Derby d’Epsom. J’avais vraiment envie de venir le voir et je trouve que le cheval a grandi par rapport à l’an dernier ».


Al Johrah ouvre le compteur de Bated Breath


MAISONS-LAFFITTE, SAMEDI. PRIX ÉPINARD (F). Course prisée chez les 2ans, le Prix Épinard (F) est revenu à Al Johrah, une fille de l’étalon de Juddmonte Bated Breath. Très bon sprinter en son temps, Bated Breath ouvre son compteur en tant que père. Al Johrah était son premier partant en France et aucun de ses sept partants outre-Manche n’avait passé le poteau en tête. Al Johrah porte les couleurs d’Al Shaqab Racing et est entraînée par Henri-François Devin qui remporte sa première course pour cette casaque. Al Johrah a été élevée au haras de Bouquetot et est également la première gagnante d’Al Shaqab à 2ans élevée dans ce haras. Après ce succès, Henri Devin nous a raconté : « Il est difficile de la comparer à Sageville, ma seule autre partante chez les 2ans à ce jour cette année et qui a débuté par une deuxième place au Lion d’Angers, car elles avaient seulement travaillé sur la main. Al Johrah donnait toutefois l’impression d’avoir beaucoup de vitesse, c’est sa grande force. Je ne suis pas vraiment surpris de la voir s’imposer, car j’attendais une bonne prestation de sa part. Al Johrah a été élevée au haras de Bouquetot. Son père est un pur sprinter et bien que sa mère, Bea Remembered, soit par Doyen, elle possède vraiment de la vitesse. »


La génétique a parlé pour Galileo Gold… … c’est non pour le Derby d’Epsom


Lorsqu’un cheval remporte les 2.000 Guinées de Newmarket (Gr1 – 1.600m) se pose ensuite la question de savoir s’il pourra être rallongé en vue du Derby d’Epsom (Gr1 – 2.400m)… Parfois, la réponse est évidente : oui ou non. Galileo Gold est quant à lui un autre cas d’école, celui où le doute est de rigueur. Si la manière dont le pensionnaire d’Al Shaqab Racing s’est imposé sur les 1.600m du Rowley Mile laisse envisager qu’il pourrait aller sur plus long – et son entourage avait dit réfléchir à la possibilité d’aller à Epsom –, son pedigree est beaucoup moins clair.


Découvrez le making of de cette photo insolite


« J’ai dit à Donatien : "Si nous gagnons, nous sommes obligés de faire une photo de Brut Impérial devant Le Brandevin !" » Voilà le pari un peu fou que s’est lancé Denis Peltier, un des propriétaires de Brut Impérial – un fils de Le Fou ! – et propriétaire du restaurant Le Brandevin, avant le départ du Prix Ubu III, mercredi à Auteuil. Chose promise, chose due ! Les personnes déambulant dans le XVIe arrondissement de Paris ont ainsi eu la surprise de voir un cheval prendre fièrement la pose devant le restaurant de la rue du Dr Blanche… Le scénario est original et nous vous offrons ici le making of d’une photographie appelée à devenir culte…


Prix de Diane Longines 2016 : Sport, élégance et extravagance !


France Galop et son partenaire Longines ont officiellement dévoilé mardi soir, lors d’une soirée donnée dans le cadre féérique du Tir aux pigeons, toutes les animations qui seront mises en place pour la 167e édition du Prix de Diane Longines (Gr1), le 19 juin à Chantilly. C’était aussi l’occasion de rappeler que France Galop et la marque horlogère suisse avaient renouvelé leur partenariat pour quatre ans.


Breeze up Osarus : des motifs de satisfaction dans un marché très sélectif


La breeze up d’Osarus, qui s’est tenue ce mardi à La Teste-de-Buch, proposait un catalogue avec une trentaine de poulains en plus par rapport à l’an dernier. Cette augmentation de l’offre est fortement corrélée à l’évolution des indicateurs : le chiffre d’affaires a logiquement progressé, passant la barre du million d’euros (amiables incluses), mais le taux de vendus (à 63 % amiables incluses), le prix moyen, à 17.725 euros, et le prix médian, à 12.000 euros, ont reculé. La vente a enregistré deux top prices à 60.000 euros, chacun d'entre eux présenté par le haras du Saubouas, alors que de nouvelles têtes sont apparues du côté des acheteurs.


Dicton devrait être supplémenté dans la Poule d’Essai des Poulains


Dicton (Lawman), le lauréat du Prix de Fontainebleau (Gr3), devrait être supplémenté le jeudi 12 mai pour la Poule d’Essai des Poulains (Gr1), qui se dispute le 15 mai prochain à Deauville. C’est ce que nous a appris Rupert Pritchard-Gordon, le manager de Robert Ng, propriétaire du 3ans : « Si les derniers travaux du poulain satisfont Gianluca Bietolini, son entraîneur, Dicton sera supplémenté pour la "Poule". Il a gagné le Prix Omnium II (L), puis le "Fontainebleau", et il a donc le droit de tenter sa chance dans le Gr1. Il a battu ce qu’on lui avait donné à battre. C’est un poulain qui a gagné sur le sable et le gazon, en allant devant et en attendant. Il a du métier, il est dur, et je pense que la ligne droite ne le dérangera pas. »


Dariyan trouve son jour


SAINT-CLOUD, DIMANCHE - PRIX GANAY (Gr1). Très décevant dans le Dubai Sheema Classic (Gr1), fin mars, Dariyan (Shamardal) a remis les pendules à l’heure en s’imposant dans le Prix Ganay (Gr1), dimanche à Saint-Cloud. Le représentant de Son Altesse l’Aga Khan a été aidé dans son œuvre par son jockey, Christophe Soumillon, très bien inspiré. En effet, Dariyan s’élançait de la stalle la plus à l’extérieur, et sur un terrain roulant, la tâche n’était pas aisée. Christophe Soumillon a choisi l’option de reprendre son partenaire et de le placer en dernière position.


As d’Estruval, LE géant d’Auteuil


As d’Estruval (Nickname) a été impérial dans le Prix Ingré (Gr3), samedi à Auteuil. Le bijou de l’élevage de Bernard Le Gentil s’est imposé facilement, accélérant sur le plat comme si la course ne faisait que commencer. As d’Estruval est resté invaincu en trois sorties cette année, le rail ditch qu’il a découvert en 2016 ne lui a pas posé de problèmes… Tous les feux sont donc au vert avant le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) pour le pensionnaire de Guillaume Macaire. Même s’il devra avoir à l’œil les lauréats des deux dernières éditions de cette course, Milord Thomas (Kapgarde), son dauphin samedi, et son compagnon d’entraînement Storm of Saintly (Saint des Saints). L’édition 2016 du Grand Steeple s’annonce mémorable. Croisons les doigts pour que tous les candidats à cette épreuve restent en bonne forme. Car nous vivrons alors un grand moment de sport le 22 mai prochain.


Répétition générale pour les champions d’Auteuil


La réunion du samedi 30 avril à Auteuil est à l’image de celle des Arc Trials. En une après-midi, elle nous permet de voir la quasi-totalité des champions d’Auteuil qui participeront aux quatre Grs1 du printemps sur la Butte Mortemart. À trois semaines du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), le Prix Ingré (Gr3), dernière préparatoire au sommet de l’obstacle, sera l’épreuve la plus attendue de l’après-midi. As d’Estruval (Nickname) a été au-dessus du lot dans les Prix Robert de Clermont-Tonnerre (Gr3) et Murat (Gr2). On attend encore une grande performance de sa part, ainsi que des progrès de Milord Thomas (Kapgarde), qui a connu un jour "sans" dans le "Murat". So French (Poliglote) et Vézelay (Dom Alco) seront des rivaux dignes de ce nom pour As d’Estruval et Milord Thomas.


Un Gr3 n’est pas une limite pour Marypop


CHANTILLY, JEUDI. PRIX ALLEZ FRANCE (GR3). Lauréate avec la manière, et pour la première fois au niveau black type, du Prix Zarkava (L) pour sa rentrée à Saint-Cloud, Marypop (Layman) a confirmé avec talent dans le Prix Allez France (Gr3). Attentiste sur une troisième ligne, elle a accéléré franchement quand l’ouverture s’est produite et, une fois devant, elle n’a jamais été inquiétée. Attraction de cette course, la gagnante de Gr1 We Are XX (Dansili) a eu un bon parcours, à la corde, dans le sillage de l’animatrice, Amazona (Dubawi), mais quand il a fallu accélérer, elle est restée là.

Pour le clin d’œil, c’est Pia Brandt qui entraîne la lauréate du Prix Allez France, Marypop. Les chevaux de Pia Brandt sont à Chantilly dans l’ancienne cour Wildenstein.


Storm of Saintly, en patron


PRIX WILLIAM HEAD (L). AUTEUIL, MERCREDI. Avant dernière épreuve préparatoire au Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), le Prix William Head (L) a tenu toutes ses promesses, ce mercredi à Auteuil. Le champion Storm of Saintly (Saint des Saints) a répondu présent en s’imposant au prix d’un bel effort final dont il a le secret. Il a démontré qu’il entendait bien redevenir le patron d’Auteuil, après ses problèmes de santé, survenus à l’été 2014. Il est sur le bon chemin, car il n’a rien perdu de ses talents de sauteur et de finisseur.


Le champion Vautour n’a pas pu s’envoler


CHAMPION CHASE (GR1) – MARDI À PUNCHESTOWN (IE). On attendait une rédemption de Vautour (Robin des Champs) dans ce Champion Chase, lui qui restait sur une chute dans le Melling Chase (Gr1) d’Aintree. Mais l’élève du haras de Saint-Voir n’a pas pu s’envoler sur ses terres irlandaises. Il conclut deuxième du Champion Chase de Punchestown, remporté par God’s Own (Oscar), qui confirme son succès du Bowl Chase.


Excelebration plus rapide que Frankel


En s’imposant dans le Prix Mercier - La Vendée (G), lundi au Lion-d’Angers, Natalie Express a permis à son père, Excelebration – dont les premiers produits ont 2ans –, d’ouvrir son compteur comme étalon. Excelebration fait la monte en Irlande, à Coolmore, à un tarif de 15.000 euros en 2016, et Natalie Express était son premier partant en France. L’étalon avait eu trois partants individuels outre-Manche, dont Istan (Excelebration), qui a débuté par une troisième place le 21 avril dernier à Tipperary.


Une victoire qui ne doit rien à personne pour Magnanime


CHANTILLY, DIMANCHE. PRIX FINLANDE (L). Longtemps vue à la hanche de l’animatrice, Classe Vendôme (Kendargent), Magnanime (Elusive City) a su placer un démarrage décisif à trois cents mètres du poteau pour se mettre rapidement hors de portée de ses adversaires. Sa victoire, elle ne la doit qu’à son talent, n’ayant eu besoin de personne pour passer le poteau en tête, et elle montre également des progrès par rapport à ce qu’elle avait réalisé jusqu’à présent. Elle va désormais viser les courses de Groupes avec des ambitions légitimes et cette représentante du haras d’Etreham devrait être revue à l’occasion du "Saint-Alary" (Gr1), le 16 mai à Deauville.


Immortel Sprinter Sacré


SANDOWN (GB), SAMEDI – CELEBRATION CHASE (Gr1). Après son fantastique succès dans le Queen Mother Champion Chase (Gr1), à Cheltenham, Sprinter Sacré (Network) réalise la saison parfaite en remportant le Celebration Chase (Gr1). L’élève de Christophe Masle est l’un des chevaux les plus populaires d’Angleterre, et les problèmes cardiaques qu’il a connus n’ont fait que renforcer sa cote d’amour. Cette victoire est d’autant plus marquante que l’an dernier, quand le cheval avait conclu deuxième de cette course, certains avaient parlé de retraite. En novembre dernier, Sprinter Sacré est revenu encore plus fort, et il aligne ici son quatrième succès en autant de sorties cette saison.


À l’approche des Poules d’Essai - Une question de marge chez les poulains et de talent pur chez les pouliches


Cette année, les Poules d’Essai (Grs1) vont se disputer dans un contexte particulier, en ligne droite, à Deauville. Cette modification dans le tracé de ces deux classiques français – due aux travaux de Longchamp – a pu changer l’approche de ces rendez-vous pour certains entraîneurs. Rapidement, il a été clair que les courses B disputées en ligne droite le 19 avril à Maisons-Laffitte s’annonceraient décisives pour étayer des hypothèses en vue du 15 mai. Ce fut le cas pour des éléments que le palmarès à 2ans n’obligeait pas à courir dans un Gr3 pour une rentrée. Malgré tout, ces courses B ne peuvent pas apporter toute la lumière. En effet, nous avons vu à l’œuvre le lendemain, à Chantilly, sur un parcours avec tournant, dans les Prix de Fontainebleau et de la Grotte (Grs3), des chevaux qui peuvent réussir dans les Poules d’Essai.


Midweek vers les 1.000 Guinées


Les forfaits des "Guinées" de Newmarket ont été enregistrés mardi 19 avril. Il n’y a plus aucun français en lice dans les 2.000 Guinées. Dans les 1.000 Guinées, trois pouliches entraînées en France sont encore engagées : Antonoé (First Defence), Come Alive (Dansili) et Midweek (Motivator). Antonoé ne sera très certainement pas en piste à Newmarket : elle a fait sa rentrée mercredi, se classant troisième du Prix de la Grotte (Gr3), et elle devrait progresser sur cette sortie.


Le clair-obscur


CHANTILLY, MERCREDI. Comme la veille dans les courses B de Maisons-Laffitte, les préparatoires aux Poules d’Essai, ce mercredi à Chantilly, ont livré un verdict assez clair chez les femelles et plutôt flou chez les mâles. Les pouliches ont cet avantage à ce moment de la saison d’être déjà capables de tout montrer, tandis que les mâles commencent à peine à venir.


Les espoirs au rendez-vous


MAISONS-LAFFITTE, MARDI. Les français qui prétendent aux Poules d’Essai (Grs1) sont prévenus : les courses B de mardi à Maisons-Laffitte ont tenu leurs promesses avec les victoires de Come Alive (Dansili) chez les pouliches et de Zarak (Dubawi) chez les mâles. S’il ne sort pas quelque chose de fort, mercredi à Chantilly, dans les Prix de la Grotte et de Fontainebleau (Grs3), les lauréats de ce mardi seront les favoris français des classiques deauvillais du 15 mai.


Camprock continue sa marche en avant


Moins de trois mois après avoir débuté victorieusement (le 29 janvier) sur la P.S.F. de Chantilly, Camprock (Myboycharlie) est toujours invaincue et la voilà désormais gagnante de Gr3 à l’issue du Prix Pénélope. En trois sorties, Camprock a donc gagné son maiden, sa Listed (Prix Rose de Mai) et un Gr3. Au fur et à mesure que la saison avance, les lots qu’elle rencontre sont, a priori, plus relevés, mais Camprock répond toujours présente et continue sa marche en avant. Désormais, c’est dans la peau d’une candidate au prochain Prix de Diane-Longines (Gr1) qu’il faudra voir Camprock.


Kelthomas, vingt-sept ans après Rambranlt


Vainqueur du Prix Lutteur III (L), le 27 mars, Kelthomas (Keltos) a signé un doublé historique en remportant le Prix du Président de la République (Gr3), dimanche à Auteuil. Le dernier auteur d’une telle performance, Rambranlt, lauréat des deux courses en 1989, a un point commun avec Kelthomas : son entraîneur, Jean-Marc Baudrelle. Le professionnel de Savigné-l’Evêque a eu Kelthomas et Rambranlt sous sa responsabilité, « deux sauteurs qui n’avaient pas bonne presse », comme il nous l’avait confié dans notre précédente édition. Deux sauteurs qui ont progressé au fil de leurs sorties pour atteindre un très bon niveau.


Restiana s’offre un petit bout d’histoire


Le Prix de Suresnes (L) prenait cette année une allure singulière : pour commémorer le centenaire du Prix du Jockey-Club à Moulins, disputé sur l’hippodrome de l’Allier pendant la Première Guerre mondiale. La lauréate de l’édition 2016 de cette Listed a elle aussi un profil peu commun. Restiana (Kendargent) ne s’est révélée qu’à la fin du mois de mars, lorsqu’elle s’imposait dans un bon style dans un maiden de La Teste. De là à la voir remporter une course qui peut mener aux classiques, il y avait une marge… Mais Restiana est une pouliche en plein épanouissement, et elle a affiché de nouveaux progrès ce samedi.


Les racines bien françaises de Stormy Antarctic


Jeudi, à Newmarket, Stormy Antarctic (Stormy Atlantic) a surclassé l’opposition dans les Craven Stakes (Gr3), ce qui lui a ouvert en grand les portes des 2.000 Guinées (Gr1). Le poulain est issu d’un étalon américain, porte la casaque d’un propriétaire hongkongais, et il est entraîné par Ed Walker. Mais sa jeunesse, il l’a passée dans les herbages de Bretagne ! Stormy Antarctic a en effet été élevé par la SCEA des Prairies, chez la famille Jeffroy. Benoît Jeffroy nous a expliqué : « Un client anglais de mon frère, Thomas, avait acheté la mère de Stormy Antarctic à Keeneland, pleine de Stormy Atlantic. Il a ramené la jument en France et l’a mise en pension aux Prairies. »


Transformation, le leitmotiv du PMU


Le PMU vient de dévoiler son bilan 2015 ainsi que les résultats enregistrés lors du premier trimestre 2016. Comme un clin d’œil aux innovations technologiques qui ont marqué le PMU au cours de l’année écoulée, ce n’est pas un simple communiqué de presse qui a été envoyé aux journalistes, ni une traditionnelle conférence de presse qui a été organisé : le PMU a développé un site internet dédié à cette communication, avec notamment une vidéo d’une interview donnée par Xavier Hürstel, pdg du PMU, à Jérôme Lenfant, à l’intérieur de l’un des cafés PMU rénovés. Plus que les chiffres, le PMU a souhaité mettre l’accent sur l’avancée des grands chantiers stratégiques du plan PMU 2020. Ainsi, il est rappelé au cours de l’entretien qu’un quart des 12.800 points de vente du réseau PMU ont été renouvelés et segmentés en fonction des différentes typologies de clients. Le PMU a aussi doublé son parc de PMU City dans les grands centres urbains. Ils sont désormais au nombre de 17. La modernisation a aussi touché les hippodromes, puisqu’en septembre, suite à la fin du P.M.H., l’entreprise a mis en place sur l’ensemble des hippodromes parisiens un nouveau service pour accompagner les parieurs.


Pas le “Lascar” qu’on attendait


MAISONS-LAFFITTE, MERCREDI - PRIX COMRADE (B). Avec seulement quatre partants, le Prix Comrade (B) s’annonçait comme une course tactique. Et nous n’avons pas été déçus ! Le grand favori, Mekhtaal (Sea the Stars), a été battu par un représentant Godolphin qui venait de débuter en se classant deuxième dans un maiden disputé au Croisé-Laroche. Muni d’œillères comme lors de ses débuts, Lascar, lui aussi issu de Sea the Stars, s’est imposé de bout en bout, après avoir mené benoîtement.


Mekhtaal , l’attraction de mercredi


MAISONS-LAFFITTE, MERCREDI. PRIX COMRADE (B). L’attraction de ce mercredi est Mekhtaal (Sea the Stars), candidat au Prix Comrade (B). Pour ses débuts, dans le Prix de Frauenfeld (F), il a fait quelque chose de peu ordinaire, venant s’imposer en quelques foulées alors qu’il était encore loin du poulain de tête, à deux cent cinquante mètres du but. Il s’annonce donc comme le cheval à battre dans ce Prix Comrade, qui doit lui servir de tremplin avant d’aller sur une vraie préparatoire classique, puis un Gr1 (oui mais lequel, car on parle d’un très grand objectif pour Mekhtaal ?). Mekhtaal est un poulain de talent qui est en droit d’avoir de grandes ambitions cette année (même s’il n’a pas couru à 2ans) et il ne doit pas passer à côté dans ce Prix Comrade. Ce pensionnaire de Jean-Claude Rouget est plus qu’une doublure de son compagnon de couleurs et d’entraînement Zelzal (Sea the Stars).


Record battu pour la soirée de l’Apgo


Jamais la soirée des Casaques et Cravaches d’or de l’Ouest n’avait réuni autant de monde. Samedi soir, à Craon, plus de 290 convives avaient répondu présent à l’invitation de l’Apgo (Association des propriétaires de galopeurs de l’Ouest), qui a inventé cette soirée en 1974.


Garlingari, le successeur désigné


CHANTILLY, DIMANCHE - PRIX D’HARCOURT (Gr2). « C’est le nouveau Cirrus des Aigles ! » lance un turfiste à Corine Barande-Barbe, alors que Garlingari (Linngari) vient de rentrer aux balances. Son pensionnaire, déjà lauréat du Prix Exbury (Gr3) il y a trois semaines, vient de se promener dans le Prix d’Harcourt (Gr2). La comparaison avec le hongre le plus célèbre des courses, qui vient de prendre sa retraite, est en effet tentante…


La septième merveille de Douvan


AINTREE (GB), SAMEDI – MAGHULL NOVICE’S CHASE (Gr1). Le champion français Douvan (Walk in the Park) a remporté son septième Gr1 à l’occasion du Maghull Novices’Chase (Gr1), samedi à Aintree. Le tout en seulement un an, ce qui situe sa classe. Une nouvelle fois, le sauteur de Rich Ricci a été très agréable à voir évoluer. Impeccable dans ses sauts, il a pisté Alisier d’Irlande (Kapgarde), dans une action très déliée qui lui permet d’accélérer sans faire d’efforts superflus. Il est simplement parti de loin à l’open ditch qui précède les tribunes. Cela a été la seule petite frayeur qu’il nous a donnée. Le reste du parcours a été une simple formalité pour Douvan. Dans le tournant final, profitant d’une faute d’Alisier d’Irlande, il a pris seul l’avantage. Entre les deux derniers fences, il s’est détaché de lui-même. Son jockey, Paul Townend, qui remplaçait Ruby Walsh, ne lui a jamais rien demandé. Une fois le dernier obstacle passé, il s’est envolé pour laisser The Game Changer (Arcadio) deuxième, à quatorze longueurs. La troisième place est revenue à un autre "FR", Fox Norton (Lando).


As d’Estruval, l’extraterrestre


PRIX MURAT (GR2). AUTEUIL, VENDREDI. As d’Estruval (Nickname) est grand par la taille et le talent. Depuis ses débuts en compétition, il a le profil d’un cheval de Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). En 2016, il confirme de course en course son immense potentiel. Le champion de Bernard le Gentil a enlevé le Prix Robert de Clermont-Tonnerre (Gr3) pour sa rentrée, puis le Prix Murat (Gr2), ce vendredi à Auteuil. Dans cette épreuve très relevée, As d’Estruval passait un examen. Pas pour savoir s’il avait la pointure de ses rivaux, mais plutôt pour s’assurer qu’il n’avait pas de problèmes avec la piste extérieure. Il a passé son test avec brio. Son bond au rail ditch a été magnifique. Pourtant, il n’arrivait pas dans la bonne foulée et il est parti de loin sur cette difficulté. Mais son talent sur l’obstacle a compensé. As d’Estruval a toujours donné l’impression d’être en balade lors de ce Prix Murat. Entre les deux derniers obstacles, ses rivaux ont essayé de l’inquiéter, mais il est reparti de plus belle pour laisser So French (Poliglote) à six longueurs. Saint Pistol (Saint des Saints) a conclu troisième devant Milord Thomas (Kapgarde), décevant quatrième sous 72 kilos. Vézelay (Dom Alco) a dû décliner la lutte dans ce Prix Murat du fait d’une infection au niveau d’un boulet.


Pas plus avancés...


MAISONS-LAFFITTE, JEUDI. PRIX DJEBEL ET IMPRUDENCE (GRS3). En repartant de Maisons-Laffitte ce jeudi, nous ne sommes pas plus avancés qu’en y arrivant concernant les futures Poules d’Essai. En effet, que ce soit par leur verdict ou leur déroulement, les Prix Djebel et Imprudence (Grs3) n’ont pas donné de réponse claire en vue des rendez-vous de Deauville du 15 mai. La piste collante imposée aux compétiteurs n’était pas l’alliée de tout le monde et son rôle dans les résultats – et aussi dans les engagements pour ces Grs3 – a forcément été très important.


« J’ai ramé pour en arriver là, alors je ne suis pas près de m’arrêter »


6.000e victoire de Jean-Claude Rouget
Ce mercredi 6 avril, Jean-Claude Rouget a décroché sa 6.000e victoire en tant qu’entraîneur avec Zelzal (Sea the Stars) dans le Prix du Pavillon Egler (B). Dans l’histoire des courses, aucun professionnel en France n’a atteint ce score. Nous avons profité de ce cap important pour parler avec l’entraîneur palois de ses débuts, du présent et de l’avenir...


EpiqE : on a connu pire…



L’éditorial de Mayeul Caire, directeur de Jour de Galop
Annoncé lundi comme le sauveur des courses, ce qu’il deviendra peut-être dans quelques années, le plan EpiqE ne fait pas encore rêver, mais il a au moins un mérite : il rehausse l’ambition de notre sport en termes de marketing et de communication. C’est déjà ça. Objectivement, on a connu pire.
L’Institution des courses a annoncé lundi son plan baptisé « EpiqE ». EpiqE Series est la première promesse concrète de cette marque. Elle rassemble quatorze Gr1 en plat et au trot, menant au Qatar Prix de l’Arc de Triomphe et au Prix d’Amérique Opodo. L’objectif des EpiqE Series est de faire comprendre et rendre accessible au plus grand nombre l’univers des courses, valoriser les défis sportifs et mieux identifier les grands événements hippiques.


EpiqE, la nouvelle promesse de l’Institution


La filière des courses de chevaux a désormais un nom et une identité : EpiqE. Cette nouvelle marque s’inscrit dans un projet ambitieux, celui d’unir les forces d’une filière pour replacer les courses de chevaux dans le cœur des Français. Imaginé par le groupe du Marketing commun des courses, EpiqE est censé plonger le grand public dans l’imaginaire des courses de chevaux. Cette nouvelle marque part à la reconquête du public et l’invite à participer à une aventure héroïque des temps modernes, alliant l’homme et le cheval. Une nouvelle épopée hippique où tous les sens seront en action pour vivre des émotions augmentées grâce à une expérience qui ira au-delà des courses. Pour vivre des émotions épiques et uniques…


La classe avant la forme


SAINT-CLOUD, DIMANCHE. PRIX LA FORCE - FIGAROSCOPE (Gr3). Comme on pouvait s’y attendre, il y a peu d’enseignements à tirer de ce Prix La Force (Gr3) avec seulement quatre partants. C’est le rentrant de la course, Cloth of Stars (Sea the Stars) qui s’est imposé, assez facilement.
Placé en dernière position d’une course rythmée sous l’impulsion de Viserano (Rock of Gibraltar), Cloth of Stars s’est montré brillant. Ce Prix La Force s’est résumé à un travail du matin, le poulain traçant une bonne ligne droite, uniquement monté aux bras. Il s’impose d’une longueur un quart devant Viserano, lequel n’a pas cédé. Ghaaly (Tamayuz) est troisième, sans faire illusion pour un meilleur classement. Quant à Magari (Denon), il a mené le petit peloton de chasse et a passé le poteau quasiment arrêté, à distance de ses trois concurrents.


Blue Dragon. Tout feu tout flamme


AUTEUIL, SAMEDI. PRIX HYPOTHÈSE (GR3). Blue Dragon (Califet) est un crack, un surdoué, et c’est en crack qu’il s’est imposé ce samedi dans le Prix Hypothèse (Gr3). Il n’y a pas eu de course pour lui : le représentant de Magalen Bryant a caracolé seul en tête, dans un canter, ne passant que la première vitesse. Ses premiers sauts n’ont pas été des plus académiques, mais, au fur et à mesure du déroulement du parcours, Blue Dragon a mieux franchi les différentes difficultés. Il s’impose finalement de trente longueurs, sans jamais avoir eu à forcer.


Marcel Chaouat et ses chaouateries


Propriétaire, gérant d’une écurie de groupe, organisateur de soirées et désormais élu au conseil d’administration de France Galop : Marcel Chaouat est un visage bien connu du monde des courses. Mais que sait-on vraiment ce personnage atypique ? Pour Jour de Galop, il a accepté de se dévoiler.


Nouveau Longchamp : ce sera corde à gauche !


Le 14 mars était posée la première pierre du nouveau Longchamp, devant un parterre nourri de personnalités des courses et de journalistes. Deux semaines plus tard, le chantier prend une tournure un peu inquiétante. Selon nos sources, les courses se disputeront désormais corde à gauche dans le temple du galop. La raison ? Une erreur dans les calculs de l’architecte quant à l’endroit de l’implantation des nouvelles tribunes. L’erreur a été décelée trop tardivement pour être corrigée. Il faudra donc s’y faire, l'"Arc" 2017 se courra corde à gauche, finalement comme les autres grandes épreuves internationales que sont le Derby d’Epsom, le Breeders’ Cup et le Dubai World Cup.


Dan Skelton : « J’espère être le bienvenu en France »


Entraîneur anglais installé depuis trois ans et à la tête d’un effectif de 120 chevaux, Dan Skelton connaît un grand succès. Il a remporté sa première course lors d’un Festival de Cheltenham cette année, avec Superb Story. Et depuis quelques semaines, il est presque un habitué d’Enghien ! C’est d’ailleurs sur l’hippodrome du plateau de Soisy que nous l’avons rencontré.  


Cirrus des Aigles. Le self-made horse


Self-made man est le terme utilisé pour désigner une personne ne devant sa réussite sociale qu’à elle-même, en étant partie de rien ou de si peu. Cirrus des Aigles est ce que l’on pourrait appeler un "self-made horse". Rien ne le prédestinait à avoir une telle carrière, à battre quelques-uns des meilleurs chevaux de sa génération ou à les approcher. "Fighting Cirrus", tel qu’il est à juste titre surnommé, ne sera plus revu en compétition. Retour sur sa carrière et son ascension.


La nouvelle vie de Rupert Pritchard-Gordon


En l’espace de quatre jours, Toliman (Hat Trick) et Dicton (Lawman) ont offert deux succès de Listed à leur propriétaire, Robert Ng. Les deux chevaux ont été achetés par Rupert Pritchard-Gordon, qui manage les intérêts européens du propriétaire hongkongais. Depuis deux ans et demi, l’homme a changé de casquette, passant des rangs des entraîneurs à ceux de courtier et racing manager. Un choix qui s’est imposé naturellement, comme il nous l’a expliqué.


Park Light, toujours plus haut


PRIX HUBERT D’AILLIÈRES (L). AUTEUIL, DIMANCHE. Park Light (Walk in the Park) avait fait "un truc" pour remporter le Prix Rohan (L) lors de ses débuts en obstacle. Le cheval de Patrick Boiteau et Carlos Pappi a de nouveau réalisé une grande performance pour enlever le Prix Hubert d’Aillières (L), dimanche à Auteuil. Park Light était le concurrent qui possédait le moins d’expérience dans cette course, et à ce niveau, cela peut coûter cher. Mais il s’est imposé courageusement devant l’anglais Maximiser (Helissio). Il l’a fait sur sa classe et on peut attendre encore de gros progrès de sa part.


Un vent de renouveau à Dubaï


Jamais la réunion du Dubai World Cup n’a aussi bien porté son nom que cette année. Japon, États-Unis, Australie, Grande-Bretagne, France et Émirats Arabes Unis : les lauréats des neuf courses de la soirée à Meydan proviennent d’horizons très différents. Côté français, l’édition 2016 n’a pas été à la hauteur de la précédente : seul Vazirabad (Manduro) s’est distingué en remportant le Dubai Gold Cup (Gr2). Dans le World Cup et le Dubai Sheema Classic – présenté par Longines (Grs1), la tâche s’est avérée trop dure pour nos représentants. Et chez les pur-sang arabes, dans le Dubai Kahayla Classic (Gr1 PA), le favori Handassa (Madjani), après avoir raté son départ, a subi la course… et le dirt.


Le show à l’américaine


Meydan organise ce samedi la plus riche réunion de courses de la planète (30 millions de dollars d’allocations au total), celle du Dubai World Cup (Gr1). Cette année, les chevaux américains sont capables de marquer de leur empreinte la journée. En toute logique, les favoris du Dubai World Cup (Gr1), disputé sur le dirt, sont américains. Deuxième l’an dernier, California Chrome (Lucky Pulpit) s’annonce comme le cheval à battre et il peut être suppléé, en cas de défaillance, par ses compatriotes Frosted (Tapit), Mshawish (Medaglia d’Oro) ou encore Keen Ice (Curlin). Dans les autres épreuves pour chevaux d’âge sur le dirt, le Godolphin Mile (Gr2) et le Dubai Golden Shaheen (Gr1), ce sont aussi des chevaux américains qui sont installés en position de favoris.


Black Sea se sort du piège


SAINT-CLOUD, JEUDI. PRIX FRANÇOIS MATHET (L). Pour ses débuts sous l’entraînement de Nicolas Caullery, Black Sea (Dubai Destination) a rempli sa mission en remportant le Prix François Mathet (L), sa première Listed mais aussi la première de son entraîneur.


Olivier Delloye : « Avec bon sens et sans tabous »


Il a pris ses fonctions le 1er mars. Trois semaines après son arrivée, c’est dans JDG que le nouveau directeur général de France Galop – Olivier Delloye – a choisi de délivrer ses premiers messages.


Ventes breeze up : gagner, durer… et le faire savoir


Lundi 21 mars, la Breeze up Consignors Association s’est réunie l’Osborne Studio Gallery de Londres, suivi d’un déjeuner. Cette réunion se tient à quelques jours de l’Ascot Breeze up Sale de Tattersalls Ireland, qui donnera le coup d’envoi de la saison des breeze up européennes, le 6 avril prochain. L’idée de cette réunion était de lever plusieurs préjugés sur les breeze up, via des statistiques. Et ainsi d’affirmer que les 2ans achetés en breeze up sont tout aussi performants que les poulains passés en vente yearlings, et tout autant capables de durer.


Que penser des nouveaux Conseils ?


Lundi matin, le Comité de France Galop s’est réuni à Boulogne, en particulier pour élire les vingt membres du Conseil du plat et du Conseil de l’obstacle. Ou plutôt : pour valider les deux listes de vingt noms qui étaient présentés. En effet, contrairement à ce qui se passe par exemple pour le Conseil d’administration, le scrutin n’est pas ouvert aux candidats libres. Ainsi, même si un des "candidats" ne réunit qu’une voix, il entre tout de même au Conseil…
Le président Rothschild avait dit vouloir du sang neuf et de l’expertise autour de la table. Est-ce le cas ? Pour le savoir, nous avons analysé la composition des deux Conseils issus de l’élection 2015 avec les deux mêmes assemblées issues des élections de 2007 et de 2011. Nous avons retenu cinq angles d’analyse : la couleur politique, la profession, la nouveauté, l’âge et l’appartenance régionale.

 


La Cressonnière toujours présente sur le chemin classique


SAINT-CLOUD, DIMANCHE - PRIX LA CAMARGO (L). Déjà double gagnante de Listed à 2ans, La Cressonnière (Le Havre) a montré qu’elle n’avait rien perdu à 3ans, s’imposant de bout en bout dans le Prix La Camargo (L). Elle reste invaincue en cinq sorties. En plus de sa classe, la maniabilité de La Cressonnière fait des merveilles. Elle est capable d’être montée n’importe où dans un parcours et cette aptitude peut faire la différence dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) qui sera disputée cette année en ligne droite à Deauville. Ce sera d’ailleurs, a priori, le prochain objectif de la pouliche, sans autre sortie d’ici là.


Jemy Baie retrouve la bonne carburation


PRIX TROYTOWN (GR3). AUTEUIL, SAMEDI. Avec seulement sept partants et un rythme pas très sélectif, le Prix Troytown (Gr3) 2016 ne restera pas comme la meilleure des préparatoires au Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). La victoire est revenue à Jemy Baie (Crillon) qui a signé son premier succès de Groupe, après deux victoires de Listed dans les Prix Richard et Robert Hennessy et la Grande Course de Haies de Pau 2015.


L’Irlande met Cheltenham à ses pieds


CHELTENHAM (GB), VENDREDI – GOLD CUP (GR1). Il aura fallu attendre le dernier Gr1 de cette réunion de Cheltenham pour voir la casaque de Gigginstown Hourse Stud s’imposer dans un Gr1… Don Cossack (Sholokhov) a offert un premier succès à l’écurie de Michael O’Leary lors ce Festival de Cheltenham 2016 en enlevant avec la manière le Gold Cup (Gr1) dans une arrivée 100 % irlandaise. Le pensionnaire de Gordon Elliott était le favori de ce Gr1 et a rempli son contrat avec la manière. Monté près de la tête, il avait course gagnée dans le dernier tournant, Djakadam (Saint des Saints) étant déjà sollicité. Il a aussi perdu l’un de ces principaux challengers lorsque Cue Card (King’s Theatre), qui venait facilement, ne s’est pas enlevé au saut d’un fence et n’a pu éviter la chute. Don Cossack rallie le poteau détaché de quatre longueurs et demie, devant deux pensionnaires de Willie Mullins : Djakadam, deuxième, et Don Poli (Poliglote), troisième à dix longueurs.


Impitoyable Vautour !


CHELTENHAM (GB), JEUDI. RYANAIR CHASE (Gr1). Le champion Vautour (Robin des Champs) était l’une des attractions de la réunion de jeudi à Cheltenham. Il n’y avait qu’à entendre la foule réagir au moment où il a pris la tête de la course, très facilement, à l’entrée de la ligne droite, pour s’en convaincre. Une clameur a jailli des tribunes lorsque Vautour a franchi sans encombre le dernier fence. Sur le plat, il est reparti de plus belle pour laisser son compatriote et compagnon d’entraînement, Valseur Lido (Anzillero), à six longueurs. L’élève du haras de Saint-Voir et Patrick Joubert a signé son cinquième succès de Gr1. Et pour la troisième année consécutive, il a remporté un Gr1 lors du Festival de Cheltenham, après ses victoires dans le Supreme Novices’ Hurdle et le JLT Novices’ Chase. L’élevage tricolore a triomphé dans ce Ryanair Chase puisque l’élève de la famille Contignon, Valseur Lido, a terminé fort pour prendre la deuxième place, devant l’irlandais Road to Riches (Gamut) et Al Ferof (Dom Alco), élevé par l’association "Rauch-Chenu". Trois French bred ont donc fini dans les quatre premiers.


Sprinter Sacré, cœur de champion


Queen Mother Champion Chase (Gr1). Cheltenham (GB), mercredi. Tout l’hippodrome de Cheltenham était acquis à la cause du champion français Sprinter Sacré (Network). Les tribunes ont vibré lorsqu’il a franchi en tête, tout en faisant une faute, le dernier fence du Queen Mother Champion Chase (Gr1). Les applaudissements ont fusé alors qu’il parcourait les derniers mètres avant le poteau. L’élève de Christophe Masle est une star en Angleterre et sa popularité est immense. Car après être devenu un champion en remportant l’Arkle Chase (Gr1) 2012 puis le Queen Mother Champion Chase 2013, Sprinter Sacré a connu de graves problèmes de santé, au niveau du cœur. Toute l’Angleterre a suivi l’évolution de son état de santé. Cet hiver, il a retrouvé de bonnes sensations en gagnant deux Grs2. Et mercredi à Cheltenham, il a définitivement prouvé qu’il était redevenu au niveau qui était le sien il y a trois ans. Il a retrouvé son cœur de champion pour s’offrir le doublé dans ce Gr1.


Époustouflant Douvan


Arkle Challenge Trophy Chase (Gr1). Cheltenham (GB), Mardi. Un an après sa démonstration dans le Supreme Novices’ Hurdle (Gr1), le French bred Douvan (Walk in the Park) a remporté brillamment l'Arkle Challenge Trophy Chase (Gr1). L’élève du haras de la Faisanderie est une véritable machine et sa grande histoire ne fait que commencer. De par son comportement, il pourrait être rallongé et peut même devenir un cheval de Gold Cup (Gr1) selon son entraîneur, Willie Mullins. Ce mardi, il a pris les devants de la course rapidement. L’autre français, Vaniteux (Voix du Nord), a essayé de lui mettre la pression dans le tournant final, mais il est tombé peu après la réception de l’avant-dernier fence. Douvan s’est alors retrouvé nettement détaché et a filé vers le poteau, bien qu’il soit parti de loin sur les deux derniers obstacles. Sept longueurs ont sanctionné sa supériorité.


Nouveau Longchamp : la première pierre est posée


Ce lundi, Édouard de Rothschild, président de France Galop, Dominique Perrault, architecte du projet, et Bernard Mounier, président de Bouygues Bâtiment Île-de-France, ont posé ensemble la première pierre du nouveau Longchamp. Stéphane Pasquier était également présent, et a signé un tapis de selle qui, symboliquement, a été scellé dans le béton.


Buddy Banks frappe à son tour


Auteuil, dimanche. Prix Duc d’Anjou (Gr3). Chez les steeple-chasers nés en 2012, une seule chose est sûre : c’est Guillaume Macaire qui a les clés de la promotion. L’entraîneur royannais a signé le jumelé du Prix Congress (Gr2) 2015 avec Punch Nantais (Puit d’Or) et Buddy Banks (Saint des Saints). Quatre mois plus tard, c’est Buddy Banks qui a remporté le Prix Duc d’Anjou (Gr3). Guillaume Macaire a donc gagné les deux premiers Groupes pour steeple-chasers de 4ans grâce à Punch Nantais et Buddy Banks. Le poulain de Jacques Détré a effectué une véritable démonstration pour sa réapparition ce dimanche. Pendant l’avant-course, il est apparu plus calme qu’il ne l’était l’automne dernier. Buddy Banks a évolué dans le bon sens. Dans le parcours, le futur lauréat a été irréprochable.


L’élu du cheikh


Fin 2015, Godolphin et Darley ont fusionné. L’ensemble est maintenant dirigé par le célèbre John Ferguson – conseiller du cheikh Mohammed Al Maktoum depuis un quart de siècle. L’homme le plus puissant de la planète hippique s’est confié à Jour de Galop.

 


Paul "la terreur" Makin est de retour


En 2013, l’Australien Paul Makin créait la stupéfaction en vendant la majorité de ses effectifs lors de la vente de novembre de Goffs, dont une certaine Chicquita, adjugée 6 millions d’euros à Coolmore. Tout aussi fantasque dans la vie que pouvait l’être Chicquita en course, Paul Makin a décidé de revenir aux affaires – hippiques – en ce début d’année 2016… Et même fin 2015, mais ça, il nous l’avait bien caché !


Golden Slipper : la course qui rajeunit la nation


Lorsqu’on aborde la soixantaine, on peut encore être frais comme un jeunot. On peut pantoufler, sans s’encroûter… à condition de porter des pantoufles en or ! C’est ce que propose depuis six décennies l’Australie, une nation hippique pas comme les autres. Samedi 19 mars, à vingt-cinq kilomètres du centre ville de Sydney, l’hippodrome de Rosehill Gardens va accueillir la course la plus folle du calendrier mondial. Seize poulains et pouliches de 2ans vont s’affronter dans le Longines Golden Slipper. Si le Melbourne Cup est la course qui arrête la nation, le Longines Golden Slipper est celle qui symbolise la vitesse et la précocité. C’est l’épreuve qui a rajeuni la nation ! Par Franco Raimondi


KASBAH BLISS DÉFILERA EN OUVERTURE DU FESTIVAL DE CHELTENHAM


La parade d’ouverture du Festival de Cheltenham est toujours un moment attendu du célèbre meeting anglais. De grands champions, qui ont marqué cet événement planétaire, reviennent sur le site de leurs exploits pour défiler devant le public. La plupart de ces champions sont désormais reconvertis dans les sports équestres (dressage, saut d’obstacle, concours complet ou encore hunter). Pour la parade 2016, voici les chevaux qui défileront : Denman, vainqueur du Cheltenham Gold Cup (Gr1), Punjabi, lauréat du Champion Hurdle (Gr1), Comply or Die, Cappa Bleu, Forpadydeplasterer, Mikaël d’Haguenet, Oh Crick, Sizing Europe, Tranquil Sea et…le français Kasbah Bliss. C’est un fait très rare pour être souligné. En effet, peu de champions ayant été entraînés en France ont eu les honneurs du défilé de Cheltenham.


Quinté annulé, réunion retardée : récit d’une journée pas comme les autres


Il est 10 h 15 quand nous arrivons sur l’hippodrome d’Enghien ce lundi. Le parking principal du site est bien rempli, plus que lors d’une réunion de semaine habituelle. À l’entrée de l’hippodrome, les drapeaux des organisations syndicales sont déjà bien visibles. Un groupe d’une cinquantaine de personnes fait le pied de grue devant les entrées. La sécurité laisse passer quelques personnes, dont les journalistes, mais pas les manifestants. Depuis la salle de presse, nous voyons progressivement s’installer plusieurs groupes de syndicalistes, dont certains, une trentaine, bloquent l’accès aux écuries et aux parkings. Les vans se retrouvent immobilisés aux alentours des parkings. Au total, les chevaux vont passer un peu plus de deux heures dans les camions…


UNE PISTE COMME SCÈNE DE THÉÂTRE


Si les Anglais avaient dû utiliser un mot pour décrire cette réunion d’ouverture d’Auteuil, ils auraient certainement utilisé ce mot : "dramatic". Ce mot n’a pas de réel équivalent en français : il veut tout aussi bien dire dramatique que spectaculaire ou impressionnant… Et il définit très bien ce dimanche sur la butte Mortemart. Il y a eu du drame, avec la chute de Blue Dragon  (Califet) à la dernière haie du Prix Juigné (Gr3). L’histoire se finit bien car le crack et David Cottin se sont tout de suite relevés, alors que Bosseur (Coastal Path) décrochait une victoire de Groupe méritée.


RÉUNION DE GALA POUR LA RÉOUVERTURE D’AUTEUIL


Enfin ! Auteuil, le "Temple de l’obstacle", rouvre ses portes. C’est le moment tant attendu par tous les passionnés que nous sommes, entraîneurs, propriétaires, éleveurs, jockeys, personnels d’écurie et, bien sûr, journalistes. L’hiver est moins "plat" en obstacle que chez les galopeurs, c’est certain. Nous avons assisté à de belles épreuves à Pau, à Cagnes et surtout outre-Manche. Mais la réouverture d’Auteuil, c’est sacré ! Et le terme n’est pas galvaudé, surtout en 2016. En effet, cette réunion du 6 mars a des airs de Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1, 22/05) et de Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1, 12/06). Depuis l’an dernier, nous avons trouvé le candidat idéal pour cette Grande Course de Haies, le crack Blue Dragon (Califet). Invaincu en six sorties en haies et lauréat des Prix Alain du Breil (Gr1) et Renaud du Vivier (Gr1), il sera de retour à Auteuil dans le Prix Juigné (Gr3). Ce sera la grande attraction de l’après-midi au milieu d’une réunion peuplée de champions.


MOUVEMENT SOCIAL AU PMU : VERS UNE PERTURBATION DES COURSES LA SEMAINE PROCHAINE ?


Dans un contexte difficile pour les paris hippiques, le PMU a annoncé la semaine dernière la mise en place de mesures d’économie. L’objectif est de trouver les sommes nécessaires au développement de l’entreprise, tout en pérennisant les prélèvements nécessaires à la filière hippique. À la suite de ces annonces, un mouvement social a été lancé et il existe un risque de perturbation des courses, en particulier jeudi prochain.


SOLOW, AVEC UNE POINTE DE SUSPENSE


CHANTILLY, JEUDI - PRIX MONTJEU (A). Grand favori du Prix Montjeu (A), Solow (Singspiel) ne s’est pas contenté de gagner sans émotion. Il y a eu un léger suspense lorsqu’il s’est retrouvé enfermé à la corde par son principal rival, Vadamos (Monsun). Arrêté un instant, Solow a dû changer de ligne, puis être relancé à l’extérieur de Vadamos. Preuve qu’il existe bien une classe d’écart entre lui et les autres, Solow a rapidement plié l’affaire, une fois franchement lancé. Cette course a donc pleinement joué son rôle pour le champion miler de l’écurie Wertheimer & Frère. Elle représente une rampe de lancement idéale pour lui avant son voyage à Meydan, où il remet en jeu son titre dans le Dubai Turf (Gr1).


C’EST LA REPRISE !


Cette réunion de début mars à Chantilly, celle des Meydan trials, est aujourd’hui le rendez-vous de la reprise du plat en région parisienne. On ne va pas se mentir : l’hiver est long quand on aime le galop. Même si le meeting de Cagnes-sur-Mer permet de voir quelques bons éléments à l’œuvre, et même si les réunions de Deauville, Chantilly ou d’ailleurs ont le mérite d’occuper le terrain face à l’actualité trotteuse.
Créées en 2012, ces courses A de Chantilly ont rapidement été adoptées par les professionnels et elles sont devenues un très bon tremplin pour les chevaux qui préparent une épreuve de la grande réunion du Dubai World Cup. En cinq ans, nous avons pu y voir à l’œuvre des vrais chevaux de Gr1 qui, auparavant, n’avaient aucune raison de se produire aussi tôt dans la saison. On pense bien sûr à Cirrus des Aigles (Even Top), Flintshire (Dansili), Dolniya (Azamour) et Solow (Singspiel)...


PROGRAMME 2016 : CE QUI CHANGE EN PLAT ET EN OBSTACLE


Ce mardi, François Boulard, Stephan Kalley, Dominique de Wenden et Luc Kronus ont présenté les modifications des programmes de plat et d’obstacle de l’année 2016. Ils étaient entourés de Jean d’Indy, Jean-Pierre Colombu, Dominique de Wenden, Olivier Delloye – qui prenait ses fonctions de directeur général de France Galop ce 1er mars –, Jean-Christophe Giletta, Henri Pouret et Thierry Delègue. Les principales modifications touchent les courses plates qui quittent Longchamp, actuellement en travaux.


ARQANA DÉVOILE SA NOUVELLE ORGANISATION


Ce mardi 1er mars, Olivier Delloye prend ses nouvelles fonctions en tant que directeur général de France Galop. Suite à ce départ, Arqana a dévoilé lundi sa toute nouvelle organisation.
Éric Hoyeau continue d’assumer la présidence du groupe qui, outre la branche dédiée aux pur-sang, comprend aussi Artcurial Deauville (consacré aux objets d’art) et Arqana Trot. En ce qui concerne Artcurial Deauville et Arqana Trot, il n’y aura pas de changement dans l’organisation. Il y a cependant quelques évolutions du côté de la branche pur-sang d’Arqana et Éric Hoyeau pourra désormais s’appuyer sur quatre directions opérationnelles aux attributions renforcées.

1 - Le pôle bloodstock, dirigé par Freddy Powell. Depuis plusieurs années détaché en Grande-Bretagne, Freddy Powell reviendra à Deauville au début de l’été, tout en conservant une forte présence outre-Manche. Au sein de cette équipe, Ludovic Cornuel sera plus particulièrement en charge de l’innovation et du marché japonais, ainsi que de la clientèle australienne en ce qui concerne les chevaux à l’entraînement. Son portefeuille de clients vendeurs français sera aussi élargi, de même que celui de Guillaume Cousin et Dominique Boulard, qui se verront confier des responsabilités accrues dans l’organisation et la logistique des ventes.


TRIPLE COURONNE : UN EXPLOIT RARE QU’IL NE FAUT PAS DÉNATURER


Dimanche, Bold Eagle (Ready Cash) tentait l’exploit de remporter la "Triple couronne" des trotteurs : Prix d’Amérique Opodo, Grand Prix de France et Grand Prix de Paris (Grs1). Il n’a pas réussi son pari, battu à la fin par Lionel (Look de Star).  Cette Triple couronne pour trotteurs n’est pas "classique", au sens "galopeur" du terme. Elle est difficilement comparable avec celles que l’on connaît en plat, même si la finalité reste la même : elle oblige ses candidats à se produire dans trois contextes différents, en trois courses. La décrocher est donc le fait d’un cheval complet, qui est forcément exceptionnel.


THE BLUE EYE, MAÎTRE SUR SA TERRE D’ADOPTION


L’Emir’s Trophy (Gr1 local), la meilleure course qatarie réservée aux pur-sang anglais, est revenu à un cheval entraîné sur place, The Blue Eye (Dubawi). Il a offert à Jassim-Mohammed Ghazali un triplé dans cette épreuve, puisqu’il avait aussi gagné les deux dernières éditions avec Dudbay (Dubawi), pour les couleurs d’Al Shaqab Racing. Jassim-Mohammed Ghazali, qui domine régulièrement les courses de pur-sang anglais à Doha, a même réalisé un coup de cinq lors de cette réunion de gala !
The Blue Eye a entamé sa carrière en France, chez Christophe Ferland, sous les couleurs de son éleveur, Aleyrion Bloodstock, et il s’était placé de course "B" à deux reprises. C’est Gérard Larrieu qui l’avait acheté aux ventes de l’"Arc" Arqana pour 400.000 euros. Le courtier nous a dit : « J’avais essayé de l’acheter à l’amiable, sans succès, donc je l’ai acheté à la vente de l’"Arc" en 2014. Le cheval s’est très bien adapté à son nouvel environnement, et il restait sur un succès dans une bonne course ici. Le Qatar me réussit bien, car j’avais aussi acheté Dubday, gagnant en 2015 et 2014, et Marinous, lauréat en 2010. »


LES CHAMPIONS AU RENDEZ-VOUS DE LA "PREMIÈRE"


Réouverture d’Auteuil. France Galop a enregistré les engagements pour la première réunion de l’année à Auteuil, qui aura lieu le dimanche 6 mars. Pour tous les passionnés d’obstacle, cette date est marquée d’une croix rouge dans leur agenda depuis plusieurs semaines. Revoir les chevaux sauter les obstacles d’Auteuil est toujours un grand plaisir. Mais cette année, encore plus que les précédentes, il ne faudra rater la grande première d’Auteuil sous aucun prétexte ! En effet, quelques champions devraient être en piste, avec déjà les grandes échéances en toile de fond. Blue Dragon (Califet), Storm of Saintly (Saint des Saints), As d’Estruval (Nickname), So French (Poliglote), Saint Palois (Saint des Saints), Rhialco (Dom Alco), Vézelay(Dom Alco) ou encore Triana du Berlais (Presenting) sont quelques-uns des engagés pour une ou plusieurs des courses programmées le 6 mars. On en salive déjà !


PLAIDOYER POUR LA TENUE


Les deux meilleurs étalons du monde sont, sans discussion, Galileo (Sadler’s Wells) et Deep Impact (Sunday Silence). Et ce sont des chevaux qui ont de la tenue. Le champion japonais l’a même démontré en piste lorsqu’il a survolé des épreuves de longue distance. Il s’est imposé sur 3.000m dans le Kikuka-shō (Gr1), le St. Leger local, soit la dernière épreuve d’une triple couronne qu’il avait dominée de toute une classe. Deep Impact avait également remporté le Tennō Shō Spring (Gr1), avec à la clé le record du monde sur 3.200m : 3’13’’40, soit une réduction kilométrique de 1’00’’40. Galileo, lui, aurait gagné le St. Leger même face à un cheval de premier plan comme Milan (Sadler’s Wells). À l’inverse, il fut battu par Fantastic Light (Rahy) sur 2.000m, dans les Irish Champion Stakes (Gr1), avant de se classer sixième du Breeders’ Cup Classic (Gr1) sur le dirt. Par Franco Raimondi


PATRICK FELLOUS : « JE PARS REMPLI DE SENTIMENTS TRÈS POSITIFS »


Patrick Fellous quittera la présidence du Syndicat national des propriétaires dans quelques semaines, un poste qu’il occupait depuis 2013. Il confie à Jour de Galop les raisons de son départ, et parle de l’avenir.


LE DÉFI DU GALOP : UN INCONTOURNABLE DU PAYSAGE HIPPIQUE


Samedi, c’est le départ de la onzième édition du Défi du Galop avec le Grand Prix du Conseil Général des Alpes-Maritimes (L). François Forcioli-Conti, président du Défi du Galop mais également de la Scca (Société des courses de la Côte d’Azur) nous parle de ce challenge qui est devenu, au fil des ans, incontournable dans le paysage hippique français.


ON NE CHANGE PAS LES ÉQUIPES QUI GAGNENT


LE BILAN DU MEETING DE PAU SUR LES OBSTACLES. Le meeting d’obstacle de Pau 2015/2016 a pris fin le dimanche 21 février. Les lauréats des différents classements sont quasiment les mêmes que lors des précédents meetings. En effet, la famille Papot domine chez les propriétaires, Guy Cherel chez les entraîneurs et l’écurie Mirande chez les éleveurs. En revanche, chez les jockeys, petit changement, c’est David Cottin qui termine tête de liste de ce meeting palois avec vingt-quatre victoires !


DANIEL-YVES TRÈVES : LA PASSION RAISONNÉE


Wekeela, Gonna Run, Morandi, Never on Sunday, Rashbag… Tous ces lauréats au meilleur niveau ont un dénominateur commun : la casaque de Daniel-Yves Trèves. Récemment, Hurricane a encore mis à l’honneur les couleurs jaune chevron vert et toque rouge du propriétaire. Ce personnage discret, qui a occupé et occupe toujours des postes à hautes responsabilités au sein de grandes sociétés suisses, n’hésite pas à citer le travail de Jean-Claude Rouget comme un élément clé de sa réussite. Mais c’est avant tout un passionné, qui perpétue une longue tradition familiale, qui s’est confié à Jour de Galop…


FRANÇOIS NICOLLE : « C’EST LA PÉRIODE OÙ L’ON PEUT ENCORE RÊVER ! »


Troisième du palmarès des entraîneurs d’obstacle l’an dernier, François Nicolle commence bien l’année 2016, avec notamment un succès dans une Listed grâce à Optimus Prime (Deportivo). À une dizaine de jours de la réouverture d’Enghien et d’Auteuil et moins d’un mois avant le festival de Cheltenham, il nous a donné des nouvelles de quelques-uns de ses meilleurs pensionnaires.


SOLOW & QUEEN JEWEL ANNONCÉS À CHANTILLY LE 3 MARS


Candidats aux Grs1 de Meydan du 26 mars, Solow (Singspiel) et Queen’s Jewel (Pivotal) devraient être présents lors de la réunion française de préparation du jeudi 3 mars à Chantilly. En lice pour sa propre succession dans le Dubai Turf (Gr1), Solow sera donc au départ du Prix Montjeu (A - 1.600m - P.S.F.) qu’il a déjà remporté l’an dernier. Queen’s Jewel, qui vise, elle, le Dubai Sheema Classic (Gr1), sera candidate au Prix Darshaan (A - 1.900m - P.S.F.). Queen’s Jewel va donc découvrir la P.S.F. à cette occasion.
Entraîneur de ces deux représentants de Wertheimer & Frère, Freddy Head nous avait indiqué qu’il hésitait à courir ces courses "A", puisque les conditions de course obligent les gagnants de Gr1 depuis le 1er mars 2015 à porter une surcharge de quatre kilos. Rencontré vendredi à Chantilly, il nous a dit : « Solow et Queen’s Jewel vont courir tous les deux le 3 mars à Chantilly. Je les présente, malgré les conditions de courses qui les obligent à rendre du poids. Solow est venu travailler à Chantilly dernièrement et je suis très satisfait de sa préparation. »


OÙ EST L’ARGENT QUI PERMETTRA DE RELANCER FRANCE GALOP ?


« J’ai été, pendant quatre ans, administrateur de France Galop. Dans ce cadre, j’ai voté contre le projet de nouveau Longchamp et je voudrais expliquer pourquoi.

Pour beaucoup, à l’époque, il en allait de la survie du galop. Soutenir le nouveau Longchamp, c’était montrer sa confiance et parier sur l’avenir des courses. Longchamp nous était présenté comme un levier pour redynamiser la filière et son modèle économique. Ce serait, enfin, la vitrine internationale du galop français.

Voter pour, c’était donc le signe d’un optimisme qui mobiliserait tous les acteurs de France Galop, les professionnels et les propriétaires. Ceux qui en doutaient – dont je fais partie – furent taxés de pessimisme et, chose pire, de vils calculs électoraux. Par Philippe Jeanneret, Président de la Fédération Nord/Île-de-France/Haute-Normandie/Basse-Normandie


ENGAGEMENTS CLASSIQUES, EN HAUSSE DE 9 % PAR RAPPORT À 2015


Ce mercredi 17 février, les engagements dits "classiques" ont été clos par France Galop. Ce qu’il faut avant tout retenir, c’est que le nombre total de souscriptions pour les six épreuves se porte à 1.104, soit une hausse de 9 % par rapport à l’année 2015. Seulement deux épreuves sont en léger recul par rapport à l’an dernier : ce sont les deux Poules d’Essai qui vont, cette année, se courir à Deauville et en ligne droite. Chez les poulains, il y a deux bulletins de moins et, chez les pouliches, neuf. En revanche, le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1) qui va, lui, se courir à Saint-Cloud corde à gauche, au lieu de Longchamp et sa corde à droite, a attiré 188 candidatures, soit 30 de plus qu’en 2015 (+ 19 %). Le Pour Moi Coolmore Prix Saint-Alary (Gr1), qui aura lieu à Deauville le 16 mai, progresse également avec 171 engagements, soit 21 de plus que l’an dernier. Le Prix du Jockey Club et le Prix de Diane Longines (Grs1) sont également en progression, respectivement de 7 % et de 19 %, signe de l’attractivité des classiques français de Chantilly. Par ailleurs, aucune femelle n’a été engagée dans le Prix du Jockey Club. En revanche, il y en a une dans le Grand Prix de Paris : Tierra Del Fuego (Champs Élysées), entraînée par Georges Mikhalidès.


CHER MONSIEUR LE MINISTRE…


Les présidents du Trot (Dominique de Bellaigue), de France Galop (Édouard de Rothschild), de la Fédération française d’équitation (Serge Lecomte), de la Société française des équidés de travail (Éric Rousseaux) et de la Société hippique française (Yves Chauvin) ont entrepris une démarche collective en adressant une note à Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique.
Cette présentation économique des entreprises équines avait pour but d’attirer l’attention du ministre sur leurs difficultés qui inquiètent les acteurs : baisse des emplois et du cheptel équin, baisse de la clientèle et des investisseurs, entreprises fragilisées (fiscalité), législation sociale contraignante et souvent inadaptée au secteur équin.

Une délégation formée de Dominique de Bellaigue, Serge Lecomte et Daniel Augereau (pour France Galop) a été reçue vendredi 12 février par les conseillers ministériels de plusieurs ministères (Économie, Sport, Commerce/artisanat, Économie sociale et solidaire et Agriculture).


NOUVEAU LONGCHAMP, JACQUES DEVAUX : « C’EST UN TERME D’ENJEUX POUR LA FILIÈRE QUE CE CHANTIER EST EXCEPTIONNEL »


Il y a un peu plus de quatre mois, France Galop remettait les clés de l’hippodrome de Longchamp aux équipes de Bouygues Bâtiment Île-de-France Ouvrages Publics, chargées de réaliser le projet architectural de Dominique Perrault. Jacques Devaux, directeur des grands projets chez Bouygues Bâtiment Île-de-France Ouvrages Publics, fait un premier point alors que la phase de déconstruction touche à sa fin.


UN OURAGAN FRAPPE CAGNES


Ce Prix de la Californie (L) a permis de voir à l’œuvre un cheval qui le potentiel pour briller au niveau des Groupes : Hurricane (Hurricane Cat). Pour le dire clairement, dimanche, dans cette première Listed cagnoise, il y a eu lui et les autres. Ce cheval, qui n’en était qu’à sa troisième sortie et est toujours invaincu, n’évoluait pas au même étage que ses adversaires.
Dans la "boîte" dans le tournant final, Hurricane a réussi à changer de ligne sans aucune difficulté, puis à venir prendre l’avantage sur l’animateur, Viserano (Rock of Gibraltar). Comme il l’avait fait lors de ses deux premières sorties, Hurricane s’est ensuite détaché, s’imposant en cheval déclassé.


« LA PRIORITÉ DU PMU, C’EST LE PARI HIPPIQUE ! »


Fidélisation du client régulier, conquête d’un nouveau public, premières actions concrètes du marketing commun des courses, Euro de football… L’année 2016 sera riche pour le PMU. Samuel Loiseau, qui a pris la tête de la direction du marketing du PMU il y a un peu moins d’un an, détaille les grands enjeux à venir pour l’opérateur de paris.


FRANCIS-HENRI GRAFFARD : « CETTE ANNÉE, J’AI DES CHEVAUX POUR TOUTES LES CATÉGORIES »


En 2015, Francis Henri-Graffard a réalisé sa meilleure saison. Pour sa quatrième année pleine, il a terminé à la septième place des entraîneurs français par les gains et a remporté son premier Gr1 avec Erupt (Dubawi), dans le Juddmonte Grand Prix de Paris.

À quelques semaines de la reprise des courses parisiennes, nous sommes allés à sa rencontre. L’entraîneur décortique ses succès passés, sa méthode, ses relations avec ses clients… et donne les dernières nouvelles de ses meilleurs représentants.


ELLE QUITTE LE CORPS DES COMMISSAIRES : MICHELINE LEURSON, LA PIONNIÈRE


Ce mercredi, France Galop a rendu hommage à Micheline Leurson, qui prend sa retraite du corps des commissaires. Cette vraie pionnière s’est racontée à Jour de Galop. Les courses de cavalières, la féminisation de l’Institution, la montée en puissance des femmes jockeys : c’est notamment à elle qu’on le doit…


LA COUR DES COMPTES ÉTRILLE L’IFCE


Comme chaque année, la Cour des comptes distribue ses bons et mauvais points lors de son rapport annuel, publié ce mercredi. Parmi les cibles des récriminations et recommandations de cette juridiction, on trouve les finances publiques, les centrales nucléaires, la lutte contre le tabagisme, la fraude fiscale… et l’Ifce. L'Institut français du cheval et de l'équitation, produit de la fusion des Haras nationaux et de l'École nationale d'équitation, est généreusement étrillé tout au long d’un rapport particulièrement critique. Dès le titre du rapport, le ton est donné : « L’Institut français du cheval et de l’équitation : une réforme mal conduite, une extinction à programmer ».


L’ACCÈS GRATUIT AUX VIDÉOS EST EFFECTIF POUR LES PROFESSIONNELS


Dans l’édition de Jour de Galop datée du 17 janvier, nous vous avions annoncé le fait que tous les membres de France Galop bénéficieraient d’un accès gratuit et permanent à toutes les vidéos de courses au galop françaises. Cet accès gratuit est effectif depuis la fin de la semaine dernière. Il s’adresse aux personnes agréées, c’est-à-dire les éleveurs, entraîneurs, propriétaires et jockeys qui disposent d’un compte et d’un code d’accès pour le site de France Galop. Ce système permet de visionner les épreuves courues à partir de 2015.


LA VENTE REMPLIT SON OFFICE


Resserrée cette année sur une seule journée, la vente mixte de février Arqana, qui s’est tenue ce lundi à Deauville, s’est achevée sur un taux de vendus très satisfaisant pour ce type de vente, à plus de 80 %. Les prix moyen et médian sont très comparables à ceux de l’an passé. Avec une cinquantaine de chevaux présentés en moins, le chiffre d’affaires est logiquement moins élevé, s’établissant à 1.764.900 euros. La grande diversité d’acheteurs a permis une bonne activité. Le catalogue manquait un peu de densité au niveau des chevaux à l’entraînement, si bien que ceux qui avaient affiché une certaine qualité se sont très bien valorisés, voire même à des prix supérieurs aux projections. Cette session a donc parfaitement rempli son office de rotation des effectifs.


DU SERVICE ET QUELQUES PARIS AMUSANTS !


Arqana lance sa saison 2016, qui marque le dixième anniversaire de l’agence deauvillaise, avec la vente mixte de février. Plus de 300 chevaux seront proposés ce lundi à partir de 11 heures. Cette vente se caractérise par sa diversité, puisque l’on peut aussi bien y acheter des poulinières, des juments maiden, des chevaux à l’entraînement, des jeunes yearlings, des 2ans et même un cheval de dressage ! Il s’agit de la vente de service par excellence : elle permet aux éleveurs de procéder au renouvellement de leur jumenterie, et aux propriétaires et entraîneurs d’assurer la rotation de leurs effectifs avant la reprise des courses sur gazon. Cette vente se positionne quatre jours après celle de Tattersalls, et deux jours avant celle de Goffs, ce qui permet aux acteurs de réaliser un vrai circuit européen de ce type de ventes.


DEEP IMPACT À LA CONQUÊTE DE L’EUROPE


Deep Impact (Sunday Silence) règne en maître au Japon. L’étalon de Shadai s’est de nouveau classé tête de liste des étalons japonais en 2015, devant King Kamehameha (Kingmambo). Mais, dès 2016, sa présence en Europe devrait s’intensifier. Pas uniquement via ses produits japonais venant courir les Groupes 1 sur le vieux continent, mais aussi avec des chevaux élevés par des Européens ou importés du Japon.


OPTIMUS PRIME… AU MILLIMÈTRE !


PAU, VENDREDI – PRIX CAMILLE DUBOSQ (L). Le poteau est arrivé à point nommé pour Optimus Prime (Deportivo) dans le Prix Camille Dubosq, Listed disputée sur les haies de Pau. Le représentant de Gérard Augustin-Normand et Jean-Claude Rouget a conservé de justesse une petite encolure d’avance sur Politikar (Poliglote) et Maquisard (Creachadoir). Optimus Prime est en effet un poulain allant. Il court en obstacle comme il le faisait en plat, en allant devant et en prenant plusieurs longueurs d’avance sur ses adversaires. Il finit parfois par payer sa débauche d’énergie en fin de course et c’est ce qui a failli se passer ce vendredi. Vite en tête, il a abordé la dernière haie nettement détaché de son poursuivant immédiat, Politikar. Ses foulées se sont raccourcies sur le plat, mais le pensionnaire de François Nicolle a pu vivre sur son avance et conserver, de peu, la victoire.


SELF-MADE STALLIONS : LA RÉUSSITE AU HARAS, ENVERS ET CONTRE TOUT !


Samedi dernier, dans un laps de temps de 55 minutes, Smad Place (Smadoun) s’imposait à Cheltenham dans le Gr2 préparatoire au Gold Cup, alors que Smart Call (Ideal World) remportait de toute une classe le J&B Met (Gr1), l’épreuve la plus importante du Cap (Afrique du Sud). Au-delà des latitudes, des disciplines et du contexte local, un lien unit ces deux gagnants que tout semble séparer. Ils sont en effet issus de pères, Smadoun et Ideal World, qui sont devenus des étalons reconnus, envers et contre tous ! Voici un tour du monde de ces sires que personne n’attendait et qui se sont bâti une carrière au haras par la seule force de leur production. Par Franco Raimondi


VINGT-SIX "FR" ENGAGÉS ET PEUT-ÊTRE JACQUES RICOU DANS LE GRAND NATIONAL DE LIVERPOOL


Les engagements pour le Grand National de Liverpool (Gr3, 9/04) 2016 ont eu lieu ce mercredi matin. Un chiffre record de cent vingt-six chevaux a été enregistré dans cette épreuve où quarante partants maximum sont autorisés. Parmi eux, vingt-six chevaux d’origine française sont sur la liste, soit 18 % des engagés. Long de 7.200m, avec trente obstacles à franchir et un million de livres d’allocations, le Grand National a longtemps résisté aux "FR". L’élevage français a dû patienter cent ans entre 1909 (Lutteur III) et 2009 (Mon Môme) pour briller de nouveau dans ce handicap mythique. Mais depuis 2009, la tendance s’est inversée et les French bred ont retrouvé la cote du côté d’Aintree. Neptune Collonges (2012) et Pineau de Ré (2014) se sont distingués, prenant la suite de Mon Môme.


LA GRANDE FAMILLE DES COURSES SERA RÉUNIE LE 10 MAI À CHANTILLY


Comme l’an dernier, le Gala des courses aura lieu à Chantilly, aux Grandes Écuries. Cette 67e édition est prévue pour le 10 mai, au soir du Prix de Guiche (Gr3), qui se court également à Chantilly.
Depuis l’an dernier, l’Association des jockeys a "repris en main" cet événement, après avoir laissé France Galop en avoir la charge pendant trois ans. Son but est d’organiser une soirée festive, où le monde des courses se réunit, s’amuse, récompense les meilleurs et se mobilise en faveur des jockeys blessés et des anciens du métier.


LA ROUTE DES ÉTALONS : LE DEBRIEF


Quarante-huit heures, vingt-trois haras, près d’une centaine d’étalons, des kilomètres de route avalés, et aussi pas mal de brushing ruinés : ça, c’est pour le bilan en chiffres de la septième édition de la Route des Étalons. Et du côté des participants, ça donne quoi ?